05/11/2013

Chômage des jeunes : priorité aux résidents de Genève

Unknown.jpgBien le bonjour,

En lisant l'article de la TdG :

CHOMAGE : Le cri de mères dont les enfants sont chômeurs de longue durée.

Trois mille chômeurs de moins de 30 ans à Genève. Des mères racontent leur calvaire, la tête haute.

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/cri-meres-enfants...

je deviens en premier lieu très triste pour ces jeunes et leurs parents, et en arrière scène, je m'excite contre les Autorités qui ne les favorisent pas, et tous les chômeurs.

Pourquoi ?

En favorisant les clandestins qui bossent au noir (évidemment s'ils sont clandestins !!!), et tous les frontaliers qui viennent chez nous, les Autorités prétéritent les chômeurs et les gens de l'Hospice général. A ceci, la gauche « caviar » est quelque part responsable. Elle veut tellement faire de social envers tout et un chacun qu'elle oublie que nous avons ici des résidents sans emploi et qui ne veulent travailler et ne plus être à la charge de la société.

J'aimerais bien connaître le nombre de travailleurs non déclarés au détriment des chômeurs et de la grande famille de l'Hospice général.

Ce qui m'amène à dire que la confiance dans le système peut être indéniablement rompue et qu'un grand « nettoyage » s'imposerait peut-être. Mais voilà, à ce domaine très sensible, aucune Autorité ne veut vraiment promouvoir les valeurs des genevois et des résidents. Aujourd'hui, où sont les valeurs liées à l'entraide des gens d'ici ?

Ce qui se passe à Genève est inadmissible.

Ce qui m'inquiète aussi, ce sont ces Autorités qui permette aux contribuables de savoir comment l'argent de leurs impôts est employé ? Pour les clandestins et j'en passe des meilleurs ? Permet aux patrons d'employés des personnes qui seront peut être payées au lance pierre ?

Soyons honnêtes, clairs, et admettons que dans cette période où la gauche « caviar » « despersanolise » l'être humain, Genève a de sérieux problèmes en la matière en ne chérissons plus les valeurs de l'entraide envers les citoyennes et les citoyens résidents sans emploi.

A Genève, la responsabilité et le respect des sans emploi est bien entachée par un manque évident de courage politique.

En définitive, l'Etat doit absolument tout mettre en oeuvre pour veiller au strict respect des sans emploi d'ici et lutter sans délai contre le travail donner aux clandestins et autres illégaux. Il faut créer sans délai une cellule de crise pour traquer les employeurs fauteurs.

Nos enfants ont le droit à la priorité en matière de travail. Il faut faciliter les chances des gens de chez nous avant tout.

Suite à cette article, je dirais sans complexe : priorité aux Suisses et aux résidents légalement déclarés.

Sans être un aigris ou un « vieux con », sur ce moment quelque peu déçu du système mis en place par nos chères Autorités je reste très solidaire avec ces sans emplois, notamment les jeunes qui n'ont rien demandé.

Allez bonne journée.

 

 

 

 

 

16:06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.