01/12/2011

Les INDIGNES indignent Pierre Maudet .....

 

Unknown.jpgBien le bonjour,

Ca y est, ouvrons la première porte, allumons la bougie de l'Avent, nous sommes le 1er décembre.

C'est l'escalade (!) du calendrier de l'Avent.

« Distinguer le présent,

Le dur, le magnifique,

Du regret du passé

Des nuées du futur,

Voir, aimer ce qui est

Ce qui est là, vivant

Présent dans la présence.

(Henry Bauchau » .

Certes.....

Trop de social indigne le Maire de Genève....

1 contre tous, c'est le Maire de Genève, Pierre Maudet.

Il s'est indigné contre les Indignés du parc des Bastions.

Mais que oui à lire l'article de notre « Julie »

http://www.tdg.ch/indignes-restent-pierre-maudet-va-2011-...

Il n'a pas tout tort le Pierre, car il faut se rendre à l'évidence que les « Romains-Michel » vivent à l'image d'un authentique spectacle de rue.

Un spectacle de rue dont nous ne connaissons pas vraiment Monsieur Royal.

Quel titre du spectacle ?

Quel programme ?

Combien d'actes ?

Combien ça coûte à la collectivité ?

Qui est le Chef de troupe ?

Qui est le Chef de la communication ?

Comment sont-ils organisés ?

Comment subviennent-ils à leurs besoins quotidiens, médicaux, sécurité, bouffes, boissons, pipis, cacas ?

Sont-ils les nouveaux "soixante huitars" ?

A la télévision nous entendons parler souvent de ces gens dont je subodore que leur lutte peut se comprendre dans un monde en mutation constante.

J'ai pu comprendre qu'ils avaient la volonté de changer les sociétés aux quatre coins du monde tel qu'en Suisse.

Un article intéressant parle des Indignés, en voici un court extrait :

SORTIR DU MOULE

Depuis deux semaines, les indignés genevois veulent «résister pour mieux créer». Telle est la devise du mouvement issu du livre de Stéphane Hessel Indignez-vous. Un mouvement mondial qui a pris son envol le samedi 15 octobre, suite à l’appel des indignés espagnols de protester ensemble à travers le monde. Un des campeurs, Alexandre Rochat, 39 ans, a manifesté avec son cousin ce jour-là sur la place des Nations. Depuis longtemps, il a pris conscience de son sentiment d’indignation, même s’il n’aime pas ce terme: «Le mal-être de la société est plus profond que les crises financières. Elles sont un premier prétexte pour s’indigner, pour réagir. Dans le mouvement, on recherche tout d’abord un retour aux valeurs humaines.» Ambulancier à Lausanne, Alexandre perçoit par son travail la misère et la solitude des gens. Cela a renforcé ses convictions. Le sentiment d’être piégé dans une vie banale a eu un impact jusque dans sa vie privée: «Avec ma femme, on s’est séparés lorsqu’on s’est aperçus qu’on essayait de rentrer dans le moule, comme tout le monde.»

Thierry, 35 ans et exbanquier, a aussi décidé de se défaire de ce moule. Il s’indigne depuis plus de onze ans. Depuis le jour où il a décidé de tout plaquer et de ne plus «se faire complice des inégalités du système». «La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est quand j’ai lu le dossier d’un jeune de 29 ans. Il gagnait 50 millions de revenus annuels pour être l’héritier d’une grande entreprise qui venait de licencier plusieurs centaines de personnes.» La colère est montée, il a participé au G8 à Evian, où il a pris conscience que la violence ne résolvait rien. Il s’est alors consacré au reiki, une médecine de soins japonaise fondée sur les énergies. Il a installé un espace bien-être dans le camp pour en faire profiter les autres.

Si la présence de certains dans le camp est délibérée, d’autres n’ont pas eu le choix. Pour Chaieb Wisem, 18 ans, le camp des indignés est un refuge. «Ma mère m’a mis à la rue, je n’ai nulle part où aller. J’ai un CFC, mais pas d’emploi. Heureusement, je commence un semestre de motivation le 1er novembre. Je m’accroche à ça. J’essaie de rester propre sur moi», raconte-t-il.

http://www.illustre.ch/Geneve-indignes-manifestations-Bastion-revoltes_129402_.html

Ce campement de fortune, un refuge pour cas sociaux ? Des gens dans le besoins, déshérités, pauvres, marginaux, rejetés, incompris, révoltés, pleins de bonnes idées, emplis d'utopies ? Quoi, qui sont-ils ?

A Genève, nous ne comprenons pas bien. Tiens, j'aimerais bien être invité par les Responsables fantômes pour mieux comprendre........

Bref, Un camp de revendications politiques, économiques, religieux, ou que sais-je ?

Cela dit, en marge de leurs idéologies peut-être bien spirituelles, Pierre Maudet a raison, on ne peut pas tout passer à Genève.

Allez bonne journée !

 

 

 

 

 

 

 

 

08:02 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour,

Beaucoup de questions que vous posez! Mais aussi beaucoup de réponse qui ont été données dans les journaux!

Tenez par exemple : "caca-pipi" ils ont des toilettes sèches. Comme beaucoup de vos questions, il vous suffit d'aller sur place et discuter avec eux à moins que vous ayez peur ? (je ne sais pas) Pour ma part en tant que blogueur j'ai été discuter un peu avec eux et j'ai même rencontrer un autre blogueur connu sur les blogs de la tdg.

L'organisme n'est pas politique. Il n'y a pas de chef. D'ailleurs il y a certains ateliers qui vont dans ce sens. "Monter un projet sans chef de groupe"

Lors de mon incursion j'ai pu discuter avec d'ailleurs cet ancien banquier qui est très sympa. J'ai discuté aussi avec une dame d'un certain âge qui est économiste de formation. Par conséquent je peux témoigner que la population du campement des indignés est plutôt mixé.

Pour la communication il y a un groupe média. Il n'y a pas de chef, il n'y a pas de programme puisqu'ils sont apolitiques.

Si vous vous posez des questions, je vous recommande d'aller leur parler pour avoir des réponses.

Bien à vous!

Écrit par : plume noire | 01/12/2011

Bonjour,

Sachez que vous n'avez pas besoin d'être invité pour trouver réponses à vos questions. Votre vraisemblable indignation sur ce qui se passe aux Bastions vous donne la légitimité de venir poser ces questions sur le campement lors des Assemblées Générales, à 20h00.

Ainsi, vous vous rendrez compte par vous-même de l'image erronée que vous véhiculez par vos commentaires sans fondements réels.

Vous êtes donc le bienvenue!

Écrit par : Yuki | 01/12/2011

Bonjour,

Sachez que vous n'avez pas besoin d'être invité par les indignés pour trouver réponses à vos questions. Votre vraisemblable indignation sur ce qui se passe sur le campement vous donne la légitimité de venir poser toutes vos questions sur le campement lors des Assemblées Générales, à 20h00.

Ainsi, vous vous rendrez compte par vous-même de l'image erronée que vous véhiculez par vos commentaires sans fondements réels.

Vous êtes donc le bienvenu!

A bon entendeur...

Écrit par : Yuki | 01/12/2011

Les commentaires sont fermés.