07/02/2014

JO en 2018 à Genève ? Non mais, "déradons" !

Unknown.jpgBien le bonjour,

De – 776, premiers jeux olympiques à ceux de ce grand jour de Maître Poutine, les disciplines sportives n'ont cessé d'évoluer.

La Russie est et sera pendant 15 jours la grande Maîtresse du monde.

Et demain ?

Imaginez des JO d'hiver à Genève en 2018.

Une candidature faisant la nique à Annecy, pouvant permettre de rendre Genève la ville la plus enviée du monde pendant 15 jours.

Du sport politique, du sport économique, du sport très cité Calvin, du sport à l'exigu, Genève a-t-elle les moyens de se lancer dans une telle crânerie très genevoise.

Le plus grand rassemblement d'athlètes à Genève est-ce possible ?

Genève se croyant très souvent au dessus des lois, au dessus de la meilleure politique, fréquemment gonflée à bloc, étant décalée avec Berne, se prenant pour les meilleurs du monde, a en effet pensé à organiser des JO des 2004.

Mais que OUI.

Après l'échec de Sion, avez-vous oublié que la cité de Calvin voulait être candidate pour des jeux d'hiver en 2018.

A l'époque des contacts avaient été pris avec les Autorités de la ville de Genève, du canton de Genève, de Vaud et du Valais ainsi qu'auprès de l'ancienne Présidente de la Confédération Suisse, la genevoise Micheline Calmy-Rey.

Jean-Louis Chappelet disait, je cite « Nous avons appris de l'expérience de Sion qu'il n'est pas suffisant d'avoir une bonne candidature technique. Il faut aussi convaincre le CIO d'un point de vue politique. Cela passe aussi par un lobbying international auprès des personnes habilités à voter ».

Mais que OUI.

Un comité exploratoire GEJO 2018, dont Jean-Pierre Jobin et Jean-Loup Chappelet, a été super motivé à se lancer dans cette grande aventure sous le slogan « GEJO 2018 – Pourquoi pas ? ».

Phénoménale ce défi genevois !

Audace ?

A lire la « littérature » Genève posséderait toutes les infrastructures sportives, hôtelières et de transport pour organiser ce rassemblement international. De surcroît Genève se situe au coeur des Alpes. Ces atouts étaient bien cogités par les gentils penseurs très genevois.

A contrario, Swiss Olympic communiquait que « Nous restons d'avis qu'une candidature 2018 n'a pas de sens et quasiment aucune chance de passer la rampe ».

De cette déclaration fracassante pour Genève, ce projet pharaonique et utopique ne réunissant par les conditions pour organiser des jeux d'hiver en Suisse, est resté au fond d'un tiroir. A tout le moins plus de signe de vie en ce grand jour de l'ouverture des JO d'hiver 2014 à Sochi.

Genève peut « dérader » !

Et très sérieusement Genève devrait plus tôt être moins gonflée et mettre la priorité sur la traversée de la rade. Si celle-ci pose certains problèmes sur les mesures d'accompagnements, le projet de l'UDC lui est réalisable et faisable avant 2018 ! Bon disons avec les « genevoiseries » très genevoises en 2020 !

Faudrait-il que la nouvelle pseudo « Droite genevoise » aie le courage politique de reconnaître que l'UDC a raison, tout comme MM Jobin et Chappelet (je crois PLR) qui eux on osé lancer un grand défi pour Genève. Eux, ils en avaient dans le pantalon d'athlète !!!

Allez bonne journée !

 

 

 

 

08:51 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.