11/05/2014

Vie associative : la jeunesse devrait mieux être orientée.

images.jpgBien le bonjour,

Vie associative : la jeunesse devrait mieux être orientée.

De nos jours, l’entrée de jeunes dans notre société d’adultes en tant que citoyen actif à part entière se fait, plus tardivement qu’autrefois.

Actuellement la situation économique induit souvent un état intermédiaire d’inactivité, source de mal-être et donc de déviance.

L’adolescence est une phase de transition importante. Le jeune est en pleine recherche d’identification avec assimilation et mimétisme d’un héros, le plus souvent parmi des « stars » et qui deviennent ses références.

Dans certains cas, il y a un mimétisme du « grand frère » : pour les plus jeunes, les héros sont les caïds de la cité.

La cellule familiale est le premier cercle de construction de l’individu. Même si elle ne peut seule être tenue pour responsable, une carence familiale sous-tend fréquemment des problèmes de violences. La famille est le premier lieu d’éducation et de socialisation de l’enfant.

Mais, de nos jours, la cellule familiale est souvent déstabilisée : diminution du temps consacré aux enfants, absence de grands-parents, disparition de l’autorité paternelle, divorces, voire parents contre-modèles….

L’apprentissage de la violence peut aussi se faire à travers les violences intra-familiales.

Il existe des facteurs de risque de délinquance chez le jeune. Le jeune dépressif peut fuir vers la mort physique en passant à l’acte par des méthodes de suicide

« traditionnelles » ou bien, il peut plonger dans une mort sociale en exprimant sa violence par des actes antisociaux, lesquels sont en réalité la traduction d’un mal-être profond et d’un besoin de communication.

Que dire des consommations d’alcool, de tabac et de drogue chez les jeunes, dans la recherche de sensations toujours plus vives.

L’échec scolaire est en corrélation directe avec la déscolarisation des mineurs.

Par ailleurs, tout comme le respect du père, le respect du professeur a hélas disparu.

L’enseignant n’est qu’un représentant d’une institution qu’il rejette.

L’architecture et l’insalubrité de certains quartiers ne sont pas les seuls responsables des actes de violence. La densité de la population et la proportion de la classe d’âge 12-25 ans, font que l’agressivité est omniprésente.

La montée de la petite délinquance, des incivilités, des bagarres entre bandes, parfois inter-ethniques, du trafic de trafic de drogue, inquiètent fortement notre population et spécialement les plus fragiles.

1 )Promouvoir le respect, l’effort et la discipline par des échanges et par le dialogue avec les associations par l’implication de ses activités telles que le sport, la musique ou toutes autres pouvant donner un sens à la vie des jeunes en manque de repères et de valeurs de notre sociétés.

2) Encourager la pratique notamment du sport, de la musique et toutes autres activités comme thérapie et soutien psychologique au plus grand nombre, ceci dans un encadrement adapté et professionnel.

Je serais d'avis qu'au sein de tous les établissements scolaires, depuis la primaire, les enseignants parlent de l'importance de faire partie de société, association et autres.

Pourquoi ne pas créer une cellule de professionnelle en la matière allant avec leur bâton de bon Conseiller parler de la vie associative de Genève. Il en va de même de l'enseignement de la vie politique.

Où que les associations qui le désirent viennent se présenter dans les classes.

Dans ce bas monde il n'y a pas que l'intellectualité mais aussi la sociabilisation au quotidien.

Allez bon début de semaine !

17:22 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.