• Mariage PLR, qui est la femme et l'époux ?!!!!!!!

    Imprimer

    Héhéhéhéhéhéhéhéhéhéhéhéhihihihihihihihihihihihihihihhihihi un peu de dôleries ne font pas mal !

    Ca y est les Radicaux et les Libéraux se sont « mariés » pour le pire tout comme pour le bien.

     

    Bravo !

     

    Du riz sur la mariée. Mais au fait qui est la mariée ? Cette question devrait être le premier souci de cette union. Qui fait l’homme, qui fait la femme !!!!

     

    La déduction quant à l’époux c’est Fluvio Pelli, premier président du nouveau parti PFL est donné entrant. Il est Libéral. Imaginons que le sexe féminin soit des Radicaux !!!

     

    Quatre vices Présidents, dont les deux actuels vice-présidents du PRD. Deux libéraux font la contre partie. Bref, 4 personnes super engagées.

     

    De ce « mariage » se sont les témoins !!!

     

    Evidemment que je rigole à me taper le popotin parterre !

     

    Evidemment le présent blog est entouré d’un flux de clins d’œil amicaux.!!!!

     

    Evidemment,  il faut bien mettre de l’humour surtout par cette belle journée ensoleillée. C’est bientôt le printemps.

     

    Conclusion de ce coin d’humour : dans 100 ans nous nous souviendrons encore de ce dernier jour de février 2009. Des noces politiques en Suisse. C’est un évènement qui s’inscrit dans l’histoire de Dame Helvétie.

     

     

    Bravo l’ensemble des deux partis et longue vie sans discorde dans cette union.

     

    Bonne poignée de main de la part d’un humble blogueur carougeois, la plus belle ville du monde !!!!!!!!!!!!.

     

    Lien permanent Catégories : Politique 2 commentaires
  • Les élections scucitent l'intérêt....

    Imprimer

    Elections 2009

     

    Genève commence à s'agiter. Je trouve la période électorale très intéressante. On reçoit un tas de docs. Les programmes électoraux, la "bobines" des candidats. C'est une ambiance super. J'irais jusqu'à dire que c'est une période super excitante.

     

    Nous sommes en pleine année électorale. Les instances des partis politiques commencent à s’organiser, à s’agiter.

     

    C'est le feu, mais ou a-t-on mis les lances !!!

     

    Les candidats.

    Le programme.

    Les stands.

    Les conférences.

    La publicité ici et ailleurs.

     

    C’est la mobilisation générale.

     

    Les candidats doivent être blanc comme neige. Casier vide, pas de poursuite…..

    Le programme des idées qui seront défendus pendant 4 ans…..

    Les stands, les emplacements sont choisis selon et réservés

    Les conférences : les dates sont ou restent à fixer

    La publicité : publicitas, les affiches, les flyers……..

     

    Tout ce délire pour élire 100 députés + 7 Conseillers d’Etat.

     

    Déjà les questions, les plans, les stratégies se sont mises en route sur le chemin de la salle du Grand-Conseil.

     

    « Tu crois qu’ils vont avoir le quorum, qu’ils vont gagner ou perdre des sièges, t’as lu leur programme, rien de transcendant, t’as vu leur gadget ce que c’est kitch, la soirée électorale ne casse rien à comparer avec…..

     

    Et, et, et…..

     

    Et combien toute cette mise en scène de la « Politik Adademy » coûte. A propos du résultat ce ne sont pas des nominés ce sont des « merci au revoir à dans 4 ans pour une nouvelle candidature ».

     

    J’oubliais les apparentements. Qui va s’associer les uns aux autres. Les stratégies à ce sujet ?

     

    Est-ce que la population s’intéresse à ce feu d’artifice de candidats-es. A tout le moins, j’espère que tout le travail fourni dans cette campagne déplace les foules pour voter électroniquement ou au bureau de vote.

     

    Toutes ces questions, oui Chères Amies, chers Amis, elles se posent. Personnellement, je suis témoin d’une dizaine de gens qui m’ont posé des questions relatives à ce qui précède.

     

    Les gens d’intéressent aux élections, aux futurs parlements, à la vie genevoise.

     

    C’est tant mieux. C’est réjouissant de savoir que les partis politiques ne travaillent pas pour rien, que l’on ne défend pas ses idées dans le vide.

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Les CRS sont des Rambos !

    Imprimer
    images.jpg

     

    Tabassé par des CRS. La situation qui n’est la dernière devra punir les CRS qui ont dépassé leurs limites. Souvent, il manque de tact.

     

    C’est vrai que parfois, pour ne pas dire souvent, les CRS s’en donne cœur joie pour faire régner l’ordre.

     

    La personne concernée fut jetée à terre, puis traînée sur 3 mètres par deux CFS taillés comme des armoires à glace. En plus de cela, l’homme épinglé est le metteur en scène genevois Patrick Mohr.

     

    Une belle soirée comme nous les aimons à Avignon en Provence.

     

    Je ne vais pas rentrer ici dans détail. Juste vous relater l’échange de propos :

    Patrick Mohr s’approche de deux musiciens africains. Un groupe de CRS le devance. Contrôle d’identité pour l’homme au djembé. La place est noire de monde, des artistes se produisent à chaque coin de rue, mais c’est ce musicien-là que les CRS inspectent.

    «Pourquoi contrôlez-vous ces artistes en particulier et pas tous ceux qui se trouvent sur la place?» interroge Patrick Mohr, indigné, sûr de son bon droit. Il pose «une question de citoyen dans une démocratie».

    «Ta gueule, mêle-toi de ce qui te regarde! aurait répondu un des CRS.
    – Justement ça me regarde. Votre attitude me semble discriminatoire.
    – Tes papiers!»

    Patrick Mohr ne les a pas sur lui. Il propose d’aller les chercher dans sa voiture. Tentative de fuite? C’est en tout cas ainsi que les CRS voient la chose:

    «Mets-lui les menottes!» ordonne l’un d’eux à son collègue.
    – Mais vous n’avez pas le droit de…» s’insurge le Genevois. Ces mots mettent le feu aux poudres.
    «Tu vas voir si on n’a pas le droit.» Brusquement, deux des policiers se jettent sur Mohr «avec une sauvagerie inouïe», selon les mots du metteur en scène: «Ils me poussent au sol, me plaquent la tête contre les pavés, me tirent de toutes leurs forces les bras dans le dos et m’enfilent les menottes.»

    «Vous n’avez pas le droit, arrêtez, vous me cassez le bras!
    – Tu vas voir ce que tu vas voir, espèce de tapette. Arrête de
    gémir!»
    «Je ne suis pas suicidaire!»

    Des gens assemblés sur la place s’indignent, sifflent, mais personne n’ose s’interposer. Les CRS sont des costauds. L’un a été champion du monde de full-contact; il est ceinture noire 3e dan de krav maga (une forme de boxe) et sa carrure en atteste.

    «J’aurais traité deux CRS larges comme ça d’«enculés», moi?» Sept mois après les faits, dans la cuisine de La Parfumerie – lieu artistique des bords de l’Arve – Patrick Mohr écarte les bras en grand. Tout est intact: le choc, l’indignation, le désir de justice, le besoin de dépasser le traumatisme par sa mise en scène.

     Je subodore qu’il était important que vous lisiez une bride de l’article.

    Les CRS manque d’une formation psychologique. Ce sont des rambos. Des faux gardiens de la Paix car le cas présentement se répète X fois par jour. Autant pas connaître le chiffre.

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Images 0 commentaire
  • Les lenteurs de l'Etat de Genève !

    Imprimer

    On n’y échappera pas. Nous passerons à la caisse, mais tardivement. Un grand chambardement à 3 millions !

     

    Office cantonale des automobiles s’est dont doté d’un nouveau système informatique. C’est très bien puisque c’est le progrès.

     

    En raison de la mise en place tardive de ce système l’envoi des taxations subit un retard de 2 mois. Résultat, 250 000 conducteurs ne se sont pas acquittés de l’impôt puisqu’ils n’ont pas encore reçu leur bordereau. TdG : «Oui, bien sûr, la loi exige que le paiement soit effectué avant le 1er janvier, note Roger Jenny, directeur adjoint de l’OCAN. Mais en même temps, la police ne peut pas verbaliser puisqu’il n’a pas été émis.»

     

    C’est au mois d’octobre que le changement a été fait.

     

    Tardivement, car Genève s’est lié à d’autres cantons. Là, je trouve la synergie intéressante.

     

    L’affaire étant un tantinet compliquée la TdG a procédé à un résumé de cette affaire dont voici les propos :

    En résumé

    Janvier 2006, le Grand Conseil vote un crédit de 5,956 millions pour la refonte du système d’information de l’OCAN.
    3 millions sont investis dans les nouveaux logiciels.
    Le reste est utilisé pour l’adaptation du réseau et l’achat de machines.
    Fin octobre, l’OCAN entame le transfert des données sur le nouveau système informatique et annonce un retard dans l’encaissement de l’impôt sur les véhicules routiers.
    250 000 personnes sont concernées et recevront leur bordereau d’ici à la fin de la semaine prochaine. Alors que la loi exige un paiement avant le 1er janvier.
    82 millions rentreront dans les caisses de l’Etat avec plus de deux mois de retard. Soit une perte de près d’un million d’intérêts pour le canton.
    Les convocations aux contrôles techniques réguliers subissent aussi des retards. L’OCAN annonce la reprise d’un rythme normal d’ici le mois prochain. 
    IJH.

    A propos de l’Office cantonal des automobiles où en est l’Etat sur le déménagement de locaux.

    Il était proposé Bernex. Cette dernière ne semblait pas d’accord, alors que carouge souhaiterait récupérer les terrains pour développer son centre sportive.

    Sans nouvelle, qu’en est-il fin février ?

    Genève toujours à la traîne. Mais quelle est cette maladie qui provoque autant de manquement d’erreur dans la Cité de Calvin.

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire
  • UBS : êtes-vous optimiste ?

    Imprimer

    Je pense que toute la Suisse retient son souffle quant à la nomination du nouveau PDG de l’UBS.

     

    Monsieur Oswald Grübel, ex PDG du Crédit Suisse, connaît-il vraiment tous les dessous de l’UBS. Cette dernière est bien plus complexe que son ex employeur.

     

    Certes, il a l’expérience, mais à son âge 66 ans, est-il vraiment l’homme qui faut pour un mastodonte tel que le premier établissement bancaire helvétique.

     

    Il est vrai qu’il n’a plus rien à prouver. C’est un homme de charisme. Mais…….

     

    Je suis certain qu’il insufflera un air nouveau au sein de l’interne de l’UBS.

     

    Je me demande si un homme d’une de 40 – 50 ans n’aurait pas apporté des méthodes modernes.

     

    Persiste tout le dossier américain. Dans ces difficiles situations est-ce qu’un homme de 66 ans va être crédible face aux jeunes loups des USA.

     

    Je ne sais si Oswald Grübel est le Messie, le sauveur.

     

    Un plus jeune, avec sa jeunesse, aurait été peut être aussi l’homme de providence.

     

    Les Etats-Unis ont élu un jeune Président de 47 ans. Il apporte aux USA un jeune visage empli d’idées de notre époque.

     

    Est-ce que l’UBS est entrain de se forger des liens avec les States qui échappant au public.

     

    Humble citoyen que je suis, je ne pense pas que l’UBS va émerger sans embûche. La partie va être difficile.

     

    Il me semble qu’un jeune loup aurait imposé une force jeune avec des méthodes du XXIème siècle. Le paquebot va-t-il amarrer à New york. Faisons confiance au capitaine.

     

    Comme la presse, toujours humble citoyen que je suis avec mes 50 ans, je reste un peu optimiste.

     

    Croyons-y.

     

    A mon avis, nous en reparlerons très bientôt.

     

     

    Lien permanent Catégories : Médias 1 commentaire
  • Chômage chez les belles de nuits !

    Imprimer

     

    images.jpg

    Le titre d’un article paru ce jour dans la TdG, me fait éclater de rire !

     

    Aux Pâquis, la crise ne met pas les filles en joie

    (Qu’est ce qu’on y met… !!!!)

     

    La fréquentation de cette corporation est en nette baisse. Elle n’est pas à l’abri de la crise.

     

    Les clients se font de plus en plus rare. Les clients les plus aisés ne se déplacent plus pour un moment de plaisir. Ils ont fondu de moitié.

     

    La négociation se fait le trottoir. Comme dit la TdG on se croirait au souk. « C’est combien….trop cher….. non non je t’y achète pas…. 30 balles et je prends, ok…. »

     

    Il paraît que la prostitution est le plus vieux métier du monde. Et il y toujours pignon sur le trottoir. Crise ou pas crise ça tourne. Un peu moins un peu plus.

     

    Si Genève y laisse des plumes, les maisons closes des grandes capitales européennes comme Berlin ou Prague constatent également une nette baisse de la fréquentation.

     

    Par contre ce genre de commerce connaît une recrudescence dans des villes comme Madrid ou Barcelone.

     

    A ce sujet des belles de nuit je suis toujours épaté par les petites annonces dans la tribune. Il y en a 4 à 5 colonnes tous les jours. C’est effrayant toutes ces filles. Il y a le choix ! Faut-il qu’elles plaisent au client qui prend le premier contact par téléphone. Faut voir la « marchandise » !

     

    Messieurs, profitez, les prix sont cassés. Si vous pouvez vous faire du bien à Frs 30,-- il vous reste Frs 70,-- pour une bonne « bouffe » !

     

    A propos bon appétit dégustatif !!!

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Loisirs 0 commentaire
  • Doris Leuthard cheffe de lolomotive !

    Imprimer

    Elle est réaliste. Il faut réagir bien et vite. Le temps c'est de l'argent.

    Doris Leuthard au charbon. Elle met du charbon dans la locomotive qui a pour but de conduire le train vers les positions du Conseil fédéral quant sa position sur la question de l’évasion fiscale. Car elle Cheffe de train !

     

    Face à un Conseil fédéral mou, la Ministre va de l’avant. Elle veut rapidement des résultats.

     

    « La délégation doit préciser la position de la Suisse sur les délits fiscaux qui tombent sous le coup de la loi dans d’autres pays, alors qu’ils ne sont pas punissable en Suisse, estime-t-elle (TdG).

     

    Et paf. Elle enfonce le clou. Enfin un membre du Conseil fédéral qui n’a pas peur de faire mal si besoin est.

     

    Sur ce sujet, elle aurait voulu que le train aille beaucoup plus vite.

     

    Il résume maintenant que les faits soient établis. Qu’une ligne de conduite soit dictée. Qu’une authentique politique soit dictée.

     

    Eveline Widmer-Schlumpf et Micheline Calmy-Rey et Hans Rudolf Merz font partie de cette délégation stratégique.

     

    L’ensemble de l’arsenal touchant de prêt ou de loin le secret bancaire doit être approché.

     

    Emanent de la TdG pour celles et ceux qui n’auraient pas lu l’article :

     

    Première réunion

    Constituée mercredi, la délégation stratégique s'est réunie pour la première fois le jour même. Elle regroupe les chefs des Départements des finances Hans-Rudolf Merz, de justice et police Eveline Widmer-Schlumpf et des affaires étrangères Micheline Calmy- Rey.
    Elle a pour mandat de «défendre les intérêts de notre pays dans l'affaire qui secoue l'UBS aux Etats-Unis, mais aussi vis-à-vis de l'Union européenne et d'autres pays», selon Hans-Rudolf Merz.

    La stratégie comprendra plusieurs volets. En feront partie la visite lundi à Washington d'Eveline Widmer-Schlumpf et la participation de Hans-Rudolf Merz à une réunion, élargie, prévue mi- mars à Londres pour préparer le G20 d'avril auquel la Suisse n'a pas été conviée.

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Le PDG de l'UBS trop payé ???

    Imprimer

     

    images.jpg

    Je suis sur les fesses !!! Mince 3 millions de salaire ! Bonne année Monsieur le PDG.

     

    Le nouveau patron de l’UBS est assis confortablement dans son nouveau siège de PDG de l’UBS.

     

    Il a déclaré qu’il resterait en poste jusqu’à ce que son travail à l’UBS soit terminé. Qu’entend-il par là. Le redressement de la banque ; ça va prendre des mois des années.

    Où simplement de la gestion courante.

     

    Admettons qu’il reste fictivement 5 ans. Cela  représente 15 millions. Un chiffre intéressant. Un chiffre surprenant. Avec les difficultés que connaît l’UBS, j’aurais vu un chiffre inférieur. Imaginez qu’il s’incruste et qu’il reste vissé à son siège de PDC 10 ans, Le résultat et 30 millions.

     

    Bien du courage à Oswald Grübel, il reprend la gestion d’un établissement qui était le fleuron suisse pour passer à celui d’un paquebot dans le triangle des Bermudes.

     

    Ci-dessous et en conclusion de la présente intervention, un extrait de l’article parue il y a une heure sur la TdG, à savoir :

    Ces deux dernières années, l'UBS a ainsi cumulé des pertes gigantesques liées au « subprime », de multiples ennuis juridiques aux Etats-Unis et des retraits massifs de clients qui ont perdu confiance dans sa solidité et ses pratiques.
    Au fil des mois, les dirigeants ont été obligés de faire davantage profil bas. Le président Marcel Ospel lui-même, qualifié de «Pinocchio de la finance», avait dû quitter le navire en avril 2008 sous les huées des actionnaires.

    Le président actuel, Peter Kurer, n'a pas non plus été épargné par les critiques. Le Département fédéral des finances (DFF) a rappelé que son avenir dépendait des actionnaires.

    Monsieur Oswald Grübel soyez généreux avec les associations de personnes en difficultés médicales.

    Quant à moi, faites en sorte que mes comptes ne subissent pas de perte nécessitant une intervention de la Confédération Suisse.

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire
  • CEVA : Un puits sans fond....!

    Imprimer

    J’espère bien que les genevois-se voteront sur ce chiffre pharaonique.

     

    Je trouve ce « binz » un peu osé. Est ce que le peuple est prêt à digérer une telle rallonge. Un éventuel référendum pourrait le dire. Au passage, je trouve que le Conseil d'Etat n'a pas froid aux yeux, venir présenter une telle rallonge quelques mois avant les élections faut voir du courage. BRAVO

     

    La facture finale explose de 50 %. De quoi se poser des question quant à la gestion de ce projet.

     

    Et si par hasard les députés votaient cette rallonge, je soutiendrai de cœur et d’esprit un référendum. Nous n’allons pas nous laisser manipuler sans réagir. Nécessité sera de faire connaître notre mauvais humeur.

     

     

    Et dire qu’en 2000, le coût était de 940 millions une coquette somme. Aujourd’hui, paf dans la figure on nous annonce une rallonge de 107 millions de francs. Avec l’inflation, facture se monte au final à 1,47 milliards de francs. Une explosion du prix de 50 % .

    Mais comment calcule-t-on à Genève ?

     

    UNE FOIS DE PLUS LE CONSEIL D’ETAT SE FICHE DES CONTRIBUABLES.  Politiquement le Conseil d'Etat joue gros sur ce coup là. J'approuve son sens de la responsbilité dans ce dossier.

     

    Dans ce projet sont compris la sécurité des oiseaux. 40 millions de surcoûts pour que le Service ornithologique puisse faire installer des vitres au pont d’Arve pour que soit orné des motifs sérigraphiés et éclairés, histoire que les oiseaux évitent de s’écraser.

     

    Aujourd’hui, on réclame une rallonge de 107 millions. Je suis presque convaincu que le prix sera encore plus haut. Dans quelques années, ils reviendront pour solliciter une nouvelle rallonge.

     

    Je cite un extrait de l’article paru dans la TdG qui en dit long sur le futur. Si vous ne l’avez pas lu :

     

     

    Guerre comptable sur une voie ferrée

    «C’est du saucissonnage! On ne demande qu’une centaine de millions aux députés, alors qu’on sait que la facture finale sera bien plus élevée!» Porte-parole des initiants, qui proposent un tracé alternatif au CEVA, Jean-Claude Delaude doute des chiffres de l’Exécutif: «Les améliorations exigées en termes d’insonorisation, de sécurité ou de protection de la nappe phréatique seront bien plus chères!» Bref, tout indique qu’un référendum sera lancé si le Grand Conseil vote le nouveau crédit. «Nous n’en serons pas forcément les auteurs, glisse toutefois le président des initiants, Wolfgang Peter. On pourrait soutenir la démarche de certains partis.» Allusion à l’UDC, au MCG et peut-être à certains libéraux. «Nos membres sont mécontents, confirme Eric Bertinat, député UDC. On a voté à reculons le premier crédit cantonal, pour ne pas perdre la manne fédérale. Mais les surcoûts nous inquiètent de longue date. Et à force de tarder, le projet se ringardise!» Les initiants ont surtout l’œil braqué sur le Tribunal fédéral qui, espère Jean Claude Delaude, «validera notre initiative d’ici un mois: les Genevois pourront alors choisir entre deux tracés.» Les défenseurs du CEVA rejettent l’accusation de saucissonnage: «C’est conforme à l’usage, jure Gabriel Barrillier, coprésident du comité pro-CEVA. Je n’ai jamais vu qu’on vote des surcoûts liés à l’inflation avant que le chantier ne soit bouclé.» Le député radical table sur un vote positif du parlement et ne craint pas le référendum: «On montrera qu’une partie des surcoûts finance des améliorations profitables aux riverains. Nombre d’opposants passeront dans notre camp!» Soulignant qu’une bonne partie du renchérissement provient du retard pris par le projet, Gabriel Barrillier craint toutefois qu’un imbroglio juridique ne fasse suite au référendum: «Certains, de mauvaise fois, seront tentés de prétendre que le oui des Genevois ne porte que sur le surcoût, et non pas sur le projet dans son ensemble.» Marc Moulin

     

    Les genevois devraient prendre exemple sur Lausanne. C’est formidable ! Rapide, spacieux, confortable. Gare – CHUV en 3 minutes. Chez nous avons nos trams, système archaïque, il faut 30 minutes pour atteindre les HUG. A ce sujet, je trouve complètement indécent que le CEVA n’ait une gare sous les HUG, un des points

    névralgiques de Genève.

     

    Mes chers Amies et Amis, je souhaite de tout cœur qu’un référendum soit lancé le moment venu. On ne peut laisser passer cette rallonge sans se prononcer en âme et conscience.

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire
  • Finance. Restons confiants.

    Imprimer

    « Ambiance plombée au bout du lac. Certains gérants craignent le départ de 80 à 90% de leurs clients étrangers. La protection de la sphère privée reste en effet la première raison du dépôt d’argent privé en Suisse. De tous bords – politiques et économiques – la charge est sonnée pour défendre cet avantage compétitif ».

     

    Tels sont les propos du titre de l’article sur les banques paru hier matin sur a TdG.

     

    Pour l’instant inutile de tomber dans la sinistrose. Genève comme la Suisse n’est pas aux soins intensifs.

     

    Evidemment, il faut prendre conscience que tout n’est pas rose.

     

    Des retombées économiques vont se dessiner sur le tableau des banques helvétiques.

     

    Nous sommes encore assez loin d’un jugement américain condamnant Dame Helvétie à communiquer 52 000 noms.

     

    Cette crise va se faire sentir encore cette année. Plus loin, il faut avoir confiance et se dire que toutes et tous vont remettre l’église au milieu du village.

     

    C’est sûr que les étrangers sont soucieux de la validité de notre secret bancaire.

     

    Je doute que le secret bancaire soit levé. Trop d’intérêts sinuent dans le pays, dans le monde.

    Des accords vont être passés avant qu’un séisme fasse trembler la place financière genevoise.

     

    Il ne faut pas paniquer.

     

    Je reste optimiste. Surtout après avoir lu le discours de Barack OBAMA. Il reconnaît que nous sommes en pleine crise, toutefois, inutile de paniquer, on en sortira grandi, ce que pense le 44ème Président des USA. Ces propos « piqués » dans la TdG :

    "Bien que notre économie puisse être affaiblie et notre confiance ébranlée, bien que nous traversions une période difficile et incertaine, ce soir je veux que chaque Américain sache ceci: Nous allons reconstruire, nous allons nous relever", a déclaré Obama dans son discours.

    Et les Etats-Unis d'Amérique en sortiront plus fort qu'avant", a-t-il insisté

    Je fais confiance au Président des Etats-Unis. Il reconnaît que l’économie de son pays soit affaiblie. Il dit aussi que nous vivons une période difficile. Mais c’est un Président qui reste confiant. Il le dit « Nous avons reconstruire, nous allons nous relever ».

    Bien sûr côté Suisse après les affaires de l’UBS, les craintes se justifient. Cependant, inutile de se ronger les ongles.

    De tout ceci, nous en reparlerons dans une année.

    Les présents propos sont ceux d’un citoyen pas inquiet. Inutile d’être totalement dépressif. Vivons dans la confiance, la croyance, l’optimisme, la solidarité. Politiquement, nécessité est de ne pas tomber dans la spiral de la sinistrose. Il est important de montrer à la population que la situation va se rétablir.

    Loin de moi de douter des écrits de la presse, toutefois ce n'est pas la science infuse. Nous ne connaissons pas ce qu'il se dit vraiment par exemple dans le bureau oval de Maison Blanche. Les dires des journeaux permettent d'avoir  une petite idée de la situation. Par toujours positive et c'est regrettabble.

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Economie 1 commentaire
  • La justice USA aura-t-elle la tête de l'UBS ?

    Imprimer

    Ca tourne mal pour l’UBS.

     

    Les américains sont entrain de mettre des points. Internet « Selon les documents produits par la justice américaine, aucun dirigeant d’UBS, de 2000 à 2007, ne pouvait ignorer les pratiques illégales de la banque aux Etats-Unis ». Grave !

     

    De plus Peter Jurer ne faisait pas début 2008 l’unanimité au sein de l’UBS.

    Il fréquentait trop près Marcel Ospel. Ce n’est pas moi qui le dit c’est Internet.

     

    Les méfiants doivent se confondre en peur constante.

     

    Il semblerait que les dirigeants de l’UBS n’étaient pas naïfs dans les transactions au Etats-Unis.

     

    Pour celles et ceux qui auraient loupé l’époisode « Kurer survivra-t-il à la tempête UBS ? voici un extrait de ce qui a paru sur Internet :

     

    « ….Droit américain violé
    On y apprend notamment qu’UBS, après avoir signé un nouvel accord de Qualified ­Intermediary avec les autorités américaines en 2001, a pris plusieurs dispositions pour assurer l’anonymat de ses clients d’outre-Atlantique. La banque et ses dirigeants n’ignoraient donc pas qu‘ils agissaient en violation du droit américain. D’ailleurs, un comité d’évaluation des risques, intégré dans les plus hautes structures d’UBS, évoquait régulièrement les dangers que lui faisaient courir ses pratiques.

    Digne de James Bond
    Aussi, les conseillers en charge de clients américains devaient-ils redoubler de discrétion. Les courriels étaient codés. «Orange» signifiait euro, «vert» dollar, et «bleu», livre britannique. Le terme de «noix» se référait à une somme de 250 000 et celui de «cygne», à un million. D’autre part, UBS entraînait ses conseillers à brouiller les cartes: ils devaient changer d’hôtel le plus souvent possible, ne jamais rien imprimer sur territoire américain ou encore exiger des clients qu’ils détruisent tout document relatif à leurs activités offshore. Les titulaires de compte se voyaient en outre conseiller de placer de l’argent liquide dans les coffres helvétiques, d’acheter des bijoux ou d’autres biens luxueux lors de leurs séjours en Suisse ou encore de faire passer leurs retraits en espèces pour des prêts consentis par la banque. Toujours selon ces documents, en 2004, UBS aurait envoyé 32 conseillers aux Etats-Unis qui restaient en moyenne un mois et rencontraient environ quatre clients par jour. Soit un total de 3800 contacts clientèles sur un an. Une telle organisation à grande échelle suggère aux autorités américaines que personne, dans les hautes sphères hiérarchiques d’UBS, ne pouvait l’ignorer. Raoul Weil, numéro trois d’UBS, a été formellement mis en accusation à l’automne dernier. Quels autres noms pourraient bientôt sortir du chapeau?.... »

    Plus nous avançons dans le temps plus les dirigeants de l’UBS s’enfoncent.

    Surtout qu’apparemment, il n’y a aucune mesure compensatoire pour sauver leur peau.

    Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire
  • Un séropositif gagne son procès!

    Imprimer

    Il n’était peut être pas protégé. Toutefois, il était sous traitement permettant ne pas risquer de contaminer ses partenaires.

     

    Il était condamné par la justice à 18 mois de prison.

     

    Il a fait appel. Il a eu raison puisque sous ce traitement, c’est garanti ces partenaires ne risquent rien.

     

    Il a été acquitté. Une première qui fera jurisprudence en Suisse.

     

    Je trouve la décision du Tribunal juste. Elle a été réfléchie. Elle est confortée par un rapport médical musclé.

     

    Selon internet :

    « Le Groupe Sida Genève salue le jugement rendu lundi par la Cour de justice, qui "devrait faire jurisprudence en Suisse et avoir des répercussions majeures au niveau international". Pour la première fois, une décision de justice prend en compte les récentes recherches qui démontrent la non-infectiosité des personnes séropositives sous traitement antirétroviral efficace ».

    Cette décision ne peut qu’être saluée. Elle repose sur un rapport médical et a de ce fait tout une valeur.

    C’est apporter un réconfort au séropositif qui sont pour certains et beaucoup marginalisés. Ils méritent une vie normale sans préjugé, ouverte au monde, ils peuvent se regarder dans un miroir.

    Quelle belle avancée pour des femmes et des hommes comme vous comme moi.  

    Lien permanent Catégories : Santé 0 commentaire
  • J'irai voir les petites femmes du Conseil d'Etat !!!

    Imprimer

    « J’irai revoir les petites femmes au Conseil d’Etat ! »

     

    Tient on se croirait en pleine revue.

     

    Un tableau sur les femmes au Conseil d’Etat.

     

    Y en a ras le bol de voir que des hommes à l’exécutif. Ils sont tous bons, enfin quoi que…..

     

    On sait déjà que cinq hommes se présentent le libéral Mark Muller, le PDC Pierre-François Unger, le vert David Hiler, le radical François Longchamp (un des meilleurs de ce Conseil) et le socialiste Charles Beer.

     

    Restent deux places.

     

    Pour des femmes. Comme à Berne un exécutif mixte et sa fonctionne parfaitement bien. Berne se porte bien. Tous les ingrédients sont dans la meilleure soupe de la coupole fédérale !!!

     

    Je vois mal Eric Stauffer au Conseil d’Etat, ce serait Blocher au Conseil fédéral. Yves Nidegger ben non, car il prendrait une place aux femmes.

     

    Pour une bonne gestion il faut des femmes. Elles ont un tempérament parfois plus clairvoyant que les hommes. Elles ont-elles aussi le charisme de diriger un Canton.

     

    Isabel Rochat, Véronique Pürro et Michèle Kunzler pourraient jouer le rôle de la deuxième locomotive qui tire le législatif.

     

    7 cravates c’est trop, il faut des robes. D’où l’introduction de mon blog « J’irai revoir les petites femmes au Conseil d’Etat ». Je fredonne ce petit air de cabaret en pensant à l’époque où il y avait au Conseil d’Etat Micheline Calmy Rey, Micheline Spoerri, Martine Brunchwig Graf. C’était une époque très collégiale.

     

    Est-ce que les radicaux vont présenter aussi une femme et grand dam de tous les genevois, selon le score, les PDC aussi.

     

    Il ne reste que 8 mois pour connaître le choix des genevois-es. Seront-ils voter intelligent. Mettre sur les deux sièges vacants deux femmes. Héhéhéhéhéhé et si un homme était éjecté, il y en aurait 3. La parité l’emporterait !

     

    Et si je peux me permettre « gros bisous » aux candidates !!!

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 3 commentaires
  • Eric Stauffer, 1er de classe !

    Imprimer
    images.jpg

    Oh que c’est pas gentil de dire qu’Eric Stauffer et le plus horripilant du Parlement de mémoire de presse. A propos est-ce vraiment vrai ? Mais alors, il est premier de classe !

     

    Je fais confiance à la TdG, le leader maximo du MCG n’a plus de dette à l’Office des poursuites. De plus ça ne nous regarderait pas si on n’en parlait pas.

     

    Il y aurait tout de même une ardoise dont on ignore le montant ce soir qui doit être discutée au niveau du Conseil d’Etat. Pourquoi ? Il n’est pas taxé sur les chiffres réels mais ceux qui tiennent de la fiction. Mais alors qu’est ce que l’Etat fait endurcir moralement au leader maximo. En définitive et très honnêtement qu’en est-il ? D’aucuns seraient curieux de savoir le pourquoi du comment de ces négociations avec l’Etat de Genève. Qu’est ce ces fictions ? Tout ou rien dire !

     

    Eric Stauffer s’est fait élire Président du MCG. Dieu sait sous quelle pression !

     

    Après tout, il en a les capacités puisque semble-t-il que tout dépend d’un super travail fourni non seulement en sa qualité de Président, mais aussi de député et de membre de Conseils d’Administration si important que les HUG et les SIG. Number one !

     

    Mais quel citoyen modèle. Mais quel homme aux hautes responsabilités. Mais quel homme……………

     

    Il est tellement en haut de la pyramide, je ne crois pas voter pour lui au Conseil d’Etat de peur qu’il règne en pharaon !

     

    Et pis pourquoi donner sa voie encore à un homme lorsque l’on pense qu’il y a déjà 7 candidats masculins et 3 candidatures féminines à ce jour. 7 – 3 = 4. 4 hommes, 3 femmes, Cette composition me plaît assez bien.

     

    Lien permanent Catégories : Politique 3 commentaires
  • Les britanniques et notre secret bancaire.

    Imprimer

    Ca y et voici encore un Ministre qui a envie de s’amuser avec le secret bancaire suisse.

     

    Il s’agit du britannique Alistair Darling.

     

    Ce bon Ministre selon la TdG a estimé que l’évasion fiscale ne pouvait être tolérée. M. Darling a souligné que les Autorités helvétiques devraient réformer les lois fiscales et bancaires du pays pour les s'aligner avec celles en vigueur en Europe.

     

    «Je pense qu'il est important qu'il y ait de la transparence. Personne ne sait ce qui se passe. Ce n'est pas bien, en fait plus de la moitié des problèmes découlent du fait que l'on ne sait pas ce qui se passe», a dit le ministre cité par le journal.
    «C'est l'une des choses que la Suisse doit régler. Si (la Suisse) veut faire partie de la communauté internationale, elle doit être ouverte», a-t-il encore poursuivi ».

     

    Et de rajouter dans ces propos :

    «Le secret qui permet aux gens d'abriter leur fortune sans payer d'impôts comme il se doit, on ne peut pas le tolérer. C'est injuste pour ceux qui n'ont pas d'autre choix que de payer», a insisté le ministre.
    «The Observer» a également ajouté que la Grande-Bretagne ne pouvait toutefois faire figure de bon élève de l'Europe en ce qui concerne la transparence fiscale, puisque la City de Londres est à l'origine de nombreux systèmes ingénieux permettant aux plus riches «d'optimiser» leurs paiements aux impôts grâce aux territoires offshore qui se trouvent sous la protection de la Couronne britannique.

    Par ailleurs la Grande-Bretagne a traîné les pieds à participer aux réformes destinées à apporter plus de transparence dans les paiements des impôts dans les différents pays européens pour lutter contre l'évasion fiscale, souligne encore le journal ».

    Ca devient monnaie courante que les pays s’attardent politiquement à notre secret bancaire.

    A moins d’une procédure pénale pour fraude fiscale le :

    Le secret bancaire devrait être inscrit dans la constitution.

    Ne serait-ce pas une manière de protéger ce secret bancaire qui dérange.

    Une étude de faisabilité devrait être menée à ce sujet.

    On parle beaucoup d’évasion fiscale. Je parlerai plus tôt de protection de fonds placés en Suisse.

    J’avoue que la situation devient difficile et cahotique pour la Suisse. Elle ne tient pas toutes les cartes et va devoir jouer son joker pour sauvegarder sa force bancaire.

    En l’Etat, attendons que le Tribunal Fédéral Administratif apporte les bons jugements dans cette affaire qui pèse depuis des mois sur notre Pays.

    Il serait agréable aux lecteurs, dont je fait partie, que le TdG consacre deux, trois pages pour procéder à un récapitulatif sur la force du secret bancaire et tout ce qui s’est passé ces derniers mois, ainsi qu’une vue sur l’avenir. Mettre l’église au milieu du village, à la portée de n’importe quel lecteur. Bref une supervision des faits. Tout le tointoin !

    Clin d'oeil : c'est toutes l'Europe qui s'intéresse pour épier ou défendre notre secret bancaire

    Lien permanent Catégories : Politique 2 commentaires
  • Médecin et droit médical

    Imprimer

     

    R246PWCAEDNCINCA2VFV3WCAP7XJDICA3V4DEYCAQ55M4GCA7BJQRLCAPE33P8CAVBV3GSCAO7IT7TCA88Q471CA5B8VYSCAGQAJ5UCAKVRULJCAUP49FTCAPE8R0MCAVFQV5ECA5V65C4CARNN65R.jpg

    Médecin et droit Médical.

     

    Dans ma bibliothèque, j’ai trouvé un bouquin écrit par D. Bertrand T.-W Harding M. M. Mandofia Berney M. Ummel.

     

    « Médecin et droit médical » présentation et résolution de situation médico-légales ».

     

    Bien que datant de 10 ans, c’était hier, l’ouvrage n’a pas perdu de sa valeur. Voici le résumé :

     

    « Cet ouvrage de droit médical, destiné aux médecins et aux étudiant(e)s en médecine, réunit les contributions de plusieurs auteurs reconnus dans le domaine du droit médicale, et a pour objectif d’offrir des informations médico-jridiques aujourd’hui indispensables pour tout médecin. Initialement publiées dans la revue Médecine & Hygiène, les textes qui sont contenus dans ce livre, ont été entièrement mis à jour et complémentés.

    Consentement à l’acte médical, secret professionnel, euthanasie, rédaction et contenu des certificats médicaux, conditions de mise en place des mesures tutélaires, capacité et aptitude à la conduite d’un véhicule automobile, dépistage et prise en charge des victimes de violences, etc….sont autant de thème qui soit abordés dans cet ouvrage de droit médical.

    Chaque sujet est développé en fonction d’une situation clinique déterminée et contient plusieurs renseignements théoriques directement utiles à la pratique médicale, tout en proposant une résolution du problème clinique discuté. De surcroît, une réflexion éthique vient enrichir les notions médico-légales regroupées dans cet ouvrage.

    Savoir identifier et gérer diverses situations comportant une dimension médico-juridique, fait partie du bon exercice de l’art médical. Cet ouvrage collectif a donc pour but d’offrir un ensemble d’informations dans le domaine du droit médical adaptées aux besoins des médecins. Le droit médical y est présenté comme un outil indispensable dans le travail médial quotidien. Maîtriser cet outil permet de vivre la relation entre médecin et malade d’une manière constructive et respectueuse des principes du droit en vigueur.

     

    Bien qu’un brin poussiéreux, le bouquin est toujours d’actualité. Evidemment, depuis la vie à changer. Les pratiques ont évolué, les traitements se sont développés.

     

    Il y a du vrai en ce livre. Ca va de l’urgence, à la détection d’un germe, en passant par des maladies plus graves.

     

    Il est intéressant à lire.

     

    Surtout avec les « blems » que connaît actuellement la corporation des médecins et Monsieur Couchepin.

     

    Je vous laisse vous décider à le lire !!!!!!!!!!!!!!

     

    Lien permanent Catégories : Général 0 commentaire
  • Le Tribunal à la Queue d'Arve ?!!!

    Imprimer

    images.jpg

    Déménagement du Palais de Justice !

     

    Je trouve dommage de déménager le pouvoir judiciaire.  C’est un endroit plein d’histoire. C’est là qu’ont eu lieu les grands procès.

     

    Transférer les locaux de la justice civile au Acacias, c’est rejoindre la Banque Pictet.

     

    Où y a-t-il de la place aux acacias. Ah oui où il y a avait l’ancien brico loisirs. Mais voilà, le volume des locaux a été aménagé pour des PME. Il y a les locaux de l’UBS, mais où irait cette banque ? Y a-t-il une issue vers le centre de la Praille ? J’avoue ne pas bien voir un lieu faste au Acacias. Et en plus de cela, il faudrait signer un droit de superficie, car la plus part des terrain appartiennent à la FTI.

     

    Ce n’est qu’au stade de la réfléxion. Tiens pourquoi ne pas construire proche du stade de la Praille ?! Bof sur l’idée 0 à 0 !

     

    Pourquoi ne pas aller à la queue d’arve sur les terrains des anciens TPG-Kugler. C’est assez grand, il y aurait de la place pour un parking souterrain et en surface, l’endroit pourrait être bien desservi par les TPG. C’est tranquille, proche des forces de polices, des Offices des poursuites, de l’Administration fiscale etc.

     

    Et pourquoi pas mettre le Tribunal pénal à cet endroit. La seule issue pour un détenu de s’évader est la jonction de l’Arve et le Rhône !!!

     

    Je comprends que les avocats poussent un coup de gueule. Ils ont raisons, je me répète l’histoire du Palais de Justice est liée à celle de la vieille ville. C’est un livre ouvert.

     

    Dieu sait ce que nos Autorités vont encore nous concocter pour rendre idiote la décision !

     

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Attentat à Genève !

    Imprimer

     

    Q1JZ3LCAXPTZMECANCCY3GCAHEGGJBCAF4J2L2CAMOYTZNCA00H9AICA2RLQRNCALQL0JVCA6NV5BPCA0TKH2TCAMNVB72CA4YEX83CAM28VPWCA4T9PSSCANQAH7DCADLKK6RCAEH0M6ECAI16OPJ.jpg

    Attentat à Genève !

     

    Boum, ça saute à Genève, des blessés des dégâts. Un endroit sinistré. Polices, ambulanciers, cellules psychologiques misent sur pied. C'est le chaos. Les urgences des HUG sont débordés. Il faut fermer le périmètre. La police de déminage est présente. Les "experts" sont également là.

     

    Vous êtes vous déjà mis face à une éventuelle catastrophe dans la Cité de Calvin.

     

    Quelle gabegie. Tous les intervenants de la sécurité et de la défense seraient présent.

     

    Rassurez-vous de suite. Passez un bon après midi........ 

     

    Il n’y a pas de raison, en principe Genève ne devrait pas souffrir d’une attention tel que celui de dimanche au Caire.

     

    C’est terrible ce qu’il s’est passé. Quelle lâcheté. Avec quel regard comprendre que l’on puisse provoquer des attentats.  Surtout dans un des lieux touristiquement fréquentés du Caire. Sur une place bondée près d’un lieu historique.

     

    Dans ce cas là tout doit rester calme. Surtout ne pas montrer aux terroristes l’amertume, le dépit, le désespoir. Contents seraient-ils.

     

    Je reviens à Genève. Vous imaginez une bombe aux halles de l’île. Des blessés, des morts, des dégâts. Cela serait terrible.

     

    A ce jour, il n’y pas de raison, heureusement. Toutefois si ça devait arriver d’abord l’acte serait terrifiant. Quelles pourraient être les revendications : l’ONU, le secret bancaire que sais-je ?

     

    On imagine que ça arrive toujours chez les autres, ça pourrait se produire chez nous. Je rejette cette idée qui me fait froid dans le dos.

     

    Je viens parler d’attentat ici, car je me suis toujours imaginer un tel acte chez nous. Apparemment c’est impossible, mais sait-on jamais. Quelle catastrophe pour la paix de notre pays.

     

    Soyons préservé de cette barbarie.

     

    Ayons un pensée pour celles et ceux qui sont atteints par des attentats.

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Merci SOS médecin

    Imprimer
    images.jpg

    Merci SOS médecin  

     

    Ouïe j’ai mal au dos. Oula j’ai mal au ventre. Je ne suis pas bien.

     

    J’appelle mon médecin de « famille ». Agenda complet pour une semaine. Le médecin ne peut recevoir et ne se dérange pas à domicile.

     

    Que faire pour soulager la douleur rapidement. Celle-ci est tenace, parfois elle augmente.

     

    Ca devient infernal. Que faire. Je rappelle le médecin. Rien à faire pas de place. Pas un brin de minute pour une urgence.

     

    Allez aux urgences des HUG, vous avez 3 heures d’attente et vous avez toujours cette douleur tenace.

     

    La décision est prise, j’appelle SOS médecin ( 02...). Dans l’heure, ils sont là, ils diagnostiquent, ils soulagent avec une injection. Il prescrit des analgésiques.

     

    C’est rapide et efficace.

     

    Réaction, action.

     

    Pas de problème avec l’assurance, c’est pris en charge.

     

    Alors les médecins qui manifestent, je veux bien, mais qu’ils soient plus disponible pour les urgences. Au lieu de finir à 19 heures, il fermera son cabinet à 20 heures. C’est le fruit de la profession libérale. Et c’est de la conscience professionnelle.

    Avant de "carcher dans la soupe de Monsieur Couchepin" une meilleure prise en charge devrait  être revue.

     

    Lien permanent Catégories : Santé 1 commentaire
  • Pürro-Beer, le choix "Les feux de l'amour politique" !

    Imprimer

     

    images.jpg

    images.jpg

    La chasse des socialistes aux meilleurs candidats est terminée.

    Serait-ce le couple politique recherché par les genevois ? Ils cadrent bien !

     

    Ce sera un homme Charles BEER et une femme Véronique Pürro. BRAVO !

     

    C’est drôle ces désignations faites ces derniers temps dans différents partis. Chez les socialistes un « couple » d’enfer, chez les Libéraux, un couple plein de venin pour parvenir à deux sièges.

    Restent les autres partis.

     

    Revenons aux socialistes. Je vous retranscris ici, n’étant pas sûr que vous l’ayez lu un interviewe de l’heureuse élu. Les propos proviennent du site de la TdG :

     

    Le département des Institutions est magnifique »

    Quelques minutes après avoir été désignée par 196 militants socialistes (son adversaire Anne Emery-Torracinta a obtenu 152 suffrages), Véronique Pürro espérait avoir l'opportunité de faire pencher la politique du gouvernement plus à gauche.

    Vous accompagnerez Charles Beer dans la course au Conseil d’Etat. Que ressentez-vous ?
    Je suis émue. Ce n’était pas gagné d’avance. Il était temps que la campagne se termine. J’ai douté jusqu’au bout. Je suis surtout heureuse de gagner dans ces circonstances, suite à une campagne argumentée.


    Plusieurs socialistes jugent que l’actuel Conseil d’Etat, à majorité rose-verte, mène une politique « d’extrême-centre ». Partagez-vous ce point de vue ?

    Le Conseil d’Etat n’est pas assez à gauche. Mais à sa décharge, il faut aussi prendre en compte que le Parlement est très à droite. On aurait cependant pu imaginer qu’il prenne plus de risques, quitte à ce qu’il se fasse plus souvent gifler par le Grand Conseil.

    Vous sentez-vous particulièrement attirée par un département?
    Il faut se laisser toutes les portes ouvertes. On ne sait pas quels départements seront libres, ni lesquels seront remodelés. Mais pour répondre à votre question, le département des Institutions, que laisse Laurent Moutinot, est un magnifique département.

    Les dès sont donc pipés. Il faudra dont attendre le résultat des élections au Grand Conseil pour voir si ce ticket tiendra la route. Ils ne sont pas seuls à gauche.

     

    Aussi, attendons qu les jeux soient faits à droite. Nous connaissons 2 Libéraux, 1 PDC et les radicaux ?

     

    Ah un peu plus la gaffe, les deux candidats chez les Verts.

     

    Et si les PDC obtenait des sièges, le vent en poupe, le résultat totalement surprise, présenterait-il un deuxième candidat surprise ?

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire