08/03/2009

Qui est le CIOMAL de l'Ordre de Malte

images.jpg

 

En surfant sur internet, j'ai trouvé une explication intéressante sur ce qu'est le CIOMAL lié à l'Ordre de Malte. Etat un dimanche, je pense bien de vous amener ici les propos y relatifs:

L'Ordre de Malte

L’Ordre de Malte est la plus ancienne organisation humanitaire chrétienne. Il a été crée au 11ème siècle à Jérusalem où le Bienheureux Gérard et ses disciples chevaliers croisés, s’occupaient des pèlerins malades, des pauvres et des nécessiteux de la ville.  L’aide n’était refusée à personne, puisque les chevaliers avaient fait le vœu de venir au secours de toute personne dans le besoin, sans distinction de religion, de race ou d’origine. Cette mission d’aide aux malades et aux personnes marginalisées par la société continue encore aujourd’hui à travers les œuvres de l’Ordre qui compte 12'500 membres dans le monde entier.

L’une des plus ancienne tradition de l’Ordre est de soigner les personnes atteintes de lèpre, une maladie qui sévit encore aujourd’hui dans de nombreux pays, malgré les progrès de la médecine moderne. L’Ordre de Malte a crée un Comité International, basé à Genève pour diriger des programmes de lutte contre la lèpre, ou maladie de Hansen, et depuis 1990 cette organisation a soigné plus de 17'000 lépreux en Asie. Ses activités sur le terrain comprennent le traitement des malades au moyen d’une combinaison de médicaments (MDT : multi drug therapy), et la sensibilisation des populations locales à la réalité de la lèpre.  Le programme le plus important du moment basé au Cambodge a largement fait ses preuves. Avec davantage de fonds il pourrait se encore se développer. L’Ordre de Malte lance un appel à tous ceux qui peuvent faire une donation pour cette cause méconnue mais si importante.

 Historique

1048: JÉRUSALEM
Le bienheureux Gérard fonde une communauté monastique, l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Les Chevaliers de l’Ordre soignent les pèlerins, les malades et les pauvres, une tradition qui s’est perpétuée jusqu’à nos jours. Par sa bulle de 1113, le Pape Pascal II place l’Hôpital Saint-Jean sous l’égide de l’Église et lui accorde des exemptions. L’Ordre devient un Ordre religieux, chevalier et militaire, chargé de la protection des malades et des territoires chrétiens.

1310: RHODES
En 1291, l’Ordre de Malte est contraint à l’exil lorsque le dernier bastion de la Chrétienté en Terre Sainte, Saint-Jean-d’Acre, tombe. Il s’établit à Chypre. Il acquiert la souveraineté territoriale en prenant possession de l’Île de Rhodes en 1310. Chargé de défendre le monde chrétien, l’Ordre se dote d’une puissante flotte militaire qui patrouille dans les mers orientales et s’engage dans plusieurs batailles célèbres. L’Ordre est gouverné par un Grand Maître, proclamé Prince Souverain de Rhodes, et par son Souverain Conseil. Il bat monnaie et établit des relations diplomatiques avec d’autres États. Les Chevaliers de l’Ordre repoussent à maintes reprises les assauts des Ottomans jusqu’au 1er janvier 1523, où ils capitulent devant le Sultan Soliman le Magnifique à la tête d’une puissante flotte et d’une grande armée. Ils quittent l’île sous les honneurs militaires, leur bravoure ayant été reconnue par le Sultan.

1530: MALTE
L’Ordre conserve sa souveraineté, mais se retrouve sans territoire sept années durant, jusqu’à ce que l’Empereur Charles Quint cède aux Chevaliers les îles de Malte, Gozo et Comino ainsi que la ville de Tripoli, qui deviennent leur fief souverain. Le 26 octobre 1530, l’Ordre prend possession de Malte avec l’approbation du Pape Clément VII. Pendant le Grand Siège, de mai à septembre 1565, les Chevaliers résistent aux assauts des Ottomans sous le commandement du Grand Maître Frà de la Valette (à qui la capitale de Malte doit son nom). À l’époque, la flotte de l’Ordre de Saint-Jean (plus connu aujourd’hui sous le nom de l’Ordre de Malte) est l’une des plus puissantes de la Méditerranée. Elle a contribué à la victoire sur les Ottomans lors de la bataille de Lépante en 1571.

1798: L’EXIL
En 1798, Malte est prise par Napoléon Bonaparte qui fait route vers l’Égypte. Les Chevaliers ne lui opposent aucune résistance, car la Règle de l’Ordre leur interdit de se battre contre d’autres chrétiens. L’Ordre est contraint de quitter Malte. En 1801, Malte est aux mains des Anglais. L’Ordre ne peut en reprendre possession malgré la reconnaissance de ses droits souverains par le traité d’Amiens (1802).

1834: ROME
Après un passage par Messine, Catane et Ferrare, l’Ordre de Malte s’établit à Rome en 1834 dans des propriétés jouissant de l’extraterritorialité: au Grand Magistère, Via Condotti, et à la Villa de Malte, sur l’Aventin. C’est à cette époque que sa vocation première, l’assistance aux indigents et aux malades, redevient sa mission principale. Les activités hospitalières et caritatives de l’ordre, particulièrement importantes lors des deux guerres mondiales se développent sous le règne du Grand Maître Angelo de Mojana (1962-1988), puis de son successeur, le 78e Grand Maître Frà Andrew Bertie.

LE XXIième SIÈCLE
Fort de ses neuf siècles d’histoire, l’Ordre Souverain de Malte peut se targuer d’être le seul successeur de l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem reconnu par l’Église catholique en 1113. L’Ordre possède la caractéristique unique d’être à la fois un Ordre religieux et chevaleresque de l’Église catholique. Il est la seule institution religieuse a avoir encore des Chevaliers – profès, successeurs directs de ses fondateurs, parmi lesquels le Grand Maître et la majorité des membres du Souverain Conseil sont choisis, qui n’ait jamais perdu sa souveraineté.

de droit international public, l’Ordre n’a jamais cessé d’être reconnu comme souverain. Le Grand Maître gouverne l’Ordre à la fois en tant que souverain et supérieur religieux. Il préside le Souverain Conseil qui est composé des quatre Hautes Charges - le Grand Commandeur, le Grand Chancelier, le Grand Hospitalier et le Receveur du Commun Trésor - ainsi que de six autres membres, tous élus pour cinq ans par le Chapitre Général. Ils doivent être choisis parmi les chevaliers profès et les chevaliers en obédience. Le Grand Maître, qui doit être un chevalier profès ayant prononcé ses vœux perpétuels, est élu à vie.

Le Conseil du Gouvernement et la Chambre des Comptes, dont la composition reflète le caractère international de l’Ordre, assistent le Grand Maître et le Souverain Conseil. Les membres de ces deux organismes sont également élus pour un mandat de cinq ans par le Chapitre Général.

L’Ordre Souverain est présent en permanence dans 55 pays, par l’intermédiaire de six Grands Prieurés, de cinq Sous Prieurés et de quarante-sept Associations Nationales, ainsi que par ses nombreux hôpitaux, centres médicaux, dispensaires, corps de secours, fondations et établissements spécialisés répartis dans 120 pays.
Ses 12.500 membres et ses 80.000 volontaires permanents, appuyés par un personnel qualifié composé de plus de 18.000 médecins, infirmières, aides soignantes et bénévoles, se consacrent au service des pauvres, des malades et des plus démunis.

Les actions de secours d'urgence en cas de catastrophes naturelles et de conflits armés, caractérisée par l'assistance médicale des victimes et des réfugiés ainsi que par la distribution de médicaments, d'eau et de denrées de première nécessité, constitue un important volet de l'action humanitaire de l'Ordre de Malte.

 
     

07:00 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.