05/02/2014

De tout temps les catholiques ont vécu des problèmes de changement

images.jpgBien le bonjour,

Je viens de lire un article portant sur le sondage papale de la doctrine de l'église.

Il apparaît que les bons catholiques, mis à part les intégristes et les bigots, ne sont plus vraiment sur le même chemin de la « gestion » religieuse. La société religieuse change.

Les fidèles seraient bien plus ouverts qu'ils ne l'étaient il y a des décennies.

90 % des sondés sont d'accord avec la reconnaissance des couples divorcés.

60 % « épouseraient » les couples homosexuels.

Quant à la contraception, les gens ne sont pas tous d'accord sur ce sujet sensible.

Cela dit, il faut constater que la foi a toujours une place pondérante dans la vie de tous les jours au sein de la famille, le mariage reste l'authentique naissance de la famille l'éducation religieuse reste forte dans l'esprit des 97 % des personnes sondées.

Partant de ce constat, il est à remarquer que les fidèles sont critiques à l'égard de la doctrine officielle de l'église ce qui n'est pas un coup de théâtre, les moeurs ayant évoluées depuis bien des années d'où une remise en question de Rome.

L'église doit ainsi se poser les bonnes questions sur ces évolutions controversées de la société, du mariage, des couples unis, de la famille et du divorce.

Mais alors, faut-il renouveler la société religieuse, les mentalités, l'église, les prêtres ?

De tout temps les catholiques ont vécu des problèmes de changement.

Si l'église n'a jamais échappé aux transformations de société globale, là elle est à un nouveau tournant de son histoire, de ses valeurs de traditions, face au monstre renversement des mentalités des sociétés modernes.

Les mutations de notre civilisation depuis plusieurs années doit donc changer, à tout le moins évoluer vers une non crise de l'église.

En effet, pour éviter des douleurs futures de sociétés, l'église devrait revoir sa copie et faire naître un monde plus humain, plus proche des réalités, sans pour autant se distancer des valeurs qui sont celles de l'être humain. L'église doit chercher et trouver les meilleures solutions pour respirer un air encore plus pur.
Il est évident que parler de transformations religieuses va soulever des objections, des barricades, des résistances, mais quelle définition de la religion ? Quel langage scientifique ? Quelles réalités vivantes appliquer ? Quels respects des valeurs de la vie ? Vraiment est ce que l'église doit changer ou non ? Est-ce que l'église doit s'adapter aux besoins de la culture évoluante, aux progrès intellectuels de l'être humain ?

Est-il orthodoxe d'être fidèle à l'évolution des sociétés au regard de l'ouverture radicale de l'esprit humain ?

Je dirais que l'église doit ouvrir ses bras, ses yeux, ses oreilles et se mettre au travail pour mieux comprendre, recevoir et coopérer avec ses fidèles et ainsi marcher sur le chemin d'une société religieuse adaptée au grand mouvement de la société qui n'a de cesse d'évoluer.

Toutefois, l'église ne doit pas s'animer d'aspirations pouvant mettre en péril les authentiques valeurs de la société et doit savoir s'adapter aux nouvelles pensées de ses fidèles sans s'éloigner du bien.

Très personnellement, la première chose que je réformerais au sein de la grande Maison de Dieu c'est le mariage des prêtres. Pour moi, la célibat des prêtres et la plus grande ineptie et la plus totale hypocrisie de l'histoire de la religion. Amen !

Allez bonne journée !

 

 

 

 

07:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.