21/10/2014

Pas de "boiton à humains" à Carouge !

images.jpgBien le bonjour,

Je rebondis sur la surélévation de l'immeuble de la jonction.

D'entrée de cause, la silhouette présentée dans l'article de la TdG (http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Cent-immeubles-su...) ressort d'une architecture sortant de l'esprit de Genève. Soyons honnêtes et disons que ces deux « boîtons à humains » superposés sont laids et font carrément taches dans le paysage du si beau site des bords du Rhône.

A ceci, même si la loi de 2008 le permet, l'Etat ne peut pas laisser faire du n'importe quoi au risque de dénaturer l'environnement, de dé-consolider l'esprit de quartier, et de rendre morose la qualité de vie.

Ce bricolage est aberrant et hideux et ne doit pas créer un précédent au coeur de la ville.

Les services du Conseiller d'Etat en charge de ce genre de dossier doivent être plus attentifs et ne pas s'abandonner au n'importe quoi. C'est sûr que la création de logements ne doit pas être la source de projets contrefaits et déformant la valeur de quartier.

Cela dit, je crois que c'est le regretté Michel Chevrolet qui avait alors qu'il était Conseiller municipal en ville de Genève déposé un texte proposant d'autoriser la surélévation de bâtiments. A mon humble avis, il avait raison puisque le déclassement de terrains agricoles est sujet à bien des palabres et surtout à des recours. Les agriculteurs sont des puissants !

En soi, un bâtiment prenant du grade en termes d'étages a toute légitimité pour autant que la ligne architecturale et environnemental de l'ensemble soient « Une ». Pas comme cette « grosse tache » de la Jonction.

Autoriser le rajout d'étages bien pensé ne peut que créer du logement et parfaire les nombreuses demandes. Dès lors, c'est l'ensemble du site qui doit être remis en question sur sa nature, sur son urbanisme, sur les angles de vue, sur sa luminosité, sur sa destinée, sur le long terme.

A cet effet, la Commission d'architecture a pour missions de respecter sur la base d'une politique de sauvegarde du patrimoine ce qui peut être réalisable dans le respect des valeurs immobilières de la ville.

Un bâtiment-surélevé bien pensé esthétiquement ne peut qu'apporter une valeur ajoutée au quartier.

Rien ne peut se monter sans une bonne approche des tenants et aboutissants.

Toutefois, il est vrai qu'à Genève pour satisfaire les uns et les autres au profit des uns et des autres et un casse tête bien « Genferei ».

A Genève, on veut du logement, mais on ne veut pas déclasser, alors rehaussons intelligemment. Aussi l'Etat doit mieux contrôler le travail des architectes.

Enfin, j'espère bien qu'à Carouge on ne verra jamais ce genre de verrue même si la notion du ré-haussement peut être abordée dans certaines zones, à l'exception du Vieux Carouge.

Le premier qui pense à une surélévation sur une bâtisse historique de Carouge sera remis dans « son boiton à humains » !!!

Allez bonne journée.

 

 

13:52 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.