30/07/2010

Glacier Express : ERREUR IMPARDONNABLE ?

switze25.jpgGlacier Express, une erreur humaine …..

 

Mort d’une Japonnaise de 64 ans, 40 blessés : 28 Japonnais, quatre Espagnols, 2 Américains, 1 Indien et 5 Suisses : LE CARNAGE ….

 

Tout d’abord, je plains la famille de ce conducteur qui s’est laissé, on dira involontairement, à commettre l’irréparable.

 

L’ERREUR DE SA VIE ….

 

Qu’est ce qui s’est passé dans la tête du conducteur qui roulait trop vite sur le tronçon de l’accident qui a coûté la vie à une personne et rendu la vie impossible pour des blessés dont deux gravement atteints.

 

Huit touristes Japonnais sont toujours hospitalisés.

 

Il aurait dû rouler à 35 km/h et il roulait bien plus vite. Mais pourquoi bon chien ?

 

Il a mis la vie d’autrui en danger.

 

Le mécanicien, huit ans de métier, déclarait une déformation des rails qu’il l’aurait vue trop tard pour freiner. Que nenni, il roulait bien trop vite.

 

Je pense que c’est la boîte noire qui a révélé la vérité.

 

Nous sommes tous à même de supporter la catastrophe naturelle, mais ne comprenons mal l’erreur humaine.

 

Certes, il est facile de dire que l’erreur est humaine, toutefois lorsque des vies sont en mains, tout doit être mis en œuvre pour éviter ce genre d’accident.

 

C’est une erreur humaine grave, souhaitons vivement que Justice soit rendue à sa juste valeur et que ça serve, malheureusement, de leçon à qui de droit.

 

Souhaitons beaucoup de courage aux blessés, aux familles et aussi malgré tout à la famille du conducteur indiscipliné.

 

Le soleil continue de briller malgré le flux de nuages qui parfois rende sombre notre bonne vieille terre.

 

Que Dieu nous bénisse.

 

Aller bon week end « national » !

 

 

 

 

16:43 Publié dans Région | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Avec 8 ans de métier, ce conducteur irréprochable jusque-là a eu une faiblesse :

Il a bien respecté la vitesse maximale de 35 km/h dans une courbe,
mais c'est au sortir de cette courbe qu'il a anticipé la reprise à vitesse normale.

À cet instant-là, les derniers wagons n'étaient pas encore sortis de la courbe.
Ils ont déraillé pendant cette accélération, sous l'effet de la force centrifuge.

Pour l'heure, j'ignore si ce convoi était plus long que d'habitude.
Le conducteur peut avoir eu une distraction qui lui a fait oublier les conséquences possibles d'une accélération, jamais expérimentée.

Les vitesses mentionnées ne sont pas celles d'un train d'enfer.
Heureusement, la compagnie et les autorités politiques semblent avoir compris l'importance de ce drame.
Elles ont su manifester à leurs clients étrangers et spécialement aux victimes japonaises la contrition traditionnelle au Japon.

Écrit par : Lyonnais du 69 | 02/08/2010

Les commentaires sont fermés.