• Armée : le paradoxe qui retourne le Gripen !

    Imprimer

    Unknown.jpgBien le bonjour,

    Si hier fut l'ascension religieuse, ce jour c'est l'ascension du paroxysme Helvétique !

    Pourquoi ?

    Je viens de lire avec attention l'article sur notre bonne vieille Julie « Les Suisses nettement plus positifs à l'égard de l'armée ».

    http://www.tdg.ch/suisse/suisses-nettement-positifs-egard-larmee/story/25038710

    Selon le sondage mené par l'EPFZ, les petits Suisses font confiance aux qualités de nos bons soldats, le corollaire, son système logistique et toutes ses portées.

    C'est dire que les 1200 personnes interrogées sont acquises au « gris-vert » et de son autonomie vis à vis de l'UE et de l'OTAN.

    Ces mêmes personnes sont favorables à privilégier une armée de milice et seuls d'aucuns sont pour l'abolition de l'obligation de servir.

    Bref, les Suisses aiment leur armée jusqu'à dire qu'ils en sont super fier.

    Ce sondage a été réalisé 4 mois avant le vote sur le Grippen.

    4 MOIS AVANT LE 18 MAI 2014

    Alors, que s'est-il passé dans l'esprit des Suisses pour refuser le Grippen ?

    Qu'est qui leur a fait changer d'avis ?

    Ce paradoxe serait-il dû au résultat du 9 février sur l'initiative « contre l'immigration de masse » ?

    Les électeurs ont-ils voulu se venger le 18 mai du OUI ?

    Pourtant les sondés ne pensent pas à adhérer à l'OTAN ou l'UE.

    De surcroît, ils attachent un réel intérêt au Corps de garde-frontière.

    Le grand paradoxe 2014 ?

    Deux choses l'une, soit les Suisses sont confiants dans les institutions comme ils l'ont prouvé en janvier notamment en l'armée et auraient dû accepter le Gripen, soit ils ont été vindicatifs et ont manifesté leur mauvaise humeur en disant NON au Gripen.

    Si c'est cela, cette petite vengeance est totalement « conne ».

    Dire NON par vengeance ne constitue pas le meilleur acte civil.

    Bref, en Suisse nous sommes vraiment fortiche pour le paradoxe qui retourne tout un concept.

    Le 18 mai dernier fut vraiment une anomalie intellectuelle du cerveau des électrices et des électeurs.

    Cette date fut vraiment le paradoxe de l'illogique !

    Comment auraient voté les Suisses le 8 février 2014 ?

    Très certainement OUI au Gripen.

    Allez bonne journée !

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • 50 ans européen balayés par un vent soufflé par les Eurosceptiques !

    Imprimer

    Unknown.jpgBien le bonjour,

    Au lendemain du séisme créant une profonde faille entre les dirigeants et le peuple, l'Europe est balayée par un vent violent et s'enfonce dans l'abime de l'échec total.

    Ayons le courage de dire que le vote lié aux Européennes n'est pas la manifestation d'une mauvaise humeur mais bien une prise de conscience que cette grosse « machine » ne fonctionne pas et que le moment est venu de revoir tout le système.

    C'est un coup de balais à l'expression des pères fondateurs de l'Union européenne, l'Allemand Konrad Adenauer, le Luxembourgeois Joseph Bech, le Neerlandais Johan Willem Beyen, l'Italien Alcide De Gasperi, du Belge Paul-Henri Spaak et les Français Jean Monnet et Robert Schuman. C'est vrai, l'engagement de ceux ci au début des années 1950 n'a pas convaincu en 2014, leurs convergences autour d'objectifs communs et de leurs valeurs de l'époque ne correspondant certainement pas ou plus à l'esprit de la majorité des Européens. Où sont-ce les dirigeants actuels qui n'ont pas eu l'intelligence politique de mener à bien leur grand projet.

    Ce qui est intéressant de constater en marge du résultat de hier, ce sont les réactions des dirigeants avant le vote. Je veux évoquer notamment le propos de Nicolas Sarkosy d'enterrer Schengen I et de donner naissance à Schengen II. Et de surcroît de rapprocher encore plus la France à l'Allemagne.

    Sans vouloir promouvoir le commerce de l'UDC, il faut bien reconnaître que mon parti est visionnaire et surtout loin d'être à côté de la plaque. C'est un parti lucide et responsable.

    Il a bien compris que cette Europe telle que construite ne correspond pas à la qualité de vie politique, économique et sociale et surtout ne présente aucun intérêt pour la Suisse à y adhérer.

    En définitive, ce qu'il faut retenir de ce scrutin c'est une prise de conscience que cette Europe est aux soins intensifs, qu'elle ne ressortira pas des soins intensifs dans son état actuel, même avec de bonnes injections, radiothérapie ou chimiothérapie.

    Si elle veut se relever il faudra l'enterrer et planter des nouvelles graines très fertiles pour faire pousser une Europe fédéraliste, à l'image du système Suisse. Une Europe fédéraliste sans Schengen, sur des bases solides laissant l'indépendance à chaque pays membres d'être souverain sur ces terres.

    On pourrait écrire des tartines sur ce dimanche blanc des Eurosceptiques.

    Laissons plutôt apprécier ce choc des urnes et retenons notre souffle pour une meilleure société européenne basée sur un grand retour en arrière tout étant constructif pour une union fédéraliste.

    Allez bonne journée !

     

     

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • PLR, PDC et la gauche "bornent" les handicapés !

    Imprimer

    Unknown.jpgBien le bonjour,

    Hier soir, la gauche, le PLR et le PDC ont accepté l'installation de bornes escamotables dans la vieille ville pour préserver le calme du coeur historique de Genève et surtout les « bobos ».

    C'est à penser que le crédit de Frs 681'000,-- fera office de « diktat » puisque les Gardiens de la Paix n'ont peut être pas les moyens de bûcher ceux qui feintent.

    La gauche pense que le patrimoine va être sauvé de la bagnole et surtout va améliorer la sécurité. Bah de la poudre aux yeux.

    Epouser le yoyo de la borne vaut édification de murailles, fruits de l'incapacité de la gauche, du PLR et du PDC de faire appliquer les lois en matière de circulation.

    Ceci est vraiment la solution « forcing » et surtout la manière singulière de baisser les bras devant d'autres solutions telles que le renforcement des patrouille de polices.

    Ce qui m'inquiète dans cette histoire ce sont les handicapés qui ont des places réservées dans la vieille-ville. Comment vont-ils faire ?

    En plus du macaron leur laissant le droit de se parquer sur les places qui leur sont réservées, il devront appeler un numéro spécial sur leur portable ? Et SOS médecin, et le livreur de pizza, etc ? Vous trouvez ça normal de compliquer la vie de celles et ceux qui sont atteints dans leur psy ou dans leur physique ? Moi pas !

    Une fois de plus nos politiciens ne voient pas plus loin que leur bout du nez. Une fois de plus ils se bornent à oublier les handicapés. Ceci est encore un « attentat » à la qualité de vie des handicapés.

    Ces bornes « yoyo » vont indéniablement compliquer la vie des handicapés, ça j'en suis certain. La vie n'est pas toujours ensoleillée pour eux et voilà que des Conseillers municipaux prouvent encore une fois leur manque de vision politique et surtout leur manque de pragmatisme. Ces gens là « bornent » la vie épicurienne des handicapés.

    C'est clair, tant la gauche que le PLR et le PDC n'ont de cesse de compliquer la vie de Genève.

    Seuls l'UDC et le MCG se sont battus contre les bornes de l'incapacité de faire régner l'ordre à Genève.

    Merci l'UDC de ne pas entrer dans la spirale de l'égoïsme et de penser notamment aux handicapés.

    Allez bonne journée !

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • "Rendons à l'UDC ce qui appartient à l'UDC" !

    Imprimer

    Cul Bus_3 final.jpgBien le bonjour,

    Qu'il me soit permis de revenir sur le référendum visant le P + R en France voisine.

    Lancé par le MCG il faut tout d'abord féliciter en tout état de cause les référendaires d'avoir mener son combat au OUI.

    Il a gagné à 51, 1 %. Pas tout seul ?

    En regardant de prêt ce pourcentage, il n'est pas complétement idiot de se dire que les votes de l'UDC ont fait pencher la balance. Sans l'UDC le MCG n'aurait pas gagné cette partie.

    « Rendons à l'UDC ce qui appartient à l'UDC » !

    C'est dire aussi que l'UDC et le MCG représentent à deux une authentique « Nouvelle Force » pour Genève. Elle n'a de cesse de combattre les inepties des mauvaises propositions émanent du Conseil d'Etat notamment celles pouvant être pensées par le nouveau magistrat en charge de la mobilité Luc Barthassat.

    Cela dit, ce qui m'intéresse depuis dimanche se sont les idées du MCG pour sortir de son porte-monnaie intellectuel ses propositions pour remplacer les P + R en France.

    Il est toujours facile de démolir un projet, toutefois faut-il faire des propositions de remplacement.

    Pour l'instant radio couloir.

    Quelle nouvelle émotion démagogique va naître du coeur du MCG pour éradiquer le blême de tous les véhicules frontaliers qui viennent chaque matin à Genève ?

    J'attends ......

    Au sujet de tous les transitaires venant des quatre coins de Genève, une seule solution à court terme, celle de l'UDC avec sa traversée de la rade soutenue sans conteste par le Touring Club et la Chambre immobilière de Genève.

    Dire OUI à ce projet intelligent et visionnaire c'est faire sauter les bouchons.

    IL Y EN A RAS LE BONBON DE CES SEMPITERNELS BOUCHONS QUI BLOQUENT AU QUOTIDIEN LA QUALITE DE LA MOBILITE GENEVOISE.

    Comment Luc Barthassat ne comprend pas ça. Il est encore plus boucher que les bouchons !

    Bref, je tenais à relever que l'UDC n'est pas du tout étrangère au résultat de la votation de dimanche. Bien autre contraire !

    Allez bonne journée !

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Vie associative : la jeunesse devrait mieux être orientée.

    Imprimer

    images.jpgBien le bonjour,

    Vie associative : la jeunesse devrait mieux être orientée.

    De nos jours, l’entrée de jeunes dans notre société d’adultes en tant que citoyen actif à part entière se fait, plus tardivement qu’autrefois.

    Actuellement la situation économique induit souvent un état intermédiaire d’inactivité, source de mal-être et donc de déviance.

    L’adolescence est une phase de transition importante. Le jeune est en pleine recherche d’identification avec assimilation et mimétisme d’un héros, le plus souvent parmi des « stars » et qui deviennent ses références.

    Dans certains cas, il y a un mimétisme du « grand frère » : pour les plus jeunes, les héros sont les caïds de la cité.

    La cellule familiale est le premier cercle de construction de l’individu. Même si elle ne peut seule être tenue pour responsable, une carence familiale sous-tend fréquemment des problèmes de violences. La famille est le premier lieu d’éducation et de socialisation de l’enfant.

    Mais, de nos jours, la cellule familiale est souvent déstabilisée : diminution du temps consacré aux enfants, absence de grands-parents, disparition de l’autorité paternelle, divorces, voire parents contre-modèles….

    L’apprentissage de la violence peut aussi se faire à travers les violences intra-familiales.

    Il existe des facteurs de risque de délinquance chez le jeune. Le jeune dépressif peut fuir vers la mort physique en passant à l’acte par des méthodes de suicide

    « traditionnelles » ou bien, il peut plonger dans une mort sociale en exprimant sa violence par des actes antisociaux, lesquels sont en réalité la traduction d’un mal-être profond et d’un besoin de communication.

    Que dire des consommations d’alcool, de tabac et de drogue chez les jeunes, dans la recherche de sensations toujours plus vives.

    L’échec scolaire est en corrélation directe avec la déscolarisation des mineurs.

    Par ailleurs, tout comme le respect du père, le respect du professeur a hélas disparu.

    L’enseignant n’est qu’un représentant d’une institution qu’il rejette.

    L’architecture et l’insalubrité de certains quartiers ne sont pas les seuls responsables des actes de violence. La densité de la population et la proportion de la classe d’âge 12-25 ans, font que l’agressivité est omniprésente.

    La montée de la petite délinquance, des incivilités, des bagarres entre bandes, parfois inter-ethniques, du trafic de trafic de drogue, inquiètent fortement notre population et spécialement les plus fragiles.

    1 )Promouvoir le respect, l’effort et la discipline par des échanges et par le dialogue avec les associations par l’implication de ses activités telles que le sport, la musique ou toutes autres pouvant donner un sens à la vie des jeunes en manque de repères et de valeurs de notre sociétés.

    2) Encourager la pratique notamment du sport, de la musique et toutes autres activités comme thérapie et soutien psychologique au plus grand nombre, ceci dans un encadrement adapté et professionnel.

    Je serais d'avis qu'au sein de tous les établissements scolaires, depuis la primaire, les enseignants parlent de l'importance de faire partie de société, association et autres.

    Pourquoi ne pas créer une cellule de professionnelle en la matière allant avec leur bâton de bon Conseiller parler de la vie associative de Genève. Il en va de même de l'enseignement de la vie politique.

    Où que les associations qui le désirent viennent se présenter dans les classes.

    Dans ce bas monde il n'y a pas que l'intellectualité mais aussi la sociabilisation au quotidien.

    Allez bon début de semaine !

    Lien permanent 0 commentaire
  • Reconstruire le théâtre de Carouge? Oui mais avec un financement sérieux!

    Imprimer

    Unknown.jpgCe jour, la TdG parle à la page 19 du Théâtre de Carouge et c'est très bien ! Ce qui est dommage c'est que tous les partis ont été contactés directement par la journaliste sauf l'UDC-Carouge ! Vous trouvez ça normal ? Pas nous !

    Ce qui m'incite en ma qualité de Président de la section de la cité Sarde d'intervenir pour expliquer la position de l'UDC.

    Démolir et reconstruire pour 54 millions ou rénover pour 21 millions ?

    L'UDC-Carouge s'est penchée avec le plus grand intérêt pour le bien des finances de Carouge sur ce dossier et nous sommes arrivés à la conclusion que nous ne pouvions pas le prendre en considération et par là-même le voter au stade du crédit d'étude.

    Pourquoi ?

    Certes, ce n'est pas nouveau puisque le premier crédit d'étude voté pour l'organisation d'un concours date de 2008. Mais plus que la nécessité des travaux envisagés, c'est le financement qui retient notre attention. En effet, il est précisé que le coût de réalisation atteindra plus de 54 millions de francs pour la partie "théâtre" et sera réparti de la manière suivante :

    • 21 millions par la commune ;
- 15 millions par l'Etat (canton) ; - 13 millions par la Fondation du Théâtre de Carouge ;
- 5 millions enfin seront supportés par cette bonne poire à boucler les budgets qu'est l'Association des communes genevoises.

    Si aujourd'hui, il y a un engagement moral, mais non chiffré, de la part de l'Etat, il n'en va pas de même des communes genevoises. Et de rajouter que la Fondation du Théâtre de Carouge n'a elle pas plus de promesse chiffrée. Ce qui veut dire que tous les risques sont bons pour puiser encore plus que 21 millions dans la poche des contribuables.

    L'UDC-Carouge n'est pas contre le Théâtre de Carouge mais préfère la prudence avant d'obérer les finances publiques de la Commune.

    Et si le Conseil administratif ne réunit pas les sommes espérées ?

    Alors comme annoncé depuis des semaines, si le crédit de démolition-reconstruction dépasse Frs 1,--, l'UDC-Carouge lancera le référendum !

    Le crédit d'étude voté par la majorité du Conseil municipal est celui d'une commune qui se croit riche, malgré son endettement, gouvernée par des magistrats bobos qui espèrent ainsi laisser une trace "chic et bon genre" de leur passage aux commandes de la Ville. Pourtant, il y a un autre projet, trop vite oublié, qui prévoyait une rénovation d'un montant de 21 millions pourtant inscrite au chapitre des investissements 2014. Moins clinquante, certes, mais moins coûteuse pour les Carougeois puisque s'élevant à 54 millions. Les 13 millions restants étant toujours financés par la Fondation du théâtre de Carouge.

    De plus, nous sommes face à de grandes incertitudes quant à la nouvelle fiscalité qui sera mise en place très vite par le nouveau Conseiller d'état en charge des finances de Genève, à savoir la taxation au lieu de domicile et plus à celui du travail, soit un manque à gagner de plus de 6 millions, la suppression progressive de la taxe professionnelle à hauteur de 17 millions, et la taxation des sociétés à hauteur de 13 %. Combien de millions vont manquer à Carouge ces prochaines années. Précisons enfin que selon les dires du Maire lors de l'apéritif communal la population de la commune va augmenter de plus de 10'000 habitants ce qui entraînera indéniablement des nouvelles structures en termes de crèches, d'écoles, de salles pour les sociétés, etc., etc. Toutes ces raisons font que notre groupe n'a pas soutenu ce crédit d'étude fastueux. Il nous plaît de rappeler notre souci de faire baisser les impôts communaux, tout comme la dette. Ce qui n'empêche pas d'investir dans les infrastructures nécessaire pour la commune mais avec un plan financier sérieux. Ce qui n'est assurément pas le cas avec ce crédit d'étude !Il est dommage de présenter un tel projet aujourd'hui car manque de garanties fermes et trop d'incertitudes. Nous préférons adopter la voie de la sagesse pour le bien commun de Carouge.

    Allez bonne journée !



    Lien permanent 0 commentaire