04/09/2009

Votre enfant est homosexuel....

Bien le bonjour,

 

Une amie ma fait part de l’homosexualité de son enfant. Il y a eu le refus, la dénégation et l’acceptation. Elle est troublée ce que je comprends. A sa place, je ne sais comment je vivrais le chemin.

 

En recherchant sur internet, j’ai découvert, un texte y relatif intéressant. Je vous fais partager ci-dessous la teneur :

 

V3KM8ICA5TIMUNCAC5N7SECA8GHG8RCAW3Z2MHCA6O00LXCAFPAUNDCACP0WYPCANAP4S6CAQGOKH3CAYYOJEHCAPSPZF4CAY46R98CA0VOFMGCAA2A36ZCAXX9DV6CAJUCSKPCA2OJOCMCA3B5HWB.jpg

 

Découvrir l'homosexualité de son enfant est souvent vécu comme une souffrance. Prendre le temps de dédramatiser permet aux parents de mieux accepter. Quoique moins tabou, l'homosexualité reste un sujet sensible. Reconnaître celle de son enfant comme légitime exige un long chemin semé de doutes, de crainte du qu'en-dira-t-on.

"On accepte, mais il reste des problèmes, des lames de fond qui reviennent parfois, admet Jacqueline. J'avais bâti pour ma fille un scénario de vie. Il faut faire son deuil de l'enfant idéal. Mon mari a mis plus de temps que moi. C'est encore difficile de les voir s'embrasser…"

La révélation

Ça arrive un jour, dans un climat de confidence, il (elle) vous en parle. Ou bien, pour se donner du courage, vous présente l'amour de sa vie. Souvent, même si on s'en doutait, c'est un choc. On pleure, on se lamente sur les petits-enfants qu'on aurait tant voulu avoir.

On oublie que l'homosexualité comporte une part énorme d'affectivité, d'amour. Or c'est là que se situe le terrain d'entente le plus solide : ces couples connaissent des peurs et des joies, des doutes et des regrets, espoir et jalousie.

À une différence près, ils vivent comme nous. Pourquoi les bannir, même si cela nous déchire ?

"Tout sauf ça"

H6EERLCA00J2YDCA42C5LLCAT900M1CAM2A6LPCAX70G9TCA9UXBYJCAROM7FVCAY54CPSCAD7R0V5CAK01J8LCA7FV6C6CAQHW1IFCAC94Q1JCARCD6QWCAR4NB7ACA9DHSJ5CABINLSTCAQTI8PG.jpg

Si les mentalités ont évolué, l'homophobie persiste. De nombreux parents affirment : "Tout sauf ça !" Des jeunes qui ont voulu se confier à leurs parents sont rejetés par leur famille comme des criminels. C'est la honte, la trahison. Surtout dans les petites localités, où les proches se sentent déshonorés.

La qualité de la relation affective qui existait avant la révélation joue un grand rôle. Si elle était solide, il est moins malaisé de la perpétuer, de la réinventer. Si elle était agressive, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Les portes et les cœurs se ferment… pour se rouvrir, parfois, plus tard.

N’étant pas fermé aux choses de la vie, je pense que j’accepterais, pas sans peine il est vrai, l’homosexualité de mon enfant. Un appui psy. me serait nécessaire. La digestion se passerait mais pas sans peine.

Bonne journée.

 

 

 

 

09:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.