19/02/2010

USA-France-Suisse, devrions-nous cacher le Dalaï Lama

2010-02-02T175735Z_01_APAE6111DW100_RTROPTP_2_OFRWR-CHINE-USA-OBAMA-DALAI-LAMA-20100202.jpgAu grand regard des Chinois, Barack Obama a reçu le Dalaï Lama. Cet échange visant essentiellement la Paix n’a pas plus aux Chinois.

 

« En octobre de l'année dernière et un mois avant son premier voyage en Chine, le Prix Nobel de la Paix Barack Obama refusait de rencontrer le dalai lama, rompant ainsi une tradition observée depuis 18 ans aux Etats-Unis.

Ce jeudi et malgré
la colère de Pékin, le président américain recevait enfin le leader tibétain à la Maison-Blanche. Et il a été interdit à la presse, notamment télévisée, de couvrir le rendez-vous. Aucune vidéo de l'entrevue. Seule une photo officielle a été publiée un peu plus tard.

C'est donc dans la salle des Cartes et
non dans le Bureau Ovale, que les deux Prix Nobel de la paix se sont rencontrés. Barack Obama a exprimé son
«fort soutien» à la cause des droits de l'homme et à l'identité culturelle et religieuse «unique» du Tibet, a indiqué la Maison-Blanche après la rencontre. «Le président a loué l'approche de la "voie du milieu" du dalaï lama, son engagement à respecter la non violence et sa poursuite du dialogue avec le gouvernement chinois», a ajouté le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs, indiquant : «le président et le dalaï lama sont tombés d'accord sur l'importance d'une relation positive et axée sur la coopération entre les Etats-Unis et la Chine».

En 2007, moment hautement symbolique en rupture avec la tradition, le président américain George W. Bush apparaîssait en public avec le dirigeant bouddhiste, lui remettant lui-même la Médaille d'or du Congrès. Devant les caméras de la télévision et le gratin de Congrès, les deux hommes, qui sont amis, rirent ensemble et se congratulèrent chaleureusement. Le président américain exhortait alors la Chine à inviter le Dalaï lama à des pourparlers, provoquant l'ire de Pékin. »

 

Cette rencontre importante au nom de la démocratie permet à Barack Obama de justifier son prix Nobel de la paix !

 

Une entrevue qui a suscité l'ire de Pékin, qui accuse le chef spirituel tibétain de séparatisme. Le président américain avait d'ailleurs évité le dalaï-lama lors d'une visite de ce dernier à Washington en 2009, à la grande déception des Tibétains et des organisations des droits de l'homme. Mais cette fois-ci, il est resté sourd à la colère chinoise.

L’an passé, la France n'a pas eu le courage de recevoir ce Chef spirituel à l"Elysée. Une rencontre peut venger symboliquement les innocents tibétains.  Les Etats-unis se sont montrés plus ouvert.

La prudence de la Suisse. Août 2009. En visite en Suisse, où vivent 3500 réfugiés tibétains, le dalaï-lama ne rencontrera que la présidente du Conseil national et deux ministres vaudois (le maire de Genève s’est annoncé trop tard.) Venu 21 fois depuis 1973, le chef spirituel n’a été reçu que cinq fois par un conseiller fédéral, de manière informelle. La dernière fois, c’était par Pascal Couchepin, en juillet 2005.

 

 

13:15 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.