13/05/2012

Où que tu sois Maman, bonne fête.......

 

Unknown.jpgBien le bonjour,

Si c'est la fête des indignés puisque de retour aux quatre coins de l'Europe centrale, c'est avant tout la Fête des Mères.

Bien que ma Mère nous regarde, nous sommes 3 fils, depuis un lieu meilleur paraît-il, je n'oublie pas ces dimanches où années après années nous nous réunissions tous autour d'elle. Un repas très familial où elle était heureuse, où nous lui disions merci pour être la lumière de la famille, pour son amour, sa douceur, pour être la femme qui amène la paix et la joie de vivre.

Des dimanches où les souvenirs d'enfance jaillissaient.

Pour lui dire qu'elle était l'abîme au fond duquel se trouvait toujours un pardon.

Pour se souvenir que c'était lorsque nous étions gosse une mère qui savait bercer ses enfants en douceur avec assez d'amour dans l'âme pour chacun de nos jours.

Chaque année, nous lui dédions la chanson qu'elle aimait « Les Roses Blanches ».

En cherchant les paroles de cette chanson culte, je m'aperçois qu'elle a été interprétée par bien des artistes, qu'elle a fait le tour du monde et qu'aujourd'hui elle reste ancrée dans notre culture, celle du respect de la Fête des Mères et de tout l'amour que nous leur devons.

Alors, c'est un peu ému dans les souvenirs que je désire vous faire partager aussi ces paroles inédites qui marquent encore une fois la Fête des Mères ce dimanche 13 mai 2012.

Bonne fête Maman toi qui est toujours dans nos coeurs; ce que nous t'avons aimé......

Bonne fête à toutes les Mamans qui n'ont de cesse de donner bien plus que la vie : L'AMOUR.

Allez bonne journée !

LES ROSES BLANCHES

Paroles: Ch.L. Pothier, musique: Léon Raiter, 1926

 

 

C'était un gamin, un gosse de Paris, sa seule famille était sa mère

Une pauvre fille aux grands yeux flétris, par les chagrins et la misère

Elle aimait les fleurs, les roses surtout, et le cher bambin le dimanche

Lui apportait de belles roses blanches, au lieu d'acheter des joujoux

La câlinant bien tendrement, il disait en les lui donnant

 

"C'est aujourd'hui dimanche, tiens ma jolie maman

Voici des roses blanches, que ton coeur aime tant

Va quand je serai grand, j'achèterai au marchand

Toutes ces roses blanches, pour toi jolie maman"

 

Au dernier printemps, le destin brutal, vint frapper la blonde ouvrière

Elle tomba malade et pour l'hôpital, le gamin vit partir sa mère

Un matin d'avril parmi les promeneurs

N'ayant plus un sous dans sa poche

Sur un marché le pauvre mioche, furtivement vola des fleurs

La fleuriste l'ayant surpris, en baissant la tête, il lui dit

 

"C'est aujourd'hui dimanche et j'allais voir maman

J'ai pris ces roses blanches elle les aime tant

Sur son petit lit blanc, là-bas elle m'attend

J'ai pris ces roses blanches, pour ma jolie maman"

 

La marchande émue, doucement lui dit, "Emporte-les je te les donne"

Elle l'embrassa et l'enfant partit, tout rayonnant qu'on le pardonne

Puis à l'hôpital il vint en courant, pour offrir les fleurs à sa mère

Mais en le voyant, une infirmière, lui dit "Tu n'as plus de maman"

Et le gamin s'agenouillant dit, devant le petit lit blanc

 

"C'est aujourd'hui dimanche, tiens ma jolie maman

Voici des roses blanches, toi qui les aimais tant

Et quand tu t'en iras, au grand jardin là-bas

Toutes ces roses blanches, tu les emporteras"

 

 

07:47 Publié dans Femmes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.