12/05/2009

L'inertie des partis politique

Rebonjour,

 

Je viens d’écouter le discours d’OBAMA prononcé lors d’un souper de gala. HIlarant, d’une grand classe, intelligent. Les convives en ont eu pour leur argent.

 

A Genève ?

 

Quelques petites conférences ci et là, petits débats, rien de transcendant.

 

A 5 mois des élections, je trouve les campagnes électorales très calme. Aucune déclaration fracassante, aucune grande idée, de grands projets, l’économie silencieuse, mais que se passe-t-il ?

 

Les candidats doivent être régulièrement en conclave, on ne les voit pas, pour préparer des campagnes musclées depuis septembre. En fait 2 mois de promesses pour 4 ans de « règne » c’est peut. Mais ont-ils la science infuse et vont dès la première nouvelle session nous sortir le grand jeu.

 

Quant au Conseil d’Etat, rien de transcendant.

 

Mais Genève s’ennuie, Genève a besoin d’actions, les descentes de police aux Pâquis ne suffisent pas, les votations sur le fumée s’est du réchauffé. Il faut des motions fracassantes pour bouger pour faire parler le peuple, pour montrer ses tripes.

 

En marge des traditionnels et inutiles stands sur la place du Molard, du Marché à Carouge, y aura-t-il des meetings entre candidats opposés. Des débats sur des sujets d’actualité et visionnaire.

 

Faut-il un Sarkozy ou un Obama pour bouger les choses, pour mettre du peps dans ces campagnes qui auraient dues déjà commencer il y a 4 ans. Pourquoi attendre, les 4 derniers mois pour dessiner les lignes directrices de la politique.

 

Pour l’instant c’est mou de chez mou. Genève n’a rien à vendre ? Genève n’a pas d’ambition à défendre ?

 

La presse n’a pas de grands titres à se mettre sous la dent. Sa manque de « sport ». Les gens voteront alors plus massivement.

 

Bon après midi.

 

 

 

 

12:50 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.