07/05/2010

L'Armée Suisse ne partira plus à la guerre !

ziriako_1096198287_l__armee_suisse.jpgSuper la réorientation des tâches de l’armée. J’applaudis !

 

En Suisse, on ne formerait plus pour la guerre !

 

Y a-t-il eu fuite au Département fédéral de la défense, de la protection et de la population et des sports ?

 

Les Services d’Ueli Maurer ont vendu la mèche, celle qui pourrait mettre le feu à la poudre ?  Un rapport confidentiel a été communiqué insidieusement  aux médias.

 

L’armée changerait d’orientation.

 

Une petite bombe dans l’armée, un coup de canon, un tir de fusil !

 

Dans l’avenir les gens de l’armée ne seraitent plus formés pour le combat mais à des tâches de police auxiliaire et à l’aide en cas de catastrophe.

 

Dans un monde en mouvance constante, où la gueguerre est pratiquement impossible, notamment en Europe, où les nations s’accordent à prôner  la paix, quoiqu’ avec certains pays rien n’est sûr, l’armée de terrain « guerrier » est presque devenue inutile.

 

Partant, c’est bien pour l’humanité Suisse d’orienter les facettes de l’armée vers une milice d’actions civiles. Les catastrophes naturelles vont grandissantes et la Suisse a besoin de bénéficier d’hommes et de femmes formées pour subvenir aux secours, aux maintiens et à la sécurité civile.

 

Bénéfique aussi pour l’organisation de manifestations ludiques.

 

Aujourd’hui, demain, l’armée sera plus utile à des tâches d’intérêts civils.

 

Hommes et femmes sous les drapeaux apprécieront très certainement la nouvelle formation. Seuls les pro-militaires vont être mécontents.

 

Là, je suis entièrement d’accord de payer la défense nationale. Jusqu’à maintenant j’ai eu le sentiment de raquer, par obligation fiscale, pour la guerre ce qui ne me plais guère.

 

Attention, l’armée doit être prête à défendre les frontières au cas où…..

 

Evidemment que le Groupe pour une Suisse sans Armée (GssA) doit jouir ; ne rêvait-il pas d’une telle réorganisation.

 

A contrario, l’UDC doit fulminer.

 

Au fond, le représentant UDC au Conseil fédéral n’est pas si mal que ça.

 

Certes, aujourd’hui je dirais que la « guerre » des nerfs, économique, monétaire, sociale fait bien plus peur car bien présente dans nos sociétés.

 

Aller bonne journée !

07:22 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

Commentaires

1) Il y a moins de 10 ans et a un jet de pierre de la frontière sud-est de la Suisse, se déroulait une guerre ayant fait en 80'0000 morts et un million de deplacés...

2) Re-orienté l'armée vers des taches de "sécurité intérieur", faut bien comprendre ce que ça veux dire avant de s'en réjouir...

Écrit par : Eastwood | 07/05/2010

On oublie trop souvent que le visage de la guerres est à multiples facettes. en plus des guerres économiques, monétaires, civiles, "des nerfs", il y a la guerre informatique, celle qui se profile pour la 3ème guerre mondiale.

Alors que une certaine presse taxait Uueli Maurer de passéiste, avec une vision de l'armée de grand-papa, on voit aujourd'hui quil n'est est rien. Respectant la loi du milieu de la Grande Muette, il nous fait une jolie surprise.

Il est du ressort de l'armée de se pourvoir des outils tant techniques que législatifs pour faire face aux cyber-attaques, ce au-delà des mers, des terres et des airs ... le soldat n'est plus niché derrière un arbre, il veille à défendre la place publique via des unités militaires cybernétiques.

C'est donc un joli coup de maître de la part de notre Conseiller fédéral d'avoir ainsi réorienter les priorités de l'armée, en adaptant les moyens financiers comme humains.

Bonne journée!

Écrit par : Micheline Pace | 07/05/2010

Gare à la mauvaise interprétation ! D’abord cette nouvelle polémique mise en avant par du journalisme à sensation mérite quelque précision ! Il s’agit d’une discussion sur les éventuelles transformations futurs de l’armée soit une diminution sensible des effectifs avec un noyau classique (chars, avions) et une adaptation de celle-ci pour répondre aux nouvelles menaces qui s’additionnent aux anciennes.
En effet, jamais depuis la chute du mur de Berlin l’Europe n’avait connu autant de guerre classique (symétrique) mais contrairement à une certaine pensée, les nouvelles menaces (asymétriques) sont venues s’additionnées et non remplacer les menaces bien connues jusqu’ici ! Ajoutons à cela le morphing combat (disymétrique) soit le mélange des guerres conventionnelles, la contre insurrection, le terrorisme, la menace informatique et les pressions économiques, et nous nous retrouvons avec un joli méli-mélo !
Autrement dis, l’armée doit répondre non plus à un type de menace mais à une multitude parfaitement diffuse.

De ce fait, l’achat d’un avion moderne omnirôle n’est pas remis en question, reste à en déterminer le nombre et/ou l’achat en plusieurs tranches par exemple !

Le DDPS ayant d’ailleurs pour des raisons à la fois techniques et financière décidé d’en repoussé le choix, mais, et selon le Chef des Forces aériennes, reste nécessaire !

De ce fait et d’ailleurs l’offre concerne toujours des avions aux standards le plus élevé soit le Gripen E/F, le Rafale F3 et l’Eurofighter DA7.

Alors dites-vous simplement que l’armée est en mutation, elle sera plus petite mais doté d’un noyau moderne (chars avions hélicoptères et missiles) mais devra également renforcer sa capacité de informatique et appuis aux polices cantonales !

Par ailleurs, je vous rappelle la première mission de l'armée, soit la prévention des conflits par la dissuasion !

Écrit par : Steeve | 07/05/2010

Ah parce qu'elle est déjà partie en guerre depuis le Moyen Age...?????? D'ailleurs elle sert a quoi l'armée Suisse??? haiti c'est trop loin ou trop couteux???

Écrit par : lyonnais du 69 | 07/05/2010

@Steeve. Entièrement d'accord avec vous l'ennemi n'est plus à nos frontières mais parmi la population donc ce qui nous faut ce sont des moyens informatiques de surveillance, d'écoute, des forces de renseignements et d'infiltration pour sécuriser le pays de l'intérieur mais aussi une collaboration intensive avec les forces de renseignements de l'UE. Lire l'interview du Général anglais Ruppert Smith http://www.icrc.ch/Web/fre/sitefre0.nsf/htmlall/review-864-p719/$File/irrc_864_Interview_Rupert_Smith_fre.pdf

Écrit par : demain | 07/05/2010

L’analyse de Sir Rupper Smith reflète bien les cette évolutions mais par contre néglige un point essentiel, l’augmentation de portée balistique et les nouvelles capacités de projection de Forces. Je m’explique, si très justement l’ennemi n’est plus à la frontière, le développement en matière de missiles balistiques et la prolifération de ceux-ci (tête à charge classique) font qu’aujourd’hui une frontière et même l’idée de distance ne veulent plus rien dire ! Le centre Europe n’est plus sous la menace de milliers de blindé (bien que ceux-ci sont toujours utilisés) mais bien d’engins balistiques pouvant être tiré du Moyen-Orient, d’Asie et bien sûr de sous-marin (même de type diesel). N’oublions pas non plus que de nombreux pays acquièrent aujourd’hui des porte-avions (Brésil Chine, Inde) et pourront dans un laps de temps très court verrouiller l’accès à une mer, un détroit provoquant un blocage du trafic maritime par exemple ! Un sous-marin peut également bloquer l’accès à un port et du même coup gêner notre approvisionnement. Bref, la notion de frontière et de distance n’existe plus !

Cela signifie que la capacité anti-missiles doit être comblée, notamment avec des avions de combat (en Suisse seul le F/A-18 dispose d’une capacité limitée en se sens). Le DDPS et le CF doivent donc agir et être capable de quantifié ces menaces qui elles même évoluent, et c’est bien là toute la difficulté ! Evaluer l’ensemble de ces menaces pour établir les besoins en matériels qui eux même deviennent ! Imaginer qu’un système DCA aujourd’hui doit être en mesure de combattre non seule ment des avions et des hélicos mais également des drones et disposer d’une capacité anti-missiles !

Et puis n’oublions pas que nous devrions être capable de porter secoure à nos concitoyennes et concitoyens à l’étranger, et bien que nous ayons (enfin) une unité d’élite (DRA10) nous n’avons toujours pas d’avions de transport, également capable d’intervenir avec le corps d’aide en cas de catastrophe qui ne peut aujourd’hui s’envoler qu’avec du matériel lourd faute d’avion !!

Écrit par : Steeve | 07/05/2010

@Steeve. Le Général Ruppert Smith parle de son expérience en Afghanistan et donc ses constatations sur une guerre que certains disaient perdue d'avance, avec un décalage entre les moyens logistiques, humains et matériels complètement en décalage avec les pratiques de l'ennemi qui se fond dans la masse et c'est aussi applicable à la Suisse. Les besoins en matériel sont grand mais sont-ils en phase avec la menace qui peut surgir sous des formes encore floues et dont nous n'avons que peu d'idée. L'intelligence humaine du renseignement est primordiale mais surtout savoir analyser, recouper ces flots d'informations, en discuter avec d'autres task forces, coopérer est à mon avis un dossier primordial.

Écrit par : sirène | 07/05/2010

Absolument sirène, je ne décris ici qu'une partie des besoins ! Et il est juste de mettre en avant le fait que nous n'avons dans notre pays qu'un service de renseignements basé sur l'analyse et non le service action. Certes, nos services de renseignements ont efficaces en matière d'analyse et nombreux sont les services étrangers, qui sous-traite l'analyse chez nous. Mieux, nos services ont permis grâce à leur interventions de limiter certaines actions comme des éliminations sur notre territoire en mettant en garde certains services étrangers. Mais voilà, nous ne pouvons aller au delà, sans mettre en place une véritable réseau action, mais nos chambres fédérales sembles très frileuses à ce sujets !

En ce qui concerne l'Afganistan, les moyens employés ne sont pas mauvais mais c'est la tactique qui a longtemps été inadaptée! Au début du conflit plus de 3000 hommes des Forces spéciales internationales étaient engagé (Navy Seals, Rangers, SAS, SEK, Desert Hunter, COS) mais leurs interventions étaient limitées à des patrouilles en véhicule particulièrement repérable dû à la fumée provoquée par le sable, bref rien de discret ! Pourtant une unité de Rangers de Virginie (A team) a réussi à capturé le no2 d'Al-Quaida en se faisant passé pour des afghans (infiltration, habillé et armé comme des Moudjahidines)! Ce qui ne va pas là-bas c'est la doctrine et non l'emploi d'armes en appuis ! De plus, deux commandements se font face, l' IFOR (Force de stabilisation avec CMDT en Hollande) et Enduring Freedom (CMDT en Illinois) dont le but et de combattre les Talibans. Nous avons là typiquement le cas d'une non collaboration entre Forces Occidentales! Ceci dit, l'arrivée d'un nouveau CMDT et une nouvelle doctrine semble, depuis 7 à 8 mois montré de meilleurs résultats ! Ce qui est dommage c'est le temps perdu !

Pour notre pays, l'avenir doit impérativement en plus des points mentionnés plus haut contenir une collaboration en matière de renseignements militaire, mais également en matière de collaboration en matière de combat ! Nos F/A-18 peuvent notamment communiquer avec les avions AWACS de l'OTAN et partager des informations radars ainsi qu'avec les Rafale et autres Eurofighter de nos voisins. La Suisse se doit d'être un partenaire de sécurité fiable avec nos voisins tout en cultivant notre neutralité de "non agression" !

Le sujet est particulièrement complexe, et ne se résume pas à transformé l'armée en une sorte de bande de scouts ! N'en déplaise à certain !

"Car, comme l'histoire nous le montre depuis 2000 ans et plus, une guerre bien menée peut conduire à la paix tandis qu'une paix mal vécue incite à coup sûr à la guerre!" Dixit L'art de la guerre selon Sun Tsu (434 av JC)

Écrit par : Steeve | 07/05/2010

@Steeve. Un dernier point. L'analyse est le parent pauvre du processus d'intelligence stratégique ; en un mot on se satisfait des informations qu'on a, plutôt que d'essayer d'avoir les informations dont on a besoin. Le renseignement à travers le puzzle des informations manque d'un déficit d'intelligence analytique et doit être orienté vers le futur, être précis, utile en temps opportun.

Écrit par : sirène | 08/05/2010

Les commentaires sont fermés.