16/09/2009

Maintenant, il faut que le Conseil fédéral "bosse"

images.jpg

 

Monsieur Didier Burkhalter élu avec 129 voix. C’est un score de « bleu ». Au troisième tour éliminatoire, j’ai pu constater sur le visage de Christian Luscher de l’amertume, de la tristesse. Son égo est touché. Mon groupe d’amis, de connaissances, mon réseau trouvait que ce dernier était narcissique. Soit ! Trop jeune pour être Conseiller fédéral. Quant à Urs Schwaller, il revêtissait le costume du Conseiller fédéral ; il n’aurait pas dû être PDC.

 

La concordance est donc respectée.

Les dossiers brûlants comme l'Europe, la crise, la Libye, la fiscalité, l'armée, la santé vont être traités.

 

A moins d’une nouvelle démission, Monsieur Merz, nous sommes assurés d’un Conseil fédéral solide jusqu’en 2011, année à laquelle nous renouvellerons le parlement fédéral.

 

Tiens cette même année, se dérouleront les élections municipales des 45 communes de Genève. C’est dire que les commissions électorales vont gentiment se composer début 2010, ce n’est pas de trop 1 ½ avant le scrutin. L’enjeu sera intéressant. Que le meilleur gagne.

 

Auparavant, nous devons élire les Autorités genevoises le mois prochain. Qui va gagner, qui va perdre. Pour certains partis, le statut quo, pour d’autres une progression. Avec les maux que Genève connaît, il ne serait pas impossible que l’UDC et le MCG progressent, il y a notamment trop de frontaliers ; n’est pas là un de leur cheval de bataille dont j’adhère à 10 % Ils ont des idées très arrêtées, notamment sur l’emploi, les visiteurs travailleurs, etc. ce qui peut plaire aux électeurs-trices.  Les verts risquent de prendre des voix aux vieux partis tels que les radicaux et les PDC. Mais rien n’est joué. Taillé vos crayons !

 

Les dossiers brûlants ne manquent pas, le chômage, la garantie de l’emploi, le logement, la sécurité, les incivilités, l’environnement durable, les transports publics, le CEVA, le PAVE, le monde du XXIème siècles.

 

C’est magnifique d’être candidat-e. Il faut avoir un certain charisme, un esprit d’ouverture, un esprit responsable. Savoir empoigner les dossiers, les traiter selon sa conscience et dans l’intérêt du canton et de ses habitants. Sur 390 candidats, seuls 100 seront élus, des déçus, des enragés, des vindicatifs, mais au aussi des heureux. Que les meilleurs gagnent.

 

Je me réjouis le 11 octobre prochain. Les suspens vont être à leur paroxysme.

10:59 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Oui vous avez raison, mais il faut attendre l'éventuellle roccade des Départements. Il me semble que Mme Calmy-Rey voudrait reprendre celui de M. Couchepin, M. Maurer voudrait-il déjà quitter l'Armée ? Bref, vu le parcour de Bukhalter je pense que l'armée, la police ou les transports seraient les départements qui lui conviendraient le mieux..a voir !

Écrit par : charognard | 16/09/2009

Les radicaux & consorts n’ont aucune raison de pavoiser. En élisant le neuchâtelois Burkhalter au Conseil fédéral les conseillers nationaux et ceux des Etats ont choisi un candidat terne dans la lignée d’un Joseph Deiss qui lui avait usurpé sa nomination en lieu et place de la meilleure Conseillère fédérale que la Suisse ait connu jusqu’à ce jour Madame Ruth Metzler pour disparaître de la circulation après environ 2 ans et demi passé au gouvernement préférant les juteux profits du privé aux aléas de la politique.

Le manipulateur tessinois Fulvio Pelli, président du Parti radical suisse a tenté et réussi à bloquer momentanément la carrière de Monsieur Dick Marty. Il ne doit pas se leurrer sa carrière est compromise et ses chances de devenir Conseiller fédéral se réduisent comme peau de chagrin.

Lors de la démission d’Hans-Rudolf Merz ce siège doit impérativement revenir au Tessin. Le seul candidat émergeant de la mouvance radicale est Monsieur Dick Marty un citoyen vraiment digne de confiance et capable d’accéder à la plus haute charge du pays.

Écrit par : Hypolithe | 16/09/2009

Les commentaires sont fermés.