14/11/2011

Nous ne sommes pas "cons" à Genève !!!

 

1008779086_CEVA_flag_2.jpgBien le bonjour,

Bonne semaine à toutes et à tous, pas de folie !

Tout d'abord, il faut dire un grand merci à Jean-François Mabut, le Chef des blogs de votre journal préféré la « Julie ».

C'est grâce à lui et ses collaborateurs que ce « Petit Confessionnal » des pensées et des états d'âmes fonctionnent.

Merci notre Ami Jean-François et vous autres.

Toutefois, juste un petit bémol !

Dans l'hébergement des papiers convaincants ou pas, notre Ami choisi de faire sortir publiquement des textes de collègues de la presse, de politiciens et sporadiquement, voisins de ses pensées, le corollaire, de bons billets, pas les miens évidemment (!).

Dommage pour les autres lui échappant involontairement évidemment.

Alors y a-t-il chez notre Ami Jean-François une sélection journalistique et politique se rapportant à ses pensées, ses idées et bien entendu son bon sens de la sélection ?!

Il est vrai que le choix est difficile !

Certes......

Presque 100 ans.....

Demain, le 15 novembre, le tout Genève, le Conseil d'état incorpore, notre bonne Conseillère fédérale, Ministre des transports, Doris Leuthard, jetterons contre le mur des réformateurs la bouteille de champagne.

Pourquoi ?

Le « paquebot » du CEVA va nager dans les grandes eaux claires de la région genevoise.

Cette grosse machine pensée déjà en 1912 va enfin rouler pour 1,5 milliard.

Au fait, ils auraient pu attendre janvier 2012 pour fêter les 100 ans de la prise en considération financière de l'idée.

Ils sont « cons » ces genevois !!!!

Même si en 1884 le peuple plébiscita le projet de liaison entre Cornavin et Annemasse, ce n'est qu'en 1912 que les CFF reconnaissent le projet avec son financement.

Vous rendez-vous compte, à Genève il faut 100 ans pour réaliser un projet d'envergure.

On est vraiment « Cons » à Genève !!!

Traversée de la rade ......

Vous imaginez le projet de la traversée de la rade de 1896.

Un tel « machin » ,il faut au moins le double de réflexion, 200 ans, ou jamais.

Mais sommes-nous vraiment « cons » à Genève!

Ah ces bons Frontaliers......

Nos voisins Français doivent bien rigoler. Eux qui vont bénéficier notre vieux projet sans injecté une somme pharaonique.

Ils rigolent les frontaliers, Genève nous leur donnons tout.

Subsidiairement, même la réalité heureuse de gagner le double de salaire au regard de leurs compatriotes du centre de la France.

Ce sont les « marginaux » de la France nos Amis Frontaliers !!!

Ah Genève, nous sommes vraiment « cons » !!!

Certes......

Alors demain, grande bastringue des genevoiseries.

Toutes les huiles, les bienfaiteurs, les piques assiettes, j'en passe et des meilleurs sont invités au lancement du chantier du siècle.

Tous ? Non !

Je n'ai pas lu sur le carton d'invitation les Autorités Françaises et celles du canton de Vaud.

Oubli ?

Bisbille ?

Et bien tant pis pour elles.

Et Nous aussi.....

Que le gratin bien genevois ?

Non....

Nous, gentils contribuables de ce projet pharaonique, nous irons toutes et tous à la Gare marchandise de la Praille fêter l'événement.

Perso, je vais y aller pour écouter Doris Leuthard, elle est bonne oratrice, elle est belle, elles est excitante !

Alors disons tout haut et tout fort que nous ne sommes pas « cons » les Genevoises et les Genevois, car nous allons Nous aussi participer à ce méga lancement sur les rails du grand « quai » des petits fours et du champagne !!!

Allez bonne journée !

 

08:08 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Effectivement, on s'étonne qu'un journaliste théologien ne vous cite pas de temps à autre pourtant il n'oublie pas d'autres chrétiens amis. Le choix qu'il fait trahi une flagrante partialité à l'avantage de ses connaissances et un dédain pour les autres, ce qui du reste, est normal chez un journaliste mais devient indigne de la part d'un gérant d'une tribune aussi importante. Il est plus que temps de rajeunir l'équipe.

Écrit par : gabriel | 14/11/2011

C'est un scandale !

Je n'hésite pas à le dire, devant les yeux interloqués du public ébahi des lecteurs attentifs du blog apprécié de notre ami reconnu, François Velen : C'est un scandale !

Je le répète, je le confirme, je le souligne, je le profère, je le claironne : C'est un scandale !

Depuis qu'il est ouvert, jamais le blog de notre ami François Velen, n'a reçu l'honneur gracieux, la grâce insigne de figurer, parmi ses semblables, au palmarès des blogs de la Tdg. Et pourtant, je vous le demande, à vous, tous ses lecteurs, à vous, tous ses admirateurs, à vous, tous ses commentateurs, à vous tous ses adorateurs, à vous tous ses sympathiseurs, quel blog, parmi ces blogs, quel blog, parmi ces pages, égale par sa prestance, égale par son prestige, égale par son ampleur, le blog de notre ami François Velen ?

Mes amis, vous les amis de notre ami François Velen, je vous le dis en toute amitié, il est temps de nous mobiliser pour défendre une cause juste et noble, une cause admirable et honorable, une cause nécessaire et urgente, il est temps de faire triompher la cause de notre ami François Velen au sein des blogs !

Mes amis, vous les amis de notre ami François Velen, je vous le répète en toute amitié, car c'est l'amitié qui nous unit, l'amitié de notre ami François Velen, le seul et le talentueux François Velen, François Velen, l'inventeur du beurre à couper le fil et des radiateurs réfrigérés, il est temps de pressurer la clique mabutienne et de faire rayonner dans le ciel de Genève, plus haut que le jet d'eau, la clarté resplendissante et la lumière majestueuse du velenisme.

Saisissons-nous tous aujourd'hui, nous, tous les amis de notre ami François Velen, car François Velen est l'ami de tous ses amis, saisissons-nous tous de notre plume la plus impérative ! Par nos courriels et nos messages, par nos courriers et notre tapage, exigeons pour notre ami François Velen, incarnation de l'amitié, la première place à perpétuité, la première place pour l'éternité, la première place, car il l'a méritée !

Un jour viendra, je vous le dis, où les ennemis de la vérité, les infâmes ennemis de notre ami François Velen, rendront les armes et rejoindront, enfin conquis par l'évidence, le giron bienheureux des amis de notre ami François Velen. Et le sourire affable de François Velen, le vrai, l'unique et l'authentique François Velen, dispensateur des grâces et du Nutella, flottera sur les eaux comme un arc-en-ciel chatoyant. Et tous les petits mabuts, et parmi eux le grand Mabut lui-même, enfin détrompé, goûteront avec nous les délices de l'esprit de Genève :

Sauter dans l'eau, c'est du gâteau. François Velen, c'est du pollen !

Écrit par : Géo | 14/11/2011

Monsieur Velen,

En titre, je lis "Nous ne sommes pas "cons" à Genève. Donc, ce serait ailleurs que vous le seriez? Est-ce que vous allez déménager?

Ou alors, c'est le titre qui est un peu con!... Non?

Écrit par : Baptiste Kapp | 14/11/2011

Alleluiah, Géo, je ne vous connaissais pas cet ineffable talent de flagorneur patenté. Vous devriez vous lâcher plus souvent, cela fait plaisir à lire. Bon je distingue dans votre ode un infime soupçon de second degré. La question est: le tôlier de ce blog l'a-t-il décelé ? Je n'en suis pas certain. S'il l'avait perçu, peut-être comprendrait-il aussi pourquoi son talent incommensurable doublé de sa modestie proverbiale l'éloigne à vie de l'Olympe des blogueurs distingués: Mabut n'intervient pas dans sa sélection comme un juge de paix impartial mais au contraire comme un critique artistique signalant au lecteur ce qui lui semble bel et bon. La subjectivité en la matière est impérative. Pour ne pas avoir à désobliger quiconque en parlant de qualité objective.

Écrit par : Séraphin Lampion | 14/11/2011

Ce billet ressemble a un vieux pet foireux. Nulle reflexion, rien, le neant intellectuel, des mots places cote a cote qui au final sont vides de sens. On devrait instaurer un permis de bloguer pour eviter d avoir mal aux yeux en lisant cette vieille bouillie indigeste.

Écrit par : Eric | 14/11/2011

Les commentaires sont fermés.