10/01/2009

Les blouses blanches

J'ai écris ces propos hier soir tard. Ils étaient 23 heures, au CHUV. Pas trop moral. Ecrit dans un français moyen. Je le relis ce matin. Je n'ai pas envie de le reprendre et vous le livre cuit mitigiment. En fait je crois pourvoir compter sur votre indulgence. Ca fait 1 mois et demi que je suis là. Encore 3 opérations en vue. L'une de 8 heures de temps.

Je ne suis pas égocentrique en vous parlant que de mois. Je partage avec tous les autres hospitalisés. C'est long les journée à l'hôpital.

 Une journée à rien faire,  c’est l’angoisse. Il y en a qui se complaise dans l’activité morte. Certains malades s'ennuient à mourir.

J'ai vu une émission à là Télé qui disait que pour passer la nuit au chaud, ils s'inventaient des maladies, histoire de passer la nuit au chaude dans un milieu hsopitalier. Spécifiquement aux urgences. Etre admis aux urgences, nourri, logé, blanchi.

Paraît qu’ils sont nombreux à aimer l’esprit hospitalier, surtout les personnes seules. A l'hôpital,  Elles s’ennuient moins qu’à la maison.

Moi-même j’ai fais des séjours à l’hôpital.

Pourquoi ? Une journée sans rien faire ? En raison de plusieurs séjours en clinique et à l’hôpital. A chaque jour suffit ça peine. A chaque fois, je lisais, je discutais avec les patients, je rigolais avec le personnel. La routine hospitalière. A la longue je m'enmeris,

Il y a bien des occupations. Des infirmières, des médecins, des phsy, tout une forêt de blouses blanches qui arpentent les couloirs. Il y a même les aides ménagères avec qui on peut converser. Malgré tout les journée passes.

Pour celles et ceux qui n’ont pas envie de lire, elles regardent le personnel travailler. Du travail, il y en a . Faut bien compter une personne et demie par patient. Oui Oui, un patient hospitalisé sollicite une personne hospitalière.

Il y a les patients, souriants, qui n’arrêtent pas de causer de leur jeunesse, de leurs occupations ancestrales et aujourd’hui.

La tâche la moins facile est celle des entretiens avec les familles. Ce sont des discussions sans fin. Que ce passe-t-il, je le trouve moins bien, il perd la carte, etc. de quoi provoquer des angoisses parfois terribles. Et il y a la mort……… Tu crois qu'il va y passer bientôt. Va-t-il se relever ?

Personnellement j’ai mon père, dont la santé ne va pas en s’améliorant. C’est triste. Toutefois, je préfère lui malade à 85 ans,que ma fille de 21 ans.

A cette maladie, c'est bien ma dernière copine.

Mercredi je rentre à la maison

Bref l’hôpital c’est une grande maison. Paraît-il qu’à Genève, ils sont 8’000 employés. Ils portent tous des blouses blanches, c’est énorme. A Lausanne, ils sont 6'000.

En fait dans un établissement hospitalier il y a de l’animation au quotidien.

En marge des soins, les gens rient, pleurent, sont dubitatifs, ont le blouse.

N’oublions pas les soins. C’est une grande part de la journée.

Un hôpital c’est un grand triangle : les patients, le corps médical, les familles. Pour les médecins, ce sont les patients et les familles. Et au milieu de tout ce monde le patient vit dans un immense dispensaire où l’on soigne, où l’on pleure, où l’on a mal, bref un lieu où il fait vivre d’une manière souffrante.Dans l’histoire, le plus bel hôpital que j’ai visité fut celui de Beaune. Quelle architecture, quelle beauté, quelle austérité

Les blouses blanches devaient avoir du plaisir à travailler dans un tel établissement-

Nombre de dispensaires existent dans le monde, notamment ceux de l'Ordre de Malte.

Les blouses blanches une certaine sévèrité. Grâce à elle on passe ou on trépasse.

13:00 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Pour te réconforter un peu.......
Prière composée par des malades d'un grand hôpital de New-York : (issue du livre "Mes plus belles prières" de Guy Gilbert, que je te recommande absolument !)

J'AI DEMANDE A DIEU

"J'ai demandé à Dieu la force pour atteindre le succès,
Il m'a rendu faible afin que j'apprenne humblement à obéir.

J'ai demandé la santé pour faire de grande choses,
Il m'a donné l'infirmité pour que je fasse des choses meilleures.

J'ai demandé la richesse pour pouvoir être heureux,
Il m'a donné la pauvreté pour pouvoir être sage.

J'ai demandé la puissance pour obtenir l'estime des hommes,
Il m'a donné la faiblesse afin que j'éprouve le besoin de Dieu.

J'ai demandé une compagne afin de ne pas vivre seul,
Il m'a donné un coeur afin que je puisse aimer tous mes frères.

J'ai demandé toutes les choses qui pourraient réjouir ma vie,
J'ai reçu la vie afin que je puisse me réjouir de toutes choses.

Je n'ai rien eu de ce que j'avais demandé,
Mais j'ai reçu tout ce que j'avais espéré.

Presque en dépit de moi-même,
Les prières que je n'avais pas formulées ont été exaucées.

Je suis parmi les hommes le plus richement comblé."

COURAGE FRANCOIS !, garde le moral et comme dit le proverbe : "Après la pluie, le beau temps" !
Mes voeux les plus sincères pour un prompt rétablissement.
Coucou

Écrit par : coucou | 10/01/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour François,

je ne sais pas si cela vous apportera le moindre des réconforts, mais je lis vos billets pratiquement chaque jour tout en sachant pertinemment que vous les écrivez depuis l'hôpital et je suis de tout coeur avec vous.

Voilà, alors même si l'envie d'écrire tard vous prend... n'hésitez pas.

Bien à vous François,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 10/01/2009

Les commentaires sont fermés.