27/01/2014

Les médias qui "tuent" !

Unknown.jpgBien le bonjour,

Alors que la Suisse frissonne sous les nuages blanc de l'initiative sur l'immigration de masse, dont le OUI se rapproche lentement mais sûrement du 50 %, la liberté de la presse people ne s'est pas gênée en s'invitant dans la vie privée du Président français.

Evidemment, avec une histoire aussi hypra sensationnelle en ce début d'année, la collection des livres roses n'a pas eu grand mal à « mitrailler » le pseudo couple Hollande-Trieweiler, et bien entendu Julie Gayet. Ce ne sont pas les premiers !

Le buzz, la France s'est vue tapissée de manchette sur ce sujet et par là-même vendue pour des millions de francs les « canards déchénés » d'histories à rebondissement.

Il est bien clair qu'un homme ou une femme comblée d'une charge politique doit être totalement clean, ou alors bien cacher son jardin secret, sinon c'est le déferlement des médias. Cela dit, est-ce vraiment utile face une charge politique d'oublier qu'il y a avant tout l'être humain ?

Assurément, le travail des journalistes, ne nous trompons pas, est de chercher les failles, les noises, le pet de travers, et ce dans le but de faire du chiffre. Serait-ce humain ?

Les journalistes people se sont appropriés le rôle de révéler les vies amoureuses, l'esprit de famille, le patrimoine, les comptes bancaires cachés, les accidents, les viols, bref le crible complet de la vie personnel d'une femme ou d'un homme exposé.

Cependant, la presse à scandale, les paparazzis, les scandaleux, ont-ils des limites, imaginent-ils tout le mal qui peuvent faire, toutes le fissures, les cassures, les torts moraux, tant les magazines entraînent des dégâts, voire des bienfaits, dans la vie privée d'aucuns.

Tout ce monde dont on peut se demander où se situe la morale va jusqu'à emprunter de fausses identités, fouiller les poubelles, pour dégoter le super scoop, les sujets chocs.

Souvent toutes ces méthodes sont clairement « dégueulasses » tant elles peuvent nuire à une personne, la détruire, à contrario la promouvoir.

Je trouve absolument indécent le fait qu'aucune limite ne soit vraiment fixée pour créer le choc, le trash, le titre accrocheur, les accrocs de la vie.

C'est un business que je ne peux pas cautionner.

Plus grave que ces revues au fil rouge dépassé, sont les lecteurs de plus en plus nombreux qui se gargarisent avec les titres à rebondissement. En fait, ces nombreux lecteurs curieux, excités cérébralement, physiquement et sexuellement, sont les moteurs financier de ces magazines à scandales. En effet, tous ces gens avides d'histoires sensationnelles gavant leur psy et ainsi croire mieux vivre, et ce en oubliant le mal ressenti par les victimes, font la fortune de cette forme de presse. Non seulement ils graissent ces médias, mais aussi latéralement les stars qui font la une. Les lecteurs ignorent très certainement qu'entre presse et célébrités de tous genres c'est une affaire enrichie de toute part.

On devrait sanctionner les personnes qui lisent ces revues sensibles !!!

Tout ça pour dire que ce business me dégoûte surtout celui en dessous de la ceinture, celui qui ne vise que les victimes de ces journalistes sans morale, sans respect.

Et en Suisse, quelle presse insolite ?

Allez bonne journée !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.