29/08/2014

Marche du coeur 2014 : interviewe de M. Michel Rosseti Président de l'AGD

(paru dans le journal "Le Carougeois" ce mois :

CAROUGE MARCHE !

Marche du coeur 2014 pour les 60  ans de l'Association Genevoise des Diabétiques !

Ce dimanche 31 août 2014, Carouge Marche participera  à sa manière aux 60 ans de l'Association Genevoise des Diabétiques, présidée par l'ancien Maire de la Ville de Genève, Michel Rossetti.

En effet, le plaisir de se rallier à ces 60 bougies revient à l'association très carougeoise « Carouge Marche », présidée par André Chuard et François Velen. Après l'édition 2013 où les bénéfices ont été versés à Hôpiclowns, c'est un soutien financier total en faveur de l'Association Genevoise des Diabétiques que  « Carouge marche » s'est fixé en 2014.

En parallèle de la vogue, cette traditionnelle marche carougeoise, soutenue tant moralement que financièrement par les Autorités du canton de Genève, Carouge et  Troinex, prendra son chemin sur la place du Marché le 31 août prochain dès 8 h et ira se balader aux alentours de Carouge. Dans un article séparé demeure le programme des festivités de cette belle journée caritative.

Pour mieux tout savoir de son histoire, son but, ses activités et sa lutte contre le diabète, tournons-nous vers le toujours vaillant Michel Rossetti.

 

François Velen

Monsieur Rossetti êtes-vous un Président heureux ?

J’aimerais bien ! Tout au plus satisfait du chemin parcouru ces quatre dernières années, mais en restant lucide et sur le qui-vive  dans la mesure où notre association, comme toutes les associations sociales ou médico-sociales non subventionnées, demeure dépendante des dons, legs ou aides bénévoles pour équilibrer ses finances.

Votre association naquit il y a 60 ans. Parlez-nous de sa fondation et de son parcours tout au long de ses 6 décennies.

L’Association Genevoise des Diabétiques (AGD) a été fondée en septembre 1954 par Madame Vernet, mère de Jacques Vernet, ancien président du Conseil d’Etat. L’AGD a été pionnière en la matière puisqu’elle a été la première association suisse de lutte contre le diabète et qu’elle est à l’origine de l’association suisse. Je connais mal son parcours. Mais je sais que fin 2009, début 2010, elle s’est trouvée dans une situation critique au point d’envisager sa dissolution. C’est alors que je suis intervenu en mettant sur pied un comité de choc qui a repris le flambeau avec Alain Dupont comme président, entourés d’amis.

Quelles sont ses activités ?

L’AGD a pour but d’assurer la défense des intérêts des diabétiques dans tous les domaines, de leur apporter, ainsi qu’à leurs proches, la meilleure information possible et de favoriser enfin le dépistage et la prévention du diabète.

A cet effet, l’AGD donne des consultations et des cours de diététique, des conseils, collabore avec une infirmière clinicienne en diabétologie pour assurer les soins des pieds et les enseignements, informe, organise des animations, des sorties et vient en plus d’élargir ses prestations en direction des jeunes diabétiques de type 1 en organisant un échange de jeunes entre le Québec et la Suisse

Vous comptez combien de membres et comment fonctionne l'association ?

L’AGD compte actuellement mille cent membres. Elle fonctionne avec un comité de 9 personnes, toutes bénévoles, et est placée sous la surveillance d’une commission médicale.

Vos locaux sont partie intégrante du Centre Administratif de Carouge (CAC). Pourquoi Carouge ? Vous aimez Carouge ?

Jusqu’au 31 janvier 2013, l’AGD était domiciliée au 41, rue de la Synagogue, en ville de Genève. Ses locaux, situés au rez-de-chaussée,  présentaient l’inconvénient d’être accessibles par un escalier d’une douzaine de marches, ce qui n’était pas apprécié par les personnes âgées, les handicapés et surtout les personnes en chaise roulante, qui devaient appeler, passer par le cour et attendre qu’on les aide. Les plaintes ayant été nombreuses, nous nous sommes donc mis à la recherche de nouveaux locaux. Par chance, nous avons appris que l’ASI (Association Suisse des Infirmières, section de Genève) cherchait à partager ses locaux. Nous avons donc sauté sur l’occasion et nous nous félicitons aujourd’hui d’être à Carouge, à un endroit si sympathique, concentrant tous les avantages : ascenseurs, parkings, réseau TPG adjacent, modernité de l’immeuble, espaces etc.

Quels sont les liens tissés entre votre association et le monde médical ?

Nous entretenons d’excellents rapports avec les Professeurs Jean-Philippe Assal, Jacques Philippe, divers médecins diabétologues, dont certains font partie d’ailleurs de notre commission médicale. Dès lors que  l’AGD s’est fixé comme objectif d’être perçue par les acteurs médico-sociaux du canton comme un partenaire ou un interlocuteur fiable, à qui l’on s’adresse naturellement pour trouver des solutions, force est de tisser les liens les plus étroits possible avec le monde médical. C’est d’ailleurs ce qui a poussé l’AGD à prendre le relais des HUG dans l’organisation et la prise en charge de cet échange de jeunes entre le Québec et la Suisse.

Venons-en à la maladie à proprement dite.

Comment se développe le diabète ?

Le diabète est une maladie caractérisée par un taux de sucre trop élevé dans le sang, qui est due à une insuffisance ou à une mauvaise utilisation de l’insuline, hormone essentielle qui permet au sucre de pénétrer dans les cellules.

Il existe 2 types de diabète : le diabète de type 1, qui touche plutôt les jeunes et dont les causes exactes ne sont pas connues, et le type 2, qui touche plutôt les personnes d’âge mûr.

Dans le diabète de type 2, hormis des prédispositions génétiques, de mauvaises habitudes alimentaires, un surpoids et un manque d’activité physique sont les principaux facteurs de risque.

Que recommandez-vous pour lutter contre le diabète ?

Pour prévenir un diabète de type 2, il est recommandé d’opter pour une alimentation répartie sur la journée, riche en fibres et contrôlée en graisses, de maintenir un poids dans la fourchette du poids idéal et surtout de pratiquer une activité physique régulière de l’ordre de 30 minutes au minimum par jour sous forme de marche, gymnastique, natation, etc.

Comment se soigne-t-il et quels rythmes alimentaires ?

Dans tous les diabètes, il est recommandé d’opter pour une alimentation adéquate, à laquelle on ajoute une activité physique régulière.

L’alimentation sera répartie sur 3 repas et sur 1 à 3 collations selon le traitement et les habitudes alimentaires.

Dans le diabète de type 2, ces mesures peuvent déjà être suffisantes.  Si ce n’est pas le cas, un traitement vient s’ajouter sous forme de comprimé et/ou d’injection.

Dans le diabète de type 1, le traitement à l’insuline est automatique, le corps n’en fabriquant plus.

Le sport est-il important ?

Je n’emploierais pas le terme de sport, mais plutôt d’activité physique. Il est primordial d’en avoir une, mais il faut qu’elle soit adaptée à la personne qui la pratique tant au niveau du choix de l’activité que dans son intensité et sa fréquence.

Il est recommandé d’avoir au minimum 30 minutes d’activité physique par jour et plus si on a le temps et l’opportunité. Ceci doit faire partie intégrante des rituels quotidiens.

Votre association a-t-elle un rôle à jouer dans le dépistage et la prévention du diabète ?

Bien sûr, tout d’abord par l’information. Nous avons différentes brochures qui traitent du sujet, dont une qui permet d’évaluer le risque. Chaque fois que nous tenons un stand, c’est un de nos rôles d’ouvrir une fenêtre pour parler de la maladie et informer le public.

Il est également possible de venir à l’AGD pour faire une glycémie, qui est une mesure du taux de sucre dans le sang. Cette mesure n’a pas de valeur diagnostique, mais peut déjà représenter une indication qui pourra, le cas échéant, être confirmée chez un médecin.

Carouge Marche, présidée par l'un de vos amis, André Chuard, se met en 4 pour obtenir le maximum de fonds au profit de votre association en y associant le sport.

Ça vous fait chaud au coeur ?

Et comment ! André est plus âgé que moi. Mes premiers souvenirs de lui remontent au début des années 50, lorsqu’il participait au Tour des Pâquis, dont le parcours passait devant le restaurant de mes parents « Le Fin Bec ». En 1955, je l’ai côtoyé de plus près lorsqu’il s’entraînait avec Marquis et Charrière dans leur préparation pour les Jeux olympiques de Melbourne. Ensuite, je l’ai retrouvé lors de ma présidence du Genève-Servette HC (1975 à 83) comme placeur et mordu du club. André est un fidèle, un battant, toujours là pour les bonnes causes, l’exemple type. Et donc, lorsqu’il a pris spontanément contact avec moi au mois d’avril pour me proposer d’apporter l’appui de Carouge Marche à l’AGD, ce  fut un immense plaisir et une grande émotion. Au fond, André est un homme animé par trois choses : l’amour de servir,  l’amour du sport et l’amitié. Chapeau bas !

Un message de coeur et d'espoir pour toutes celles et tous ceux qui vont courir par esprit de solidarité ce dimanche 31 août prochain ?

On est soi-même son meilleur médecin en pratiquant une activité physique ou sportive. La marche  a l’avantage de pouvoir être pratiquée par tout le monde au rythme qui convient. Bravo donc à celles et ceux qui participeront à Carouge Marche le 31 août. Non seulement ils se feront beaucoup de bien mais apporteront du même coup leur soutien aux activités de l’AGD,  luttant avec ses moyens contre le diabète, maladie en pleine progression et considérée aujourd’hui comme une des priorités nationales en matière de santé. Puisse cette marche du 31 août être un grand succès populaire et être à la hauteur des efforts déployés par les organisateurs.

Monsieur le Président un grand merci d'avoir répondu aux questions du Carougeois. Soyez assuré que le Carougeois se met à vos côtés pour souffler les 60 bougies de l'Association Genevoise des Diabétique. Et comme on dit : LONGUE VIE !

 François Velen

 

12:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.