05/05/2014

Reconstruire le théâtre de Carouge? Oui mais avec un financement sérieux!

Unknown.jpgCe jour, la TdG parle à la page 19 du Théâtre de Carouge et c'est très bien ! Ce qui est dommage c'est que tous les partis ont été contactés directement par la journaliste sauf l'UDC-Carouge ! Vous trouvez ça normal ? Pas nous !

Ce qui m'incite en ma qualité de Président de la section de la cité Sarde d'intervenir pour expliquer la position de l'UDC.

Démolir et reconstruire pour 54 millions ou rénover pour 21 millions ?

L'UDC-Carouge s'est penchée avec le plus grand intérêt pour le bien des finances de Carouge sur ce dossier et nous sommes arrivés à la conclusion que nous ne pouvions pas le prendre en considération et par là-même le voter au stade du crédit d'étude.

Pourquoi ?

Certes, ce n'est pas nouveau puisque le premier crédit d'étude voté pour l'organisation d'un concours date de 2008. Mais plus que la nécessité des travaux envisagés, c'est le financement qui retient notre attention. En effet, il est précisé que le coût de réalisation atteindra plus de 54 millions de francs pour la partie "théâtre" et sera réparti de la manière suivante :

  • 21 millions par la commune ;
- 15 millions par l'Etat (canton) ; - 13 millions par la Fondation du Théâtre de Carouge ;
- 5 millions enfin seront supportés par cette bonne poire à boucler les budgets qu'est l'Association des communes genevoises.

Si aujourd'hui, il y a un engagement moral, mais non chiffré, de la part de l'Etat, il n'en va pas de même des communes genevoises. Et de rajouter que la Fondation du Théâtre de Carouge n'a elle pas plus de promesse chiffrée. Ce qui veut dire que tous les risques sont bons pour puiser encore plus que 21 millions dans la poche des contribuables.

L'UDC-Carouge n'est pas contre le Théâtre de Carouge mais préfère la prudence avant d'obérer les finances publiques de la Commune.

Et si le Conseil administratif ne réunit pas les sommes espérées ?

Alors comme annoncé depuis des semaines, si le crédit de démolition-reconstruction dépasse Frs 1,--, l'UDC-Carouge lancera le référendum !

Le crédit d'étude voté par la majorité du Conseil municipal est celui d'une commune qui se croit riche, malgré son endettement, gouvernée par des magistrats bobos qui espèrent ainsi laisser une trace "chic et bon genre" de leur passage aux commandes de la Ville. Pourtant, il y a un autre projet, trop vite oublié, qui prévoyait une rénovation d'un montant de 21 millions pourtant inscrite au chapitre des investissements 2014. Moins clinquante, certes, mais moins coûteuse pour les Carougeois puisque s'élevant à 54 millions. Les 13 millions restants étant toujours financés par la Fondation du théâtre de Carouge.

De plus, nous sommes face à de grandes incertitudes quant à la nouvelle fiscalité qui sera mise en place très vite par le nouveau Conseiller d'état en charge des finances de Genève, à savoir la taxation au lieu de domicile et plus à celui du travail, soit un manque à gagner de plus de 6 millions, la suppression progressive de la taxe professionnelle à hauteur de 17 millions, et la taxation des sociétés à hauteur de 13 %. Combien de millions vont manquer à Carouge ces prochaines années. Précisons enfin que selon les dires du Maire lors de l'apéritif communal la population de la commune va augmenter de plus de 10'000 habitants ce qui entraînera indéniablement des nouvelles structures en termes de crèches, d'écoles, de salles pour les sociétés, etc., etc. Toutes ces raisons font que notre groupe n'a pas soutenu ce crédit d'étude fastueux. Il nous plaît de rappeler notre souci de faire baisser les impôts communaux, tout comme la dette. Ce qui n'empêche pas d'investir dans les infrastructures nécessaire pour la commune mais avec un plan financier sérieux. Ce qui n'est assurément pas le cas avec ce crédit d'étude !Il est dommage de présenter un tel projet aujourd'hui car manque de garanties fermes et trop d'incertitudes. Nous préférons adopter la voie de la sagesse pour le bien commun de Carouge.

Allez bonne journée !



13:39 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.