26/06/2009

François Longchamp à Berne

Bonjour,

 

On dirait que le départ de Pascal Couchepin crée l’agitation pour remplacer son siège au Conseil fédéral.

 

Il me semble que lors des précédentes élection au Conseil fédéral, il y avait moins pléthore de « clients ». Dans chaque canton il y a des candidates et des candidats. Ce siège serait-il sacré saint ?!

 

A Genève pour l’instant l’on connaît 3 noms, Martine BRUNSCHWIG GRAF, Christian LUSCHER et éventuellement Pierre MAUDET.

 

Il faut avouer que les uns et les autres dégagent des qualités à des niveaux différents.

 

Il est vrai que l’ancienne Conseillère d’Etat Martine sort du lot. N’a-telle pas été Conseillère d’Etat pendant 12 ans. Contrairement à certaines remarques, elle a laissé une bonne emprunte au Conseil d’Etat de Genève. Elle assure la sécurité du sacre intérieur et extérieur de notre Dame Helvétique.

 

Christian, lui aussi à des chances, toutefois, il lui manque la facette de diriger un état. Serait-il vraiment un Conseiller fédéral efficace, écouté, bien vendu. Connaît-il bien toutes les ficelles de la politique Suisse.

 

Pierre, quant à lui, excellent Conseiller administratif à l’exécutif genevois me paraît trop jeune. S’il est bon politicien, bon management, empli d’un parcours sans faute, il faut encore de la bouteille.

 

Au parti radical, celui que je verrai bien, aurait le charisme du bon Conseiller fédéral, est François Longchamp. Il a l’étoffe, l’expérience du Conseil d’Etat, le pif du bon politicien. Dommage qu’il ne fait pas acte de candidature. Pour l’instant, il n’a pas dit non. Je le verrai bien s’asseoir sur ce siège. Serait-ce mon candidat ?

images.jpg

 

Au fond, chaque candidat présente des atouts nécessitant une appréciation négative ou positive.

 

N’oublions pas que Genève est représenté au Conseil fédéral en la personne de Micheline

Calmy-Rey. Cette présence, d’autant plus féminine, diminue les chances de voir Genève présenter un/une seconde candidate ou candidat. Difficile de revendiquer un deuxième siège.

 

Cela dit, dans chaque canton, il y a des candidates et des candidats. Une véritable palette d’hommes et de femmes qui manifestent le désir de s’asseoir sur le siège de Couchepin.

 

La matinée du 16 septembre prochain risque d’être longue après une bonne nuit des longs couteaux. En amont, l’été va être chaud dans les formations politiques. Ils ne vont pas tous se présenter, au final je suppose qu’il n’y aura que 3 ou 4 candidats.

 

En définitive, chaque candidat a des qualités, des défauts aussi, ne marchant pas sous les nuages du succès mais sous le soleil de la réussite. Pas rien d’aller à Berne !

 

Bonne journée.

07:03 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.