06/09/2012

Le Jeûne genevois ?

Unknown.jpgBien le bonjour,

Je remarque que le sens de la fête et les origines de celle-ci se perd.

J'ai constaté ce manque de valeurs de notre société à la vogue de Carouge.

Les gens sont moins fêtard. Ils sont devenus pantouflards et moins abonnés aux sens profonds des valeurs qui n'ont eu de cesse de constituer notre vie profonde de valeurs humaines.

Le but de ce blog n'est pas de faire des grandes recherches du pourquoi et du comment mais d'entretenir le sens de la fête et de ses valeurs.

Partant, vous trouverez ci-dessous, l'origine du Jeûne genevois.

Un rappel au bon sens de l'histoire du sens de la fête oublié d'aucuns.

Ainsi va notre société actuelle.

Allez bonne journée.

« Jeûne genevois Dès le XVème siècle, la pratique des jeûnes est en vigueur dans les cantons suisses. " Déjà en 1480 et en 1483, la Diète se préoccupait d’organiser des journées de pénitence et d’action de grâces, mais laissait aux cantons la décision à cet égard : ainsi les " jeûnes " prenaient des formes diverses selon les lieux : pèlerinages, processions, litanies, jeûnes proprement dits " (1).

L’usage de l’époque voulait en effet qu’à chaque événement grave (peste, guerre, famine…) soit consacré un jour extraordinaire de jeûne et de pénitence, sans toutefois l’inscrire officiellement au calendrier. Les cantons protestants de Bâle, Berne et Zurich ont en offert quelques exemples.

Ainsi, les pestes de Bâle en 1541 et de Berne en 1565 et 1577 furent-elles suivies de jours de jeûne. Il en fut de même pour la disette de Zurich en 1577. En faisant pénitence, on témoignait de son humilité envers Dieu et demandait sa clémence.

Il en va de même à Genève où l’origine du Jeûne genevois est souvent rattachée, à tort, à la Saint-Barthélemy. La nouvelle du massacre de plusieurs milliers de huguenots (protestants français) le 23 août 1572 à l’occasion des noces du roi de Navarre est arrivée à Genève par Lyon où des huguenots ont également été massacrés. En signe de solidarité, Genève observe un jeûne extraordinaire le 3 septembre 1572. Il s’agit toutefois d’un jeûne parmi d’autres ; les catastrophes et donc les raisons de jeûner étant malheureusement fort nombreuses à l’époque.

Le premier jeûne connu à Genève date du début du mois d’octobre 1567, à l’occasion d’une répression contre les protestants lyonnais. C’est sans doute à cet événement-là qu’il faut faire remonter l’origine du Jeûne genevois.

Dès 1640, le jeûne devient quasiment annuel à l’initiative des cantons réformés. C’est un acte moral et religieux, signe d’humilité et d’affliction face aux malheurs du monde.

La Révolution genevoise de 1792 ne porte pas atteinte au jeûne. Pendant la période française (1798-1813), le jeûne devient une fête patriotique. Il permet l’affirmation de l’identité genevoise et protestante. C’est d’ailleurs à cette époque que s’établit le faux lien avec le massacre de la Saint-Barthélemy.

Cette signification patriotique autant que religieuse du Jeûne genevois perdure durant la première moitié du XIXème siècle, lorsque les communes catholiques sardes et savoyardes rejoignent le territoire genevois.

Le Jeûne fédéral est instauré en 1831 par la Diète fédérale pour l’ensemble des cantons suisses, toutes confessions confondues. Le jeûne est d’abord fixé au 8 septembre puis au troisième dimanche de septembre. Les protestants genevois s’offusquèrent à l’époque contre cette décision œcuménique et décidèrent d’instaurer un Jeûne genevois, certes religieux, mais aussi patriotique.

Entre 1840 et 1869, le Jeûne genevois est officialisé, puis fêté de façon non officielle de 1869 à 1965. Il perd peu à peu sa signification religieuse.

La loi du 8 janvier 1966 déclare férié le jour du Jeûne genevois, plutôt que le 1er mai. Il est célébré le jeudi qui suit le premier dimanche de septembre.

Cette disposition légale réintroduit le Jeûne genevois dans la liste des jours fériés et le laïcise. Le Jeûne genevois est désormais, pour la plupart des Genevois, l’occasion de profiter des derniers rayons de soleil de l’été.

Source : www.geneve.ch»

11:39 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

05/09/2012

Merci les urgences des Grangettes !

29794.png

Bien le bonjour,

Il faut savoir reconnaître les qualités et dire merci !

Ca n’a jamais tué d’être loyal.

Mon imbécile de genou a récidivé super méchamment et violemment.

Avec une puissante fièvre et des douleurs à gueuler, je suis parti illico presto aux urgences des Grangettes.

Je dois vraiment féliciter et remercier du fond du cœur cet établissement.

J’ai été accueilli, pris en charge sans délai et soigné avec brio.

Quel professionnalisme, quel engagement, quel classe humaniste. Bref, tous les ingrédients médicaux pour être mis en confiance et soigner au top.

Je dois dire que ça change des urgences des HUG où c’est vraiment le foutoir, croyez moi. La dernière expérience a même fait sauter en l’air le CHUV qui me suit…….

Certes, les Grangettes, et surtout la doctoresse qui m’a suivi ce fameux dimanche noir, a été merveilleuse jusqu’à mon départ en ambulance pour le CHUV.

Au CHUV….. c’est autre chose que les HUG !!!!

Voilà, ce petit blog pour témoigner ma reconnaissance et mes plus vifs remerciements aux urgences des Grangettes.

Tout simplement : MERCI !

Allez bonne journée 

09:29 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Merci les urgences des Grangettes !

29794.pngBien le bonjour,

Il faut savoir reconnaître les qualités et dire merci !

Ca n’a jamais tué d’être loyal.

Mon imbécile de genou a récidivé super méchamment et violemment.

Avec une puissante fièvre et des douleurs à gueuler, je suis parti illico presto aux urgences des Grangettes.

Je dois vraiment féliciter et remercier du fond du cœur cet établissement.

J’ai été accueilli, pris en charge sans délai et soigné avec brio.

Quel professionnalisme, quel engagement, quel classe humaniste. Bref, tous les ingrédients médicaux pour être mis en confiance et soigner au top.

Je dois dire que ça change des urgences des HUG où c’est vraiment le foutoir, croyez moi. La dernière expérience a même fait sauter en l’air le CHUV qui me suit…….

Certes, les Grangettes, et surtout la doctoresse qui m’a suivi ce fameux dimanche noir, a été merveilleuse jusqu’à mon départ en ambulance pour le CHUV.

Au CHUV….. c’est autre chose que les HUG !!!!

Voilà, ce petit blog pour témoigner ma reconnaissance et mes plus vifs remerciements aux urgences des Grangettes.

Tout simplement : MERCI !

Allez bonne journée 

09:22 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook