29/10/2009

Conseil d'Etat : ma soeur Anne ne vois-tu rien venir ?!

J’ai lu dans la Tribune que la campagne électorale était molle. Et c’est vrai, il n’y a rien d’excitant. Pourtant nous sommes au cœur d’une crise dont il faut remonter aux années 29 pour trouver une aussi grave.

 

Geneve-92981.jpg

 

Genève n’est pas épargnée, égratignée par les mouvances néfastes de la planète. Rien n’est facile, quoique…..

 

Il y a crise du logement.

 

Il y a toujours plus de chômeurs.

 

Il y a un problème de sécurité.

 

Il y a l’environnement durable.

 

Il y a, il y a et tout et tout et rien de transcendant.

 

Les slogans attirent juste l’œil « Osons ensemble «  bof, « Osez l’UDC » bof, « la force de conviction », bof, bof et bof.

 

L’excellent Pascal Décaillet tente vainement d’apporter du piment à ses « Genève à chaud », et voici que les candidats-es sont d’une mollesse exemplaire. Le pauvre Décaillet doit ramer pour rendre vivant son plateau. Souvent, il fait les questions-réponses, faute d’interventions claires et nettes des candidats-es.

 

Rien de rien pour chauffer les esprits, la salle.

"Stauffer" la salle ?!!! Pour l'instant, il n'y en a qu'un qui fait la tribune des médias. On en entrain de lui offrir un tapis, que dis-je une moquette, rouge.

 

En effet, le seul qui fait la « une » c’est Eric Stauffer. Il n’y a pas un jour sans que son nom soit cité ici, ailleurs. Force est de constater qu’Eric Stauffer joue sur l’émotion des gens, les événements de la rue, des familles, de l’économie. En fin de compte, il a le secret de se faire remarquer. C’est un tribun qui marque l’opinion, ça c’est sûr. Il va finir par l’emporter !

 

Hier soir, un débat « Tribune ». Bravo pour l’organisation. Mais toujours rien de brûlant sous le soleil.

 

Il n’y a pas vraiment de débat nourri, d’échanges verbaux, d’interventions musclées. Nous pourrions penser que tout va bien à Genève, dans la Suisse, au sein du monde.

 

La pertinence des programmes n’est pas pertinente ! Là aussi c’est mou.

 

Posez la question au tout un chacun de la rue. Il ne sait même pas que des élections vont avoir lieu. Plus fort, il ne connaît peu ou prou les candidats-es.

 

Bref, nos voisins directs et indirects doivent penser que tout va bien à Genève. Qu’il ne se passe jamais rien, et pourtant. Il manque publiquement des idées pour le futur de Genève.

 

Le rideau va se fermer sur cette pièce qu’est celle des élections du Conseil d’Etat sans que les genevois se sentent plus rassurer.

 

geneve.png

 

Alors, déduction de tout ceci et tout cela, tout va bien à Genève ! Vive Genève

07:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Tant que nous aurons Isabel, peu importe le nombre de glands, Genève saura garder raison et développer l'horizon.
Pour Rochat au Conseil d'Etat.

Écrit par : Abraham | 29/10/2009

@ABRAHAM

Hé bien Mme Rochat n'aura pas convaincu le public hier soir au débat TDG qui rassemblait plus de 600 personnes....!!!!

Écrit par : MUR | 29/10/2009

Les commentaires sont fermés.