• Cham-Dollon va sauter !

    Imprimer
    images.jpg

    Bonjour,

     

    Bonne semaine !

     

    Oui,oui,oui la famille de la prison est devenue trop grande pour vivre sous le même toit.

     

    J’ai lu dans la TdG d’hier un article intéressant sur ce sujet.

     

    Mesdames et Messieurs les politiciens, trouvés une formule pour alléger ce nid.

     

    Champ Dollon  atteint le chiffre record de 516 détenus.

     

    C’est une surpopulation anormale. L’établissement est bien trop petit pour cette fourmilière de 1000 à 1500 personnes.

     

    Ca doit chauffer par moment.

     

    Bonjour la cohabitation.

     

    Ils sont 3 détenus pour une chambre à un lit. Ils sont en attente de jugement. N’oubliez pas qu’il s’agit d’une prison préventive

     

    Au repas, ils sont 60. Bonjour les frottements tant redoutés par les gardiens.

     

    En plus, les relations entre gardiens et détenus se sont détériorées. Vu le nombre exorbitant de personnes qui cohabitent sous le même toit, ce n’est pas étonnant que des échauffourées voient le jour.

     

    Ca doit être sinistrose de vivre dans cette fourmilière. Bon vous me direz ils purgent une peine. Certes, en 2009, les prisonniers ont le droit de vivre leur temps de prison dans de bonnes conditions. Le contraire crée les échauffements, une excitation psychologique. Vous mettez deux personnes ensemble, l’ambiance n’est pas toujours évidente. Voyez 3, 4 ensembles, là les divergences deviennent notoires.

     

    La future annexe, en construction, soulagera l’actuel bâtiment. Cela ne suffira certainement pas. Il devient urgent que le Conseil d’Etat réfléchisse à des solutions. En période électorale, c’est le bon moment pour apporter d’éventuelles pistes.

     

    Le directeur de la prison à livrer à la TdG certaines de ces pistes, à savoir une douche par jour à chaque détenu, une heure par jour de promenade, le sport deux fois par semaine. Ce n’est pas la panacée, certes ce sont déjà un début.

     

    La justice devrait également mettre la seconde vitesse pour rendre des jugements plus rapides.

     

    Conclusion, ou la Justice mais les bouchées doubles pour rendre rapidement les condamnations, ou construire encore un bâtiment.

    Lien permanent Catégories : Genève 3 commentaires
  • une fillette tuée par 2 chiens

    Imprimer

    Bonjour à toutes et à tous,

    Le propos ci-dessous s'adresse pour celles et ceux qui le sauraient pas !

    Ça s’est passé dans le nord de la France.

     

     

    images.jpg

     

    Les deux chiens d’une famille ont tué !

     

    Et bien cette fillette de six ans a fini sa vie tragiquement. Elle morte égorgée par deux dogues allemands. L’accident est arrivé en France.

     

    Elle est sortie de la maison familiale puis s’est rendue par une porte de garage dans le chenil. Là les deux chiens ont égorgé la fillette. Issue fatale.

     

    « Les chiens étaient bien dans un chenil clôturé, avec des protections de type chantier d’environ deux mètres. La gamine est passée par le garage. Est-ce qu’elle passée par un interstice ? Ils n’en savent pas plus » explique la dépêche. 

     

    Une enquête plus approfondie a été ouverte.

     

    Je plein les parents qui ont perdu cet enfant. C’est là que la surveillance est importante. Ne jamais laissé un gosse seul.

     

    Une enquête a été ouverte.

     

    Le dogue allemand n’est pas classé dans la catégorie des chiens dangereux. Selon un éleveur, un adulte ne pèse moins de 80.85 kg et dépasse souvent les 85 cm au garrot.

     

    De tout coeur avec les parents de l'enfant.

    Lien permanent Catégories : France 0 commentaire
  • L'économie ?

    Imprimer

    Je se suis utéressé à la crise économiqe, et me consulter Wikipedia. Ci dessous, des explications de ce site. Au lieu de faire un résulmé, je me suis contenté de vouv transcrire l'essentiel de la crise dans quelle nous sommes entré.

    "ne crise économique est une dégradation brutale de la situation économique et des perspectives économiques. Elle amène à une période de ralentissement économique ou, plus grave, à une récession économique.

    Une telle crise comporte souvent (mais pas systématiquement) une chute soutenue des valeurs boursières. Elle a des répercussions sur le niveau des salaires, provoque des faillites, accroît les tensions sociales

    Causes [modifier]

    Une crise économique peut être provoquée par :

    La théorie des cycles économiques considère que les crises économiques sont des évènements récurrents de l'histoire économique. Ce point de vue n'est pas consensuel.

    Effets et développements [modifier]

    La notion de crise économique revêt des caractéristiques multiformes.

    Elle peut concerner un ou plusieurs secteurs de l’économie ou, par extension, son intégralité qu’elle peut gagner par « effet de contagion ».

    Pour un secteur donné [modifier]

    Le marasme touchant un secteur peut résulter d'un surinvestissement dans ce secteur et d’une bulle spéculative reposant sur de mauvaises règlementations ou des anticipations de hausse des prix. Par exemple, périodiquement, peut se développer une bulle immobilière. Une crise peut aussi toucher le secteur des matières premières (pétrole, métaux et minerais, produits alimentaires).

    Répercussions sur l'activité économique globale [modifier]

    Les crises immobilières ont des conséquences assez importantes car plusieurs canaux facilitent les répercussions sur l'activité économique totale : effet richesse des ménages, secteur de la construction intensif en main-d'œuvre.

    Du fait de la financiarisation des pays développés, une crise du secteur financier peut avoir des répercussions fortes sur le reste de l'économie, via les canaux du crédit.

    Crises précédant le XXe siècle [modifier]

    Tableau comparé des crises des économies agricoles et des économies développées [modifier]

    Crises pré-industrielles et crises industrielles
    Économie agricole peu ouverte : crise de subsistance Économie développée
    Origines Incident météorologico-climatiques entraînant des récoltes insuffisantes surinvestissement, crise financière
    Circonstances aggravantes
    • Marché peu développé
    • Transports insuffisants
    • Importations limitées
    Dette extérieure élevée
    Évolution des prix Augmentation des prix des produits agricoles variable
    Périodicité Très irrégulière irrégulière, théorie controversée de cycles économiques avec
    • Cycle court : 8 à 11 ans
    • Cycle long : 30 – 40 ans
    Extension géographique Locale, régionale, parfois nationale voire continentale Continentale, voire mondiale au sein des pays industrialisés
    Conséquences directes
    • Disettes, voire famines et crise de surmortalité
    • Chômage en ville, misère
    Hausse du chômage, baisse du PIB, baisse des revenus et de la consommation, hausse du nombre de faillites
    Conséquences indirectes Émeutes rurales et urbaines Crispation des relations internationales

    Théorie économique [modifier]

    Partant de l’observation des dépressions économiques qui avaient périodiquement affecté l’économie européenne depuis 1825, Karl Marx décrivit la crise comme un dispositif historiquement inévitable. Selon Marx, ces crises étaient des « crise de surproduction ».

    Pour l’école autrichienne d’économie, les crises sont essentiellement dues à l’accumulation de défauts d'ajustement de l'appareil de production à la demande réelle. En tentant d'empêcher ou de retarder ces ajustements par la réglementation ou la création monétaire, l'État ne fait qu'accumuler les problèmes qui devront tôt ou tard se résoudre en une crise, qui aurait pu être évitée, ou être moins grave, en laissant les ajustements se produire progressivement. Le mot crise fait directement référence au concept de cycle. La théorie du cycle la plus connue de cette école est surement celle de Hayek (Cycle de Hayek), liée au taux d'intérêt.

    La théorie marxiste a vu dans le libéralisme un système générateur de crise en lui-même, essentiellement à cause des conflits d’intérêts entre patrons et ouvriers. C’est ce que l’on a appelé, en termes politiques, la « lutte des classes », conception portée encore par les partis de gauche jusque dans les années quatre vingt).[réf. nécessaire]

    À l’inverse, les économistes libéraux voyaient dans le système, la possibilité de s’auto réguler. Adam Smith au dix huitième siècle s’en est fait l’ardent défenseur et partisan (il a parlé de l’intervention de la « main invisible du marché ») La majorité des économistes contemporains estiment qu'il est nécessaire de réguler certains marchés. Ce rôle est alors dévolu à l’État, par la mise en œuvre de mesures gouvernementales, notamment d’incitation (subventions ou dégrèvements fiscaux) et de taxation supplémentaire (par exemple une taxe sur le carbone ou l’émission de CO2 dans l’atmosphère)

    Le keynésianisme estime que l’État doit intervenir pour « relancer » l'économie pendant les périodes de crise.

    La notion de crise économique a aussi permis de mettre en évidence le fait suivant : l’économie dépend pour beaucoup de phénomènes d’anticipation, c’est-à-dire, pour une grande part, de la confiance que les individus peuvent avoir dans l’économie et dans leur avenir. À l’inverse, la perspective de périodes troublées ou d’anticipations négatives peut déclencher une crise économique ou bien en accélérer les effets

    Lien permanent Catégories : Economie 1 commentaire
  • Sexualité à 12 ans ?

    Imprimer
    sexe.jpg

     

    Le préservatif à 12 ans ?

     

    Devons-nous dispenser des cours sur la sexualité dès l’âge de 12 ans ?

     

    Pourtant, les statistiques le disent, la moyenne d’âge du premier acte sexuel se situe à 17 ans.

     

    En marge de la pratique, faut-il évoquer ce sujet dès 12 ans, voire moins ?

     

    La télé « mamour » parle délibérément du sexe. Des émissions passent à un n’importe quelle heure où il manque rarement 1 seconde sur le sexe.

     

    Les jeunes se posent déjà des questions. Osent-ils en parler à leurs parents ?

     

    De plus en plus fréquents sont les élèves qui s’interrogent sur ce sujet.

    Est-ce que l’école doit s’adapter à la « génération porno » ?

     

    Je pense qu’un authentique dialogue doit avant tout s’entretenir avec les jeunes. Venant autant des Parents à l’école. Une bonne éducation sexuelle dès l’âge de 12 ans ne peut être que bénéfique pour le jeune. Inutile de stériliser ce genre de choses de la vie. Cela dit, utile de trouver les bons créneaux pour entrer sur ce sujet.

     

    Il y a beaucoup d’attente, dit le 24 heures, autour de l’éducation sexuelle mais avec le temps que nous avons aujourd’hui, nous ne pouvons pas approfondir les sujets, ni tout enseigner.

    Et pourtant avec toutes les « saloperies » que l’on voit dans ce bas monde, une bonne base ne peut être que bénéfique pour l’adolescent.

     

    N’oublions pas les parents. Eux aussi ont la responsabilité d’expliquer à leurs enfants. Trop tôt vaut mieux que pas du tout.

     

    En définitive, une complémentarité doit s’instaurer entre scolarité et parents.

     

    Chères Amies, chers Amis, libre à votre pensée de réfléchir à cette situation !!!

     

    Je vous souhaite une excellente journée.

    P.S. suis toujours hospitalisé au CHUV d'où j'essaie de vous livrer quelques opinions quant des articles lu su le "24 heure".

    Lien permanent Catégories : Monde 18 commentaires
  • Le fils illégitime de JFK ?!

    Imprimer
    images.jpg

     

    Bonjour à toutes et à tous,

     

    Paraît que JFK aurait eu un enfant illégitime avec une jeune allemande domiciliée aux States depuis 1938. Je l’ai lu dans  « 24 heures »

     

    Le fils caché du futur Président des Etats-Unis s’appelle Tony, sa mère, très belle femme, Lisa Lanett 87 ans cette année. C’est elle qui a narré cette histoire qui pourrait remettre toute la succession de JFK. Jusqu’où ira Tony ?

     

    Cette très belle femme aurait eu des relations avec JFK, ce qui ne serait pas étonnant connaissant le coquin !

     

    C’est vrai, elle a vécu pendant la guerre avec sa mère dans un motel familiale à Phoenix. C’est vrai, que JFK, âgé de 25 ans, a bien passé sa convalescence dans cette  ville après avoir été blessé. C’est là qu’il fait la connaissance de la jeune et très belle fille. On connaît JFK pour un fin tombeur, il ne serait donc pas invraisemblable qu’il l’ait mis en sainte involontairement, car il n’a jamais reconnu cet enfant.

     

    Il paraît même qu’il aurait proposé le mariage à cette femme mais qu’elle aurait refusé. Elle voulait rester libre.

     

    Alors Tony est-il vraiment l’enfant de JFK, John F. Kennedy ?

     

    Selon le 24 heures « La Jackie du Danube comme l’a surnommée la presse autrichienne, gardera toujours le contact avec JFK, même après le mariage de ce dernier avec Jacqueline Bouvier et son accession à la présidence. Lisa Lanett dit que le père de son Tony a payé ses études à l’académie militaire de Peeksill, à New York.

     

    Reste évidemment la preuve de cette existence. Tony est près à faire les tests ADN pour confirmer ou infirmer ce lien parental JFK.

     

    JFK aimait les femmes, ça on le sait. Cela dit, mis à part ce Tony, né en 1945 de père inconnu. Est-il le seul à être un enfant illégitime de JFK.

     

    A toute cette histoire, il faut mettre sur le papier à musique quelques dièses. Tony, âgé 64 ans, vivant en Californie a dit ceci au 24 heures : Il affirme que sa mère ne lui a appris que tardivement l'identité de son célèbre géniteure.... J'ai baigné toute mon enfance dans les histoires que ma mère me racontait sur sa parenté avec l'archiduc Otto. J'avais de la peine à y croire, mais aujourd'hui je sais que c'est vrai. Alors peut être son histoire avec Kennedy est aussi vrai. Ma mère était une très belle femme, cela ne m'étonnerait donc pas

     

    Si Tony relève des empruntes positives de son lien avec JFK, que pourrait-il faire 40 ans après ?

     

    Lien permanent Catégories : Monde 3 commentaires
  • Le passeport biométrique ?

    Imprimer

    Bonjour à toutes et à tous !

     

    Toujours dans le « 24 heures » j’ai lu un « truc » dont nous sommes toutes et tous être concernés.

     

    Liberté au citoyen de solliciter le passeport biométrique ?

     

    Hier Eveline Widmer-Schlumpf, Conseillère fédérale, défendait l’adoption du nouveau passeport.

     

    Elle a employé 3 mots pour motiver « sécurité et liberté de voyager ».

     

    On le sait, une votation fédérale interviendra sur ce sujet le 17 mai prochain. S’il est refusé, la confédération aura alors 9 mois pour trouver une solution. La Conseillère a mis en garde contre un « non ». Si la Suisse ne se dote pas de tels documents « les accords d’association de Shengen et de Dublin pourraient cesser d’être en vigueur ».

     

    Le prix du document délivré ne devrait coûter que Frs 140,--. Le prix normal est de Frs 250,--.

     

    Il y a le pour et le contre le nouveau passeport biométrique. Il est clair que la loi doit être revue aux yeux des exigences étrangères, notamment les States.

     

    Paraît-il qu’il n’y aurait pas d’enquête délibérée de police.

     

    Ne faudrait-il pas confier au législatif la gestion de ce dossier.

     

    Politiquement, il n’y a pas de lézard. Tous s’accordent à dire qu’il faut mettre au goût du jour les nouvelles exigences reçues. Evidemment, dans les couloirs du Palais fédéral les avis divergent, je suis pour, moi non, c’est un atteinte à la liberté……..

     

    Pour ma part, on doit pouvoir en effet, si le non à la votation future l'emportait « refiler le bébé » aux chambres fédérales, en insistant sur le fait que la liberté du choix du citoyen entre l’ancienne version et la nouvelle doit lui appartenir. Le p’tit Suisse qui n’ira jamais aux USA, par exemple, n’a pas besoin de ce passeport biométrique. S’en détachera également des économies pour la Confédération.

     

    Réfléchissez bien à cette votation.

     

    Pour ma part, je voterai  en ayant réfléchi intelligemment, en tout état de cause en pensant à l'avenir de nos enfants "oui". Car un dossier en moins pour nos politiciens !!!!!

    Lien permanent Catégories : Développement durable 0 commentaire
  • BaBar de Lausanne ......

    Imprimer
    rsrinfo20070405_7690217_1.jpg

    BaBar de Lausanne persiste et signe

     

    Etant toujours au CHUV, je reçois tous les matins le « 24 heures ». Que la rédaction de la TDG se rassure, je l’a lit sur le site.

     

    J’ai lu « Pourquoi Daniel Brelaz s’accroche jusqu’en 2013 » soit dans 4 ans.

     

    J’avoue que l’article ma surpris par le nombre incroyable de raisons qui feraient que Daniel Brelaz s’accroche ainsi.

     

    L’article donne bien des explications quant à l’ancrage de BaBar.

     

    En fait deux élections le guettent, les municipales de la Ville de Lausanne dont il en est actuellement le Syndic et repourvoir son siège à Berne.

     

    Actuellement chez les Verts il n’y aurait pas vraiment une tête d’affiche pour le remplacer.

    Si on veut, il y a toujours des bonnes volontés pour s’engager. Suffit de bien chercher.

     

    Le BaBar ne veut pas que ce que l’on nomme dans les communes genevoises le « « Conseil administratif » passe en mains socialistes.

     

    Je ne sais si cette formule du double mandat est bonne. Lorsque vous êtes Maire d’une Ville et sous la coupole fédérale, il me semble que la double charge doit être pesante.

     

    Faut être un solide pour assumer.

     

    BaBar est un géant tout comme notre respectable Robert Cramer, Conseiller d’Etat à Genève et aux Etats à Berne, dans la même situation. Comment ces hommes et femmes arrivent-ils à avoir des moments pour eux pour leur famille. Ils doivent être partout en même temps. Qu’elles sont les priorités ? Connaissent-ils vraiment tous leurs dossiers, le corollaire intervenir à tout moment là où ils sont.

     

    Mais au fait, BaBar ne penserait-il pas au Conseil fédéral ?

     

    Certes, vous et moi, nous connaissons un super BaBar à Genève. Celui-ci, revêtu d’une grande intelligence, ancien Conseiller d’Etat à Genève, c’est Philippe ROCH. Ainsi Lausanne à son BaBar. Ca c’est une petite parenthèse pour envoyer mes meilleurs messages au PDC genevois Philippe ROCH.

     

    Voilà, je voulais juste apporter un petit commentaire sur le double mandat. Et pis dire je trouve ce BaBar de la capital vaudoise sympa. C’est un bon Papi !!!

     

    Bonne chance Monsieur Brelaz, j’espère que vous réaliserez vos défis.

     

    Allez brave gens, excellente journée.

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • La femme aux 3 cancers

    Imprimer

    Bonjour à toutes et à tous.

     

    Bonne semaine !

     

    Photos chocs à but préventif. De Jérome Henry, photographe professionnel. Il travaille parfois avec « 24 heures » pour des reportages tel que celui publié samedi dernier.

     

    J’ai lu avec attention enrobée d’une certaine émotion un article touchant dans le « 24 heures ».

     

    « Elle témoigne pour lutter contre le tabou du cancer ». Elle est malade depuis 4 ans.

     

    « Eve-Eléonore n’a pas 30 ans et pourtant elle a déjà subi trois cancers. Après l’ablation d’un sein, la valaisanne refuse toute chirurgie réparatrice. Elle a accepté de poser pour des images chocs et de parler de son calvaire afin de participer à la prévention ».

     

    Sur ces photos  nous voyons ses cicatrices.

     

    Elle ne veut aucune compassion. Elle est toujours active comme chauffeur de poids lourds.

     

    Elle a survécu à toutes sortes de traitement. Aujourd’hui, elle baisse les bras, elle ne veut pas de chirurgie reconstructive. « Certains médecins l’on traitée de suicidaire, d’autres ont acquiescé en silence….. »

     

    Comme elle le déclare c’est une vraie valaisanne au caractère bien trempé.

     

    « Elle dit aussi : J’ai toujours détesté que l’on se montre compassionnel avec moi. Je peux comprendre que certains se complaisent dans la pitié des autres, mais pas moi. Je préfère à la limite la tape sur l’épaule accompagnée d’une ânerie. Bien sûr, je ne trouve pas génial d’avoir ces cancers, mais j’ai besoin d’en rire. Je suis évidemment parfois frustrée de ne plus pouvoir faire comme avant. Mais je veux que mes défauts deviennent des atouts. J’ai une tronche de valaisanne. Je suis optimiste et positive. Etonnamment, ces épreuves m’ont aussi appris la compassion et la tolérance envers les autres. Avant, j’étais beaucoup plus critique »

     

    Tout ce qu’elle dit ce sont des problèmes de société, tout comme les autres maladies sans sûreté de guérir. Le suicide, l’anorexie, les paraplégiques, le viol, l’inceste et encore bien d’autres,

     

    C’est un beau témoignage à faut lire. Je pense que vous pouvez retrouver cet article sur le site internet du quotidien « 24 heures ».

     

    Cet article a pour but la prévention des cancers notamment celui du sein.

     

    *Les propos en italique sont repris de l’article danse le journal le « 24 heures ».

     

    <l’essentiel du travail de Jérôme Henry peut être consulté sur son site : www.image-concept-ch

    Lien permanent Catégories : Femmes 1 commentaire
  • Les Vélos....

    Imprimer

     

    Ce que je suis content que les deux roues motorisées se fassent coller pour avoir rouler sur les sites propres des trams.

     

    Ils prenaient trop d’aise.

     

    Il y a une autre catégorie de deux roues à remettre à l’ordre.

     

    Qui ça ?

     

    Les vélos.

     

    A Carouge notamment, ils roulent sur la voie  inverse du bon sens. C’est dangereux. Déjà pour eux, puis pour les trams, puis pour les voitures et enfin les piétons

     

    A la rue Carouge, où le tram roule en site propre, je n’exagérais rien en disant qu’il y a toutes les minutes un vélo qui méprise la loi.

     

    Un peu partout les vélos prennent des libertés gratuitement.

     

    De plus combien sont-ils à rouler le soir sans lumière.

     

    Vous en conviendrez.

     

    Bravo la police d’accentuer les contrôles et amender les insoumis.

     

    La police a raison de faire le ménage

     

    Je pense qu’en effet, il y a de l’ordre à mettre chez les deux roues. Il n’est pas insensé d’intervenir !

    images.jpg

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Genève 2 commentaires
  • Merci TSR1

    Imprimer

    Avez-vous regardé hier soir Temps présent sur les enfants au Cambodge et la pédophilie. Ce genre de non respect des Droits de l’Enfant et terriblement frustrant car on ne fait pas grand-chose pour traquer les malades sexuels.

     

    C’est très bien ces organisations non gouvernementales qui enquête sur ce sujet et procèdes aux dénonciations.

     

    Ce n’est pas suffisant car les Autorités sont corrompues.

     

    L’ONG qui a accepté l’enquête reçoit que 700 francs par année. C’est très mince comme budget pour traquer les cinglés de la pédophilie.

     

    Je suis resté stupéfait lorsque les enfants témoignaient.

     

    Ces gosses à la rue ou cachés qui se donnent pour de petits moyens. C’est ignoble.

     

    C’est très bien d’apporter des preuves à la Justice des faits de pédophilies. Toutefois, à mon avis, ce n’est pas suffisant. Il faut que la police soit plus présente et moins corrompus.

     

    En Asie tout comme ailleurs, heureusement qu’il y a des ONG qui essayent de faire le ménage.

     

    Tous ces enfants abusés, comme la misère, alors que chez nous dans nos sociétés de consommation nous injectons des milliards et des milliards pour que l’économie se porte à peu près bien. Un dixième investi dans ce bas monde ne serait pas trop mal.

     

    Très bon le thème choisi par Temps Présent. Merci la TSR

    Lien permanent Catégories : Général 1 commentaire
  • Ministre allemand aux bottes !

    Imprimer

    J’ai toujours mis en avant les synergies.

     

    Je vous laisse à votre imagination quant au mariage qui pourrait passer devant les politiques.

     

    Je prêche pour cet avantage car figurez vous que de nombreuses économies pourraient être faites.

     

    Je pense ici à un rapprochement sérieux entre la SSR et la TSR tel que discuté entre les deux régies. En termes techniques les deux unités se rapprochent. Et bien c’est très bien.

     

    Certes !

     

    Je viens pour deux faits qui ne m’ont pas laissés insensibles.

     

    Premièrement le ministre des finances allemandes Monsieur Steinbruck revient d’où ?

     

    Ses propos à l’égard de la Suisse sont inadmissibles. Ils sont d’abord insensés et rappellent un certain régime allemand. On ne peut ne pas être d’accord avec notre façon d’agir avec notre secret bancaire. Mais non d’un chien, et la diplomatie. Là ça dépasse les bottes……

     

    Secondement, je suis d’accord avec le PS, mais que fait notre Président de la Confédération. Ne devrait-il pas dû aller en Tchékie ? Serait-ce son état de santé qui l’empêcherait de voyager ?!  Là, je ne suis pas très gentil. Mais, est si s’était la vérité !!!

     

    M. Mertz en sa qualité à le devoir de veiller sur notre pays et également celui de défendre les intérêts de la nation

     

    Je me réjouis de lire vos blogues.

     

    Bonne soirée depuis le CHUV

    Lien permanent Catégories : Général 0 commentaire
  • 23 heures sur la table d'opération !

    Imprimer

     

    chuv_batiment_chuv.jpg

    Bonjour à toutes et tous,

     

     

    Bonne journée printanière! On peut être heureux, Genève sort un bénéfice pour 2008 de 500 millions. une excellente nouvelle.

     

    Certes !!!

    L''histoire ci-dessous est la mienne.

     

    Depuis plusieurs années, je souffre d’une infection du genou droit.

     

    Déjà 3 prothèses infectées !

     

    1 premier lambeau à Genève.

     

    5 ans sonnent et j’ai toujours cette sale infection attrapée dans une clinique genevevoise.

     

    Voulant guérir, je me suis adressé au CHUV.

     

    J’y suis traité depuis 1 année.

     

    Le 12 mars dernier je suis admis dans cet hôpital.

     

    Le lendemain je me fais prendre un lambeau de la bonne jambe et posé sur le genou infecté.

     

    Tout a raté dimanche 15.

     

    Le lundi matin et pendant 13 heures je suis resté sur la table d’opération.

     

    Je vous passe des détails.

     

    Je suis resté 23 heures sur la table d’opération.

     

    Un authentique calvaire.

     

    A un moment, j’ai bien cru que j’y restais, j’y laissais ma vie.

     

    Hier 12 heures, je rentrais en chambre.

     

    Ce n’est pas encore gagné, les médecins attendent encore une petite semaine pour dire si le lambeau prélever dans mon dos à bien adhérer à mon genou.

     

    Evidemment, que Genève est un bon Hôpital. Cela dit, il me semble que le CHUV est meilleurs en soins.

     

    Evidemment que deux hôpitaux à 60 klm de distance, seulement, est un grand luxe.

     

    Enfin bref, je ne veux pas polémiquer ici.

     

    Voilà mon histoire racontée exhaustivement.

     

     La vie n’a pas de prix. Je suis content d’être sorti de mon mal.

     

    Nécessité est de remettre la prothèse avant d’être totalement guéri.

     

    C’est depuis mon lit que j’écris ce message. J’avais envie de vous faire partie de mon périple.

    Lien permanent Catégories : Histoire 6 commentaires
  • Genève dans les Chiffres verts !!!

    Imprimer

    FS63ZOCA41ECJWCA1ZJCSPCAHD3JLWCA0KWQNSCAQQGSLHCAWZB176CAV8QHWQCAQJ6L7JCAWEW6VGCAWK2WV0CATWPR6MCA81VCZ8CAJ2KI50CASL1O71CA20AR7MCAGASTZ4CAC9N822CAD7MJLX.jpg

    Le Conseil d’Etat a déclaré un bénéfice comptable de près de 500 millions

     

     

     

     

    J’ai lu attentivement les propos de celle-ci. Un grand merci pour la déclaration exhaustive. Lisez là sur le site de la TdG !

     

    Je ne viens pas ergoter sur tous ces chiffres. Toutefois, je constate que le Conseil d’Etat joue la totale transparence.

     

    500 milliards de bénéfice, c’est honorable.

     

    Avec les rajouts les ci et les ça, nous serions à 1 milliards.

     

    Il est heureux qu’enfin ces comptes, épiceries soit-ils, soient devenus transparent, clair, limpide.

     

    Si j’ai bien lu, la dette cantonale diminue pour se positionner à 11,4 milliards.

     

    Conséquence heureuse de pour les genevois la dette diminue globalement, le corollaire, par habitante et habitant.

     

    En tant que Citoyen, je m’estime heureux. Il est toujours bon de savoir que les comptes sont dans le vert.

     

    Alors, pour le Conseil d’Etat, une bonne bouteille de champagne !!!

     

    Bon, il faut dire que nous sommes en année électorale !!!

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • A quoi joue le Pape !

    Imprimer

    Mais quel jeu joue le Pape.

     

    Pas du tout à la page le l’homme de plus de 80 ans.

     

    Déclarer que le préservatif « aggravait le problème du SIDA » est insensé.

     

    Avec tout le respect que je lui accorde, le Pape a disjoncté.

     

    Combien de personnes sont déjà mortes par l’une des maladies du siècle.

     

    En Afrique et dans le monde le préso. doit être utilisé.

     

    Les réactions dans le monde sont justifiées.

     

    La doctrine de l’église est vieillotte, obsolète…….

     

    Je ne veux pas dire, à quand un Pape du XXIème siècle…..

     

    Il y a de quoi être faché.

     

    Bonne soirée.

    Lien permanent Catégories : Monde 3 commentaires
  • Pas de Jo 2018 à Genève !!!

    Imprimer

    Bonuour à toutes et à tous,

     

    Je croyais que Genève voulait à un moment de notre ère organiser les jeux olympiques 2018.

     

    Et j’apprends aux nouvelles françaises le choix d’Annecy.

     

    Quelle déception.

     

    Un événement international nous passe sous le nez.

     

    Merci notre Conseil d’Etat de s’être battu pour les JO 2018.

     

    Certes, je reviens d’un périple médical incroyable.

     

    Merci les soins continus du CHUV. Je vous prépare ce qui m’est arrivé pour demain matin.

     

    Bon après midi

     

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire
  • De l'indécence chez les PTT !

    Imprimer
    ptt-button.jpg

    La poste voulait donc augmenter ses prix.

    Les augmentations se discutaient depuis février pour être mis en valeur le 1er avril prochain. 7 % pour tous les envois à l’étranger pour tous les envois à l’étranger et Frs 1,-- pour les colis légers  en Suisse. Les bénéfices devraient ramener 16 millions de francs.

    Quand on sait que les PTT sortent un bénéfice d’un milliard de bénéfice, je trouve très indécent de procéder à des augmentations.

    Monsieur le Surveillant des prix n’est pas d’accord avec ces hausses. Un compromis a été trouvé. Les majorations seront majorées à plus tard.

    Elles sont agendées au 1er juillet.

    Cette augmentation est indigeste.

    En espérant que le gérant jaune ne licencie pas. Pas de dégel SVP.

    Tout augmente à n’importe quel moment.

    Aujourd’hui les PTT, demain Swisscom…. Mais nous ne sommes que des vaches à traire !!!

    Lien permanent Catégories : Economie 2 commentaires
  • Le secet bancaire dans les livres d'histoire

    Imprimer

    Un grand moment vient d’entrer dans l’histoire de notre pas. L’assouplissement du secret bancaire.

     

    Finies les fraudes fiscales.

     

    La renommée de la Suisse a pris un grand tournant. Dans 10, 20 ans les livres d’histoires parleront de ce fameux secret bancaire qui fut le spectre de la Suisse. Cette dernière perd une partie de sa neutralité.

     

    Les uns applaudissent les autres restent pantois.

     

    Il faut dire que c’est un sacré coup d’épée dans les coffres Helvétiques.

     

    En définitive le Conseil fédéral a dû au nom de la paix lâché du leste. Les pressions hors de nos frontières étaient trop fortes.

     

    Hans-Rudolf Merz a crié sa peur de finir sur la liste noire.

     

    Pour la faire simple, dorénavant, les banques devront jouer le jeu de la clarté financière de leur clientèle étrangère.

     

    Les banques transmettront ainsi, sur présentation d’une simple commission rogatoire, aux administrations fiscales étrangères les comptes de leurs clients. Evidemment cela devient moins attrayant pour les grosses fortunes étrangères. Dorénavant moins d'avantages.

     

    C’est vrai, il s’agit bien là d’une grande révolution pour notre système bancaire.

     

    Lorsque j’étais môme je trouvais le secret bancaire excessif. Plus tard, avec les années qui avançaient, j’ai compris que ce secret était important pour la Suisse. L’un des grands coffres mondial.

     

    Il n’y a pas que le paradis fiscal Suisse qui est visé.

     

    Sont-ce également les sociétés américaines installées en Suisse. Obama veut mettre en place une loi « Stop Tax Haven Act ».

     

    Une société ayant des biens sous quelques formes que ce soient, celle-ci sera taxée non seulement en Suisse mais également au States. Les sièges européens de multinationale américaines concentrent en effet la majorité de leurs effectifs, dans les cantons de Genève, de Vaud et de Neuchâtel (45 %), puis de Bâle, Berne, Zoug et schwytz (20%) pour les cantons alémanique (le 24 heures)

    La terre continue à tourner rond, elle. Par contre les gens qui y résident changent de mentalité, évoluent, voient la vie dans un autre sens.

    Les œufs ne sont pas encore cassés, l’omelette n’est pas pour aujourd’hui.

    Il faut s’habituer à un nouveau système de vie. A chaque fois, les femmes et les hommes s’en sont sortis.

    Lien permanent Catégories : Culture 0 commentaire
  • L'histoire de Carouge

    Imprimer

     

     

    Carouge-drapeau.gif

    Histoire reprise chez Wikipedia. Carouge jouxte la ville de Genève, dont elle est séparée par la rivière Arve, et fait partie de la République et Canton de Genève depuis 1816. Elle est réputée pour le quartier du « vieux Carouge », qui garde un certain charme et où les terrasses des bistrots sont très courues lorsque les beaux jours reviennent.

    Histoire [modifier]

    Une naissance tardive [modifier]

    La commune de Carouge est également surnommée la « cité sarde » du fait de son passé.

    En effet, c'est le Traité de Turin[2] du 3 juin 1754 entre la République de Genève et le Royaume de Sardaigne qui marque la naissance de Carouge. L'accord met fin à d'incessantes querelles entre la maison de Savoie et la cité de Calvin au sujet de la mosaïque de terrains le long de l'Arve, où il est bien difficile de faire respecter la légitimité des juridictions respectives.

    Après de longues et laborieuses négociations, les deux parties s'orientent vers un échange de terres. Genève cède 6 973 poses de terres, verse 50 000 écus au royaume et obtient en échange 5 357 poses. L'accord favorise plutôt la maison de Savoie. Même si Carouge n'est alors qu'un hameau de quelques maisons et auberges, il se trouve néanmoins dans une situation idéale, de l'autre côté de la rivière, à peine à quelques encablures de la cité[3].

    Le développement rapide [modifier]

    Profitant des ressources que lui apporte sa puissante voisine, Carouge se développe rapidement. En 1766, elle compte déjà 36 établissements de vin, industrie florissante, mais aussi contrebandière, qui n'est guère affaiblie par les royales gabelles[4]. C'est toutefois seulement vers 1770 qu'un véritable projet politique et économique voit le jour sous la houlette de Pierre-Claude de la Fléchère, comte de Veyrier, représentant local de la noblesse savoyarde. Cet homme, qui avait fort bien compris la situation géostratégique exceptionnelle du territoire, ne tarde pas à solliciter de Victor-Amédée III des privilèges permettant à Carouge de se développer, notamment en faisant appel à des étrangers[5]. En 1777, Carouge obtient deux foires annuelles et un marché hebdomadaire. Sa population dépasse le millier d'âmes.

    Capitale de province sarde [modifier]

    Par l'édit du 2 mai 1780, Carouge devient la capitale de la province du même nom qui comptabilise environ 37 000 habitants. Le bourg devient rapidement une cité royale et, le 31 janvier 1786, reçoit son blason (un lion au pied d'un arbre) pour être érigée en « ville » par lettres patentes du roi. Sa population dépasse alors les 3 000 habitants[6].

    Un îlot de tolérance [modifier]

    La singularité de Carouge réside essentiellement dans la mise en place d'une politique libérale qui est largement appuyée par le pouvoir turinois. Non seulement ce dernier accorde des privilèges particuliers, et uniques dans le royaume, à la cité carougeoise, mais accepte aussi la venue en nombre d'étrangers de toutes origines et appartenances religieuses afin de favoriser l'essor économique de la province.

    C'est ainsi que les francs-maçons font leur apparition à Carouge en 1777[7], suivis en 1779 de protestants qui obtiennent la tolérance civile et religieuse en 1783[8]. Enfin, en 1779, des Juifs, originaires d'Alsace principalement, s'installent également [9]. Pierre-Claude de la Fléchère et l'Intendant général Giovanni-Battista Foassa-Friot ont largement contribué à la mise en place de cette politique, plutôt novatrice pour l'époque[10].

    Le 27 août 1787, Victor-Amédée III proclame l'édit de Tolérance, permettant notamment aux Juifs de bénéficier de l'application du droit commun et de jouir d'une totale liberté de culte, cas rarissime dans l'histoire de l'Europe[11]. Les francs-maçons auront leur loge, les protestants leur temple et les Juifs leur synagogue, ainsi qu'un cimetière confessionnel situé le long de l'actuelle rue des Tireurs de Sable.

    En 1789, peu avant sa mort, Pierre-Claude de la Fléchère suggère au pouvoir turinois d'accepter la venue à Carouge de musulmans et de leur autoriser la création d'une mosquée[12]. Cette ultime vision du Comte de Veyrier ne verra pas le jour : Carouge, bientôt française, doit abandonner sa politique libérale.

    Une ville française [modifier]

    Article détaillé : Histoire de la Suisse sous domination française.

    En 1789, les effets de la Révolution française se font sentir. Pour prévenir toute agitation, la garnison de la ville passe de 144 à 650 hommes. La mesure rassure quelque temps, mais les jours de Carouge la Sarde sont désormais comptés[13]. Le 2 octobre 1792, les troupes françaises en marche pour leur Campagne d'Italie, pénètrent sans résistance dans la province de Carouge et l'annèxent au département du Mont-Blanc dont Chambéry est le chef-lieu, puis au tout nouveau département du Léman en 1798 dont Genève, elle aussi annexée, devient la préfecture[14]. Carouge restera ainsi française jusqu'en septembre 1814.

    Une ville suisse [modifier]

    Après une période mouvementée pendant laquelle Carouge devient sarde par le traité de paix du 30 mai 1814, puis française durant le retour de Napoléon, et à nouveau sarde (après la défaite de Waterloo), la ville est finalement cédée au canton de Genève par le traité de Turin du 16 mars 1816, ainsi que 31 autres communes savoyardes et françaises[15]. Le canton avait rejoint la Confédération suisse à l'occasion des traités de Paris en 1814 et de Vienne en 1815. Cette cession est accompagnée d'une petite zone exempte de douanes sardes. Une des places de Carouge s'appelle d'ailleurs toujours « place de Sardaigne ».

    Carouge contemporaine [modifier]

    Le premier tramway (qu'on nommait alors « chemin de fer américain ») de Suisse est mis sur pied sur la ligne Carouge-Place Neuve, aujourd'hui la plus ancien tronçon d'Europe encore en service[réf. nécessaire]. Ainsi, après Paris, Birkenhead (banlieue de Liverpool) et Londres, Carouge et Genève possèdent des voitures sur rail, tirées par des chevaux. La traction hippomobile fut remplacée par la vapeur dès 1878, puis électrifiée dès 1894. La « ligne 12 » est créée dans les années 1900 et relie les deux villes françaises de Saint-Julien-en-Genevois et d'Annemasse en traversant le canton de Genève. Depuis 1995, le tram 13 traverse également la commune et, depuis 2007, le tram 14 relie Carouge au quartier des Avanchets.

    Notes et références [modifier]

    1. [xls] Population résidante moyenne selon les communes [archive], 2007, Office fédéral de la statistique. Consulté le 1er mars 2008
    2. Alfred Dufour, Histoire de Genève, p. 94, Que sais-je n° 3210, PUF
    3. Raymond Zanone, Cap sur l’histoire de Carouge, Dumaret et Golay, Carouge, 1983, p. 48-49.
    4. Claudius Fontaine, Recherches historiques sur Carouge, H. Mehling, Genève, 1857, p. 144-150 ; Raymond Zanone, op. cit., p. 49 et suivantes.
    5. Eusèbe-Henri Gaullieur, Annales de Carouge, éditions Slatkine, Genève, 1982, p. 33, (réimpression de l’édition de Joel Cherbuliez, Genève, 1857).
    6. André Corboz, Invention de Carouge, Payot, Lausanne, 1968, p. 359
    7. Les Trois temples, Loge des trois temples à l’Orient de Carouge, 1788-1988, plaquette commémorative – 200e anniversaire de la création de la Loge, Carouge, 1988, p. 15-20.
    8. Eusèbe-Henri Gaullieur, op. cit. p. 67 et suivantes
    9. Laurence Leitenberg, Population juive de Carouge de 1780 à 1843, Mémoire de licence d’histoire économique et sociale, université de Genève, 1992, Annexes I et II, Recensement de la population juive
    10. Jean Plançon, Histoire de la Communauté juive de Carouge et de Genève, volume 1, de l'Antiquité à la fin du XIXe siècle, Slatkine, Genève, 2008. Cet ouvrage comporte des éléments biographiques sur ces deux personnages.'
    11. Archives départementales de Haute-Savoie (ADHS), période Sarde, série C, ICI-16, correspondance n° 122, lettre du 15 août 1787 du Ministre Giuseppe Corté au Gouverneur général à Chambéry.
    12. René-Louis Piachaud, Œuvres complètes, tome II, Slatkine, Genève, 1982, lettre de M. de la Fléchère adressée à son frère M. le Comte de Châtillon le 13 mars 1789, p. 296.
    13. Raymond Zanone, op. cit. p. 76-77
    14. Raymond Zanone, op. cit. p. 83
    15. Raymond Zanone, op. cit. p. 90-91
    Lien permanent 2 commentaires
  • OUI/NON à la clope ?!

    Imprimer

     

    cigarette.jpg

    Ce sont donc 14458 signatures qui ont fait aboutir le référendum lié à l’interdiction de la cigarette dans les lieux publics, notamment les cafés-restaurants. La partie est gagnée les genevois iront voter.

     

    600 à 700 restaurateurs ont joué le jeu de la récolte.

     

    Je dois avouer que ce résultat ne m’étonne guerre. Au fait, est-ce que le Grand-Conseil genevois pensait que les référendaires ne récolteraient pas autant de signatures. Du bluf !

     

    Et de vous livrer une bride des considérants de l’article passé dans la TdG, à savoir :

    « Nous saluons le courage des députés qui ont laissé la possibilité aux restaurants d'aménager des fumoirs, mais nous trouvons cette mesure insuffisante», a relevé M. Terlinchamp. Les référendaires veulent une application de la loi fédérale, qui autorise les établissements de moins de 80 m2 à demeurer fumeurs.

    Je subodore que vous connaissez les grands vainqueurs des votations sur ce sujet !

    Maintenant, il ne reste plus qu’à attendre et de voir venir les résultats qui auront certainement lieu en juin. Enfin espérons-le. Un recours étant déposé contre la procédure de ce référendum.

    Alors Mégot ou table rase ?!

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire
  • Des doutes sur Blandonnet

    Imprimer
    build02.jpg

    Blandonnet Parc. 1300 empoyés de HSBC ?

     

    Mes propos sur ce sujet ne sont pas liés aux nombres de sociétés qui vont s’installer dans ce mastedonde économique. L’endroit choisi sera à mon avis engorgé sur un territoire déjà bien occupé.

     

    Il y a déjà un certain nombre d’année, l’UBS avait construit un bâtiment de taille à la Praille-Acacias. Pour des raisons économiques elle avait limité le nombre de personnel à cet endroit et loué le reste.

     

    Des millions vont valser dans ce centre, avec ce site bancaire et toutes les sociétés annexes qui y seront installées.

     

    Je comprends tout à fait la Banque HSBC, qui actuellement répartie dans 12 endroits différents et accueillant 1625 employés, exprime la chance de s’installer à cet endroit.

     

    Noblesse oblige. La Direction Générale restera en Ville de Genève.

     

    Le lieu décentré, le moindre risque des citernes de Vernier plane.

     

    Un loyer annuel de 10 millions. Une économie de 10 % par rapport au centre Ville.

     

    Et dans la foulée pourquoi pas un jeu de tennis, une piscine, un restaurant d’hiver et d’été. Bref création d’un lieu de détente.

     

    Et quant est-il de l’urbanisme de ce centre. L’aéroport tout prêt ; c’est un atout je l’avoue. Pas loin de Balexert. Toute cette région va vivre la surcharge commerciale et bancaire.

     

    N’oublions pas le centre commercial de Meyrin.

     

    Ainsi que les CFF dont les trains passent dans la région.

     

    A savoir également l’autoroute de contournement.

     

    Et le CERN.

     

    Je suis pour un développement durable, mais pas n’importe comment. Tout, tout doit être réfléchis, pensés, dominés par l’intelligence.

     

    En espérant que ce centre soit à la hauteur de la Banque Pictet & Cie, car cette dernière est un exemple de construction bien fait.

     

    Blandonnet verras-tu des oppositions de la gauche. Ca ne m’étonnerait pas. Voir même de la part de privés.

     

    Il va y en avoir du monde dans ce quartier rénové.

    Lien permanent Catégories : Economie 1 commentaire