09/04/2015

La guerre réelle fait place au virtuel

images.jpgBien le bonjour,

« TV5 Monde piratée: «Tenez-vous à l'écart de l'Etat islamique!»

FranceLe message accusait le président français François Hollande d'avoir commis «une faute impardonnable».

Ce titre fait la une de la presse internationale.

Aujourd'hui, ce qui paraissait impossible est devenu réalité.

N'importe qui peut automatiquement s'attaquer aux systèmes informatiques.

Avant c'était deux balles dans le coeur, où encore la gorge tranchée.

Maintenant, les conflits se modernisent.

On passe de l'arme réelle à celle virtuelle.

Tant les activités politiques, économiques, militaires, nucléaires, médicales, médiatiques, voire même celles liées à des centres d'approvisionnement en eau, sont touchées de plein fouet par les pirates de tous genres.

Un petit malin, un groupe de guerriers, un état tel que celui islamique peuvent à n'importe quel moment pirater votre système et ainsi porter atteinte à toute une société.

Le pire, ces attaques virtuelles sont invisibles et frappent dans le but de destruction.

Sommes-nous entrés dans la guerre des armes informatiques ?

Une chose est certaine, la machine infernale est lancée et provoque et n'aura de cesse de provoquer l' « apocalypse » du monde informatique si rien n'est entrepris pour sauvegarder les systèmes. Car les faits prouvent bien que la sécurité est devenue transparante.

Dans le cas présent où s'arrêtera l'Etat islamique ?

Qui peut le dire.

A mon humble avis, petite tête d'épingle que je suis dans notre société, je pense qu'il ne faut pas laisser s'étendre le mal et réagir avec fermeté et sans effet « bisounours ».

Rappelons-nous le monde entier laissant monter en puissance Hitler. Vous avez vu le résultat. Moche.

Alors, ne laissons pas l'Etat islamique prendre de l'aisance, en l'occurrence dans l'informatique, sinon les chances sont grandes d'aller au devant d'une prise de pouvoir étendue.

La cyber-guerre fait des grands pas.

Allez bonne journée !







 

11:44 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.