• Marée noire fait voir noir !

    Imprimer

    Amies et Amis attention, ils annoncent la pluie, plus froid ; oui, oui 15 degrés à l’ombre ! Voici le temps de mars, tralalalal…. !

     

    poisson.JPGLa marée noire décrétée "catastrophe nationale" aux USA.

     

    La faute à BP. C’est le Président Obama qui l’a dit. BP doit puiser dans ses réserves non pas de pétrole, mais financière pour assurer la dépollution.

     

    Les frais de dépollution, mais aussi tout ce qui s’y touche. La végétation marine, les espèces animalières, les cotes, etc…..

     

    La Maison Blanche a réagi en ces termes : "Nous allons utiliser tous les moyens disponibles, dont éventuellement ceux du département de la Défense" pour venir à bout de cette catastrophe, a affirmé pour sa part lors du même point de presse le porte-parole de la Maison Blanche Robert Gibbs.

     

    Toutefois, dans « Romandie News : USA/marée noire: l'état d'urgence décrété en Louisiane »

    Cette fuite "menace les ressources naturelles de l'Etat, notamment les terres, l'eau, les poissons, la faune sauvage, les oiseaux et d'autres ressources biologiques, et menace également la subsistance des habitants de Louisiane vivant le long des côtes",

    Le gouverneur de Louisiane a établi une liste d'au moins 10 réserves de faune sauvage en Louisiane et dans le Mississippi voisin qui se trouvent sur la trajectoire directe de la nappe de pétrole et a souligné que "des milliards de dollars de programmes en cours pour la restauration des côtes sont menacés.

    Les énormes moyens humains et matériels déployés jusqu'à présent n'ont "pas ralenti la diffusion du pétrole", dont la nappe "couvre une surface de 1.500 kilomètres carrés et se trouve environ à 16 miles (26 km) de la côte" actuellement, ajoute le gouverneur républicain dans sa déclaration, notant que "la météo et l'environnement accélèrent la dispersion du pétrole".

    Est-ce une « tragédie » due à l’homme humain ? OUI.

     

    Contrairement au nuage de cendres, aux inondations, …., là si l’être humain n’avait pas implanter une plate forme , rien ne se serait passé. Vous en conviendrez !

     

    Pour rappel : La plateforme pétrolière, nommée Deepwater Horizon et propriété de la société Transocean, a coulé le 22 avril après une explosion et un incendie survenus deux jours plus tôt. Elle contenait 2,6 millions de litres de pétrole et extrayait près de 1,27 million de litres par jour. Onze personnes sont portées disparues.

     

    Espérons que cette marée noire va s’estomper et rendre à nouveau, il faudra du temps, le temps appartient au temps, la nature à la nature.

     

    Au jour d’aujourd’hui, la situation est grave. Et je souhaiterais si plus est que les Associations naturelles déposent une « plainte » à l’encontre de BP pour pollution, détérioration de la nature, etc. Enfin, un « truc » ainsi……

     

    Aller bonne journée.

     

    Lien permanent Catégories : Développement durable 0 commentaire
  • Le mea culpa du PAPE

    Imprimer

    Bonjour Amies et Amis,

     

    Encore une ! Vous avez deviné, il s’agit d’une belle journée !

     

    Certes……

     

    pape-pedophile1.jpgDoux Jésus, le Pape à qui nous pourrions donner le bon Dieu sans confession va donc faire des excuses pour les abus sexuels commis par des ecclésiastiques sur des mineurs, lors de la rencontre internationale des prêtres en juin dans la cité du Vatican, selon le cardinal Levada, qui dirige la Congrégation pour la doctrine de la foi.

     

    Dirons-nous alors que le number One de l’église à raison. Il fait preuve de courage, d’ouverture, de croyance et de sauveur des prêtres.

     

    Mais voilà, le mal est fait et bien fait.

     

    A ce sujet ……….

     

    Ci-dessous, un texte trouvé sur Internet, il est écrit par Beauchamp, André, "Prêtres et pédophiles?", Relations, juin 2002 (677), p. 4-5.

    « Aux États-Unis comme en France, souffle un vent de scandale. Des prêtres ont pratiqué la pédophilie. Profitant de leur statut prestigieux, des prêtres ont abusé de leur pouvoir pour violer des enfants, des mineurs, principalement de jeunes garçons. En général, les victimes se sont tues. Mais le voile du silence tombe et les victimes commencent à dénoncer leurs bourreaux, soit dans le cadre de poursuites judiciaires, soit dans le cadre de dénonciations publiques.

    Fait aggravant, il est certain que, dans bien des cas, l'autorité compétente a été informée des faits mais que rien, ou très peu, a été fait pour empêcher le mal de se répandre. On mutait le prêtre fautif vers une autre paroisse ou institution, et le scandale recommençait. Aux États-Unis, par exemple, John J. Geoghan est soupçonné d'avoir molesté 130 victimes. Pendant 30 ans, on l'a périodiquement changé de paroisse. George Cooley a molesté un enfant de 10 ans en 1978. Les parents ont déposé une plainte, qu'ils ont ensuite retirée devant la promesse que Cooley serait tenu à l'écart des enfants. Mais en 198l, on confie à Cooley la charge des enfants de choeur d'une paroisse... Bref, non seulement y-a-il eu des agresseurs d'enfants, mais l'autorité l'a su et n'a pas semblé prendre les mesures adéquates. Dans certains cas, comme à Boston, beaucoup d'argent a été versé en compensation pour acheter le silence. Erreur doublement pernicieuse qui déresponsabilise le coupable en transférant ce fardeau à l'institution et qui, maintenant la loi du silence, empêche l'institution d'évoluer.

    En fait, cela fait bien 15 ans au moins que l'alerte est donnée, mais les procès et dénonciations spectaculaires actuels médiatisent le débat, minent encore davantage la crédibilité de l'Église et de la religion catholique et poussent encore plus loin la psychanalyse du système ecclésial dans sa position face à la sexualité. Dans le cas de l'Église canadienne, il importe de signaler que l'épiscopat canadien n'a pas cherché à cacher les faits et qu'il a ouvertement suggéré, dès 1990, des pistes de réflexion et d'action, principalement pour prévenir et éradiquer le mal (voir les documents Comme une brisure et De la souffrance à l'espérance, publiés par le CECC, respectivement en 1990 et en 1992.)

    Nous ne disposons pas de données statistiques fiables sur le nombre de prêtres pédophiles. Le fait a existé (dans les collèges et les paroisses) et existe probablement encore, bien que maintenant la loi du silence ne soit plus aussi forte. Les cas de pédophilie sont-ils plus nombreux chez les prêtres que dans le reste de la société (inceste, pornographie infantile, prostitution, etc.)? Impossible à dire. De toute façon, la pédophilie est intolérable, et elle l'est particulièrement chez les prêtres contredisant l'idéal sacerdotal sur le plan sexuel, bien sûr, mais surtout sur le plan de la justice : l'abus de pouvoir. De ce point de vue, on ne peut classer la pédophilie parmi les " conduites sexuelles illicites ". Ce qui caractérise la pédophilie, c'est son caractère contraignant, l'inégalité du rapport entre un adulte investi de force et d'autorité et un enfant victime.

    Certains commentateurs cherchent à relier la pédophilie d'une partie du clergé au célibat forcé. Je ne pense pas qu'on puisse faire si facilement l'équation. Il y a des pédophiles chez des gens mariés ou vivant en couple. La pédophilie n'est pas une substitution en l'absence de l'exercice de la sexualité adulte. Elle est le signe d'une immaturité psychique grave. Si quelque chose est à mettre en cause sur ce point dans le système clérical, ce ne serait donc pas le célibat, mais l'immaturité psychique des candidats. On sait que chez les Grecs, la pédophilie était une pratique courante des hommes adultes. Semblablement, chez les Romains, le maître avait souvent un " mignon ". Les pratiques pédophiles étaient alors jugées insignifiantes, précisément parce que l'enfant et l'esclave n'étaient pas considérés comme des êtres humains de plein droit. Maintenant que nous considérons l'enfant comme une personne humaine intégrale, la pédophilie révèle tout son caractère pervers. Dans les articles que j'ai lus, j'ai été frappé par le nombre de victimes qui se sont ensuite suicidées. L'agression sexuelle n'est pas un jeu érotique. C'est un asservissement dont un des résultats possibles est d'anéantir la confiance en soi et en l'avenir d'un enfant innocent.

    Dans ce contexte, le péché de l'Église n'est pas d'abord qu'il y ait chez elle des prêtres immatures, malades ou défaillants. Ça, c'est le lot de l'humanité et du péché. L'erreur, c'est d'essayer de cacher la faute en voulant avant tout sauvegarder l'institution. C'est d'acheter le silence. C'est de prendre davantage pitié du prêtre que de la victime.

    La première tâche de l'Église en ces questions est donc d'abord de reconnaître les faits lorsqu'ils sont clairs. Il faut mettre les prêtres fautifs hors d'état de nuire. Le document de l'épiscopat canadien De la souffrance à l'espérance recommande aux catholiques du Canada de : dépasser la peur et la honte; de s'engager avec générosité dans un vaste mouvement de guérison des séquelles; d'appuyer ceux et celles qui luttent parfois à contre-courant pour faire éclater une vérité pénible à entendre; et de se renseigner sur les exigences des législations provinciales concernant le signalement obligatoire.

    Au fond, dans ce genre de choses, il faut d'abord que l'Église adopte le point de vue de la victime et non celui de l'agresseur. Depuis 1891 (Rerum Novarum), dans les questions sociales, l'Église a peu à peu appris à modifier son regard sur la société et à procéder à l'analyse sociale du point de vue des pauvres. Et cela choque toujours les politiciens et les gens d'argent qui ne comprennent pas, ni ne tolèrent, que l'Église puisse faire cela. Mais l'Église pense que la fidélité à sa mission passe par cette exigence. Il lui faut opérer la même conversion à l'égard des victimes d'abus sexuels des prêtres.

    En ce qui concerne les prêtres eux-mêmes, le document de la Conférence des évêques catholiques du Canada avance : " L'évêque ne doit ni promouvoir à tout prix la réinsertion au ministère, ni écarter de manière absolue toute éventuelle réinsertion. " Le texte exige, entre autres, un diagnostic et un pronostic complets et fiables, la reconnaissance par le prêtre de son état, un temps adéquat, un système de surveillance, etc.

    Dans ces choses, le temps est venu pour l'Église de faire la vérité : " Celui qui fait la vérité vient à la lumière afin que soit manifesté que ses oeuvres sont faites en Dieu " (Jn 3, 21).

    On ne sortira pas aisément d'une telle crise de confiance. Au moins quatre effets pervers sont à prévoir : un ressac de l'autorité de la parole ecclésiale dans le domaine social; une série de revendications de fortes compensations économiques à l'américaine plutôt que des démarches de guérison avec une volonté de mêler les dossiers, les acteurs et les responsabilités; le danger d'accusations fausses, par erreur, par vengeance ou par projection; une censure exagérée de tout geste de tendresse et d'affection à l'égard des enfants, de crainte d'éveiller des soupçons.

    Plus largement, le soupçon des gens à l'égard de l'Église dans son rapport à la sexualité ira s'accroissant. Il faudra lever le voile non seulement sur la pédophilie, mais sur l'ensemble des difficultés concrètes auxquelles font face les personnes consacrées et les personnes engagées en pastorale, avec la sexualité. Plus largement encore, il faudra revoir de fond en comble le discours chrétien - surtout catholique romain - sur la sexualité et procéder à une véritable psychanalyse du système ecclésial. Je vous dirai candidement que j'aimerais que cela soit fait avant qu'il ne reste plus personne dans la baraque.

     

    Lien permanent Catégories : Spiritualité 0 commentaire
  • La ville sans 4x4

    Imprimer

    Encore une super journée, quelle chance n’est-ce pas ! Et maintenant que la pleine lune est passée la vie normale, moins d’excités, va reprendre le court des choses.

     

    Certes !

     

    L’Office fédéral des routes vient de sortir le palmarès des polluants circulant en Suisse. Pas joli joli.

     

    Genève occupe la 5ème place ; tiens bizarre la vie internationale ne détient pas le record !

     

    1041655.jpgLes 4 x 4 sont au top niveau de ce tableau. Ils polluent bien plus. Aujourd’hui, ils ne sont pas de dans les montagnes. Ils roulent en ville, c’est totalement absurde compte tenu des règles de circulation, des limitations de vitesse et du plateau bien plat. Le 4x4, c’est du « snobisme » !

     

    TdG : Dans la course aux 4X4, la Suisse se distingue en outre du reste de l’Europe. La part des nouvelles « tout terrain » mises en circulation dans ce pays l’an dernier a atteint 26%, contre 19% en Suède et 13% en Autriche. Au-delà des frontières  de l’Union européenne, seules la Lettonie et l’Estonie ont surpassé la Suisse.

     

    Le Conseil national doit être attentif à ce sujet et notamment débattre avec intérêt de l’initiative des jeunes verts, déposée en août 2008 et préconisant une limite d’émission à 250 gr. De CO2 au kilomètre, au-delà de laquelle les véhicules ne seraient plus autorisés. Autrement dit 70 % des 4x4 actuellement immatriculés en Suisse seraient interdits. En effet, pourquoi des 4x4 en ville, c’est inutile. En montagne, d’accord, c’est utile, mais en zone urbaine, non.

     

    Dans les dernières années, les recherches des différents constructeurs automobiles ont permis de lancer plusieurs modèles hybrides de leurs voitures. Et pour ce qui concerne les effets sur l'environnement, on peut dire que les voitures hybrides demeurent les moins polluantes en ce moment. De plus, les automobiles qui sont munies d'un moteur à essence et d'un moteur électrique sont beaucoup plus économiques que les modèles conventionnels. Il est possible de faire environ 12% de plus en distance avec une auto hybride.

     

    A demain, aller bonnes journées.

     

     

    Lien permanent Catégories : Développement durable 3 commentaires
  • Facebook, une grosse machine de surveillance

    Imprimer

    facebook-mobile.jpgHier sur le virtuel de la Tribune de Genève, j’ai lu l’article « Facebook est un redoutable outil de surveillance ».

     

    Le trouvant intéressant et n’étant pas certain que l’ayez lu, je vous le rapporte ci-dessous. Vous en faites ce que vous voulez, des choux et des pâtés, ça m’est et égal !!!! Faut savoir partager.

     

    Aller partageons cette prose :

     

    Spécialiste des questions liées à la surveillance électronique et aux limites de la vie privée, le professeur David Lyon était l’invité de l’Université de Genève la semaine dernière.

     

    Luca Sabbatini | 26.04.2010 | 00:00

    Dans son célèbre roman 1984, George Orwell décrivait un état totalitaire où chaque citoyen était surveillé par l’œil omniprésent de Big Brother. En sommes-nous si éloignés? Obsédées par la sécurité, nos démocraties dites libérales enregistrent, contrôlent et archivent électroniquement nos moindres faits et gestes – la plupart du temps à notre insu ou dans la plus complète indifférence.

    Des caméras nous filment dans les rues et les lieux publics. Les passeports biométriques conservent les traces de nos voyages à l’étranger. Les cartes de crédit ou de fidélité mémorisent nos achats. Et les réseaux sociaux du Web dévoilent nos secrets intimes. Mais au fond, pourquoi s’en inquiéter? Moins de sphère privée, n’est-ce pas un prix raisonnable à payer en échange d’une relative sécurité? Et puis ceux qui n’ont «rien à cacher» n’ont «rien à craindre», n’est-ce pas? A moins que…

    «Quand on dit aux gens que leurs données personnelles sont accessibles par d’autres ou que des caméras les filment, ils ne s’en inquiètent pas, sous prétexte qu’ils n’ont «rien à cacher». Ça ne les dérange pas d’être observés. Cependant, peu de gens savent exactement comment ces données sont utilisées et par qui.» Et c’est là que réside le danger.

    Directeur du Surveillance Studies Centre et professeur de sociologie à la Queen’s University de Kingston, au Canada. David Lyon a consacré de nombreux ouvrages aux questions liées à la surveillance et à la protection de la sphère intime. Invité la semaine dernière par le département de sociologie de l’Université de Genève, il en a profité, avec une conférence intitulée Rien à cacher, rien à craindre?, pour souligner «l’attitude complaisante du public» face aux assauts qui minent nos libertés,

    En effet, les technologies actuelles permettent à ceux qui les maîtrisent de fouiller nos vies comme jamais auparavant, servant aussi bien les excès sécuritaires des gouvernements que l’appétit commercial des multinationales. «Nous sommes entrés dans l’ère de la globalisation de l’information personnelle», résume le professeur.

    Comment expliquer l’obsession de notre époque pour la surveillance qui prend souvent des allures d’espionnage légal? «Les causes sont multiples. Les avancées technologiques, notamment, rendent désormais possible une surveillance à large échelle.» Depuis la fin du XXe siècle, remarque David Lyon, «on croit que les problèmes sociaux et politiques peuvent être résolus par la technologie». Alors même que «des indices évidents, parfois même catastrophiques, tendent à prouver le contraire». Les lois liberticides promulguées aux Etats-Unis après les attentats du 11 Septembre en sont un exemple flagrant.

    Corollaire de cette dérive idéologico-technologique, la montée en puissance de la surveillance entraîne un détournement de «systèmes prévus à l’origine pour autre chose». Facebook, par exemple, s’est transformé en un «redoutable outil» de récolte de données et de surveillance à mesure qu’il gagnait en popularité en tant que réseau social. Pourtant, ses utilisateurs ne semblent pas trop s’en offusquer…

    «Il est faux de croire que les gens ne se soucient pas de ce qui arrive à leurs données privées, assure le sociologue. Chacun à des attentes différentes en fonction du contexte. Ce que l’on publie sur Internet pour ses amis après une soirée n’est pas nécessairement ce qu’on veut que son employeur découvre le lendemain. En même temps, il ne faut pas oublier que notre culture est très expressive: le désir de se mettre en scène est aussi fort que celui de préserver son intimité.»

    Voilà qui est dit, vous savez tout sur cet article !

    Aller bonne journée !

     

    Lien permanent Catégories : Médias 2 commentaires
  • La PROSTITUTION à 16 ans ???

    Imprimer

     

    img_1266568783195.jpgSelon certains experts, des jeunes filles suisses se tourneraient de plus en plus vers la prostitution pour être en mesure de s’offrir des articles de marque.

    L’Association suisse pour la protection de l’enfance (ASPE) a lancé un appel pour que la majorité sexuelle soit élevée de 16 à 18 ans en cas de prostitution.

    L’âge légal de la prostitution étant limité à 21 ans en Allemagne et à 18 en France et en Italie, l’association craint que la Suisse ne devienne un paradis pour touristes sexuels en quête de chair fraîche.

    «Nous devons combler cette lacune de la loi, affirme Ruth-Gaby Vermot, ancienne députée et membre de la direction de l’ASPE. Sinon, notre législation laxiste attirera des michés étrangers tout contents de savoir qu’ils peuvent avoir des relations sexuelles avec des jeunes de 16 ou 17 ans sans risquer d’être poursuivis.»

     

    2115508833.jpgLa prostitution des mineurs est-ce immorale ?

     

    (trouvé sur internet) En Suisse, la prostitution entre 16 ans (la majorité sexuelle) et 18 ans (la majorité civile) est illégale quand il s’agit d’une situation d’urgence. Tout est une question de nuance: si l’ado est poussé à faire le commerce de son corps parce que c’est son seul moyen de subsistance, le client ou le proxénète est punissable par la loi. En revanche, un mineur qui décide d’entrer librement dans ce métier et de se prostituer volontairement, ne s’inscrit pas dans l’illégalité. Et son client ne risque pas d’être poursuivi.

     

    Avez-vous lu l’article à ce sujet dans la TDG ?

     

    Pour rappel :

     

    L’affaire Ribéry? Quelle affaire? En Suisse, que l’on soit footballeur vedette ou simple pékin, rien n’empêche un client d’acheter les charmes d’une jeune fille de plus de 16 ans. La loi ne prévoit aucune interdiction, ces adolescentes étant considérées comme majeures sexuellement. Cette situation est unique en Europe. Dans les pays qui ne l’interdisent pas, l’âge légal pour la prostitution est fixé à 18 ans. Et la tendance est au durcissement. Les Pays-Bas envisagent de relever cette limite à 21 ans.

     

    16 ans est-ce trop jeune ? Je le pense, car les filles sont encore au collège, en apprentissage que sais-je. Et n’est-ce pas contraire aux bonnes mœurs.

     

    Se vendre à 16 ans, ce sont des minorités, à tout le moins chez Nous.

     

    Mais !  Aujourd’hui, ce business se développe sur Internet: les jeunes prennent trop facilement contact avec des clients par le biais de forums, de sites de rencontre ou de petites annonces. Certaines agences de sexe orientent leurs publicités sur des offres concernant des filles de 16 ans. Dès lors que la loi Helvétique l’autorise la justice ne peut pas ouvrir de dossiers.

     

     (recherché  sur Internet) Les professionnels de ce business disent n’avoir rien à cacher. Louise, directrice de ………… à Genève, nie en bloc: «Je n’ai jamais eu des prostitutions de moins de 18 ans. Même quand on a des salariées de 18 à 19 ans, c’est déjà très jeune; souvent, je leur conseille de prendre du recul». Elle ajoute qu’à Genève, «on a le droit de se prostituer à 16 ans mais il faut une autorisation écrite des parents.

     

    Faut-il en effet s’attaquer au plus vite à une lacune du droit suisse permettant aux jeunes de se prostituer dès 16 ans en vertu de leur majorité sexuelle.

     

    Au nom de la morale et la protection des mineurs, je dirais que l’âge légal pour la prostitution devrait être relevé à 18 ans.

     

    Aller bonne journée !

     

     

    Lien permanent Catégories : Société 10 commentaires
  • Faire l'AMOUR est-ce Chrétien ?

    Imprimer

    74tol9fp.gifExiste-t-il une façon chrétienne de faire l’amour ?

     

    Ce n’est certes pas à l’Eglise d’indiquer quelles sont les positions du Kama Sutra que l’on peut pratiquer en couple. Cependant, à cause de l’infiltration de la pornographie dans toutes les strates de la culture, sans vouloir s’immiscer dans le lit des époux, l’Eglise nous rappelle un certain nombre de principes fondamentaux sur la sexualité, de façon à favoriser le respect des corps, qui sont, selon les mots de Saint Paul, des « temples de l’Esprit Saint ». (1 Co 6, 19)

     

    Rappelons tout d’abord que l’expression « faire l’amour » n’est pas très heureuse, parce que « faire » désigne les œuvres que nous produisons (une peinture, un bateau, une maison...) alors que la relation sexuelle s’inscrit plutôt dans l’ordre de « l’agir », c’est-à-dire d’actes personnels qui engagent tout notre être, et simultanément, nous perfectionnent. C’est d’ailleurs pour cela que les derniers Papes, loin de sous-estimer la beauté de la sexualité, l’ont valorisé maintes fois dans leurs enseignements. Le Pape Jean-Paul II est même allé jusqu’à affirmer que la sexualité est un acte « hautement religieux » puisqu’il reflète la relation d’amour du Dieu trinitaire et participe à l’acte créateur de Dieu. (Evangelium Vitae § 43)

     

    Beaucoup de couples chrétiens se trouvent désemparés devant notre monde devenu tellement hédoniste. Ce qui, il y a encore trente ans, n’apparaissait que dans quelques mauvaises revues, a fini par se distiller dans la culture et à infester les mœurs sexuelles d’un grand nombre de couples modernes. Des soi-disant experts en sexualité inondent de bons conseils les radios-jeunes et les magazines féminins : Il faut tout essayer, pourvu d’obtenir de « nouvelles expériences » et de multiplier ses « orgasmes ». Ceux qui n’entrent pas dans le jeu sont ringards. Alors certains chrétiens se laissent finalement séduire : « Après tout, pourquoi pas ? Si c’est fait avec amour... ».

     

    Le grand problème, c’est que ceux qui pratiquent ce genre de sport risquent d’être fort déçus par les effets secondaires de ces curieuses pratiques. On devient l’esclave de nos passions quand on réduit toute son existence à assouvir ses pulsions sexuelles. Le sentiment de n’être qu’un objet nous enferme dans notre solitude. Comme le dit saint Paul : « Qui sème dans sa chair, récoltera de la chair la corruption ; qui sème dans l’esprit, récoltera de l’esprit la vie éternelle. » (Gal 6, 8).

     

    Notez bien que le christianisme n’est pas hostile à la sexualité : Jean-Paul II a consacré pas moins de 129 discours pour commenter dans les Ecritures toute la beauté de ce qu’il a appelé « la théologie du corps ». George Weigel a même affirmé que cette réflexion était une « bombe à retardement théologique » : car le chef de l’Eglise catholique affirme sans complexe que la sexualité est un chemin privilégié pour comprendre le mystère de l’être intime de Dieu à travers le don absolu de soi-même.

     

    Il n’en demeure pas moins vrai qu’aimer s’oppose à utiliser. Lorsque j’ai en face de moi une personne, il ne peut être question - sauf à la faire déchoir de son statut de personne - de l’utiliser. Car utiliser l’autre, c’est en faire un objet, c’est dégrader la personne du rang de sujet à celui de chose.

     

    (tiré de Catholique.org)

     

    Lien permanent Catégories : Spiritualité 1 commentaire
  • 10 trucs pour maigrir .....

    Imprimer

    cdbox-mincir-vite.jpgA l’approche des jours de plages, de piscines, de bronzette, on se regarde dans le miroir. Aïe, aïe, aïe, les kilos en trop ! Ca ne va pas cet en bon point, nécessité de réagir, donc actions !

    Régimes ? Sports ? Arrêter de vivre ? This is the question !

    Bon alors, voici ceci :

    Les 10 trucs pour rester mince

    1/ Evite l'alcool (Aie, ca commence mal !)
    C'est dur à avaler, mais un simple verre quotidien peut te faire prendre
    entre 3 et 7 kg par an !

    2/ Bois au moins 1,5 l d'eau par jour
    Cela évite les grignotages et purifie le corps.
    Et puis aller aux toilettes raffermit les fesses !

    3/ Préserve la qualité de ton sommeil
    Cela évitera le stress… et le grignotage qui va souvent avec.
    Et rêver consomme des calories. De quoi sourire en dormant...

    4/ Prends le temps de savourer tes repas
    Un repas convivial entre amis réduit le stress, facteur de mauvaise digestion et de prise de poids.

    5/ Limite les fritures, les corps gras, les sauces et les desserts artificiels
    Ça semble superflu de le dire, comme ça, mais c'est tellement vrai !

    6/ Lis attentivement les étiquettes des produits alimentaires
    que tu achètes
    Même les produits " allégés " sont souvent saturés en sucre pour compenser le goût : bonjour la cata !

    7/ Cajole-toi !
    Prends le temps de t'occuper de toi en t'offrant des massages,
    des bains prolongés, des masques, une séance chez le coiffeur…
    Ca gonfle le moral !

    8/ Fais du sport
    Oblige-toi à marcher au minimum 40 mn par jour: descends une station
    de métro ou de bus en avance, utilise les escaliers au lieu de l'ascenseur :
    il suffit de quelques jours pour sentir les résultats !
    Et le sport, il n'y a rien de mieux pour se sentir bien dans sa tête et dans son corps.

    9/ Ne t'embarque pas dans un régime drastique en cherchant à perdre 5 kg en un mois
    Tu les reprendrais aussitôt une fois le régime terminé ! Ne te jette pas à corps perdu dans les substituts de repas, les plantes en tous genre, les régimes hyper-protéinés : il a été prouvé que toutes ces méthodes étaient vouées à l'échec à plus ou moins long terme. Revois plutôt tes habitudes alimentaires : mange une pomme au lieu d'un paquet de gâteaux, des crudités au lieu des cacahuètes, bois de vraies oranges pressées plutôt
    que du jus d'orange en bouteille, etc.

    10/ Et surtout, PO-SI-TI-VE !
    Si tu n'es pas bien dans ta tête, tu n'as aucune chance de te sentir bien dans ton corps. Pense à rire, beaucoup, ça nettoie les poumons, consomme des calories, et donne la pêche ! Sur Etnoka, on a tout ce qu'il faut dans la rubrique Délires.

    Courage et Aller bonne journée !

    Lien permanent Catégories : Santé 2 commentaires
  • Ils sont "fou" ces promoteurs !

    Imprimer

    immobilier-proteger-faillite-promoteur-maison-L-1.jpg« Salut » toutes et  tous !

     

    Entrée en matière pour dire un grand merci de lire mon blog, je suis ému de constater que ma plume intéresse. Je ne suis pas insensible à votre rayon de soleil, encore toute ma gratitude. Ma motivation grandit….

     

    Avez-vous lu dans le GHI d’hier « Pro et anti-Khrapunov se dévoilent ».

     

    Il s’agit du méga projet du promoteur ci-dessus cité, « Ma Plage » : s’étendant sur 280  mètres, où se situent les vestiaires de Genève-Plage. 1 hôtel 3-4 étoiles 76 chambres. Des boutiques, une crèche, des espaces de conférences, un café avec terrasse, un jardin végétal et un autre solaire. Autres : 1 dizaine de restos et de cafés, un aquarium marin de 2500 m2 au sous sol, un spa et un musée Alinghi.

     

    De quoi faire rêver les promoteurs, les entreprises du bâtiment, les PME, les banques, l’Etat. Tous les terrains appartenant à l’Etat, donc aux contribuables, le corollaire, les électrices et les électeurs devraient se prononcer par une votation.

     

    Relance économique ?

     

    Evidemment que ce projet pourrait apporter du baume à Genève. Tout comme le «PAV » ou le Lignon, à la différence que ces deux derniers sont essentiellement du logement.

     

    Toutefois !

     

    Une telle implantation immobilière ne serait pas vraiment un lieu de détente comme arguent certains protagonistes.  S’il était tout en herbe et arborisé avec des tennis, des jeux, des emplacements de pique-niques, une plage agréable, etc.

     

    Quels avantages ? Aucun si ce n’est une dénature du site : nous n’avons pas besoin à cet endroit d’un cercle renfermant tout ce qui est mentionné ci-dessus. Loin d’être du développement durable de l’environnement. C’est tout le contraire car il s’agit d’un hypra pavé bétonné.

     

    Cet espace ne sera visité par les gents aisés, car je subodore que les prix ne seront pas à portée des familles aux revenus moyens. Nécessité de rentabiliser ce projet mammouth avec des prix du centre ville.

     

    Le Président du Conseil d’Etat, Monsieur François Longchamp, a raison de comparer l’édification de « Ma Plage » à la « construction d’une belle tour au milieu de la plaine de Plainpalais ».

     

    Aller bonne journée !

    Lien permanent Catégories : Développement durable 2 commentaires
  • Beau,Beau, marions-Nous !

    Imprimer

    big_2247_mariage_chat.jpgBeau, beau est le temps ! Ca sent les pique-niques, la piscine, la bronzette. Eclatez-vous les Amies et les Amis !

     

    Mardi, les Cocus, hier, les Divorcés……. Ce jour, une statistique Suisse des mariages.

     

    De nos jours, on se marie plus vers la trentaine. Auparavant, vers 25 ans.

     

    L’  «usine » à mariage fonctionne bien, les chiffres ci-dessous le prouvent. Je t’aime un peu, pas du tout, beaucoup, marions-nous.

     

    Un, deux bébés, la famille dans le respect des valeurs. Etant Chrétien, je respecte ces valeurs, pour autant évidemment que le chemin de la vie le permette.

     

    Les changements d’état civil comme les mariages n’ont aucune influence sur l’état de la population, mais changent sa structure. En effet, les mariages et la nuptialité, qui étudie la fréquence et les caractéristiques des mariages dans une population, influencent toujours la fécondité en Suisse.

     

    Mariages et nuptialité

     

    2001

    2002

    2003

    2004

    2005

    2006

    2007

    2008

    Mariages

    39'244

    40'213

    40'056

    39'460

    40'139

    39'817

    40'330

    41'534

    Taux brut de nuptialité

    5.4

    5.5

    5.5

    5.3

    5.4

    5.3

    5.3

    5.4

    Indicateur conjoncturel de primo-nuptialité

     

     

     

     

     

     

     

     

    Hommes

    57.3

    59.0

    58.8

    57.5

    58.6

    58.1

    58.6

    59.0

    Femmes

    62.4

    64.2

    62.9

    61.7

    63.0

    62.8

    63.1

    64.0

    Age moyen au premier mariage

     

     

     

     

     

     

     

     

    Hommes

    30.4

    30.5

    30.6

    30.8

    31.0

    31.0

    31.2

    31.4

    Femmes

    28.0

    28.1

    28.4

    28.6

    28.7

    28.7

    28.9

    29.1

     

    Ainsi se termine le petit cycle des statistiques.

     

    Aller bonne journée. Profitez un max !

    Lien permanent Catégories : Société 0 commentaire
  • Nous divorçons ! La mode ?

    Imprimer

    divorces-19020-798653532.jpgQuelle belle journée. C’est vraiment hypra super pour le moral. Tout le monde est beau, tout le monde est sympa.

     

    Une note plus sérieuse !

     

    Hier les « cocus » étaient sur la scène de mon blog. Fléau de notre société ? Je le pense. En marge de ceci et cela, ce jour nous évoquons les divorces. Fléau de notre société ? Pour un souci, un « blem » périphérique, une engueulade, que sais-je, hop devant le juge pour prononcer la dissolution du mariage. Sans vouloir être ringard, dans le temps, les gens se supportaient mieux, les valeurs étaient plus respectées, les repères mieux définis. Aujourd’hui, facile de chez facile, tu n’es plus, tu ne veux plus, tu ne me supportes plu….. et hop devant le juge.

     

    Les changements d’état civil, comme les divorces, n’ont aucune influence sur l’état de la population, mais changent sa structure. On parle de divortialité lorsqu’on met en relation les divorces avec l'effectif de la population et qu’on étudie la fréquence et les caractéristiques des divorces dans cette population

     

    Divorces et divortialité

     

    2001

    2002

    2003

    2004

    2005

    2006

    2007

    2008

    Divorces

    15'778

    16'363

    16'799

    17'949

    21'332

    20'981

    19'882

    19'613

    Taux brut de divortialité

    2.2

    2.2

    2.3

    2.4

    2.9

    2.8

    2.6

    2.6

    Indicateur conjoncturel de divortialité

    38.5

    40.0

    41.3

    44.2

    52.6

    51.7

    49.1

    48.4

    Durée moyenne du mariage au moment du divorce

    13.4

    13.4

    13.6

    13.8

    14.3

    14.6

    14.5

    14.6

     

    Chaque année, 14'000 enfants sont touchés en Suisse par le divorce de leurs parents.

    Selon une étude de 2003, l’autorité parentale a été attribuée à la mère dans 68 % des cas. Dans 6 % des cas, l’autorité parentale sur les enfants a été attribuée au père. Dans 26 % des cas, l’autorité parentale conjointe a été accordée.

    Six ans après le divorce, 20 % des enfants présentent encore des troubles psychiques liés au divorce, selon une étude allemande.

    On estime que 65 % des enfants de 18 à 22 ans ont des relations difficiles avec le père divorcé (29 % lorsque les parents ne sont pas divorcés).

    Mais dans quel monde vivons-nous ? Egoïste, individualiste, sans repère ou moins, ainsi va la vie du XXIème siècle ; tristounet : à vous de juger.

    Aller bonne journée !

     

     

     

    Lien permanent 1 commentaire
  • Les COCUS : statistique

    Imprimer

    cocu_2.jpgJe suis cocu ! Es-tu cocu ? Il est cocu !

     

    Oups, un de mes cops m’a dit qu’il était cocu. A la mode de nos jours ?!

     

    Consolations, mouchoirs, yeux fontaines. Bon il est cocu est alors, ce n’est pas le premier et surtout ni le dernier. C’est un cas d’école connu, il y précédent. Un cocufiage à la seconde, c’est ça la fidélité. Je n’y crois pas à la fidélité à moins d’être moine et encore, de nos jours……. Dieu est-il trompé ……

     

    Que faire alors ?

     

    Chacun gère son binz comme il le sent, comme il voit les choses, comme il a envie.

     

    Les statistiques, je les ai cherchées sur internet. Il ressort de mon far fouillage virtuel mais oh combien réel ce qui suit :

     

    Statistiques

    Attention ça va faire mal !

    • 75% des femmes mariées ont eu des relations extra-conjugales
    • 60% des hommes mariés ont eu des relations extra-conjugales

    donc

    • 3 hommes sur 4 sont cocus
    • 3 femmes sur 5 sont cocus

    On se sent déjà moins seul
    Par ailleurs en sachant que :

    • Rien ne prouve que les 60 % d'hommes mariés ont eu des relations extra-conjugales sont tous en couple avec des femmes ayant eu elle-aussi des relations conjugales.
    • La proportion de couple concerné par le cocufiage est donc comprise entre 75 % et 100 % ce qui nous fait une moyenne arithmétique à 87,5 % (tout le monde à suivi)

    On se sent encore moins seul.

    Ben ça alors, les hommes cocufient moins. Ah les femmes ! Mais ce que l’on les aime bien, n’est-ce pas Messieurs !

    Bon alors mon copain est dans les normes !!! Je pars le lui dire !

    Aller bonne journée à toutes et à tous et pas de folie !

     

     

    Lien permanent Catégories : Société 1 commentaire
  • Les scientifiques se sont trompés ???

    Imprimer

    coloriage-avion-1228398939.gifDes centaines de vols annulés.

    C’est le chao de l’aviation à l’échelle Européen mais aussi mondial.

    Evidemment vous savez pourquoi.

     

    Et voilà que hier des compagnies ont fait voler des avions. Revenus au sol, ils ne présentent aucune anomalie, aucune particule, aucune crasse. Mais alors ?

     

    Alors comme la grippe H1N1 ont-ils, les rois de la scientifiques, exagéré sur les conséquences du nuage.

     

    (Roselyne Bachelot serait rassurée de refiler ses masques si les cendres nous tombaient sur la tête !)

     

    Semble-t-il que des essais de ballons, d’appareils scientifiques n’aient pas testé les conséquences. Auraient-ils prouvé aucun danger, aucune conséquence ?

     

    Les compagnies commencent à douter.

     

    Il y a Ka, il y Ka.

     

    Facile de dire ceci, cela, y avait qu’à.

     

    Les politiques ont écouté tous les pant agonistes de la science avant de prendre la décision de fermer les espaces aériens.

     

    Et même si « now » c’est prouvé scientifiquement que nous pouvons nous envoyer en l’air et bien pour rien au monde je prendrai l’avion au risque d’une situation évoluant, changeant au détriment de ma vie.

     

    Alors à quels scientifiques faire confiance, ceux de l’aviation, les scientifiques, les politiques.

     

    Une chose certaine, c’est la première fois pour l’homme que ce genre de phénomène aussi intense se produit, cela sera certaine un cas d’école ; on ne pourra plus dire qu’il n’y aura pas eu de précédent, le corollaire la gestion d’un « nouvel air » sera traitée autrement.

     

    Et vous prendriez-vous l’avion sur la base d’essais basiques ?

     

     

    Lien permanent Catégories : Société 0 commentaire
  • GE : MAIS QUE FAIT LA POLICE ?!

    Imprimer

    La police genevoise n’est pas équipée en 2010 de GPS ! Est-ce normal. Dans une société en recherche de sécurité, non il y a défaut.

    Dans le 20 minute : «Nous avons notamment perdu plus de dix minutes en nous rendant à une adresse à Versoix. Les cambrioleurs étaient partis à notre arrivée», a expliqué à l'ATS l'élu du Mouvement Citoyens Genevois (MCG), confirmant une information publiée mercredi dans l'hebdomadaire «GHI». «Autant dire que la situation aurait été dramatique si une vie avait été en jeu», a-t-il précisé.

    A Genève, les véhicules de la police ne sont effectivement pas équipés de GPS (Global Positioning System), a indiqué Jean-Philippe Brandt, porte-parole. Eric Stauffer a déposé une motion au Grand Conseil demandant qu'ils le soient sans délais et de coupler ces moyens techniques de géolocalisation avec les systèmes de conduite à l'engagement.

    C’est quoi ce boulot ?! Chaque minute compte en matière d’appel au secours, il est donc indéniable que la police soit pourvue de tous les moyens sophistiqués pour se rendre sur les lieux d’un « binz » afin de mettre de suite les moyens de sécurités en place.

    Dans les cantons voisins, le GPS est installé dans les voitures de police. Genève est à nouveau le mauvais élève.

    Je pense que la motion déposée à ce sujet devant le Grand Conseil genevois a toute son importance, nécessité est de la soutenir.

    La sécurité n’a pas de prix.

    Aller bonne journée !

     

     

     gps-cambriolage-1.jpg

    Lien permanent Catégories : Techno 2 commentaires
  • Ciel, le ciel nous tombe sur la tête !!!

    Imprimer

    EyjafjallajokullWSW.jpgPar « Eyjafjallajokull »  le ciel nous tombe sur la tête !

     

    Vous l’avez dominé le nom ci-dessus en rouge est celui du volcan Islandais qui se donne sans compter et avec joie.

     

    Il semblerait que jamais l’Europe n’ait connu un tel chaos aérien. Force et la nature oblige.

     

    Des milliers d’avions, de passagers cloués au sol. La pagaille.

     

    Economiquement, ce n’est pas bon. Des millions perdus par jour. Quelles conséquences ? Laissons pour l’instant au repos les avions et tout le réseau s’y rattachant.

     

    Pensons aux passagers et passagères bloqués dans les aéroports.

     

    Force est de constater que l’on ne peut rien faire contre les caprices de la nature.

    Bien plus forte et maline que l’homme ou la femme. Nous ne pouvons pas lutter contre les fléaux de la nature. Cela prouve que la terre est bien vivante et Nous aussi !

     

    Certes, je ne sais si vous connaissez bien ce volcan crachant, on dira, la mauvaise humeur de la terre ou des Dieux.

     

    Internet m’a renseigné. Je vous communique pour votre gouverne ce qui il est :

     

    (Wikipédia) Topographie [modifier]

    « L'Eyjafjallajökull est situé entre la vallée de Þórsmörk au nord et la côte de l'océan Atlantique au sud. Le glacier recouvre le volcan actif Eyjafjöll, en français « les montagnes des îles », qui surplombe de ses 1 666 mètres d'altitude[1],[2] les îles Vestmann situées au sud.

    Le sommet du glacier est marqué par une profonde dépression correspondant au contour de la caldeira de deux kilomètres et demi de diamètre[1]. Le sommet proprement dit, appelé Hámundur avec 1 666 mètres d'altitude[1], est une excroissance de la bordure du cratère. D'autres sommets secondaires appelés Guðnasteinn se répartissent également sur le bord du cratère.

    Géologie [modifier]

    Article détaillé : Eyjafjöll (volcan).

    L'Eyjafjöll est un stratovolcan âgé d'environ 700 000 ans. Il semble avoir été peu actif, ayant connu des éruptions autour de 550, en 1612 et de 1821 à 1823[3]. L'éruption de 1612 semble avoir été commune avec l'éruption de Katla tout proche mais les documents de l'époque renseignent surtout sur son voisin. L'éruption de 1821-1823 cesse lorsque Katla rentre en éruption à son tour. Ces faits font penser à certains volcanologues que les deux systèmes sont « mécaniquement » liés. Le volcan est à nouveau entré en éruption le 20 mars 2010 autour de minuit après une crise sismique[4],[5], puis à nouveau le 14 avril 2010.

    Hydrologie [modifier]

    Sur le flanc Nord de la calotte glaciaire, les glaciers de Steinsholtsjökull et Gígujökull s'individualisent de la calotte glaciaire pour descendre jusque dans la vallée de Þórsmörk. La langue glaciaire de Gígujökull, en français « le glacier du cratère », parcours un dénivelé de 1 400 mètres depuis le cratère égueulé en versant nord ; il est notamment visible depuis la route menant à la vallée de Þórsmörk.

    La fonte des eaux de l'Eyjafjallajökull alimente de nombreuses rivières qui descendent les flancs escarpés du volcan en y entaillant par endroits de profonds canyons, comme celui de Stakkholtsgjá, bien connu des randonneurs.

    De très nombreuses cascades attirent également de nombreux touristes tels que Seljalandsfoss, haute de 65 mètres, ou Skógafoss, haute de 62 mètres, qui reçoit également les eaux de la calotte glaciaire voisine du Mýrdalsjökull ».

    L’éruption de ces derniers jours viendra compléter le calendrier de l’activité de ce volcan.

    Courage à celles et ceux qui demeurent bloqués aux quatre coins de l’Europe.

    Aller bonne journée !

     

    Lien permanent Catégories : Nature 0 commentaire
  • La nature fait l'imbécile !

    Imprimer

    24006224_5682159.jpgLes eaux envahissent, des fissures de l’écorce terrestre, séismes, le ciel nous tombe sur la tête, la faim dans le monde, la, le , les ……….

     

    Oups, on ne peut lutter contre les catastrophes naturelles.

    Oups, non ne peut régler la météo.

    Oups, malgré les lois, les règlements, on ne peut vraiment régler l’homme, la femme.

     

    Et bien c’est tant mieux et c’est insupportable.

     

    Contrôler les caprices de la météo créerait indubitablement des frottements, des guerres civiles. Les caprices des hommes et des femmes pourraient surpasser les caprices du ciel.

     

    Quant aux catastrophes naturelles là c’est vraiment moche, laid, insoutenable, indéfendable, injuste.

     

    Pourquoi tant de surprise  à contre sens du bien être. MYSTERE.

     

    Et oui, se sont les mystères que nous ne pouvons contrôler.

     

    Les énergies vibratoires et le mystère de la vie, tel est le tire d’un bouquin du Dr Hervé Staub :

     

    Quatrième de couverture

    Le monde visible, matériel, tel qu'il nous apparaît, peut être comparé à la partie émergée d'un iceberg ; sa partie immergée, la plus importante, mais invisible, n'en est pas moins réelle. S'appuyant sur les dernières découvertes de la physique quantique, l'auteur explique, dans un langage accessible à tous, l'omniprésence des énergies vibratoires qui président à l'expression de la vie sous toutes ses formes. Gigantesque champ de vibrations, l'univers baigne uniformément dans ses fréquences les règnes minéral, végétal et animal, mettant toute chose en interrelation. Le Dr Staub aborde alors certains phénomènes insolites en rapport avec l'espace et le temps, tels la synchronicité, l'ubiquité et les fractures spatiotemporelles. Ces phénomènes, en raison de notre ignorance, sont qualifiés de paranormaux ou de surnaturels. Et si le terme « surnaturel » ne servait qu'à masquer les limites des connaissances actuelles ? Et si nos rêves étaient l'expression d'une porte d'accès à d'autres univers ? En sa qualité de thérapeute, l'auteur examine également l'apport de ces réflexions dans le domaine de la santé : il défend la nécessité d'une approche holistique, permettant de rééquilibrer les énergies perturbées à l'origine de l'expression physique que sont les maladies. Ce but pourra être atteint grâce aux nombreuses thérapies « énergétiques » disponibles actuellement comme l'homéopathie, l'acupuncture, la colorthérapie ou la phyto-aromathérapie, approches plurielles d'une même réalité.


    L'auteur vu par l'éditeur

    Docteur en médecine, Hervé Staub est médecin généraliste depuis vingt-cinq ans. Diplômé de phyto-aromathérapie clinique, il est également passionné par le domaine énergétique et a créé en 2001 l'Association de recherche sur la bioréalité énergétique (ARBRE).

    Lien permanent Catégories : Développement durable 1 commentaire
  • GE - PDC désormais seul parti au CENTRE

    Imprimer

    %20calza_ge.gifDehors fait gris, dans nos cœurs sont le soleil !

     

    C’est concrétisé, adopté, voté, signé !

     

    Quoi ?

     

    La fusion des partis radical et libéral. Une seule entité pour le pire et le mieux. Le parti radical, le plus vieux de Genève, le père de la constitution, affaibli rejoint donc les rangs du parti libéral, moins connu sur le plan fédéral, mais au combien important sur les rangs du Grand conseil genevois. Le « bébé » est né, va-t-il être chouchouté par les genevoises et les genevois ?

     

    Je suis un peu triste de voir s’éloigner de James Fazy le vieux parti Radical. SALUT LE MONSTRE POLITIQUE, HELLO L’  « UMP genevoise » !

     

    A l’aube des élections municipales, au printemps 2011, une alliance prometteuse, prémonitoire pour gagner des sièges. Pas si sûr, pourquoi ? Pas certain que la grande « UMP, actuellement de Sarkozy » plaise vraiment aux électrices et électeurs genevois.  Les idées des uns des autres convergent-elles vers une parfaite harmonie, pour eux ! N’est ce pas une « combination » pour dire que les échéances électorales ne seront ainsi pas perdues.

     

    Bon, mais alors au centre il reste qui ?

     

    Le PDC !

     

    Pour défendre les valeurs de la famille, les valeurs liées à la condition humaine, au respect de la construction d’une société respectueuse des valeurs de la vie, le PDC reste donc le seul parti de Genève au CENTRE. Considérant, que toutes les couches sociales de la société sont défendues, soutenues face à des partis bien déterminés, le PDC a plus que jamais toute son importance politique.

     

    A sujet de la démocratie chrétienne, j’ai relevé ceci sur Wikipédia :

    « ….Tendances politiques de la démocratie chrétienne [modifier]

    Même si le mouvement démocrate-chrétien est très hétérogène, il s'accorde tout de même sur certains thèmes.

    - la préoccupation sociale telle qu'elle avait été exprimée dans l'encyclique Rerum Novarum ;

    - l'idée selon laquelle la source du droit provient, non de l'État, mais de la personnalité humaine, et qu'il faut donc reconnaître un droit fondamental et une représentation à tous les corps sociaux dans lesquels cette personne humaine s'exprime (famille, profession, commune, province, État, Église, etc.) ;

    - la liberté de l'enseignement ;

    - une décentralisation administrative assez poussée ;

     

    - la participation des travailleurs à la gestion et aux bénéfices de leurs entreprises ;

    - l'idée selon laquelle la solidarité doit être mise en œuvre, pas nécessairement par l'État, mais par des corps intermédiaires tels que la famille, l'Église, les mutuelles et autres coopératives.

    D'une manière générale, la conception de l'État est différente de celle des libéraux : il doit être décentralisé, constitué de différents organes, mais avoir un pouvoir certain.

    Les démocrates-chrétiens voient l'économie comme étant au service des hommes et ne remettent pas en cause le capitalisme.

    La dimension caritative de l'État est ainsi d'une grande importance pour la démocratie chrétienne….. ».

    Actuellement, en bref…..

    Le Parti Démocrate Chrétien maintient bien vivantes ses préoccupations sociales. Actuellement, il mène toujours une politique progressiste dans des domaines tels que la formation, l'emploi, l'environnement, le logement, etc...

    Allez bonne journée à toutes et à tous !

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Les millionaires qui écoulent de la drogue

    Imprimer

    Super temps, encore une belle journée ! Profitez en max.

     

    De tout pour faire un monde ?!

    swisstxt20080818_9550271_1.gif« Un couple millionnaire, basé à Genève et en Floride, écoulait de la drogue

    Trafic | Un homme d’affaires américain et son amie genevoise seront jugés d’ici à la fin de l’année. Ils sont suspectés d’avoir transporté des tonnes de marijuana de Jamaïque en Europe sur un yacht. »

    Je commence à croire que se sont les « richetos » qui sont les moins sages. C’est donc vrai !

    Je connais des gens en bon point du côté porte monnaie qui organisent des grandes bouffes inondées d’alcool, parfumées de pétards, sans compter les « orgies à la romaine ».

    Chez les riches, il y a l’argent, le corollaire ils peuvent tout se permettre. Grand bien leur fasse. Nous n’allons pas être jaloux, c’est comme ça et pas autrement. Ils ont toujours existé

    Ce qui est dérangeant c’est justement l’abandon à des trafics. Tenant les cordons de la bourse il n’y a qu’eux pour se livrer à ces mauvais jeux. Ils profitent de leurs millions pour faire des choses vraiment pas bien, contraire aux règles de la société ; c’est très grave pour le bien être de la société. Ils se croient tout permis. Certes ça fait marcher l’économie, pour autant que se soit clin ; vous êtes d’accord, non ?

    Au fond, je suis content que les Autorités judiciaires aient coincé ce couple millionnaire et qu’il soit jugé. Mais que vont-ils écoper, 2 ans avec sursis, une bagatelle les freinant un instant dans leur trafic ; ils recommenceront. Je souhaite que la justice soit impartiale et sorte la grosse artillerie pour prononcer la lourde peine.

    Ce sont les gros bonnets « friqués » qui font le mal en matière de drogue, ils ont les moyens d’acheter de revendre, de trafiquer, ils doivent donc être stoppés dans leurs actes illicites.

    C’est peut être utopique ce que je dis, toutefois si la pointe de la pyramide est encerclée par la justice, la vraie justice, en descendant de celle-ci les problèmes liés à la drogue pourraient être métrisés.

    Voici, voilà très succinctement un avis que je pense réaliste sur la situation.

    Aller bonne journée à toutes et à tous.

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Société 8 commentaires
  • Publicités abusives ?

    Imprimer

    pub.gifEt-ce vrai ? Ni oui, ni non !

     

    « Les train, la galère. Vol Genève-Paris dès 39,95, 1 h d’avion ou 3,5 h de train ? »

     

    1 h oui mais…..

     

    Il faut compter le trajet jusqu’à l’aéroport. Vous devez vous y rendre au minimum 1 heure avant pour le check in. Excitation ? Le vol 1 heure, l’arrivée, la sortie de la gare aérienne à Paris le transfert au centre de la capitale, 1 bonne heure sans gros trafic. Résultat de la course, 3 h minimum. Quel est le vrai avantage, le bénéfice à prendre l’oiseau !

     

    A j’oubliais le prix du parking à Cointrin ? Cher non ?

     

    En train, il est vrai qu’il y a le trajet jusqu’à la gare, prendre le train, en moyenne 3,3 h de trajet, l’arrivée, l’atteinte de votre hôtel….. quoi 4 h ? 1 h de plus ! Inquiétant pour le psy ? Pas vraiment, non !

     

    Se rendre à la gare, mais avec les TPG ! Pas cher non !

     

    Alors la publicité de la compagnie à la mode et apportant un baume financier certain à Cointrin est-elle authentique. Oui pour celle est ceux qui n’aime pas le train. Pour celles et ceux qui se délectent de paysages, de calme, d’un pt’it, déj.  dans le wagon idoine, sympa non.

     

    En termes économiques je me demande aussi si le train n’est pas meilleur marché que l’avion.

     

    Bref, sans vouloir aller plus loin, le train à son avantage, l’avion pour Paris conseiller par la Compagnie aérienne aux tarifs raisonnables ne l’est pas plus comme dit dans la pub.

     

    Aller bonne journée et surtout garder le moral !

    Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire
  • Les Autorités de Genève se "tuent" en vol

    Imprimer

    crash-avion-president-senegal-wade1.jpgImaginez Genève dans la même scène. Le Conseil d’Etat, le Grand Conseil en course d’école je ne sais où. Ils passent trois jours idylliques, bien reçus, des visites protocolaires et amicales, des bonnes bouffes, tout, tout pour le bien être d’un voyage de détente.

     

    Dimanche, il faut rentrer à Genève. L’avion décolle d’un aéroport quelconque, en vol, « merde » l’avion présente des anomalies, il y a de la fumée, le feu, il tombe. Aucun survivant. Catastrophe nationale, Genève, la Suisse, l’Europe, le monde est en deuil. Un gouvernement rendu au ciel en totalité, très moche est affligeant.

     

    Des obsèques plus qu’officielles célébrées par toutes les Autorités religieuses à la Cathédrale Saint-Pierre. Tapis rouge, cathédrale délivrée de sa poussière, orgue accordé, vitraux éclatants, orchestre de la Suisse romande pour jouer le Requiem de Mozart. L’édifice bichonné et transformé comme un bijou d’un jour.

     

    Question : qui va faire l’hommage funèbre ? La Présidente de la Confédération, le Procureur général de la République et canton de Genève, un simple citoyen. Tout le gratin politique helvétique convergerait ver la place Saint-Pierre.

     

    Et qui va gouverner « now » jusqu’aux nouvelles élections. Très, très vite, nécessité sera de se rendre aux urnes.

     

    En attendant, un bailli nommé par Berne ? Des décisions doivent être prises pour assurer la continuité gouvernementale genevoise. Faut éviter l’anarchie, l’abandon, le laissez à soi-même. Politiquement, tout est à reconstruire.

     

    Etc. etc. etc.

     

    En quelle que sorte c’est ce qu’il se passe en Pologne la mort du chef de l’Etat à l’exception qu’on été épargné à cette horrible tragédie la disparition de l’ensemble du gouvernement.

     

    Après cette note un peu sombre, je vous souhaite avec le sourire et la tête pleine de punch une bonne journée et une heureuse semaine.

    Lien permanent Catégories : Genève 5 commentaires
  • Qu'ils arrêtent d'être XENOPHOBE

    Imprimer

    «Le frontalier n'a plus rien de l'étranger que visent les xénophobes», a expliqué Mme Calmy-Rey devant un public convaincu. «Toutes les tentatives de diabolisation doivent être combattues avec vigueur, tout comme les velléités discriminatoires».

     

    Héhéhéhé ces bonnes paroles doivent faire « plaisir » au MCG, lui qui dénonce une certaine méfiance vis-à-vis de nos Amis les frontaliers. Que ceux qui crachent sur ces êtres humains aient au « confessionnal !!! »

     

    frontaliers.jpgIl est vrai qu’il y a une kyrielle de frontaliers travaillant chez Nous. Qu’en peuvent-ils si les patrons les engagent. Grand bien leur fasse !

     

    Bon ce qui est peut être gênant se sont les chômeurs de chez Nous. A Genève, canton où se calcule le plus grand nombre de Suisses, c’est peut être matière à se poser des questions. Que se passe-t-il, sont-ce des personnes mal formées, en mal de diplôme, trop gourmandes, avec un poil dans la main, que sais-je ?

     

    Pour rassurer les gens, ne faudrait-il pas penser à une authentique politique transfrontalière. Créer une vraie région s’étendant du Jura à Annecy, par exemple.

    Une politique de l’emploi faisant grandir une zone économique digne de se nom. Ca demande une profonde réflexion, celle-ci devant aboutir vers une politique régionale.

     

    Faut-il que nos politiciens, nos penseurs, se mettent autour d’une table transfrontalière et réfléchissent. Peut-on continuer dans le temps, sur des frontières bien établies où faut-il être visionnaires et se dire qu’une grande ouverture ne pourrait être que bénéfique pour l’emploi, pour l’économie, socialement.

     

    Est-ce pernicieux d’être peut être utopique mais bien conscient de l’avenir ?

     

    Aller bonne réflexion et bon dimanche !

    Lien permanent Catégories : Développement durable 4 commentaires