07/03/2009

La mort reste la seule vie dans l'appartement....

La Tribune de Genève a dit la messe. Les aveux du père, que l’on peut considérer comme un assassin, un électron libre, a fait le travail. Un travail de fin de vie. Il n’a pas résisté aux mystères de la vie. Ceux que nous vivons tous les jours. Il a voulu en finir. Il reste une lettre. Je subodore que le père n’a pas tout dit. Dans ces cas de psychodrame, le désarroi peut cacher des mots, des phrases, des vérités, des vraies vérités. C’est incroyable le courage d’exécuter et d’en finir. Personne n’a rien entendu, personne n’a rien vu, personne n’a rien dit ; l’image des trois singes d’ouchy. Heureusement, au bout d’un certain temps une voisine a réagi.

 

Un drame qui n’est pas unique. Il n’y a aucune surprise sinon que de la tristesse. Voisins de paliers, policiers, population se posent les mêmes questions. Ces questions qui sont cantonnées dans une lettre apportant des réponses. Les propos du père sont ceux d’un homme pousser contre le mur et qui ne voulait pas s’en sortir psychologiquement. Car s’il avait voulu savourer la vie, il aurait fait appel à son ambassade, aux aides sociales genevoises, aux associations, j’en passe et des meilleurs. A Genève, nous possédons un arsenal social envié pas si loin que ça.

 

S’il a jugé de tuer qu’il l’exécute mais sur lui, lui tout seul. Pourquoi emporter sa famille. Deux jeunes adolescents en plein développement, en pleine mutation entre l’adolescence et l’adulte. Un avenir, un esprit d’ouverture, un amour de la vie et paf tout s’écroule sans suite. Parfois « que c’est triste la vie ».

Deux jeunes qui avaient toute la vie devant eux. En guise de bonheur, ils ont terminé dans l’horreur, le noir complet, le mur. L’arme du père, je dirai un fou, tourner  vers le premier enfant puis tirer à bout portant, quelle lâcheté. Puis diriger le pistolet en direction du deuxième gosse et boum, froidement, il s’écroule mortellement. Deux jeunes arrachés à la vie.

Puis la femme, une balle dans la tête. Quelle froideur, quel désarroi pour avoir l’outrecuidance d’air de la sorte.

 

Quelles sales nouvelles pour la famille de ce couple et de ces deux enfants.

 

Maintenant, il appartient à la police de terminer son travail de recherche du pourquoi authentique et du comment vrai.

 

Les corps ont été évacués, la police a fait sont boulot, la Justice de Paix apposé les scellés, plus un bruit dans l’appartement sinon l’odeur de la mort qui traîne. Paix à l’âme de cette famille tristement enlevée sous le coup de la folie.

 

Carouge est aujourd’hui dans le deuil. La Cité Sarde souhaite le plus grand courage à la famille.

 

« D’Oskar Blumenthal : Quelle lutte sur cette terre pour l’honneur et la gloire de paraître ! En cherchant fébrilement de devenir quelqu’un les sots oublient d’être »

08:17 Publié dans Carouge | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

Personne n'est à l'abri, d'un tel acte.
A force de pousser à bout un être humain, il est capable de tout.
Et de nos jours, on ne prend pas de gants pour annoncer les mauvaises nouvelles.
Paix et respect.

Écrit par : ebel | 07/03/2009

Comment dire que l'homme ne voulait pas s’en sortir psychologiquement? Cet acte qu'on doit respecter jusqu'au bout fut visionnaire, très courageux, avec une intention de "protection".

On ne peu savourer la vie, comme vous le dites, en faisant appel à son ambassade, aux aides sociales genevoises, aux associations, j’en passe et des meilleurs car il s'agit là d'organismes qui font semblant d'aider, pour la plupart arrogants et d'une "violence légitime" que leur statut leur confère. Parole d'un homme qui n'a pas l'air de les connaître, je ne vous le souhaite d'ailleurs.

La plupart des gens croint vouloir s'en sortir en faisant dans la résilience, en cherchant à mort des compensations, en emmerdant au passage quelques proches;

Notre vision du "bien vivre" est si superficielle qu'on en arrive naturellement à ce genre de drame. Pour les deux jeunes, en plein développement, c'est aussi de croire qu'ils auraient eu leur vie devant eux. Quelle vie? Une vie jalonnée par des périodes de chômage, de formations bidons imposées, du boulot par intermittence qui ne vous fait pas vivre, le fisc qui vous tombe dessus pour de l'argent qu'Il devrait vous rendre au lieu de le réclamer, des rapports humains basés sur la force ou l'insignifiance. (C'est le lot de beaucoup ici malheureusement même si les gens ne le disent pas, malgré les apparences.)

Saluons la clairvoyance de cet homme qui a voulu en finir sans infliger à autrui la vie qu'il refusait pour lui. La résilience ne sert à rien!

Écrit par : Micheline | 07/03/2009

Micheline !!!!!! : "Saluons la clairvoyance de cet homme qui a voulu en finir SANS INFLIGER ? à autrui la vie qu'il refusait pour LUI." !!!!!????????????????
Non mais !!!!??????????????????
Tuer 3 personnes avant de se suicider....vous appelez ça de la CLAIRVOYANCE ????????????????????????????????????
Est-ce à dire que parce qu'il y a de multiples difficultés dans nos vies qu'il faut se flinguer pour les éviter !!!!??????
Que pensez-vous alors de nos grands-parents qui, après ces affreuses guerres mondiales, ont dû tout surmonter à force de travail et de multiples privations, en ayant tout perdu (maris, enfants, biens et maisons...)!
Non Micheline !
Pitié pour ce pauvre type, mais ce qu'il a fait ne trouve aucune excuse à mes yeux, si ce n'est que sa folie. Son égoïsme est la principale cause de ce drame.
Il n'avait pas à tuer ses proches pour ses propres problèmes. Ce n'est pas "protéger" sa famille que de les tuer !!!!!
Je le répète, c'est de l'égoïsme à l'état pur.

Écrit par : coucou | 07/03/2009

Coucou !!! Je partage votre réaction ainsi que votre position sur la différenciation entre suicide et meurtres; qu'on se fasse éclater le caisson est une chose mais on n'a pas le droit d'ôter la vie à autrui, sans leur accord.

Mais je me place un peu au niveau de l'analyse d'un tel acte radical : je ne crois pas qu'il se soit agi d'un simple pètage de plomb, dénué de "préméditation" ... Ce qui m'interpelle notamment est qu'il "a réussi" à flinguer 3 adultes dont 2 grands garçons, en condition de se défendre. J

Ce désespoir m'attriste beaucoup aussi. Il est aisé d'imaginer que cet homme manquait de parole, qu'il ne savait pas s'exprimer autrement ... Inexcusable, son geste restera incompréhensible, sauf qu'il est des tempéraments où violence et attachement sont intrinsèquement liés.

Au plaisir de vous lire!

Écrit par : Micheline | 07/03/2009

Micheline !
Oui ! ce drame m'attriste aussi beaucoup, car c'est vraiment dramatique !
Mais je serais très dur dans mes propos, car cet acte de "désespoir" est rempli d'égoïsme par son auteur. En effet, même si les 3 personnes adultes étaient sensées pouvoir se défendre...que faire face à une arme dont la munition était engagée...?!
En résumé, l'auteur a purement et simplement PREMEDITE son acte, de façon égoïste, ne laissant aucune chance aux victimes, qui plus est....ses proches.
J'ai l'impression de vivre le moyen-âge lorsque je lis de telles affaires.....

Écrit par : coucou | 08/03/2009

Micheline !
Oui ! ce drame m'attriste aussi beaucoup, car c'est vraiment dramatique !
Mais je serais très dur dans mes propos, car cet acte de "désespoir" est rempli d'égoïsme par son auteur. En effet, même si les 3 personnes adultes étaient sensées pouvoir se défendre...que faire face à une arme dont la munition était engagée...?!
En résumé, l'auteur a purement et simplement PREMEDITE son acte, de façon égoïste, ne laissant aucune chance aux victimes, qui plus est....ses proches.
J'ai l'impression de vivre le moyen-âge lorsque je lis de telles affaires.....

Écrit par : coucou | 08/03/2009

@Micheline, soutient total de ma part pour votre premier commentaire! Je connais une femme de chômeur, qui s'est suicidé! Sa voix brisée après son internement on l'entend encore même des années après!...
Alors, l'homme dont il est question ici, n'est pas à juger! Si ce qui l'a poussé à se suicider, la poussé plus loin dans les suites pour sa famille...
Et oui, vous avez encore raison pour les organismes sensés aider! Que ceux qui ne croie pas celà, se rendent sur le site de Coeurderoy sur blog 24heures pour voir comment on aide et à quel prix...et sur le lien d'une infirmière au chômage sur la page (comme ça vous aurez Lausanne et Genève en même temps)
et...

Écrit par : redbaron | 09/03/2009

@Coucou, hélas, ce n'est pas qu'une impression de vivre au moyen-âge, tant dans cette affaire, qu'au niveau social... Les seigneurs (saigneurs?) et maîtres se renflouent les poches, les serfs eux... et il semble qu'il y ait retour au "droit de cuissage"...

Écrit par : redbaron | 09/03/2009

Les commentaires sont fermés.