27/10/2008

Ces délinquants récidivistes

Bonjour à toutes et à tous,

Ces délinquants récidivistes ?

delinquant_big.jpg

Mais quel instrument judiciaire permettrait d’enfermer 5, 10, 20 ans des récidivistes notoires.

Je fais allusion à l’article paru dans la Julie samedi dernier « Un petit délinquant au casier judiciaire de vrai criminel ». C’est impressionnant le parcours de cet homme. Je me demande ce qu’il fait en liberté !

Je ne comprends pas pourquoi les Juges accordent le sursis à des gens qui n’arrivent pas à se calmer le « chou ».

La police a du courage. Cela doit être frustrant d’arrêter un délinquant, le mettre à Champ Dollon est le revoir dans la rue 5 jours plus tard entrain de voler ou que sais-je.

Je me souviens lorsque je travaillais dans un Service social. Les personnes internées à Belle Idée, section psychiatrique, à la limite dangereux. Ils étaient remis en circulation libre au bout de peu de temps alors qu’ils n’étaient manifestement pas apte à vivre en société. Cela m’a toujours surpris. Non pas pour le patient, mais pour la sécurité d’autrui.

Ce qu’il faut savoir aussi, la petite délinquance a des échelons. Petit d’abord, moyens, enfin grand banditisme.

Avec ce genre de délinquant, ce qui me laisse perplexe c’est leur marge de manœuvre. Jusqu’où peuvent-ils aller.

Dans une société en mutation constante, surtout ces dernières semaines, je dirais que le social doit s’arrêter à une certaine limite. On n’a pas le droit de laisser gamberger des hommes, des femmes pouvant créer le doute, se laissant aller à l’encontre de la qualité de vie, sous prétexte qu’ils ont un problème de dangerosité. Je n’appliquerai pas la tolérance 0, chacun peut avoir une chance. Toutefois, à la cinquième fois, le prévenu reste soit en prison, soit en maison psychiatrique. Devrait-il mieux être encadré ?

Financièrement, ça a un coût. J'aimerais bien savoir combien coûtent les 200 rédivistes que ressence la Police.

Est que la Justice est trop laxiste. Où les lois ne sont pas assez sévères ou pas assez bien appliquées.

La sécurité avant tout.

Dans le cas évoqué dans la <TDG>, le délinquant récidiviste devrait rester sous surveillance constante avec des évaluations psychiatrique tous les X mois, années. A mon humble avis c’est une erreur pour ce rédiciviste aux multiples facettes et pour la population de le laisser gamberger librement.

Enfin, au bout d'un certain nombre d'infraction, faut-il le retourner dans son pays d'origine ?

Bonne journée.

medium_dakar-2007-delinquant-routier.jpg

07:00 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour François,

je vous trouve bien dur avec ce jeune et pauvre délinquant.

C'est une victime de notre société, de notre système.

En effet, nous sommes incapables de nos jours de marquer les limites claires, certains vuelent même légaliser la consommation des stupéfiants, l'incivilité est devenue une norme, les sans papiers se voient construire des statues dans nos rues.

www.ghi.ch/live/1/home/infos/au_sommaire/geneve/geneve.php?pf_lat=26615&CNSACTION=VIEW_ARTICLE&selected_article_id=8473&selected_section=8 (à lire, les chaussettes vous en tomberont...)

Ce jeune s'inscrit donc dans la suite logique de notre fonctionnement politiquement correct et des valeurs que nous diluons chaque fois que nous n'osons plus nous indigner ou marquer une limite sans équivoque.

Vous avez encore cette capacité d'indignation, tout n'est donc pas perdu.

Pour ce qui est des 200 cas cités dans l'article, pas la moindre hésitation, la frontière est là.

Bien à vous François,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 27/10/2008

Bonjour Stéphane,
Je dirais qu'un petit délinquant qui récidive sans cesse malgré les condamnations, sursis et prison ferme, devrait purger une peine plus longue, avec un encadrement psyco-psychique. Ne serait-ce pas lui rendre service d'abord, puis sécuriser la société. Une solution serait de lui nommer un Tuteur pourrant le remettre sur les rails.
Enfin, cher Stéphane, ces cas difficiles coûtent cher aux Contribuables.
J'avoue que ces situations ne sont pas faciles.
Bien à vous et bonne journée.
François

Écrit par : velen | 27/10/2008

Bon on connaît l'histoire, le scénario n'a pas changé, les acteurs oui... maintenant il est temps de changer de regsitre .... ACTION...

Écrit par : sirène | 27/10/2008

@François

"Je dirais qu'un petit délinquant qui récidive sans cesse malgré les condamnations, sursis et prison ferme, devrait purger une peine plus longue, avec un encadrement psyco-psychique. Ne serait-ce pas lui rendre service d'abord, puis sécuriser la société. Une solution serait de lui nommer un Tuteur pourrant le remettre sur les rails."

Allez donc lire le témoignage de "Rapetou" sur ce sujet:

http://causetoujours.blog.tdg.ch/archive/2008/10/24/la-prison-brisons-la.html

Vous comprendrez que les multirécidivistes sont simplement des gens qui refusent de gagner leur vie honnêtement, et par idéal choisissent l'arnaque, le vol, et autre. Donc le côté "psycho-social" de la choses, c'est peut-être louable, mais largement insuffisant...

Concernant les criminels étrangers et récidivistes, je ne vois pas au nom de quoi la Suisse devrait payer pour de l'acharnement thérapeutique: Ils ont eu leur chance, ils n'en ont pas voulu, il faut donc qu'ils soient exclus du territoire.

Ensuite on aura déjà assez à faire avec les inexpulsables...

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 27/10/2008

Je pourrais donner mon avis sur le sujet et suggérer des solutions.... expéditives! Mais comme suffisamment d'autres commentaires l'ont fait, j'aimerais poser d’autres questions:

- C'est une grande préoccupation pour la population. Alors en tant que chef du DJP, pourquoi Moutinot ne communique il pas ??? Que faut il ? Qu'il soit mis au pied du mur par la presse, par des interpellations au grand-conseil, ou que sais je ?

- Une vrai analyse sans parti pris serait la bienvenue, quel est la part de vérité et de rumeur, combien sont réellement ces cas, quel sont exactement les lacunes judiciaires qui permettent a un individu ultra multirecidiviste d'être arrêté et relâché aussitôt. Y a il coordination des services de l'état, ou est ce que pendant que la police les arrêtent, les services sociaux les "cultivent" ?

CE

Écrit par : Eastwood | 27/10/2008

Le vrai problème est que ces individus se font passer pour des palestiniens alors qu'ils viennent du Maroc. La solution serait peut être d'aider la justice marocaine en finançant la création de base de donnée ADN de leurs criminels pour qu'ils soivent identifiables partout.

Écrit par : Riro | 27/10/2008

Bien sûr, mais il faudrait aussi contacter les pays africains, la Somalie, le Soudan, la Tunisie mais aussi voir avec les Balkans, la Roumanie, les Colombiens, les Libyens, etc... Bref c'est un travail titanesque et absolument impossible à réaliser si ce n'est faire "du cas par cas".
A propos du Maghreb et notamment de l'Algérie, il faut savoir que la richesse (hydrocarbures)livrée aux firmes des USA, d'Europe et de Chine est confisquée par le gouvernment de Bouteflika et ses élites. Les jeunes algériens sont coincés entre un gouvernement qui intensifie les brimades et arrestations des chrétiens, catholiques ou protestants comme gage de respectabilité donné aux islamistes. les jeunes très nombreux, privés de liberté, vivent en dessous du seuil de pauvreté. Les débits de boisson, les lieux d'amusement ferment mais les attentats persistent. les jeunes entre 16 et 19 ans veulent quitter à tout prix leur pays car le mal-vivre est terrible avec une recrudescence de suicide, de drogue, de violence. Les élus vieillissants ne comprennent la jeunesse qui veut vivre autrement. les chrétiens ne sont les seuls visés, les journalistes, les défenseurs des droits de l'homme, les syndicats sont dans le collimateur.
Nous avons à Genève, le pire des scénarios non pas des jeunes qui veulent vivre et s'intégrer mais des voyous et dealers qui ne veulent que s'enrichir en trafiquant.

Écrit par : demain | 27/10/2008

@demain

Je vous trouve hors sujet. Le problème est que ces jeunes rentrent illégalement en Europe. Ils viennent principalement du Maroc et non pas d'Algérie via le détroit le Gibraltar. Pensez-vous qu'un Kosovar, un Roumain ou un Somalien peut se faire passer pour un palestinien? J'en doute. En se faisant passer pour un palestitinien, il est inexpulsable.

Écrit par : Riro | 27/10/2008

"En se faisant passer pour un palestitinien, il est inexpulsable."

Celui qui fait ça doit être reconduit sur le champs...

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 27/10/2008

On a vite fait de distinguer un Palestinien d'un Marocain ne serait-ce qu'au parler fort différent d'un pays à l'autre. Si la police n'a pas les moyens de faire la distingo qu'on engage des gens compétents pour le faire, un palestinien détecterait cela dans les trois premières secondes. La police devrait-elle aussi et devenir plus multiculturelle et s'ouvrir sur le monde pour mieux faire son travail ?

Écrit par : duda | 27/10/2008

Oui... mais légalement comment démontrer que l'individu ayant "perdu" ses papiers est bien palestinien? C'est impossible apparemment. Vu qu'il n'y a pas de réel Etat palestinien et vu la situation du pays. L'individu ne peut être reconduit à la frontière. Il est donc remis en liberté. C'est sur ce petit tour de passe passe que ces gens continuent à se moquer de nos lois et institutions. Alors fichage génétique pour tout le monde. SVP!

Écrit par : Riro | 27/10/2008

la gare de triage de Ruth Metlzer à Dakar - Vous vous souvenez de l'accord de Ruth avec le Sénégal et qui pour résumer équivalait à envoyer tous les Africains non identifiés au Sénégal. De là, ils étaient après contrôle et identification renvoyés vers leur pays d'origine. Et si la gare de triage se faisait au Maroc pour les Marocains qui se font passer pour des Palestiniens ? Ils passeront un sale quart d'heure, c'est moi qui vous le dis !

Écrit par : duda | 27/10/2008

@ Riro. Mea Culpa. C'est vrai, un roumain ne peut pas se faire passer pour un Palestinien mais que faire ? Le mettre en isolement jusqu'à ce qu'il craque, cela tient plus de la fiction car il faut bien voir qu'en Suisse, nous sommes encore enclin à de la compassion tout comme notre chef de Département de Police qui ne se mouille jamais, muet comme une carpe et nous jetons toujours la pierre à nos forces de police que l'on critique à tout vent dans la presse dès qu'elles font un écart, et bien tout cela contribue à un climat, disons laxiste.

Écrit par : demain | 27/10/2008

Les commentaires sont fermés.