16/10/2014

Auberge communale de Carouge : je veux la réintégration des fresques propriété des contribuables !

images.jpgBien le bonjour,

A Carouge ça bouge et fait voir rouge !

C'est la « faim » de l'âme bien carougeoise de l'Auberge communale.

Pourquoi ?

Hier, avec une joyeuse et tout à fait respectable équipe de la Musique Municipale de Carouge, je suis passé devant l'auberge chère aux Carougeois. Enfin, ce l'était.

Avant c'était le charme de la Cité, aujourd'hui c'est la froideur chère à la gauche !

A ma grande surprise, l'établissement a totalement changé en un lieu à la limite du luxe « commun ». Comme si Carouge ne connaissait pas assez de lieux gustatifs « bourges ».

Mais où est l'esprit frondeur de la Cité Sarde ?!

A voir ce lieu, les 3 Sages ont laissé carrément s'échapper l'âme carougeoise.

Horreur villageoise !

En cela, c'était une vraie auberge communale où il faisait bon vivre, où les fresques illustrant la vie de Carouge figuraient sur tous les murs, ce jour il n'y en a plus que deux, où les tables étaient encore nappées avec des serviettes en tissus, où l'on pouvait croiser le tout Carouge, où la cuisine était très traditionnelle et à des prix abordables pour toutes les couches sociales.

Aujourd'hui, c'est un endroit au design moderne, où les tables sont vêtues de napperons en papier, mélangeant une pseudo ancienne époque avec celle des temps moderne, j'en passe et des meilleurs.

Et de rajouter que les prix sont faits pour les gens aisés.

Ce n'est plus le bon endroit de quartier mais bien un établissement pour les « banquiers ». Encore un.

Je suis certain que les anciens clients qui se restauraient dans une atmosphère bien carougeoise n'y retourneront pas. C'est la « faim » de l'auberge de charme !

Pour couronner le tout, il semblerait que les transformations ont été réalisées par des entreprises hors Carouge voire étrangères.

Alors, propriété de la Ville de Carouge, comment le Conseil administratif de gauche a pu laisser revisiter ce bien culinaire très carougeois.

Surtout de n'avoir pas imposé des règles très strictes au nouveau gérant. A quoi servent les services idoines qui s'occupent des bâtiments de Carouge. Oui bon, à leur décharge, s'ils ne reçoivent pas d'ordres des Sages, ils n'agissent pas.

Il faut savoir aussi que le Conseil administratif a diminué le loyer mensuel de Frs 14'000,-- à Frs 10'000,--; est-ce la raison pour pratiquer des prix de mets exorbitants ?

Bref, le Conseil administratif de gauche nous fait voir rouge.

Avec tout le respect que je lui dois, je dirais qu'il n'a pas eu le bon oeil sur les transformations de l'Auberge communale des Carougeois.

Et ce qui fâche rouge ce sont les magnifiques « fresques » cachées où littéralement disparues.
Par le présent blog et en tant qu'ancien Président du Conseil municipal, aujourd'hui candidat UDC aux élections 2015, je "somme" le Conseil administratif d'imposer la remise aux murs du restaurant et bien visibles de toutes les fresques qui appartiennent aux contribuables. Mais c'est vrai, elles sont notre propriété et le nouveau gérant n'a pas le droit d'en disposer comme bon lui semble. 

Bref, les fidèles clients de l'époque « gueulent » !

Bonne soirée !

 

 

 

16:24 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.