01/02/2010

Trafic d'enfants à Haïti

trafic_enfants.jpg

Une mission religieuse !

 

Ces 10 ressortissants américains arrêtés en Haïti clament haut et fort leur innocence. Non, ils n’auraient pas essayé de passer la frontière avec 33 enfants, ils voulaient les mettre en lieu sûr, en lieu humanitaire. Selon leurs dires, loin d’eux de faire du trafic de gosses.

 

Le trafic d’enfants est condamnable et j’espère vivement que ces personnes malsaines seront jugées sévèrement pour leurs actes contraires d’abord à la loi mais aussi aux valeurs morales.

 

Partout dans le monde ce mal ronge la déclaration des droits de l’enfant. Ils seraient bon à ces accusés de lire ce document et de l’apprendre par cœur. Ce genre de chartres morales est mal connue ou oubliée pourtant elles ont toute leur valeur.

Ces malfrats appartiennent à l'Église baptiste de Central Valley et à l'Église baptiste d'East Side,

«Ils sont en jeans et portent des bottes», souligne un ecclésiastique, membre de l'Église baptiste, la principale des multiples communautés protestantes américaines. Partout dans des endroits reculés comme celui-ci, en Arizona, en Idaho et au Texas, de petites communautés poussées par le mouvement évangélique ont commencé à fédérer ces groupes jusqu'alors rétifs à la pratique religieuse.

 

C’est totalement immoral de profiter d’une situation catastrophique telle que celle d’Haïti pour se vouer à ce genre de pratique à des fins pécuniaires. Espérons que cette situation soit isolée et ne vienne pas entacher le sens profond de l’aide humanitaire.

 

Cette grande famille d’enfants représente le 45 % de la population Haïtienne. Tous n’ont pas la chance d’être adopté. L’UNICEF lance un appel à l’adoption.  

 

Ils sont des milliers d’enfants en voie d’adoption. Ces gamins de l’oubli pourront rejoindre leur famille d’accueil grâce aux tests ADN. Des familles françaises ont déjà recueilli sur le tarmac de Roissy leur petit bout chou.

Certes, les 10 américains ont été ramenés à Port-au-Prince et placés en détention, en attendant une audience devant un juge. La justice devrait être certes impartiale mais rendre un jugement sans réserve, car le trafic d’enfants n’est vraiment pas joli-joli.

Profiter de la détresse est vraiment moche.

 

.

13:30 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Vous avez raison !

Cela dit, il est urgent que Haïti adopte un système de contrôle des naissances, comme l'a fait la Chine communiste par le passé, car le pays n'a pas les moyens économiques de faire vivre décemment près de neuf millions d'habitants.

N'adoptons plus des enfants haïtiens ! On obligera ainsi le gouvernement de ce pays à prendre les mesures nécessaires pour freiner d'une manière significative sa démographie galopante.

Que l’UNICEF quant à elle, cesse de lancer des appels à l’adoption ! Il serait plus intelligent de faire des campagnes intensives de contraception et de planning familial...

Écrit par : Audrey M. | 01/02/2010

ça aurait fait 33 gamins de moins dans ce cauchemar Haïtiens, maintenant ces histoires d'humanitaires ne m'étonnent plus, ce qui me dérange, c'est plutôt le côté "américains", comme si l'ong française ayant commis le même trafic avec préméditation avec des faux papiers etc. n'avait pas été blanchie ? du moins leurs animateurs condamnés au Tschad et libérés après transfert en arrivants en France !

Écrit par : Corto | 01/02/2010

Les seuls qui n'ont rien demandés à personne et qui ont fait un boulot d'une efficacité de très loin incomparable, sont les Israéliens sont les médias Suisses taisent les exploits, comme par jalousie ou par pure antisémitisme !

Écrit par : Corto | 01/02/2010

Les commentaires sont fermés.