16/11/2011

Firmenich et la Llods Banque quitteraient Genève ????

 

images.jpgBien le bonjour,

L'économie se casse la gueule.

C'est la crise.

Ce n'est pas historique, de tout temps il y a eu des crises.

C'est le début des « Dix calamiteuses ».

En effet, selon les spécialistes nous partons pour dix ans de redressement.

Rien ne va plus dans les bourses, dans les finances publiques, et chez les privés.

Le développement politique est impuissant.

Ceux qui mènent le bal de la politique dansent dans le mauvais sens.

Un chat est un chat, les perspectives ne sont pas bonnes.

J'ai appris par un éminent politique genevois que Firmenich et la Llods Banque quitteraient Genève. Une autre multinationale dont je ne connais pas le nom irait aussi ailleurs.

Genève est trop cher, ce n'est plus vivable.

Il semblerait que d'autres vont suivre le pas.

Vrai ou pas ? Attendons les bonnes nouvelles du Conseil d'Etat.

Ce qui voudrait dire que l'implantation dans le Canton tomberait dans la spirale de la dégringolade à Genève.

Mais alors, moins de rentrées fiscales, le corollaire, des finances publiques tirées vers le bas. Des futurs déficits budgétaires ?

David Hiler le Ministre des finances genevoises prédit des jours sombres.

Depuis juin, chaque mois, Frs 75 millions n'alimentent pas les caisses de l'Etat.

C'est un manque à gagner évident qui va alimenter les filets sociaux, car de plus en plus de gens seront dans la précarité.

Autant dire que les coupent dans le budget 2012 vont tomber sur la tête de la gestion de l'Etat. L'Etat prévoit 500 millions de déficit pour 2012. Blocages des salaires et restrictions budgétaires.

Les années tellement fabuleuses, caractérisées par une croissance économique à peu près ininterrompue cette dernière décennie, n'est plus qu'une belle histoire.

La société de consommation qui s'épanouissait va devoir faire des choix.

C'est la dérive.

Nous entrons dans une tragicomédie économique.

Je ne suis pas désolé de me mettre devant la réalité des faits acquis et de l' avenir.

Je ne suis pas désolé de dire tout haut et tout fort qu'il faudra se serrer la ceinture.

Je ne suis pas désolé d'admettre que des dynamiques différentes doivent être pensées et réalisées pour le bien être de nos sociétés, car cette crise n'est pas éphémère.

Oui, nous sommes secouer par une nouvelle crise à haute échelle.

Nous sommes une nouvelle fois entrés dans une époque de profondes mutations; fléaux du chômage, de la précarité, de l'insécurité sociale, du mal être, des déprimes, etc.

Et bien, Nous, nous ne tarirons pas la source de carburant nous donnant l'énergie de vivre, car nous voulons vivre.....

Allez bonne journée !

 

 

 

 

 

08:08 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Pour Firmenich, il ne faut pas être aussi affirmatif ! D'après ce que je sais, c'est "seulement" l'usine de la plaine qui est visée. Ca fait longtemps que ces Messieurs veulent "réorienter" leur stratégie (Brésil pas Brésil, Chine pas Chine, Inde pas Inde etc.) Un temps le site du centre ville devait être fermé... Celui de l'affaire du brome de la Jonction. Vous vous souvenez ?
Ces rumeurs sont mauvaises pour tout le monde ! On va voir ce que le Conseil d'état nous propose. Soyons optimiste !
bien à vous ! pphchappuis

Écrit par : pphchappuis | 16/11/2011

Caran d'Ache est au crayon ce que Firmenich est au parfum. Le premier a traversé des tempêtes auxquelles il a résisté jusqu'ici, mais jusqu'à quand ? Quant au second, depuis des lunes différents scénarios de départs, délocalisations ont été évoqués, ce qui inéluctablement se concrétisera vu la crise économique qui frappe aux portes de notre pays. Quant à l'avenir des banques, leur déclin est annoncé depuis des mois, notamment depuis que "L'avenir de la place financière genevoise" a été décripté par un éminent banquier privé genevois.
La lecture des astres annonçait une année 2012 difficile, elle ne fait que sinistrement commencer. Gardons toutefois la pêche et soyons prêts à braver la tempête qui s'annonce.

Écrit par : Madamesoleil | 16/11/2011

Les commentaires sont fermés.