03/03/2010

La nouvelle Police des Communes genevoises

Securite_municipale_Carouge.jpgEnfin les AMP pourront être encore plus des Gardiens de la Paix.

 Avec la nouvelle loi, ils viennent renforcer les interventions de la police. C'est une excellente chose.

 Une complémentarité salutaire, car la police genevoise ne peut être partout faute d'effectif. Je me souviens d'une statistique qui préconisait le manque de 1000 gendarmes tous confondus à Genève. Les policiers ne peuvent être au four et au moulin en même temps. Avec l'évolution de la société libre les interventions se multiplient en raison d'une forte augmentation des infractions de tout genre.

 Ainsi les Agents de Police Municipal prennent de l'autonomie et pourront intervenir de façon plus efficace que par le passé. Jusqu'à maintenant, les gardes municipaux étaient peu ou prou respectés. Tout juste si on ne leur riait pas au nez.

 Aujourd'hui ça change. Par leur nouveaux pouvoirs, ils pourront interpellés, fouillés, vérifier les identités, intervenir sur les terrasses de café pour bruit ou tapage nocturne. Le policier municipal va aussi faire usage du bâton du gendarme. La « matraque » à toujours fait peur. Une police dans la police cantonale ne peut apporter que plus de sécurité, de dissuasion, de confiance. Serait-ce la fin des clients agités sur les terrasses de café, serait-ce la fin du parking sauvage et  d'autres infractions. La jeunesse nocturne sera-t-elle calmée. Avec le nouveau code de la police municipale, je le pense, à tous le moins je le souhaite vivement.

 A Carouge, avec mes collègues PDC au Municipal, nous avons toujours soutenu les agents municipaux et depuis longtemps demandions de leur donner plus de pouvoir. C'était aussi l'occasion de les féliciter et de les remercier pour la sale tâche accomplie, mais au combien utile et justifiée. Car jusqu'à présent comme je le dis plus haut l'agent municipal était un peu le guignol des indélicats de la loi. Pourtant, ils avaient le droit au respect surtout pour la mission menée à bien. Merci l'équipe de Carouge.

 Je suis content que les Gardiens de la Paix communaux soient reconnus et connus pour leur métier parfois dangereux. Ils deviennent d'authentiques collègues de la Police genevoise.

 De Carouge, comme si vous ne le saviez pas !!!, je suis fier des AMP Carougeois, évidemment des autres communes, et les encourage à faire leur métier avec conviction, affirmation et persuasion.

 Bravo les AMP et bonne route !

07:25 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Monsieur,

A la lecture de votre billet je prends peur, il n'a rien de rassurant.

Vous affirmez qu'une statistique préconisait qu'il manquait 1000 gendarmes à Genève .. Je ne sais pas d'où vous tenez ce chiffre, mais 250 gendarmes seraient suffisants, 100 inspecteurs et 100 collègues de la police internationale aussi, soit au maximum 450 unités pour les trois corps.

Vous écrivez encore ; par leurs nouveaux pouvoirs, ils pourront interpeller, fouiller, vérifier les identités et intervenir pour du bruit ou du tapage. Le policier municipal va aussi faire usage du bâton du gendarme. La matraque a toujours fait peur.

A la lecture de ces mot, c'est vous qui me faites peur. A travers vos propos vous transformer ces agents de la police municipale en CRS, en un corps agressif et vindicatif, dominant par la peur en espérant calmer la jeunesse nocturne. La confiance, le respect et la police de proximitié ne passe ainsi.

Le but de cette loi est de donner un moyen de défense à ces agents, ainsi qu'une reconnaissance étatique, qui doit amener le respect attendu. Mais cette loi veut aussi que ces agents restent les éléments d'une police municipale de proximité, par l'îlotage, qui travaillent en concordance avec la police cantonale.

Les APM sont de très bons îlotiers, ils connaissent le quartier où ils travaillent, les commerçants, les concierges, les îlotiers gendarmes du secteur, les autorités, les écoles, les habitants.

Nous en sommes heureux et l'amélioration décidée est un plus important dans le cadre de leurs activités. Certaines prérogatives devront même être étendues. Mais de grâce, ne transformez pas ces agents en CRS ou en une entité qui verrait mourir l'îlotage et la police de proximité.

Walter SCHLECHTEN
Président de l'UPCP.

Écrit par : Minet | 03/03/2010

@Minet
Excellente commentaire. Laissons parler nos "rambos" politique qui ne sont capable que de mentir et surtout se transformer en ventilateur en pensant à leur retraite "volée"

Écrit par : ChrisPike | 03/03/2010

Les commentaires sont fermés.