• La liberté d'expression

    Imprimer

     images.jpgLa liberté d’opinion a été affirmée solennellement dès la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789. Elle signifie que toute personne est libre de penser comme elle l’entend, d’affirmer des opinions contraires à celle de la majorité, de les exprimer. La Déclaration précise d’ailleurs que cette liberté d’opinion s’étend à la liberté religieuse, chacun étant libre d’adopter la religion de son choix ou de n’en adopter aucune. Cette affirmation solennelle n’a pas empêché des atteintes à cette liberté (ex : sous la Restauration ou le régime de Vichy).

     Afin d’être effective, la liberté d’opinion doit s’accompagner du respect d’autres libertés :

    • la liberté d’expression : permet à chacun d’exprimer librement ses idées par tous les moyens qu’il juge appropriés (ex : livre, film). Elle implique donc la liberté de la presse et, aujourd’hui, la liberté de la communication audiovisuelle. Cependant, cette liberté implique également le respect d’autrui. Ainsi, les propos discriminatoires sont punis par la loi ;
    • la liberté d’association : affirmée solennellement en France par la loi du 1er juillet 1901, elle permet aux personnes partageant les mêmes opinions de s’associer au sein d’une même organisation (ex : un parti) ;
    • la liberté de réunion : permet à plusieurs personnes de se réunir pour partager des idées ou soutenir une cause ;
    • la liberté de manifestation : autorise des personnes soutenant une cause ou une opinion à l’exprimer dans la rue. Cette liberté s’accompagne nécessairement de limites afin de protéger l’ordre public. (recherches sur "vie publique")
    Lien permanent Catégories : Général 0 commentaire
  • Je te vends des cptes bancaires pr 2,5 millions !

    Imprimer

    paratte_evasion_fiscale2.jpgAprès la divulgation des listes de noms de la HSBC aux Français, voici un petit malin, un « traite » au secret bancaire qui veut communiquer une palette de 1500 noms au prix de de 2,5 millions d’euros. Une « taupe » au sein du système Suisse, c’est contraire à la morale de notre pays. C’est loin d’être un devoir. C'est un constat del à la triste vérité.

     

    Pour justifier sa bonne foi 5 noms on été divulgués au Allemand. Traîtrise  à la patrie. L’argent est plus important que l’honneur, la loyauté.

    C'est du vol de données. Il existe une ordonnance fédérale qui empêche les banques de renseigner en cas de divulgation gratuite de renseignements fiscaux. Faudrait-il qu'elle se transforme en une loi en force pour appliquer cette sanctian.

     

    La Tdg expliquait qu'en février 2008, le fisc allemand avait lancé une large enquête relative à près d'un millier de contribuables sur la base de données informatiques achetées pour près de cinq millions d'euros par les services secrets à un ancien employé d'une banque du Liechtenstein, chargé de numériser des archives.

     

    Evidemment, que les pays pénalisés par l’évasion fiscale sont friands de ce genre de renseignements. L’aspirateur de ces informations peut rapporter gros au fisc. Des enquêtes à ce sujet sont largement menées au sein des paradis fiscaux par les lésés.

     

    Il faut savoir que les pays  désirant recueillir des informations ont la faculté, la liberté  de passer par la voie des accords avec la Suisse. 

     

    Cela dit, je suis épaté par le fait que des personnes, si ce ne sont des personnes sous serment,  puissent rassembler à travers la magie des fibres optiques des noms. Multiples sont les barrières pour être nanti de documents, comment les sautent-ils. Presque de la magie !

     

    L’informateur ne respectant pas les valeurs liées au système bancaire de la Suisse devrait avoir honte, gêné de vendre des comptes.

     

    Tôt ou tard, la police mettra la main cet informateur loin d’être politiquement correct de ces actes et sera puni.

     

    Vraiment, nous sommes à l’abri d’un rien ! L'appétit va-t-il se transmettre à d'autres, ça paraît si facile. C'est grave.

     

    Lien permanent Catégories : Monde 0 commentaire
  • Au fil du temps !

    Imprimer

    C'est incroyable ce que le temps passe vite. On ne voit pas les jours s'effacer sur le calendrier. fond-ecran-le-temps-qui-passe.jpgCela s’appelle, en « patois » philosophique, l’efficacité du temps, terme qui indique que le passage du temps sur un être n’est jamais sans effets. Et certes, le temps altère (rend autre), aliène, corrompt, déforme, abîme, use, transforme tout ce sur quoi il passe : toute puissance du temps ! Toute puissance qui se marque certes plus vite sur ce visage-ci que sur ce visage-là, mais se marque cependant sur eux deux ; toute puissance qui se marque certes plus vite sur la rose que sur l’étoile, mais se marque cependant sur elles deux. Toute puissance dont témoigne également, et au combien, son irréductible irréversibilité. Même un dieu ne peut pas faire que ce qui a eu lieu n’ait pas eu lieu, disaient les Grecs.
       Oui, en vérité, toute puissance de Cronos, qui fait l’homme souffrir de sa triste impuissance ! D’où ce désir, sans doute l’un des plus anciens de l’homo sapiens, de trouver un être ou une chose qui échappent au temps, sur lesquels le temps achopperait, ne pouvant les altérer, corrompre ; de trouver dans l’Être un être à l’enviable per-manence, un être qui resterait  le même à travers le temps

    Lien permanent Catégories : Culture 1 commentaire
  • L'OPUS DEI et le Da Vinci Code

    Imprimer

     

    Opus_Dei_USA_46ca1a1101cc8.jpg

     

    Il  a peur, jévoquais la Franc Maçonnerie. Dans la foulée, j’ai fait des recherches sur le rapport entre l’Opus Dei et la Da Vinci Code.

    J’ai trouvé ce qui suit. C’est un peu long à lire. Pas besoin d’une aspirine. Comme le livre Da Vinci Code, vous allez être intéressés par les propos ci-dessous. Ils sont à la portée de toutes et de tous. Il n’y pas besoin d’un titre Universitaire pour connaître et découvrir la valeur de ces propos. Ces derniers remettent également dans le juste contexte la réponse de la prélature de l’Opus Dei en France au Da Vinci Code.

     

    L’Opus Dei et le Da Vinci Code

     

    Une réponse de la prélature de l’Opus Dei en France au Da Vinci Code

     

    Le 29 avril 2006

     

    Contenu de l’article :

     

    0. Introduction

    1. L’Opus Dei et les moines

    2. L’Opus Dei et le crime

    3. L’Opus Dei accusé d’être une secte

    4. L’Opus Dei et les femmes

    5. L’Opus Dei et la mortification corporelle

    6. L’Opus Dei et la banque du Vatican

    7. La canonisation du fondateur de l’Opus Dei

     

    Si vous avez besoin de quelqu’un pour parler de l’Opus Dei à l’occasion d’une conférence, d’une table ronde, etc., nous pouvons vous aider à trouver un intervenant. Vous pouvez contacter Arnaud Gency sur info@opusdei.fr

     

    0. Introduction

     

    L’Opus Dei est introduit dès la première page du Da Vinci Code. Le préambule intitulé « Les faits » présente en effet, en parallèle, « la société secrète du Prieuré de Sion » et l’Opus Dei. Contrairement à ce qui est indiqué, le Prieuré de Sion n’a pas été fondé en 1099 : c’est une supercherie forgée de toutes pièces dans le milieu des années 1960 par quelques personnages douteux. En revanche, l’Opus Dei existe bel et bien. Mais la présentation qui en faite dans cette page du roman, et tout au long de l’intrigue, est totalement erronée, tant du point de vue général que dans d’innombrables détails. On peut dire en synthèse que le Da Vinci Code présente de l’Opus Dei une image exactement inversée : inversion du statut de ses membres qui, alors qu’ils sont des fidèles chrétiens courants, sont présentés comme des moines ; inversion des valeurs qui les animent, présentées comme dangereuses, voire criminelles, alors que l’esprit de l’Opus Dei est entièrement conforme à la doctrine et la morale chrétienne ; inversion de l’attitude de l’Opus Dei à l’égard du monde et de l’Église, présentée comme rétrograde, alors que l’Opus Dei a été depuis longtemps reconnu comme un des précurseurs du concile Vatican II.

    Il serait absurde de s’appuyer sur le Da Vinci Code pour se faire une quelconque opinion sur l’Opus Dei. On pourra en revanche se reporter à la présentation de l’Opus Dei authentique donnée dans L’Opus Dei, de Dominique Le Tourneau (PUF, collection Que sais-je ? n° 2207).

    Pour en savoir plus sur le Da Vinci Code et l’Opus Dei, lire l’article ci-dessous, ou consulter les livres ou sites suivants :

     

    Livres en français

    Amy Welborn, Da Vinci. La grande mystification. Réponse à une imposture ésotérique, Le Forum Diffusion, Perpignan 2004.

    Agnès Jauréguibéhère, Décoder Da Vinci Code, Éditions de l’Homme Nouveau, Paris 2006.

     

    Sites en français

    www.croire.com (site de Bayard Presse)

    www.davinci-codex.com

     

    Sites en anglais

    www.jesusdecoded.com (site de la conférence des évêques de Etats-Unis)

    www.davincicode-opusdei.com (blog de Fr John Wauck, prêtre de l’Opus Dei)

     

    1. L’Opus Dei et les moines

     

    Tout le long du récit, un membre de l’Opus Dei est présenté comme un moine – ou plus exactement comme une horrible caricature de moine.

    Comme tous les catholiques, les membres de l’Opus Dei ont la plus grande estime pour les moines, mais, en réalité, il n’y a aucun moine dans l’Opus Dei. L’Opus Dei est une institution catholique composée de simples laïcs et de prêtres diocésains. La façon dont l’Opus Dei encourage à vivre la foi consiste à chercher Dieu au milieu des réalités quotidiennes et de l’exercice du travail professionnel, sans se distinguer en rien des autres fidèles chrétiens.

     

    Les membres ‘numéraires’ de l’Opus Dei – une minorité – choisissent le célibat afin d’être disponibles pour prendre en charge les activités apostoliques de l’Opus Dei. Ils exercent par ailleurs leur activité professionnelle ordinaire, au milieu de leurs concitoyens. Ils ne prononcent pas de vœu, ne portent pas de robe de bure, ne dorment pas sur des paillasses. D’une façon générale, ils ne se comportent en aucune manière comme le Silas du Da Vinci Code.

     

    Le Da Vinci Code présente en fait une image exactement inversée de l’Opus Dei.

     

    Pour en savoir plus, voir « L’Opus Dei, est-il hostile au Concile Vatican II et au monde moderne ?» dans cette même section.

     

    2. L’Opus Dei et le crime

     

    Le Da Vinci Code prête à des membres de l’Opus Dei des comportements criminels : assassinats, recours à la coercition, détournement de fonds, etc. Tout serait à leurs yeux justifié dès qu’il s’agit des intérêts de Dieu, de l’Église ou de l’Opus Dei. Le Da Vinci Code présente en outre l’Opus Dei comme avide de pouvoir et de richesse.

     

    En réalité, l’Opus Dei est une institution catholique et adhère à la doctrine catholique qui condamne clairement tout comportement immoral, à commencer par le meurtre, le mensonge, le vol et tout ce qui est susceptible de nuire à autrui. Pour les membres de l’Opus Dei, comme pour tout chrétien, il n’est jamais licite de commettre le mal, même en vue d’une bonne cause. L’Opus Dei insiste en outre sur l’esprit évangélique de pauvreté et d’humilité.

     

    La mission de l’Opus Dei est d’aider chacun à harmoniser sa vie ordinaire et sa foi, dans la recherche constante de l’union à Dieu. L’assistance spirituelle que l’Opus Dei propose à ses membres les incitent à se comporter toujours dans le plus grand respect de l’éthique. Comme tout le monde, les membres de l’Opus Dei peuvent se tromper ou mal agir, mais on ne peut en aucun cas imputer les erreurs personnelles des membres à un enseignement de la prélature de l’Opus Dei.

     

    Pour en savoir plus, voir  « L’Opus Dei, les richesses et le pouvoir »

     

    3. L’Opus Dei décrit comme une secte.

     

    Dans plusieurs pages du roman l’Opus Dei est dépeint comme une secte, recourant à des méthodes de coercition à l’encontre de ses membres, cultivant le secret, critique envers l’autorité ecclésiastique.

    L’Opus Dei est, en réalité, une institution pleinement insérée dans l’Église catholique, et ne professant d’autre doctrine théologique ou spirituelle que celle de l’Église.

     

    La finalité de l’Opus Dei est de diffuser le message de l’appel universel à la sainteté et à l’apostolat. Pour ce faire, l’Opus Dei offre à ses membres, et à tous ceux qui veulent bénéficier de son aide pastorale, une formation concrète visant à les aider à harmoniser leur foi avec les activités de leur vie quotidienne. L’idéal proposé par l’Opus Dei consiste à rechercher l’union avec Dieu et le service des autres dans et à travers la vie ordinaire. En tant que prélature personnelle (structure hiérarchique de l’Eglise catholique), l’Opus Dei propose ainsi un prolongement et un complément à la mission pastorale des diocèses et des paroisses.

     

    L’Opus Dei a été fondé en Espagne en 1928 par un prêtre catholique, saint Josémaria Escriva, et à reçu dès sa fondation le soutien des évêques locaux. Il a reçu une approbation définitive du Saint-Siège en 1950 et s’est alors établi dans plusieurs pays du monde. L’Opus Dei compte maintenant à peu près 83.000 membres laïcs (environ 1.000 en France) et 2.000 prêtres. Plusieurs millions de personnes participent à ses programmes et activités, dans plus de 60 pays.

     

    Le Da Vinci Code affirme avec une certaine emphase que l’Opus Dei pratique le « lavage de cerveau », la coercition, et pratique un « recrutement agressif », l’assimilant ainsi à un groupe sectaire.

     

    La vérité est que l’Opus Dei propose à ses membres un chemin de sainteté personnelle au sein de l’Église catholique. L’engagement dans l’Opus Dei ne peut résulter que d’une décision entièrement libre, motivée par la charité : l’amour de Dieu et des autres. Le respect de la personne et de sa liberté est au cœur de l’esprit de l’Opus Dei. Aucune option sociale, philosophique ou politique, n’est imposée aux membres de l’Opus Dei, qui jouissent dans ce domaine de la même liberté que n’importe quel autre catholique.

     

    La liberté, dans l’Opus Dei, est une valeur si fondamentale qu’un certain nombre de précautions sont prises pour garantir que tout engagement soit pris librement et en pleine connaissance de cause. Ainsi, nul ne peut s’engager définitivement dans l’Opus Dei avant d’avoir essayé, durant un minimum de six ans, d’en vivre généreusement l’esprit de prière et d’apostolat. Aucun engagement temporaire ne peut être pris avant l’âge de 18 ans. Dans la pratique, la grande majorité des membres de l’Opus Dei se sont engagés à un âge plus avancé, et il n’est pas rare que sollicitent l’admission des personnes de 40, 60, voire 80 ans. La maturité personnelle et l’équilibre psychique sont des conditions requises pour être admis dans l’Opus Dei.

     

    Pour en savoir plus, voir « L’Opus Dei dans l’Église »

     

    4. L’Opus Dei et les femmes

     

    Le livre prétend à tort que le siège mondial de l’Opus Dei est à New York, alors qu’il est à Rome. Il dit à propos du siège de l’Opus Dei aux États-Unis : Les hommes entrent par l’entrée principale qui donne sur Lexington Avenue. Les femmes rentrent par une petite rue. C’est inexact. Le bâtiment est divisé en deux zones séparées, l’une abritant une résidence pour femmes célibataires et l’autre une résidence pour hommes célibataires. Mais ces zones ne sont pas exclusivement réservées à l’un ou l’autre sexe. Par ailleurs, c’est la résidence féminine qui a son entrée sur Lexington Avenue. et non celles des hommes, contrairement à ce qui est indiqué dans le livre.

     

    Le Da Vinci Code suggère aussi que les femmes membres de l’Opus Dei ont un statut inférieur à celui des hommes, et que certaines d’entre elles sont forcées de faire gratuitement le ménage des maisons masculines.

     

    Tout ceci est gravement erroné. L’Opus Dei affirme, avec toute l’Église, l’égale dignité des hommes et des femmes, et tout ce qui est pratiqué dans l’Opus Dei s’inspire de ce principe. Les femmes de l’Opus Dei exercent toutes sortes de profession : aussi bien celles que la société actuelle considère comme prestigieuses que celles qui tendent à être sous-estimées ou dévaluées. Selon l’esprit de l’Opus Dei, ce n’est pas la valeur socialement reconnue d’un travail qui en fait la grandeur, mais l’amour de Dieu qui préside à son accomplissement.

     

    Certains femmes numéraires de l’Opus Dei ont librement choisi comme travail professionnel de s’occuper des centres de l’Opus Dei, tant ceux des hommes que ceux des femmes. Elles dirigent aussi des centres de formation où sont organisées des activités culturelles et spirituelles. Ces femmes sont formées professionnellement et rémunérées pour leurs services, comme la décoration intérieure, l’intendance, ainsi que d’autres savoir-faire qui requierent une haute qualification. Les milliers de personnes qui, de par le monde, assistent à des retraites ou d’autres activités de formation spirituelle dans les centres de l’Opus Dei, peuvent attester de leur professionnalisme. Le fait d’insinuer que leur travail reflète un statut inférieur est contraire à la réalité, et témoigne d’un préjugé navrant à l’égard de ces femmes et de toutes celles qui, de par le monde, se consacrent à des métiers de service.

     

    Pour en savoir plus, voir « l’Opus Dei et les femmes »

     

    5. L’Opus Dei et la mortification corporelle

     

    D’après le Da Vinci Code, les membres de l’Opus Dei se livrent à des mortifications sanglantes. En réalité, bien que l’histoire de l’Église montre que certains saints ont parfois vécu des formes extrêmes de pénitence, les membres de l’Opus Dei se tiennent loin de ces pratiques.

     

    L’Église catholique conseille la pratique de la mortification. Le mystère de la Passion du Christ montre que le sacrifice volontaire a une valeur transcendante, et qu’il procure à d’autres des bienfaits spirituels. Il apporte aussi des bienfaits personnels en permettant de résister à l’inclination au mal. C’est pour ces raisons que l’Église prescrit de jeûner certains jours et recommande aux croyants la pratique d’autres mortifications. La mortification n’est en aucun cas le centre de la vie chrétienne, mais personne ne peut grandir dans l’amour de Dieu sans elle : « Il n’y a pas de sainteté sans renonciation et lutte spirituelle. » (Catéchisme de l’Eglise catholique, n. 2015).

     

    Dans le domaine de la mortification, l’Opus Dei met l’accent sur les petits sacrifices discrets, conformément à son idéal de sanctification à travers la vie ordinaire. Les mortifications priviliégées par les membres de l’Opus Dei consistent, par exemple, à persévérer dans le travail malgré la fatigue, à affronter avec bonne humeur les contrariétés, à se priver discrètement de certaines satisfactions.

     

    Certains membres de l’Opus Dei utilisent aussi de façon modérée le cilice et la discipline, genres de mortification qui ont toujours eu cours dans la tradition catholique en raison de leur référence symbolique à la Passion du Christ. La description du cilice et de la discipline dans le Da Vinci Code est totalement extravagante. L’utilisation qui est faite de ces pratiques dans l’Opus Dei ne peut causer aucun dommage à la santé, conformément à ce que recommande l’Église dans ce domaine. En outre, la pénitence est pratiquée par amour de Dieu et désir d’imitation du Christ, et non en vertu d’un sentiment de culpabilité, de haine de soi ou d’auto-punition.

     

    Pour en savoir, voir « L’Opus Dei et la mortification corporelle »

     

    6. L’Opus Dei et la banque du Vatican.

     

    Le Da Vinci Code dit que l’Opus Dei a obtenu son statut de prélature personnelle en échange de sa contribution au « renflouement » des caisses de la banque du Vatican.

     

    Ni l’Opus Dei, ni aucun de ses membres n’a aidé à renflouer les caisses de la banque du Vatican. Les autorités de l’Église ont érigé l’Opus Dei en prélature personnelle en 1982, parce qu’ils ont reconnu que cette nouvelle figure canonique était parfaitement adaptée à l’esprit et à la mission de l’Opus Dei dans l’Église.

     

    Le statut de prélature personnelle n’est aucunement un privilège. C’est l’une des nombreuses figures canoniques prévues par l’Église pour organiser les institutions qui ont une activité pastorale spécifique. La notion de « prélature personnelle » a été définie lors du concile Vatican II. Contrairement à ce que le livre insinue, les membres des prélatures personnelles ne relèvent pas directement du pape, et ne sont d’aucune façon soustraits à l’autorité de leur évêque diocésain.

     

    7. La canonisation du fondateur de l’Opus Dei

     

    Le Da Vinci Code prétend que l’Église a détourné ses règles de canonisation en mettant le fondateur sur une « voie express » pour qu’il soit déclaré saint plus rapidement.

     

    La canonisation de saint Josemaria en 2002 est intervenue 27 ans après sa mort (et non pas 20 comme le livre le dit). Ce fut une des premières causes à être instruites selon les nouvelles normes édictées en la matière par l’Église, pour tenir compte à la fois des progrès techniques et de la finalité pastorale des canonisations. Mère Teresa est en voie d’être canonisée encore plus rapidement : elle a été béatifiée exactement 6 ans après sa mort. (Escriva l’a été après 17 ans). Même au temps des anciennes procédures, le procès de canonisation de sainte Thérèse de Lisieux, par exemple, a pris 27 ans, à peu près autant que celui d’Escriva.

    Lien permanent Catégories : Spiritualité 2 commentaires
  • A qui profitera l'ouverture des commerces

    Imprimer

    L’ouverture des magasins à Genève est-ce l’avenir du commerce et de son économie. Le peuple le dira, car elle votera sur une initiative y-relative.

     

    commerces.jpgIl est vrai que les mutations constantes de la société demande un peu d’attention, notamment envers l’économie de commerce.

     

    C’est un plus aussi pour les consommateurs de faire ses courses, ses achats en toute liberté après le travail, sans se dépêcher car fermeture à 19 heures. J’ai remarqué que les gens sont bien énervés, tendus lorsqu’ils vont à la COOP ou la MIGROS. Un peu de détente devrait améliorer le psy.

     

    Je discutais avec un ami gérant d’une grande surface à Genève. Le jeudi lors de la fermeture à 21 heures le chiffre d’affaire n’explose pas, loin de là. Selon ses dires, moins de monde qu’entre 8 h00 et 19 heures, le corollaire un chiffre d’affaire proportionnellement identique, voire moindre.  Et selon ses échanges avec d’autres gérants, il en va de même au sein des autres surfaces commerciales. Alors est-ce qu’une ouverture permanente à 20 heures donnera des ailes au marché du commerce, pas si sûr.

     

    Faut-il penser aux employés. C’est sûr. Avec des salaires pas souvent  mirobolants, des horaires parfois lourds de conséquence sur la vie familiale, va-t-il y avoir répercussion sur les employés. Oui est non car le total des heures hebdomadaires n’évoluera pas à la hausse. Faut-il y croire. Ce n’est pas sûr. Les syndicats ont un long combat à mener pour défendre les intérêts des gens du commerce.

     

    A qui profiteront les prolongations ?

    Lien permanent Catégories : Economie 1 commentaire
  • Le far west genevois !

    Imprimer

     

     

    LOGO%2~1.JPGCe n’est pas la muraille de Chine mais celle de la Banque Migros !

     

    C'est le Far West des cowboys à la conquête des banques genevoises ! Madame Bonfanti transformée en shaerif !

     

    Mardi l’établissement se fait braqué. Une vite blindée essuie une détonation provoquant deux trous ; elle résiste ! Selon la police il s’agit de grand banditisme. Du grand art. Un cambriolage avorté. Héhéhéhé les braqueurs n’en auront pas eu pour leur argent. Les montagnes ne se sont pas écroulées, ils sont partis bredouille.

     

    Les cambriolages augmentent, du souci à se faire ? Surtout que les méthodes changent, évoluent. Elles deviennent plus lourdes, plus guerrières ; est-ce de l’astuce ? Non, c’est la volonté de voler contre les moyens de sécurité mis en place.

    Heureusement, il n’y a pas trop de mort.

     

    Maintenant, la banque Migros de Plan-les-Ouates se barricade derrière un mur de briques. Est-ce exagéré ? A grands moyens de cambriolages, grands moyens de sécurité. Un mur cachant la vitrine a été élevé de quoi se poser la question jusqu’où va-t-on pour se prémunir des « attentats financiers ».

     

    Est-ce que les établissements bancaires vont emboîter le chemin. Je ne le souhaite pas, surtout avec des moyens lourds dingue.

     

    Vous imaginez l’UBS, la BCGe, le CS, se retrancher dans un bunker. De quoi rendre le paysage plein de laideur. Il ne faut pas exagérer, la tentative de vol vécue mardi fait partie des exceptions. Je ne dis pas qu’il n’y aura plus de casses, ils ne seront pas tous perpétrés avec de gros moyens.

     

    Mais dans quel monde vivons-nous ?

     

    muraille.jpg
    Lien permanent Catégories : Résistance 0 commentaire
  • Le mea culpa de Barack OBAMA

    Imprimer

    obama-hope.jpgBarack Obama a prononcé devant les deux chambres réunies son premier discours sur l’état de l’Union.

     

    Après une année à la Présidence il a reconnu que ce n’était pas la panacée, il a fait une sorte mea culpa envers les américains. Ce n’est pas facile de reconnaître ses erreurs, les disfonctionnements, les stratégies inadéquates. Ca dénote qu’Obama met en avant l’honnêteté. Il a parlé franc, en Président responsable de ses actes et politiquement correct. Du grand art !

     

    Gouverner à l’heure actuelle où le Grand Maître du monde est l’économie n’est pas si simple que ça peut paraître.

     

    Obama a ouvert des chantiers tels que la sécurité, l’emploi, l’économie, la santé publique,  les banques, l’étranger, etc.

     

    Maintenant et pour l’avenir, avec son grand art d’orateur, il a su apporter la confiance dont le pays à besoin. Sera-t-il écouté, entendu.

     

    C’est vrai, il faut l’avouer, le bilan n’est pas exhaustif. Ca ne fait qu’une année qu’il est au commande d’une nation atteinte par des maux antérieurs à son mandat.

     

    Comme lors de sa campagne présidentielle, il a fait le constat de l’échec de son prédécesseur. Ce dernier selon Obama a laissé un état catastrophique de l’économie et dénoncé le climat délétère et partisan qui règne à Washington, paralysant le travail politique (Le Monde).

     

    Le prix Nobel 2009 a rassuré ses concitoyens sur le travail, l’économie et les américains « l’emploi sera notre priorité en 2010 ».

     

    Avec un Sénat à majorité Républicaine, les cartes ont changé de couleur, il faudra négocier, parlementer, faire de la politique, choses pas évidentes.

     

    Nous sommes dans un monde au tournant d’une situation transitoire entre l’ancien et le nouveau monde.

     

    Laissons le travailler, le bilan viendra en 2013, après le test de l’automne prochain.

     

    Lien permanent Catégories : Politique 2 commentaires
  • Un homme enceint, est ce moral ?

    Imprimer

    Pourvu que les gens soient heureux ! Puissent-ils vivre leur vie quoiqu’il arrive sur le chemin recherché pour être heureux.

    dyn003_original_510_1544_pjpeg_2501561_fa1b265069f093921f618d7a72d6c394.jpg

     

    Un homme enceint est heureux puisqu’il avoir un enfant. Le deuxième homme de notre monde à porter un enfant par insémination artificielle.

     

    Petit retour en arrière

     

    Auparavant Scott Moore s’appelait en réalité Jessica. Il a subi des opérations tout en gardant ses organes féminin. Etrange !

     

    Il transforme son enveloppe en sexe opposé, connaît un ami aussi femme par le passé. Ensemble ils vivent une vie épanouie et décident de se marier et d’avoir un enfant. Le petit garçon naîtra le moi prochain. Est-ce choquant ? Au nom de la moral que représente cet acte, ce vœu ?

     

    Les parents on décidé de le nommer Miles.

     

    Le couple  peut être égratigné moralement.

     

    Ce rare cas doit animer les scientifiques, les médecins mais aussi les politiques, les religions. Pourquoi ? Pour d’aucuns la moral est touchée, mais pas coulée. Ca peut paraître bizarre ce « bazar ».

     

    Le mariage de ces deux êtres est reconnu dans certains pays. Le pax est venu au secours de l’union, donnant la possibilité de régulariser quelque part la situation juridique. A ce sujet, manque-t-il un vide juridique ?

     

    La naissance, non pas une adoption, peut être gênant pour l’esprit. Est-ce contraire à nos valeurs ? Je suis quasi certain que le Vatican ne reconnaît pas et ne reconnaîtra pas ce genre de « péché ». Personnellement je reste pensif, dubitatif ; je crois que je suis dépassé par cet événement, auquel cas je ne peux porter un jugement direct. Faut que je réfléchisse. Et vous ?

    the_moral_brain.jpg

     

    Certes, il faut être visionnaire est se poser les bonnes questions à savoir notamment quel devenir pour l’enfant. Tout l’arsenal psychologique, ceux de bonne famille, religieux pourraient répondre selon leur savoir. Difficile situation, que pensez dans sa tête.

     

    Evidemment, la petite famille retranchée dans son style de vie sera heureuse dans un avenir qui dans le temps sera peut être griffé par la vie extérieure, la vie au quotidienne.

     

    Est-ce un bon destin dans la société du XXIème siècle ?

     

    Je me pose légitimement des questions graves.

    Lien permanent Catégories : Nature 1 commentaire
  • UBS-MERZ-USA quelle confiance ?

    Imprimer

    Avec la saga de la transparence fiscale et ses derniers évènements, le Conseiller fédéral Hans Rudolf Merz serait-il assis sur une poudrière ?

     

    switzerland_hans-rudolf-merz.jpg

     

    Semblerait-il que le Ministre aurait « menti ». Aux médias, il aurait confié que la Suisse n’aurait pas encore livré d’information sur les comptes étrangers USA. Cette information démentie par un fonctionnaire fédéral met en doute la parole de M. Merz. Qui dit vrai ?

     

    Si c’est la véracité, salle affaire pour le CF entraînant dans le flux constatations la crédibilité, la confiance, la loyauté de ses collègues.

     

    Ce dossier à rebondissements hebdomadaire donne la nausée. Qui joue avec qui. Se doutent-ils que les citoyennes et citoyens ne sont pas dupes et surtout pas des marionnettes.

     

    L’accord Suisse-USA est remis en jeu suite au jugement du Tribunal administratif fédéral. Le 8 janvier 2010, le TAF a jugé contraire au droit la transmission d’informations sur les comptes de plus de 250 clients d’UBS au fisc américain communiquée le 18 février 2009.

     

    Le droit va-t-il l’emporter sur les politiques. C’est ce matin que le Conseil fédéral se penche sur ce jugement et devrait prendre position.

     

    ubs_logo432.jpg

     

    On l’apprend ce matin que l’UBS ne livrera jamais de compte illégalement, ce depuis le jugement. Auparavant qu’en est-il ? Que va devenir les accords de la Suisse et les Etats-Unis sur l'accord fiscale.

     

    Est-ce que la banque agit seule ou sous ordre et contrôle du Conseil fédéral.

     

    Tant de mystères, de questions, d’énigmes qui risqueraient de conduire Hans-Rudolf Merz à une démission ou un mea culpa.

     

    Que comprendre dans cette spiral du qui dit vrai, que se passe-t-il en définitive.

     

    Attendons la position du Conseil fédéral à ce sujet.

     

     

    Lien permanent Catégories : Suisse 0 commentaire
  • La Franc Maçonnerie, une secte ???

    Imprimer

    La Franc Maçonnerie est-ce une secte ? NON absolument pas. C'est une société qui aime la discrétion, la quiétude. Basées sur d'authentiques valeurs elle est très active, notamment à Genève. En parler ? Oui car les Francs Maçons se sont ouvert au monde. Ils sont transparants dans leur discrétion, on peut donc en parler. Le livre de Dan Brown "Le symbole perdu" (auteur du Da Vinci Code) évoque largement  la Franc Maçonnerie .

    Voulant en savoir plus sur ce qu’était exactement ce mouvement et non une secte, j'ai fait une recherche. En condensé voici ce que j’ai recueilli sur un site internet. Je pense que ça peut aussi vous intéresser.

     

    york.gif

     

    Une définition de la Franc-Maçonnerie

    1. La Franc-Maçonnerie est une alliance universelle ayant pour but

     

    la fraternité de tous les Hommes,

     

    le perfectionnement de l’être humain et

     

    le progrès de l’humanité.

    1. La Franc-Maçonnerie n’admet aucune discrimination entre les Hommes.
       
    2. L’œuvre de la Franc-Maçonnerie est basée sur le travail initiatique de ses membres par la voie des symboles et le développement de la fraternité.
      Les Francs-Maçons interprètent librement les symboles.
      Ce travail maçonnique s'effectue en Loge.
       
    3. La Franc-Maçonnerie ne pose pas de limites à la recherche de la vérité.
      Elle garantit à tous ses membres la complète liberté de pensée et de conviction.
      En Loge, les Francs-Maçons s’abstiennent de toute polémique, en particulier dans les domaines politique et religieux.
       

    En quoi consiste la méthode symbolique?

    L’esprit humain recourt à de nombreux symboles, c’est-à-dire des images ou des objets qui renvoient à une réalité différente, souvent abstraite. Par exemple la colombe peut symboliser la paix, et la palme la victoire. C'est ainsi que naît le langage imagé.

    Pour bien comprendre la méthode symbolique en Franc-Maçonnerie, il faut faire la différence entre l’allégorie et le symbole.

     

    L'image de la Justice est une allégorie où chaque élément représente un concept précis: le glaive sert à trancher les cas et à prendre des décisions, la balance à peser les arguments, le bandeau à garantir l’impartialité.

    Les symboles, par contre, n’ont pas de signification bien établie. Ils suscitent des idées, des sentiments, qui dépendent de l’individu et du moment. Ainsi on peut interpréter ce même symbole comme par exemple: celui qui pèse exagérément les actes des gens est aveugle à leur caractère unique et heurte inconsciemment les sensibilités. En permettant aux symboles de déployer leur caractère évocateur une personne peut devenir consciente de ce qui se déroule au plus profond de son être, comme les désirs, les angoisses, les valeurs et les convictions.
    L’homme devient plus sensible à la condition humaine en général, et à celle de son prochain.

    La méthode symbolique confère à l'Homme une meilleure connaissance de lui-même. Cette connaissance de soi doit permettre de faire des choix délibérés dans la vie et de travailler ainsi à son propre perfectionnement. Ce perfectionnement peut se situer dans différents domaines:

     

    éthique : quelles sont les actions bonnes ou mauvaises pour nos concitoyens, pour la société et pour la nature… ?

     

    psychologique : quelles sont mes motivations ? Quels sont mes désirs? Comment les intégrer dans ma personne ?

     

    philosophique : qu’est-ce que l’Homme ? Quel sens donner à l’existence ?

     

    spirituel : de quel « tout » fais-je partie ? (Nature, Univers, Dieu, … ) Comment le ressentir ? Comment s’y intégrer ?

    La Franc-Maçonnerie ne connaît aucune doctrine, ni aucun dogme. La méthode symbolique est donc une voie personnelle.. Elle prend son sens si l’on cherche de manière consciente dans sa vie.
    La raison de cette recherche peut être une curiosité naturelle, à la suite d'une intense expérience personnelle, ou à la suite d’une crise existentielle.
    Toutefois, la Franc-Maçonnerie ne peut jamais être considérée comme une thérapie de groupe.

    De nombreux symboles maçonniques sont communs à la Loge et aux Religions. Cependant la Loge les utilise dans le cadre d’un rituel visant une recherche personnelle au plus profond de notre être.

    La Franc-Maçonnerie est donc avant tout une méthode de travail. Elle n’est donc pas un système parce qu’elle ne donne pas de consignes. Elle n’est pas une religion non plus parce qu’elle n’a pas de doctrine de salut. Il ne s’agit donc pas d’un quelconque culte.

     

    Lien permanent Catégories : Culture 5 commentaires
  • Genève accueille l'ex-détenu de G.

    Imprimer

    L’ex-détenu ouzbek de Guantanamo est à Genève.

     

    Est-ce un drame ?

     

    La Suisse terre hospitalière suit sa vocation. Genève ville internationale démontre ainsi sa détermination à être un lieu d’accueil.

     

    Pourquoi ne pas l’accueillir. Il n’est ni accusé, ni condamné donc  libre.

     

    Ca dû être terrible son séjour emprisonné. Est-ce vraiment légal aux yeux de l’ONU, de l’OMS et de la Croix-Rouge.

     

    Maintenant ici, il a promis de se mettre au diapason de notre société. Il va apprendre notre langue, s’épanouir dans la vie quotidienne, travailler. C’est une nouvelle vie pour lui. Et pourquoi pas fonder une famille.

     

    Soyons positif.

     

    Bienvenue ! 

     

    Barack OBAMA devait fermer la prison de Guantanamo fin janvier, que nenni. Pour des raisons administratives, d’organisations et de logistique, le délai est reporté.

     

    obama-hope.jpg

     

    Le président a imposé que les Etats-Unis se conforment aux conventions de Genève sur les prisonniers de guerre et demandé le réexamen du fonctionnement des tribunaux militaires jugeant des terroristes présumés et l'arrêt des techniques d'interrogatoires «musclées» de la CIA, assimilées à de la torture par les organisations de défense des droits de l'Homme.

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Ras le bol des catastrophes

    Imprimer

    Parfois je me demande si la terre tourne rond !

     

    MONDE-08-06.jpg

     

    Aux quatre coins du monde des catastrophes, des guerres, des morts, des pauvres, un avion abîmé en Méditerranée, la crise, le chômage, la misère, catastrophes naturelles, attentats, etc. Rien de drôle pour nourrir l’esprit. Les médias savent vendre leur canard avec tant de tristesses car vous comme moi sommes sensibles aux mauvaises nouvelles, aux flash émoustillants. N’est-ce pas la vérité ?!

     

    Ne pas tomber dans cette spirale car sinon nous marchons sur le chemin de la désespérance et pour certain celui de la dépression. Vivre sa vie quoiqu’il arrive. Assez les catastrophes. C'est vrai tous les jours que Dieu fait, il se passe un truc de portée destructive de la condition humaine ou corporel. Mais dans quel monde vivons-nous.

     

    Il y a tout de même de bonnes nouvelles : Didier Cuche a gagné, Darius Rochebin est papa, GE-Servette vainqueur, et d’une manière générale, Hans-Rudolf Merz reste encore une année, le film Avatar fait un carton, c’est la semaine de la paie, …….

     

    Il paraît qu’en moyenne les gens sourient ou rient 100 x par jour, que nous pensons au sexe 30 x par jour, que nous travaillons plus que les loisirs et toutes sortes de choses.

     

    Nos vies sont bien réglées, dodo-boulot-métro. Pour la plupart nous sommes réglés comme du papier à musique.

     

    Pour de l’argent, nous sommes prêts à travailler plus et jouer à la loterie !

     

    Certes, les jeux olympiques à Vancouver, vont occuper tous les esprits. Les médias auront la plume agitée pour cet événement international qui va nous changer des sempiternelles mauvaises "news". A moins d’une catastrophe, nous pourrons lire dans la presse que des bonnes nouvelles pour autant que nos Suisses décrochent des médailles. Nous avons toutes nos chances.

     

    Vancouver-2010-olympics-logo.jpg

     

    « Il faut rire avant que d’être heureux, de peur de mourir sans avoir ri »

     

    Vive la vie !

     

    Allez bonne journée !

    Lien permanent Catégories : Culture 0 commentaire
  • EFFACER LA DETTE D'HAÏTI !

    Imprimer

    Effacer la dette d’Haïti ?

     

    carte_haiti.gif

     

    « La dette internationale doit être accompagnée d'une action urgente pour aider les agriculteurs et prévenir une crise alimentaire due à l'homme, qui amplifierait l'épreuve endurée par la population haïtienne", a déclaré Jeremy Hobbs, directeur général d'Oxfam International.

     

    Oxfam répond au plus grand tremblement de terre en Haïti depuis les 2 derniers siècles. Nous y avons une équipe de 200 personnes sur le terrain en Haïti dont la priorité est la distribution d'eau et de kits hygiéniques dès maintenant

     

    630 millions d’euros !

     

    Les pays concernés par cette dette sont réunis ce jour à Montréal. Espérons qu’il sortira de cette assemblée que du bien !

     

    Après la catastrophe que l’on connaît, il faut maintenant penser à la reconstruction.

    L’élévation de cette île va être longue. Avec l’aide internationale tout est possible.

     

    Ce grand chantier va se réaliser avec les subventions, les dons, les grosses et les petites mains.  Ca va coûter cher, très cher. Additionner la dette à la reconstruction du site ne fera qu’augmenter la pauvreté. Il me paraît logique et bénéfique d’effacer ce qui est dû de toute manière rien ne sera remboursé.

     

    Il faut construire intelligemment et donner à chaque Haïtien et familles un toit. C’est l’occasion de venir à fin des bidonvilles.

     

    Certes, je trouve extraordinaire ce gosse de 7 ans en Angleterre qui a récolté Frs 70'000,-- pour Haïti. Quel geste de clairvoyance, de responsabilité et de bonté. Emouvant ce fait réel.

    Lien permanent Catégories : Monde 1 commentaire
  • 200 rues piétonnes ?

    Imprimer
    SCN8079%20NOMBREUSES%20RUES%20PIETONNES.jpg

     

    Je ne sais si  200 rues piétonnes à Genève est un chiffre absolu. Toujours est-il que leur création pourrait donner un autre visage à la cité de Calvin. Non pas chasser les voitures, mais les inciter à les poser  dans un parking de proximité ou alors bénéficier du réseau des transports publics. Ce n’est pas simple mais faisable. Il n’y a qu’à voir dans la majorité des villes en France, la démarche enchante le tout un chacun. Avez-vous déjà parcouru des sites piétonniers, c’est immensément bien et bon.

     

    A Genève, nous avons la chance d’avoir le rétablissement des lignes de trams. Nous avons la chance d’avoir des parkings de proximité. Genève peut offrir cette nouvelle vision de ses rues.

     

    Les commerçants se plaignent. Dans un certain sens  je peux les comprendre, toutefois je suis quasiment sûr qu’ils en tireraient profit, car si les gens sont décidés à se rendre dans leur magasin préféré, ils chercheront la solution. A ce sujet, j’ai lu dans un canard français que les commerçants râlaient quant à la fermeture de rue, une fois fermée, ils étaient enchantés.

     

    Plus nous allons de l’avant, plus les rues piétonnes, là où nous pouvons flâner sans être poursuivi par une voiture ou un scooter, sont bénéfiques pour l’esprit des uns comme des autres.

     

    Dans le dédale des rues piétonnes, source est bonne pour le psy.

     

    A Carouge, je serais enclin après une large consultation auprès des habitants, des commerçants et des associations, de rendre aux piétons les places de Sardaigne, du Marché et du temple. Entourées de rues piétonnes cela pourrait être génial pour le bien être de la cité. D’autant plus, qu’ils existent 3 parkings de proximité. Faut-il en construire un 4ème, pourquoi pas. Nécessité de trouver le consensus pour que chacun s’y retrouve. Pourrait circuler ainsi piétons et vélos, comme en hollande.

     

    Nécessité d’avoir la volonté politique. Sur ce sujet, il y a bien une dizaine d’années que le PDC Carouge avait fait un sondage auprès de toutes et tous. Le résultat fut surprenant en ce sens que la majorité des habitants et commerçants voyaient d’un bon œil la fermeture de rues, pourvu qu’il subsiste des zones de déposes au profit des magasins. Comme quoi la communication et la discussion sont importantes pour mener à bien un projet. Nous sommes à une époque où rien ne peut être fait derechef par les politiques, la population à son mot à dire et ce avant le référendum.

     

    J’encourage le Conseil municipal à réfléchir et avoir le courage d’aller de l’avant pour que Carouge soit une ville où il fait « encore plus » bon vivre. La démarche sera difficile mais au bout du compte combien bénéfique. Il ne faut pas avoir peur des commerçant, il suffit d’aller parlementer avec eux tout comme avec les habitants. Un bon projet ficelé pourrait déclencher un intérêt commun.

     

    Allez bonne journée.

     

    Lien permanent Catégories : Développement durable 0 commentaire
  • Histoire de Carouge III et fin

    Imprimer
    Carouge-drapeau.gif

     

    Une ville industrieuse

    Ville de commerce, Carouge et sa province bénéficient des importantes améliorations de l'infrastructure routière de la fin du XVIIIe s. et du début du XIXe s.: projet du port de Bellerive et construction du pont de Sierne (1778) pour contourner les douanes genevoises, construction en pierre du Pont-Neuf (1808-1811) par Nicolas Céard. Ville de transit, Carouge compte de nombreuses auberges et cabarets (143 en 1792); la tradition s'est maintenue. C'est aussi une ville industrieuse. L'aménagement du bord de l'Arve et le détournement de la Drize, canalisée pour traverser la ville, favorisent l'implantation de moulins.

     

    Au XVIIIe s., les tanneries, souvent accusées de contrebande, les ateliers d'horlogerie, qui n'arriveront jamais à rivaliser avec ceux de Genève, sont les principales industries. Au XIXe s., une imposante filature de coton (Foncet & Odier, 1807-1822, qui occupe 600 ouvriers, en 1816) et des faïenceries (Herpin, Baylon, Dortu, plus tard Picolas, Coppier) prennent le relais. En général, les entreprises carougeoises auront à pâtir du rattachement à Genève car elles perdent leurs débouchés traditionnels. L'installation entre 1870 et 1912 de nombreuses entreprises et ateliers mécaniques et la création, en 1958, de la FIPA (Fondation des terrains industriels Praille-Acacias), chargée de mettre en valeur le raccordement ferroviaire Cornavin-La Praille, permet à Carouge d'affirmer sa vocation industrielle. Mais depuis quelques années l'arrivée massive de boutiques de mode ou de magasins de gadgets tend à chasser le petit monde des commerçants traditionnels, relayé par l'émergence d'un dynamique secteur tertiaire moderne.  

     


    Bibliographie

    - E.-H. Gaullieur, Annales de Carouge, 1857

    - E. Ginsburger, Histoire des Juifs de Carouge, 1923

    - A. Corboz, Invention de Carouge, 1968

    - R. Zanone, Cap sur l'histoire de Carouge, 1983

    - A. Brulhart, E. Deuber-Pauli, Ville et canton de Genève, 1985, 287-301 (21993)

    - P. Guichonnet, Carouge, ville royale, <1985>

    - Bâtir une ville au siècle des Lumières, catalogue exposition Carouge, 1986

     

    Lien permanent Catégories : Carouge 0 commentaire
  • Haïti, merci Seigneur !

    Imprimer
    250g.gif

    C’est tout simplement extraordinairement bon de savoir encore un rescapé du séisme à Haïti. C’est une chance grâce à l’élan de solidarité des bonnes volontés. L’homme retiré des décombres peur remercie le Seigneur et ses secouristes.

     

    Comme quoi, tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.

     

    Semblerait-il que cette personne prise au piège de la nature était coincée dans les décombres d’une épicerie et pouvait se nourrir.

     

    Ce n’était pas l’heure de cet homme qui a survit certainement grâce à sa croyance.

     

    C’est tout simplement extraordinaire cette mobilisation internationale. Toutes ses bonnes volontés qui se sont mise à disposition de la solidarité, ça prouve qu’au cœur des hommes et des femmes l’amour pour son prochain est plus fort que le reste.

     

    C’est bon de savoir aussi que les Suisses ont mobilisé leur porte-monnaie pour atteindre des dons dépassant les 25 millions de francs. Hier soir sur la F1 se fut une grande soirée de variétés en faveur d’Haïti. Ici est là, aux quatre coins de la terre les gens sont sensibilisés.

     

    En ce dimanche jour du Seigneur, je vous invite, si vous êtes enclin bien entendu, à allumer une bougie et avoir une petite pensée pour les personnes encore vivantes pour que l’on les retrouve malgré l’arrêt des recherches.

     

    Cela dit, il ne faut pas oublier les personnes les plus démunies, déshéritées, prétéritées dans le monde. Partout, des gens meurent de la précarité. La faim demeure, les crises intestines demeurent.

     

    Allez encore bravo les secouristes.

     

    Bon dimanche à toutes et à tous.

    Lien permanent Catégories : Nature 0 commentaire
  • Les appétits électoraux

    Imprimer

    Serait-ce déjà l’année des hannetons avec beaucoup d’avance ???

     

    2011 élections municipales et fédérales. Deux choix de partis et de candidats s’offriront aux scrutins des genevoises et des genevois.

     

    Les partis politiques vont commencer à convoiter les appétits électoraux. Les candidats papables vont être approchés pour figurer sur la liste des candidats. Les enjeux vont se calculer.

     

    Les programmes électoraux vont être pensés, réfléchis. Vous savez ces documents remplis de promesses électorales où chaque parti exprime ses souhaits, ses grandes lignes politiques pour les futures 4 années ; la promotion politique.

     

    Nous allons revoir, tient est-ce que ça nous manquait, les stands électoraux, les actions flash.

     

    La grande symphonie en trois mouvements, 1) le casting et les idées, 2) la campagne électorale, 3), les élections, va être interprétée par les politiques convoitant le maximum de sièges dans les parlements communaux et fédéral.

     

    Genève connaît deux candidatures à la candidature du Conseil administratif de la ville de Genève. Deux personnes de taille, énormes dans le sérail de Genve. D’abord Michel CHEVROLET, PDC, bien connu à travers Léman bleu et bien d’autres activités de production et journalistique. Il est intègre, intelligent, reconnu pour être connu pous ses nombreuses qualités; il  serait un bon Conseiller administratif. Jean-Charles RIELLE, médecin, à l’origine du Cipret, l’association anti-tabac, Conseiller national Socialiste, également bien connu.  L'interdiction de fumer sur et dans les milieux publics, on le doit en partie à lui. A propos de ce dernier, deux campagnes électorales, respectivement pour le Conseil administratif de la Ville de Genève et pour le National ; bonne année Monsieur le candidat. Les deux candidats ont de grandes chances pour autant qu’ils soient officiellement candidats désigné par leur parti respectif.

     

    Le gong vient de sonner pour l’envoi des campagnes électorales ; en avant tout.

     

    Vous voyez ça grenouille déjà dans les familles politiques. Ca fait partie du jeu !

     

    Du piment électoral à Genève, ouf on s’ennuyait !!!

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Pas d'appareil électronique à l'école !

    Imprimer

    Utiliser les appareils électroniques est à la mode. Avoir un dernier cri émoustille les jeunes mais aussi les moins jeunes et les aînés.

     

    Le portable éteint dans la poche n’est pas dérangeant. A tout le moins, les jeunes devraient venir aux cours sans portable et sans autres moyens de communications style MP3, à savoir l'interdiction des appareils électroniques à l'école.

    parody-shoe.jpg

     

    Pour les autres systèmes électroniques, je suis d’accord avec les écoles Zurichoises.

     

    Avant tout, l’informatique crée l’individualisme mettant de côté les rapports sociaux. Converser à travers la magie des fibres optiques empêche l’authentique partage.

     

    S’ouvrir aux autres pendant la récréation oui mais pas de façon virtuelle.

     

    L’ouverture vers l’autre est le chemin de la socialisation des échanges et permet de rester d’éviter d’être dépendant d’une « machine ».

     

    L’épanouissement social passe par la rencontre, la discussion, voire les nerfs. Autrement, celui qui utilise discontinu l’ordinateur se coupe du monde réel. C’est une structure absente de la rue, du bistrot, que sais-je.

     

    L’ouverture directe est source de joie. Les ouvertures sont permanentes et universelles, après un temps d’acclimatation, le jeune, comme Nous, saluera la personne qu’il croisera sur son chemin.

     

     

    Lien permanent Catégories : Culture 2 commentaires
  • Quelle belle solidarité des Suisses !

    Imprimer

    Les Suisses ont été généreux.

     

    9500_tv3b.jpg

     

    + 25 millions de promesses de dons pour Haïti. C’est la victoire de la solidarité. Extraordinairement excitant du côté du cerveau. Un feu d’artifice de dons, preuve est faite que les artificiers ont été nombreux 730 téléphonistes, opérateurs, petites mains.

     

    + 4,7 millions promis par les Romands. Auraient pu faire mieux ?

     

    C’est un bel élan de Suisses pour l’île.

     

    Que ce soit par téléphone ou par internet les Suisses ont fait preuve de leur intérêt émotionnel pour cette bonne cause.

     

    La Suisse a prouvé qu’elle pouvait être généreuse, solidaire, touchant le partage. L’action menée par les standardistes, même Micheline Calmy-Rey, se sont mis à disposition de la Chaîne du bonheur pour enregistrer les dons, n’est ce pas magnifique.

     

    La Suisse a fait preuve de sa mobilisation.

     

    MERCI

     

    Oscillant entre 10 et 15 % tout cet argent recueilli ira à l’aide d’urgence, le solde pour la reconstruction. N’oublions pas qu’en marge de l’urgence demeure la remise en ordre de l’île. Le chemin sera long pour la remise sur pied du pays. Toutes les aides sous quelque forme que ce soit sont les bienvenues.

     

    Un aspect de cette terrible situation me gêne. Il s’agit de la présence massive des américains. Il est claire que Haïti n’est pas sous tutelle, toutefois en demeure plus de 12 milles soldats sur place. Comment Barack OBAMA voit l’avenir. Est-ce les USA dégage un appétit d’implantation à long terme ?

     

    Hier, super journée!

    Allez bonne journée.

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Solidarité 0 commentaire
  • Davos la grande ruche économique !

    Imprimer

    Davos la fourmilière économique et financière du monde !

     

    L-economie-en-forum_pics_809.jpg

     

    Les puissants de la sphère seront présents.

     

    Les dirigeants, les décideurs, les patrons et bien d’autres vont se réunir quelques jours pour faire le point, discuter et c’est sûr négocier en coulisse. Dans un monde en mutation constante, il est de bonne augure que les grands de se monde se parlent. Il faut privilégier le dialogue avant d’entrer dans le sillage d’actes rigides.

     

    Une trentaine de chefs d’Etat entourés de leurs ministres, leurs conseillers. Davos ne sera pas qu’économique mais aussi politique. Des échanges culturels, financiers et de la chose publique auront lieu. Une grande piscine des pays économiques. Le bon chic bon genre sera sur l’arbre du politiquement correct.

     

    Les feux de la rampe allumés par Nicolas Sarkozy donneront la lumière aux grands esprits de notre planète. Nicolas va grandir encore !

     

    Tous auront un intérêt derrière le Président Français à prendre la parole, à manifester une opinion, à apporter son lot de palabres pour un monde meilleur.

     

    Alors que peut-on espérer de ce grand rassemblement. Participer à la réorganisation du système économique et financier. Sera-ce bénéfique. Oui le bénéfice premier demeurera dans la rencontre, le dialogue, les échanges. Des paroles et des actes, certainement.

     

    Le grand rassemblement annuel des milieux économiquement riches vont-ils tirer une épingle du jeu pour apporter, donner mieux dans leur pays, notamment les plus démunis, les opprimés, les pauvres. Donner également + aux pays pauvres, en voie de développement.

     

    Attention, ne pas brusquer la vie au quotidien, savoir prendre les bonnes décisions et apporter de manière intelligente son lot de nouvelles formes de vie.

     

    Que le bal des grands commencent ! 

    Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire