01/10/2011

Carouge "TUE" les commerçants....

 

Unknown.jpegBien le bonjour,

« Ô monde, tout me convient de ce qui peut convenir à ton harmonie; rien n'est pour moi prématuré ni tardif de ce qui pour toi vient à son temps » (Marc Aurèle).

Le centre de Carouge va-t-il devenir une grande zone piétonne.

Un centre aussi froid que le vieille ville de Genève ?

A voir les rues à basse vitesse, fermées, réduites, on peut le penser.

Très bien, mais pas n'importe comment.........

Je n'ai rien contre les zones piétonnes à condition d'un concept bien réfléchi, applicable et bénéfique pour tous les protagonistes de l'usage des lieux.

Il semble qu'à Carouge on fait un peu n'importe quoi. Les gens tout azimut sont fâchés, ça « gueule !!! ».

Mise en place du 30 à l'heure, puis du 20, fermetures partielle de la place du Marché et de la rue Saint-Joseph, place de Sardaigne fermée, pistes cyclables à contre sens, suppression de places de parkings, j'en passe et des meilleurs.

Allez à la place du Marché vous constaterez une désertion des indigènes et des visiteurs. Les chiffres d'affaire baissent, bientôt des clefs sous le paillasson ?

Carouge devient un grand « foutoir » urbain !

De l'à peu près.

Cette nouvelle jungle urbanistique excite. Elle excite les habitants, les commerçants, les motorisés et les visiteurs.

Avant, on aimait venir flâner à Carouge, maintenant je me demande si on aime autant la Cité Sarde.

Vouloir être trop écologique c'est tuer l'économie !

En effet, dans une période de crise ou la vie des petits commerçants n'est pas facile, ou le franc est presque égale à l'euro, le corollaire les gens vont acheter en France, ou les consommateurs aiment venir en voiture, moyen rentré dans les moeurs, à proximité de leurs commerçants, n'est-il pas gâche métier de vouloir tout révolutionner d'un mauvais coup de baguette magique au titre de l'écologie fondamentale et surtout excessif.

Ah oui, les Verts ! Les militants du « vert » ont-ils le monopole de la verdure ?! Dans bien des cas, je dirais qu'ils oublient l'histoire de la ville comme celle de la Cité Sarde où son fruit économique se sont les petits commerçants.

Ils veulent tout bouleverser sans compensation; par exemple, on supprime 300 places de parking sans compensation.

Carouge a une histoire que l'on ne peut bousculer sous prétexte d'idéologies nouvelles ayant comme corollaire l'extinction des lumières du pratique et du réel.

Oui à des zones piétonnes mais dans une large consultation avec toutes et tous.

On ne ferme pas comme ça des rues, des places sans prévoir le futur des uns et des autres. Il en va du poumon économique, notamment celui de Carouge.

Gouverner, c'est réfléchir, prévoir, s'ouvrir à l'autre, écouter, partager et enfin décider la tête sereine.

Venir à Carouge est devenu le « show du combattant solide ».

A se demander si la gauche Carougeoise, soi disant sociale, ne veut pas tuer le petit commerce de la Cité Sarde. Pour l'instant c'est l'image affligée.

Mais bon chien ne « pissez pas dans les 4 coins de Carouge » pour laisser vos marques !!!!!!!!!!!!!

Autorités Cargoueoises, vous devez composer avec toutes et tous des acteurs de la Cité Sarde !

Allez bonne journée !

 

 

 

07:05 Publié dans Carouge | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.