11/11/2013

De l'atelier floral création au Hansé café, qu'un pas !

Ce sont aussi les commerçants qui font vivre Carouge.

Lire la suite

10:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

05/11/2013

Chômage des jeunes : priorité aux résidents de Genève

Unknown.jpgBien le bonjour,

En lisant l'article de la TdG :

CHOMAGE : Le cri de mères dont les enfants sont chômeurs de longue durée.

Trois mille chômeurs de moins de 30 ans à Genève. Des mères racontent leur calvaire, la tête haute.

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/cri-meres-enfants...

je deviens en premier lieu très triste pour ces jeunes et leurs parents, et en arrière scène, je m'excite contre les Autorités qui ne les favorisent pas, et tous les chômeurs.

Pourquoi ?

En favorisant les clandestins qui bossent au noir (évidemment s'ils sont clandestins !!!), et tous les frontaliers qui viennent chez nous, les Autorités prétéritent les chômeurs et les gens de l'Hospice général. A ceci, la gauche « caviar » est quelque part responsable. Elle veut tellement faire de social envers tout et un chacun qu'elle oublie que nous avons ici des résidents sans emploi et qui ne veulent travailler et ne plus être à la charge de la société.

J'aimerais bien connaître le nombre de travailleurs non déclarés au détriment des chômeurs et de la grande famille de l'Hospice général.

Ce qui m'amène à dire que la confiance dans le système peut être indéniablement rompue et qu'un grand « nettoyage » s'imposerait peut-être. Mais voilà, à ce domaine très sensible, aucune Autorité ne veut vraiment promouvoir les valeurs des genevois et des résidents. Aujourd'hui, où sont les valeurs liées à l'entraide des gens d'ici ?

Ce qui se passe à Genève est inadmissible.

Ce qui m'inquiète aussi, ce sont ces Autorités qui permette aux contribuables de savoir comment l'argent de leurs impôts est employé ? Pour les clandestins et j'en passe des meilleurs ? Permet aux patrons d'employés des personnes qui seront peut être payées au lance pierre ?

Soyons honnêtes, clairs, et admettons que dans cette période où la gauche « caviar » « despersanolise » l'être humain, Genève a de sérieux problèmes en la matière en ne chérissons plus les valeurs de l'entraide envers les citoyennes et les citoyens résidents sans emploi.

A Genève, la responsabilité et le respect des sans emploi est bien entachée par un manque évident de courage politique.

En définitive, l'Etat doit absolument tout mettre en oeuvre pour veiller au strict respect des sans emploi d'ici et lutter sans délai contre le travail donner aux clandestins et autres illégaux. Il faut créer sans délai une cellule de crise pour traquer les employeurs fauteurs.

Nos enfants ont le droit à la priorité en matière de travail. Il faut faciliter les chances des gens de chez nous avant tout.

Suite à cette article, je dirais sans complexe : priorité aux Suisses et aux résidents légalement déclarés.

Sans être un aigris ou un « vieux con », sur ce moment quelque peu déçu du système mis en place par nos chères Autorités je reste très solidaire avec ces sans emplois, notamment les jeunes qui n'ont rien demandé.

Allez bonne journée.

 

 

 

 

 

16:06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

04/11/2013

Parlons de la chocolaterie artisanale de l'Arve à Carouge

Unknown.jpgBien le bonjour,

Comment va la vie très automnale. Punaise je pleins les dépressifs, les atteints de bobos physique, moi le premier (!), les plus et les moins ouverts dans nos sociétés.

Certes....

Il y a quelque temps, le Carougeois, journal de la Cité Sarde, a publié l'un de mes articles portant sur une chocolaterie artisanale bien de chez nous.

N'étant pas un égoïste, voire un égo-centriste, je pense bien de vous faire partager la découverte de cette manufacture.

Allez bonne soirée !

La manufacture artisale d'Yves et d'Odile Gianetti

A la chocolaterie de l'Arve

Les passants de la place de l'Octroi 13 peuvent y humer depuis 28 ans une douce odeur avec la chocolaterie artisanale d'Yves et d'Odile Gianetti.

Cet établissement au large de Carouge est vraiment du chocolatier au chocolat. Tout y est fabriqué artisanalement. En effet, la fabrication des chocolats est réalisée par le Maître cholocatier Yves Gianetti dont la philosophie principale est la qualité et la fraîcheur avec des sélections rigoureuses et des matières premières pour créer des recettes personnelles et originales. L'entreprise familiale est spécialiste du pavé glacé proposé dans trois parfums, nature, moka et orange. Ce sont aussi plus 35 sortes de pralinés différents et de bonne feuilles de chocolat noir croustillant à l'arôme de framboise, citron et orange. Etant précisé qu'en marge des chocolats de chez nous, il y est travaillé aussi celui en provenance de Bolivie.

Aujourd'hui rare sont les personnes qui confectionnent elles-mêmes leur chocolat, les chocolatiers passant tous par des entreprises qui produisent de grandes quantités industrielles. Le Maître chocolatier Yves Gianetti ne veut pas d'intermédiaires, il veut travailler en direct et ainsi se distinguer de la très grande majorité des chocolatiers qui se servent d'acheteurs. Etant précisé, qu'à Carouge, La Chocolaterie de l'Arve n'est pas la seule à travailler artisanalement le chocolat.

Fraîcheur, saveur, authentique goût du chocolat à l'ancienne, sont des qualités d'une chocolaterie bien Suisse et surtout bien Carougeoise. Ici rien ne passe pas des machines à grand débit, les petits chocolats sont travaillés un à un. La Chocolaterie de l'Arve c'est une petite « bijouterie du chocolat » !

A ce temple du chocolat ouvert en 1985, après Madame Joye, on y découvre aussi un petit salon de thé classique, avec de beaux bouquets de fleurs, doublé d'un charmant jardin carougeois à l'arrière avec tables à l'abri du vent. Trouver un lieu pareil sur la place de l'Octroi ne relève pas de l'exploit, c'est tout simplement le fruit d'un véritable acharnement et de croyance en les valeurs du chocolat. Ca fait 28 ans que le couple Gianetti recherche la fabrication intense de chocolats maison dont les règles de l'art sont exigées et en font la réputation incontestée de ce paradis chocolatier. En marge de la clientèle traditionnelle, Organisations internationales, Banquiers, régisseurs, agents de voyages, laboratoires médicaux viennent se servir à la Chocolaterie de l'Arve. Ici on vend plus l'artisanal que l'artistique d'autres chocolateries.

Si les connaisseurs et les amateurs de chocolat se rendent au 13 place de l'Octroi, ils viennent aussi déguster les glaces et sorbets maison sur les terrasse devant le magasin et dans le jardin arrière boutique.

La Chocolaterie de l'Arve est une institution carougeoise aimée aux quatre coins cardinaux.

Laissez vous tenter par ces chocolats fins élaborés strictement artisanalement et dans le respect de la tradition du Maître chocolatier Yves Gianetti.

Souvenirs, souvenirs......

La qualité des chocolats de tradition a vu se transformer Carouge et ses gens.

Tout d'abord la place de l'Octroi qui a fait peau neuve il y a déjà bien des années, laissant une place bien vivante à une esplanade morte née; il ne se passe jamais rien à cet endroit si ce n'est le passage intense des trams. Avant, avec l'UBS, la COOP, et bien d'autres petits commerces, la vie était bien plus trépidante. Il y avait une âme, une ambiance, du mouvement. Aujourd'hui, les temps ont changé laissant une place froide, sans vie, inanimée.

Tant la grande braderie, la vogue, le 225ème anniversaire de Carouge, le marché de Noël et les autres événements de Carouge ne viennent plus sur la place de l'Octroi. La dernière présence festive fut le magnifique bi centenaire de Carouge! C'est dommage de prétériter ainsi le commerce à cet endroit.

La clientèle a changé aussi. Après les Tactac, Saracchi, Hiltpold, Racordon, Salzamnn, Motini, Castioni, Charlet, etc., « allo quoi » l'ambiance des anciens de Carouge, se sont les nouveaux habitants de Carouge qui viennent. Dans le temps, la Mairie de Carouge aimait venir chez Yves et Odile Gianetti.

De la même manière que ce monde quelque peu mouvementé, c'est le choc des générations, du développement de Carouge, de l'évolution géo politique et de l'humeur carougeoise qui a bien changé depuis quelques années (10 ans).

Toujours est-il que le couple Gianetti bien qu'un peu nostalgique continue à être heureux à Carouge. Ils gardentet gardera les meilleurs souvenirs de l'évolution de leur entreprise familiale dans la société moderne.

Profitez car dans deux ans c'est la retraite bien méritée du Maître

En 2015, Yves Gianetti prendra sa retraite. A son départ, il fêtera 30 ans d'activité artisanale et familiale à Carouge. De cette belle aventure, il ne regrette rien. Avec sa femme, avec laquelle il est marié depuis 40 ans, il a su bâtir son affaire doucement, faire des choix, puis élaborer ses connaissances de chocolatiers, ses talents de bon patron, s'ouvrir à Carouge, créer une alliance entre ses chocolats et sa clientèle, permettre de demeurer, innover, se battre pour exister, se remettre en question, inventer, passer par des moments difficiles, mais surtout être un patron libre aimé par le tout un chacun amoureux du chocolat et aimant Carouge.

Demain, son voeu le plus cher veut qu'un jeune chocolatier reprenne son entreprise. Il souhaite en effet garantir dans le respect de ses valeurs la survie à la Chocolaterie de l'Arve. Trouvera-t-il le bonheur en un jeune qui en veut et qui n'a pas peur dans ce monde de requins et tracer son chemin en continuité de celui d'Yves Gianetti.

Pour autant, face à la compétition dans le domaine du chocolat industriel qui fait rage, il est indubitable que la Chocolaterie de l'Arve ne renvoie pas son savoir à l'inertie et prive ainsi le tout Carouge et les visiteurs de sa fraîcheur artisanale. Cette philosophie ne doit pas s'essouffler et, par là-même, ne pas inspirer à la fermeture définitive de ce temps du chocolat en 2015.

Certes nous n'en sommes pas encore à la fermeture, ce qui m'amène à citer un poème « chocolaté » de Christiane Tixier, Chocolatologue à l'institut supérieur des Arts à Paris.

La vie c'est comme le chocolat !

Il y a des moments " chocolat blanc ", un peu fades et sans surprises,

Des moment il y a des imprévus, comme autant de noisettes,

Amandes, fruits, fleurs, herbes, épices ou alcools,

Qui tantôt nous surprennent, tantôt nous séduisent

Mais parfois nous déplaisent.

Il y a des moments pleins de richesses,

Souvent simples parcelles d'or, mais aussi

Pépites, pistoles et même lingots,

Mais parfois " mendiants "…

Il y a des éclats de rire

Comme des éclats de fèves !

 

LE CHOCOLAT C'EST COMME LA VIE !

On peut tout faire, tout oser,

Mais pas n'importe quoi !

Tout est question d'équilibre.

Dans un carré de chocolat,

Il y a des parfums de voyage,

Des souvenirs d'enfance,

Des promesses de bonheur,

Aussi je vous souhaite

De ne jamais vous retrouver " chocolat "

Sans chocolat sous la main

Et pire… sous la dent !

ts " chocolat au lait ", pleins de douceur et de tendresse,

Des moments " chocolat noir ", forts, intenses, excitants, passionnants

Mais parfois agressifs, légèrement acides si ce n'est amers.

Allez bon vent à la Chocolaterie de l'Arve !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16:37 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

01/11/2013

Les Aînés font de la résistance envers les élections-votations....

images.jpgBien le bonjour,

Moi je vais bien et vous ?!

C'est le week end, alors profitez un max de vous reposer.

Paraît qu'il va faire mauvais, le corollaire se verra dans neuf mois !

Avant de devenir désagréable sur certains sujets, je préfère de loin commencer mon blog par des « fleurs ».

Certes, devenons donc sérieux.

A midi j'ai déjeuné dans une Résidence carougeoise pour personnes âgées, dont bien des aînés viennent de l'extérieur juste manger et reparte voir les nouvelles chez eux.

Woua, ce qu'ils étaient excités.

Pourquoi ?

Ils ont reçu une première enveloppe pour l'élection du Conseil d'Etat genevois, puis une deuxième pour les votations du 24 prochain.

Stupeur, ils ne comprennent plus rien, perdent les pédales, ne savent plus quoi faire, bref, ils sont submergés de tâches citoyennes.

Trop c'est trop !

Résultat.

Les quelques 14 personnes se refusent à voter.

Cet après midi, j'ai été interpellé au cimetière, n'est-ce pas la fête des morts demain, raison pour laquelle les foules sont à cet endroit de paix pour témoigner quelque chose à un proche, moi le premier sur la tombe de mes parents, pour me demandez si la Chancellerie d'état ne se « foutait » pas de la gueule des citoyens avec ses enveloppes simultanées.

En 5 heures, ce ne sont pas moins de 18 personnes qui ne comprennent pas ce doublon, qui en soit n'en est pas un, et ont décidé de ne renvoyer aucune enveloppe de vote.

Imaginez le nombre d'électeurs total sur le canton pris d'insensibilité pour ces deux actes civiques, et bien ça dénombrera bien des manques de votes.

Enfin, sur un acte plus général, tous s'accordent à dire d'une même voix que 2 mois pour élire le Grand Conseil et le Conseil d'Etat c'est beaucoup trop long.

Voilà mes deux « genevoiseries » de la semaine ?

Allez bonne soirée.

 

16:59 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook