24/06/2009

200 zones piétonnes.....

Rebonjour.

 

Les verts ont raison, il faut plus de rues piétonnes.

 

A ce sujet, les verts ont déposé une initiative populaire « 200 rues sont à vous ».

 

Cette idée a été discutée au Conseil municipal de la Ville de Genève.

 

Un débat animé d’interventions sur le fond de l’initiative à savoir si elle était invalide ou valide.

 

Sur la forme je laisserai le dernier mot aux juristes et aux politiciens. Je ne vais donc pas entrer en matière sur le côté juridique.

 

Il faut savoir que toutes modifications de rues appartiennent au canton. En effet, c’est lui qui gère ce secteur. Le département à Robert Cramer.

 

L’initiative doit être encore validée par le Conseil d’Etat et ensuite le dernier mot reviendra au peuple.

 

Sur le fond, je trouve intéressant la fermeture de 200 rues dans Genève, car à certains endroits ça devient infernal pour les piétons le corollaire,  bien vivre sur la chaussée. Et pis, il y a le côté écologique qui prime. Moins de pollution serait agréable pour les piétons, les vélos, l’environnement.

 

La droite qui prône la mobilité douce devrait être à même d’accepter le bon sens de cette initiative. Il faut arrêter les clivages gauche-droite et agir intelligemment, avec une lucidité totale sur les problèmes de circulation en Ville de Genève. De toute manière, il y a beaucoup trop de voiture en ville.

 

Il est vrai qu’il est agréable d’avoir des rues piétonnes, à l’image des villes françaises qui ont osé se lancer dans ce domaine..

 

Evidemment, la facette urbanistique doit être bien étudiée. Rien de chez rien ne doit être laissé de côté. Faut savoir encore quelles rues fermer. Des travaux devront être aménager,  que le canton devra prendre en charge, puisque c’est le tout puissant en matière de circulation.

 

Je prends comme exemple à Carouge, on pourrait très bien fermer la place de Sardaigne et en prolongement la place du Marché. Carouge serait encore plus conviviale si on empêchait la circulation en centre de Carouge. Ce n’est pas pour demain, car il n’y a pas de volonté politique. Personne n’ose se lancer dans ce domaine. Et pourtant, les autochtones et les visiteurs en seraient heureux, j’en suis certain. Il n’y a que les commerçants qui râlent. Ceux-ci sont de mauvaises fois, car les rues piétonnes attirent du monde, donc de la clientèle potentielle.

 

Il y a trop de voiture en ville. Ca devient difficile de circuler. Avec l’autoroute de contournement, le nouveau réseau de trams, le CEVA, et pourquoi pas la traversée de la rade, le flux de circulation devrait s’améliorer en ville.

 

Des zones piétonnières, mais c’est merveilleux. Les zones piétonnes seraient appréciées, par les piétons, j’en suis presque certain. Bien organisé, c’est faisable, donc réalisable. Faut-il avoir le courage politique. Gauche-droite pourrait pour une fois se mettre d’accord sur un projet des plus intéressant pour la Ville de Genève. Nous verrons ce qu’en pense le peuple.

 

Que le peuple passe aux urnes !

 

Bonne journée.

08:29 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Je crains que vous n'ayez pas compris les verts. Leurs priorité n'est pas de créer des zone pietonnes et commercantes agreable au publique. Mais uniquement de bloquer les voitures par tous les moyens, même n'importe comment:

- Est ce que c'est une zone pietonne si des bus et des cyclistes foncent a travers.
- Si vraiment 200 rues (c'est enorme pour une petite ville) sont fermées, ça ne veux aussi dire fermé au parking et donc de facto posseder une voiture sera interdit aux habitants des quartiers.
- Le report de circulation sur les rues restantes va créer un bouchon permanent (encore pire que maintenant) dont les transport publique et les riverains souffriront aussi.
- Faudra demander la clé de la rue au verts pour se faire livrer un canapé si on habite une de ces 200 rues, et quid des commerces et artisans ?

Contrairement aux belles et agreables zones pietonnes centrales, desservies par des parkings, qu'on peut voire dans d'autre ville, ce projet n'a rien de reflechi ni de constructif.

C'est juste l'habituel credo verts: bloquer, interdire, taxer.

Écrit par : Eastwood | 24/06/2009

Je le dis dans mon propos, soubligné en gras, je ne suis pas contre 200 rue piétonnes, pour autant que urbanistiquement se soit bien étudier. On ne peut fermer une rue sans qu'une étude approfondie soit mise sur pied. Tout est possible. Les rues peuvent être de facto fermées sur le tronçon choisi, ou elles peuvent être résidentielles. Pour le surplus, le choix soit de la destination des voitures, bus, vélos, scooters, soit des piétons. Laissons le peuple voter et si cette initiative est acceptée, il appartiendra au Service de l'urbanisme d'étudier les meilleures solutions pour qu'il n'y ait pas de lézard dans la réorganisation des rues genevoises.
L'initiative des Verts est intéressante. Je vous propose de ne pas y fermer de suite la porte et attendre le texte de la votation avec les propos pour se déterminer en toute conscience. Il en va de même pour moi.

Écrit par : Velen | 24/06/2009

Je suis pour les nouvelles rues piétonnes à condition que l'on interdire aux citadins de se rendre avec leurs bagnoles à la campagne et à la montagne. Les "campagnards" et les "montagnards" ont autant droit que les "citadins" à respirer un air plus pur ! De plus, cela évitera de retrouver des sacs-poubelles dans les champs cultivés ou les bois. Si les habitants de "l'extérieur" doivent utiliser les TPG pour se rendre à leur boulot, les habitants de l'"intérieur" feront la même chose.

Écrit par : Octave Vairgebel | 24/06/2009

Les rues piétonnes deviennent, en général, des zones pour les touristes ou les bobos. Les pauvres vont faire du lèche vitrine dans les centre commerciaux en périphérie, car ils vivent en périphérie. Ils peuvent s'y rendre en famille avec leur voiture, car devoir payer un ticket pour tous ça fait vite cher. De plus, les loyers augmentent quand la rue devient zone péitonne. On va remplacer les habitations par des bureaux.... Et après ça on veut nous faire croire que c'est pour redonner la rue aux habitants. Si le problème était la pollution, les Verts devraient taper sur l'industrie automobile et le lobby pétrolier, pas sur les pauvres et les familles, car les voitures vont continuer à se ballader autour de la ville. Ils auront l'illusion d'avoir réglé le problème, mais la pollution sera toujour là! Et la prochaine solution sera toujour d'interdire.... c'est malheureux! Interdison les pauvres de se reproduire, c'est peut être ça la solution écologique!

Écrit par : Riro | 24/06/2009

Le "mot d'ordre" des Khmers >Verts c'est :"Interdire, obliger, taxer, empêcher, refuser," La démocratie façon Khmers Verts, Ueli von Genf, Bob l'Eponge et tous les autres andouilles ciboulettes et pastèques !

Écrit par : Octave Vairgebel | 24/06/2009

Les commentaires sont fermés.