25/02/2012

La Ville de Genève loge des clandestins....

Les clandestins logés par la Ville de Genève quelles suites..........


 

Unknown.jpgBien le bonjour,

Etre Chrétien c'est évidemment bien, n'être pas crétin c'est encore mieux !

C'est vrai la Ville de Genève viole la loi fédérale sur les étrangers puisqu'elle loge des clandestins. Doux Jésus elle fait fi des lois.

En effet, puisqu'elle compte héberger une trentaine de clandestins dans ses immeubles.

C'est une hérésie une Ville devant veiller à la bonne application des lois et qui ne les respecte pas.

Cette affaire soulève des réactions de loyauté vis-a-vis des gens de chez nous.

Alors que le canton refuse à juste titre de reloger les étrangers en situation irrégulière, la Ville contourne les lois en voulant héberger une trentaine de clandestins suite à l'incendie de l'immeuble du 9 avenue de la Jonction.

Alors que le taux de vacance des logements est au plus bas et que jamais depuis 70 ans notre canton n'a mis sur le marché que peu ou prou de logements (1018 unités en 2011). Du jamais vu depuis les années 1940 !

Genève vit sa pire pénurie de logements.

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/construction-logements-geneve-touche-fond/story/11852576

Des familles et des jeunes cherchent désespérément des logements et la Ville de Genève, avec son Conseil administratif à 80 % gaucho, heurte l'esprit civil de Genève.

Ce n'est pas acceptable de constater que la Ville de Genève ne respecte pas les lois en vigueur en relogeant des personnes dépourvues d'autorisation de séjour. Cette attitude choquante doit incontestablement interpeller les personnes légalement à Genève à la recherche d'un logement.

Tout ce manque de sérieux au mépris des normes régissant le séjour des étrangers en Suisse qui interdisent de facilité de séjour illégal des étrangers.

Ca devient lassant de voir les Autorités de la Ville de Genève pratiquer le n'importe quoi. Dans ce cas là, la loi fédérale sur les étrangers, Letr, dont le but est de régler le séjour sur des étrangers en sanctionnant le fait de faciliter le séjour illégal d'un étranger, n'est pas respectée.

Bref, la Ville de Genève, notamment sa Ministre en charge du département de la cohésion sociale et de la solidarité favorise les clandestins au détriment des gens de chez nous légalement inscrits et déclarés.

Que compte faire le Conseil d'Etat ?

Sanctionner la Ville de Genève ?

Obliger l'Office cantonal de la population applique la loi fédérale sur les étrangers en prenant toutes les décisions s'imposant aux nombreux clandestins du 9, avenue de la Jonction ?

Prononcer des sanctions disciplinaires contre la Conseillère administrative de la Ville de Genève en charge du département de la cohésion et de la solidarité ?

Faire appliquer la loi ?

Si tel n'est pas le cas, le Conseil d'Etat devrait tout comme la Ville de Genève être dénoncés aux Autorités fédérales.

Je dirais qu'un bon toilettage fédéral à Genève ne serait pas de trop !

Allez bonne journée !

 

 

 

07:39 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Cher Monsieur,

Je ne peux m'empêcher de réagir, que je le fais pour chaque article mentionnant ces personnes comme étant sans autorisations de travail.

Des profiteurs, des parasites, nous en avons suffisamment, et même ras-le-bol.

Mais ils ne sont pas ceux que l'on croit. Ces personnes qui ont tout perdu dans l'incendie de la Jonction n'ont aucun droits, et donc aucune possibilité de profiter de quoi que ce soit. Pas droit au chômage, à l'A.I., à l'assurance machin ou truc, etc. etc... Pour beaucoup de ces personnes, il n'est pas possible de régulariser leurs situations, en cause les profiteurs et parasites, les vrais, mais ceux qu'on imagines pas : de bons citoyens, généralement suisses et eux, bien en règle.

Je m'explique :

a) lorsque vous êtes payée 600 francs par mois comme femme de ménage, par un employeur suisse qui ne vous déclare pas, si vous vouliez obtenir un permis de travail, vous ne conserverez pas votre emploi, et donc ... vous n'y aurez plus droit. Car l'employeur en question n'a pas envie de verser un salaire minimum ni de payer des charges sociales. Cercle vicieux.

b) lorsqu'une personne "héberge" une ou deux familles dans un appartement, sachant qu'ils n'ont pas d'autorisation ni de séjour ni de travail (ou ne le sachant pas, mais ne s'en inquiétant pas), que ceux-ci versent un loyer, n'ont pas de bail, pas d'assurance, bref, sont des fantômes au niveau administratif, mais que le bailleur en question, lui, perçoit déjà une rente, sans déclarer ce "revenu" puisqu'administrativement il n'existe pas.

Je le répète, les profiteurs, les parasites, je ne les apprécies pas, ils pourrissent le système. Mais il fallait que je vous apporte ces précisions, car dans le cas présent, c'est tout l'inverse. Ils n'enlèvent du travail à personne, personne ne voudrait de leur salaire. Et quand bien même l'idée serait que sans eux, les employeurs en questions seraient alors obligés d'engager des personnes vivant légalement ici, détrompez-vous, ceux-ci se tourneraient, pour les mêmes raisons de profit ou d'économie, vers des employés qui travailleraient "au noir", chômeurs, A.I., etc... et qui ne profiterait donc en rien au système.

On est tous conscients que si ces personnes se sont retrouvées dans cette situation, c'est en partie de part leur faute. Aller vivre et travailler en Suisse illégalement est un choix, plus ou moins (dans certains cas il serait stupide de rester dans certains pays !). Après, un drame humain s'est joué chez nous, il aurait été malsain de l'ignorer et de ne rien faire pour essayer d'y remédier.

Sans jouer à la bonne soeur, un jour quelqu'un vous tendra la main, alors que vous en aurez besoin, sans se poser la question de qui vous êtes. Et ce jour là, vous remercierez cette personne d'avoir penser autrement des autres. Et cette main tendue n'a porter préjudice à personne.

Salutations.

Écrit par : Pas daccord | 29/02/2012

Les commentaires sont fermés.