26/05/2014

50 ans européen balayés par un vent soufflé par les Eurosceptiques !

Unknown.jpgBien le bonjour,

Au lendemain du séisme créant une profonde faille entre les dirigeants et le peuple, l'Europe est balayée par un vent violent et s'enfonce dans l'abime de l'échec total.

Ayons le courage de dire que le vote lié aux Européennes n'est pas la manifestation d'une mauvaise humeur mais bien une prise de conscience que cette grosse « machine » ne fonctionne pas et que le moment est venu de revoir tout le système.

C'est un coup de balais à l'expression des pères fondateurs de l'Union européenne, l'Allemand Konrad Adenauer, le Luxembourgeois Joseph Bech, le Neerlandais Johan Willem Beyen, l'Italien Alcide De Gasperi, du Belge Paul-Henri Spaak et les Français Jean Monnet et Robert Schuman. C'est vrai, l'engagement de ceux ci au début des années 1950 n'a pas convaincu en 2014, leurs convergences autour d'objectifs communs et de leurs valeurs de l'époque ne correspondant certainement pas ou plus à l'esprit de la majorité des Européens. Où sont-ce les dirigeants actuels qui n'ont pas eu l'intelligence politique de mener à bien leur grand projet.

Ce qui est intéressant de constater en marge du résultat de hier, ce sont les réactions des dirigeants avant le vote. Je veux évoquer notamment le propos de Nicolas Sarkosy d'enterrer Schengen I et de donner naissance à Schengen II. Et de surcroît de rapprocher encore plus la France à l'Allemagne.

Sans vouloir promouvoir le commerce de l'UDC, il faut bien reconnaître que mon parti est visionnaire et surtout loin d'être à côté de la plaque. C'est un parti lucide et responsable.

Il a bien compris que cette Europe telle que construite ne correspond pas à la qualité de vie politique, économique et sociale et surtout ne présente aucun intérêt pour la Suisse à y adhérer.

En définitive, ce qu'il faut retenir de ce scrutin c'est une prise de conscience que cette Europe est aux soins intensifs, qu'elle ne ressortira pas des soins intensifs dans son état actuel, même avec de bonnes injections, radiothérapie ou chimiothérapie.

Si elle veut se relever il faudra l'enterrer et planter des nouvelles graines très fertiles pour faire pousser une Europe fédéraliste, à l'image du système Suisse. Une Europe fédéraliste sans Schengen, sur des bases solides laissant l'indépendance à chaque pays membres d'être souverain sur ces terres.

On pourrait écrire des tartines sur ce dimanche blanc des Eurosceptiques.

Laissons plutôt apprécier ce choc des urnes et retenons notre souffle pour une meilleure société européenne basée sur un grand retour en arrière tout étant constructif pour une union fédéraliste.

Allez bonne journée !

 

 

 

 

 

10:11 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.