04/01/2009

Il est mort à côté de lui

Mort a côté de lui.

Mon père est en traitement dans une clinique genevoise. Il partage sa chambre avec un sympathique voisin. L’autre après midi, Il lui parle, il lui parle, sans réponse. Alors mon père lui demanda s’il y a avait un problème. Et bien oui, il y avait bien un lézard, le compagnon de chambre de mon père était décédé sans laisser son reste.

Mon père en est resté sans voix.

Lorsqu’il raconte cette triste histoire, nous avons toutefois le visage sourisant.

Comme quoi la vie tient parfois à un fil !

Paix à son âme

14:00 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Il me semble que le "parfois" dans votre texte donne une assez bonne vision de l'étendue de la vanit é de l'Homme.

C'est TOUJOURS que nos vies ne tiennent qu'à un fil et pas uniquement "parfois", c'est ien ce qui fait que certains oublient de vivre en voulant vivree sans risque.

Le Dalaï Lama ne dit-il pas ceux qui veulent une vie sans risque risquent de rater le leur vie!

Bonne route de l'autre côté du miroir au voisin de votre père!

Quant à vous, vivez à plein ce que la vie vous offre de partager avec votre père, après c'est trop tard et la matrisse des regrets ne ramène rien au monde des vivants!

Écrit par : Paul | 04/01/2009

Les commentaires sont fermés.