17/11/2011

Gilbert Albert SA aux poursuites !!!!

 

Unknown.jpgBien le bonjour,

Woua nous allons vivre une super journée ensoleillée.

Profondément optimale pour le moral sans mal de l'esprit.

Nous vivons vraiment un super bel automne.

Mais que oui de vraies petits bijoux ces belle journées.

On a envie de s'appeler Albert ou Gilbert ?

En tout cas pas Gilbert Albert SA !!!

Tiens mais pourquoi invoquer ces deux prénoms ?

Avez-vous lu la TdG ? Notamment l'article sur Gilbert Albert SA

http://www.tdg.ch/actu/economie/pishyar-poursuites-2-mill...

La célèbre bijouterie dont le nouveau proprio est Majid Pishyar est aux poursuites pour plus de 2 millions.

Le proprio également patron du Servette FC.

Les dettes se portent notamment sur des remboursement à Gilbert Albert, le Père fondateur, de l'entreprise qui a vendu, au mauvais cheval semble-t-il, au poursuivi ci-dessus mentionnée.

La plus grave à mon humble sens c'est les non paiements de l'AVS, Là c'est indéniablement super grave. C'est inadmissible. Le Code pénal doit punir.

Rien que pour ce non paiement des charges sociales, nécessité de bouder cette bijouterie.

L'addition des poursuites dues aux créanciers est lourde.

Le corollaire, les matières premières, l'or en l'occurrence, manquent.

Les employés ont le moral dans les chaussettes. Ils s'imaginent le pire pour leur avenir professionnel.

La Maison Gilbert Albert SA connue dans le monde entier coule non pas dans l'or mais dans les pierres bien dures des dettes.

Le Fondateur Monsieur Gilbert Albert doit pâlir, se mordre les doigts d'avoir vendu sa noble entreprise à une sorte de « rigolo » des affaires.

Je plains Gilbert Albert de vivre ses vieux jours emplis de la triste constatation de ces malheureux faits authentiques : « Il coule mon entreprise... ».

Son entreprise fier d'être entre ciel et mer, au milieu des joyaux de la nature, flirtant avec les fleurs de la mers, part à la dérive. Quelle tristesse. Quel désarroi.

Tout une histoire qui va finir dans l'histoire des entreprises ayant mal tourner.

Merde alors, mauvaise création patronale que le Pishyar !

Et Servette FC, allons nous supporter le même sort que Mar Roger ?

Comment Majod Pshyar gère le club ? Des poursuites ?

Alors disons que Majid Pishyar n'est pas de l'or en barre.

Loin d'être un bijou de la loyauté financière.

Allez bonne journée !

 

 

 

 

 

 

08:05 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.