09/12/2011

Ce n'est pas l'escalade du "p'tit Nico et de la grosse Berta" !!!!!

 

Unknown.jpgBien le bonjour,

Ca y est l'Europe, pas Suisse heureusement, vient de trouver un semi accord.

Une injection de bien être valable pour quelques mois.

Car l'Europe est bien malade et pour l'instant rien ne semble la calmer si ce n'est une bonne chimiothérapie.

Le « petit Nico » et la « grosse Berta » n'ont de cesse de s'exciter pour sauver cette jeune grosse machine et les autres suivent comme des moutons (non non pas ceux de l'UDC !!!).

Nous sommes à un tournant qui ne va pas sans coûter des milliards. Mais bon, il s'agit de construire l'avenir pour les futures générations. Arrivera-t-il ou pas ? This is the question cher à la Grande-Bretagne et la Suisse.

Pour l'instant ce n'est vraiment pas concluant.

Et la Suisse dans tout ça. Et bien la puissante petite tête d'épingle du vieux Continent continue à vivre, et bien, la tête haute et l'air intelligente, sans cette Europe malade.

Les Anglais ont bien compris, depuis le début, comme nous autres petits Suisses, que cette grosse machine Européenne n'était pas le bon truc. Comme nous, il n'en veule pas de cette Europe aux soins intensifs.

Pourquoi payer les pots ou les peaux cassé-es des autres.

Tiens, tiens, ont-ils l'UDC ?!

Ce n'est pas du chauvinisme à outrance, loin de moi d'être le vieux con de Suisse du 20ème siècle, c'est tout simplement être réaliste, responsable et ouvert vers une nation qui peut vivre sans cette satanée Europe que d'aucuns commencent à jeter à la poubelle.

Si aujourd'hui, les pays voisins devaient prendre position sur un référendum, et bien croyez moi, les Citoyens diraient tout simplement NON.

Certes.....

Revenons à l'escalade.

C'est ce week end et plus précisément lundi 12 prochain.

Attention ce n'est pas l'escalade Européenne du « petit Nico et de la grosse Berta », mais celle de 1602. Celle des Genevois qui ont mis la raclée au voisins Français. A ce sujet, heureusement qu'il y a eu la Mère Royaume, sinon nous serions tous Français, dans la « grande machine Européenne » !!!!

Beaucoup, surtout les étrangers résidants à Genève ou les visiteurs, ne savent pas qui était la Mère Royaume, Star du 12 décembre 1602.

Alors voici une petite biographie pêchée sur le site de la Compagnie 1602.

Allez bonne journée !

 

Née à Lyon entre 1540 et 1545, fille de Claude Cheynet, elle épouse d'abord un maître d'armes, Jehan Esmyon, puis, devenue veuve, épouse le 12 avril 1564 à Lyon, Pierre Royaume, fils de Mathieu Reaulme, un potier d'étain. Les Royaume quittent Lyon  et s'installent à Genève en septembre 1572.

Une fois exilé à Genève, Pierre devient graveur de monnaie et de ce fait, le couple réside près de la porte de la Monnaie. Le 15 septembre, Pierre Royaume est admis comme habitant de Genève, trois semaines après le massacre de la Saint-Barthélemy (24 août 1572).

 

 

Les Royaume ont 14 enfants dont plusieurs meurent en bas-âge.

La légende veut que Dame Royaume faisait mijoter une soupe aux légumes dans la nuit du 11 au 12 décembre 1602. Or c'est cette nuit-là que choisissent les Savoyards pour se lancer à l'assaut de Genève. Dame Royaume se serait saisie de la marmite de soupe et l'aurait lancé de sa fenêtre sur la tête d'un soldat savoyard. C'est ce geste qui l'a rendue célèbre et qui a donné naissance, plusieurs centaines d'années après, à la tradition de la marmite en chocolat, garnie de légumes en massepain.

Il est évident que, si la Mère Royaume est l'une des seules femmes à être restée dans la légende de l'Escalade, elle ne fut pas la seule cette nuit-là à lancer depuis sa fenêtre des objets sur les assaillants savoyards. Tables, chaises et autre meubles devaient en effet allègrement voler dans les rues de la ville.

Si le rôle qu'elle a joué est aujourd'hui contesté, il n'en reste pas moins qu'elle reste le symbole de la résistance et de l'héroïsme des Genevois durant la tragique nuit qui vit mourir 18 des leurs. En jetant sa marmite sur la tête d'un assaillant, elle est entrée dans la légende en devenant l'héroïne populaire des Genevois, une figure de leur histoire et le symbole de leur patriotisme.

 

 

09:16 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.