30/05/2014

Armée : le paradoxe qui retourne le Gripen !

Unknown.jpgBien le bonjour,

Si hier fut l'ascension religieuse, ce jour c'est l'ascension du paroxysme Helvétique !

Pourquoi ?

Je viens de lire avec attention l'article sur notre bonne vieille Julie « Les Suisses nettement plus positifs à l'égard de l'armée ».

http://www.tdg.ch/suisse/suisses-nettement-positifs-egard-larmee/story/25038710

Selon le sondage mené par l'EPFZ, les petits Suisses font confiance aux qualités de nos bons soldats, le corollaire, son système logistique et toutes ses portées.

C'est dire que les 1200 personnes interrogées sont acquises au « gris-vert » et de son autonomie vis à vis de l'UE et de l'OTAN.

Ces mêmes personnes sont favorables à privilégier une armée de milice et seuls d'aucuns sont pour l'abolition de l'obligation de servir.

Bref, les Suisses aiment leur armée jusqu'à dire qu'ils en sont super fier.

Ce sondage a été réalisé 4 mois avant le vote sur le Grippen.

4 MOIS AVANT LE 18 MAI 2014

Alors, que s'est-il passé dans l'esprit des Suisses pour refuser le Grippen ?

Qu'est qui leur a fait changer d'avis ?

Ce paradoxe serait-il dû au résultat du 9 février sur l'initiative « contre l'immigration de masse » ?

Les électeurs ont-ils voulu se venger le 18 mai du OUI ?

Pourtant les sondés ne pensent pas à adhérer à l'OTAN ou l'UE.

De surcroît, ils attachent un réel intérêt au Corps de garde-frontière.

Le grand paradoxe 2014 ?

Deux choses l'une, soit les Suisses sont confiants dans les institutions comme ils l'ont prouvé en janvier notamment en l'armée et auraient dû accepter le Gripen, soit ils ont été vindicatifs et ont manifesté leur mauvaise humeur en disant NON au Gripen.

Si c'est cela, cette petite vengeance est totalement « conne ».

Dire NON par vengeance ne constitue pas le meilleur acte civil.

Bref, en Suisse nous sommes vraiment fortiche pour le paradoxe qui retourne tout un concept.

Le 18 mai dernier fut vraiment une anomalie intellectuelle du cerveau des électrices et des électeurs.

Cette date fut vraiment le paradoxe de l'illogique !

Comment auraient voté les Suisses le 8 février 2014 ?

Très certainement OUI au Gripen.

Allez bonne journée !

 

12:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.