20/10/2008

Toujours plus d'assistés !

images.jpg

 Je fais suite à l’article parue dans la TdG vendredi dernier, ayant pour titre « Toujours plus de personnes n’arrivent plus à gérer leur vie »

Pour avoir travaillé au Service des tutelles d’adultes, ancien Service du Tuteur général, il est vrai qu’il y a des personnes démunies de fondement, désorientées, n’ayant pas de repères. Dans une société où ont crée de plus en plus d’assistés l’augmentation de ces personnes ne m’étonne guère.

Ce qui est plus frappant se sont les jeunes. Sans travail, vivant souvent dans les locaux insalubres,

Est-ce qu’une structure existe pour remettre sur les rails ces personnes qui sont dans un isolement et dans un désarroi complets, incapables de gérer leur existence ?

Est-ce que les Services sociaux n’aurait-il pas la tendance à en faire des assistés ?

Est-ce qu’il y a trop de lourdeur dans le système administratif ?

Est-ce que le Service des tutelles d’adultes ne devrait-il pas fusionner avec l’OCPA, ce pour une meilleure efficience concernant le 3ème âge ?

Il est clair que le Service des tutelles d’adultes connaît une recrudescence de nouveaux dossiers, se nommant des ordonnances délivrées par le Tribunal tutélaire. Ce Service manque de personnel. Ce n’est pas possible pour un assistant social et son gestionnaire de traiter 80 dossiers en même temps. Car chaque dossier est une personne unique.

Heureusement, qu’autour des pupilles existent les services sociaux. On appelle ça « le réseau de la personne ». Là aussi, les centres sociaux « CASS » sont submergés de travail.

On ne peut pas délibérément abandonner ces personnes en difficulté permanente.

Dans l’immédiat, le Conseil d’Etat devrait, suite à un audit, augmenter le nombre d'assistants sociaux du Service des Tutelles d’Adultes. Ainsi, en marge de la gestion des affaires courantes le pupille s’intégrerait nettement moins dans les projets d’accompagnement pédagogique. Le but serait de le ramener sur le long chemin de la vie. C'est au politiques de prendre conscience de ces faits et d'avoir le courage politique de donner les moyens à qui de droit.

Genève et sa région connaît la misère. Un coup de chapeau à toutes les personnes qui s’occupent des démunis. La mission n’est pas toujours facile.

Nous sommes vraiment dans une société en mouvance constante où tout peut arriver.

A bon entendeur !

20060607_LogoGE.gif

07:00 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

Commentaires

Êtes vous au courant de l'existence du Service des Prestations Complémentaires ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 20/10/2008

Merci pour votre intervention. Oui je suis au courant de l'OCPA et autres Services sociaux. Ils sont très actifs. Heureusement, qu'ils existent, sinon comment vivrait financièrement nos aînés dans les maisons pour personnes âgées. Pour les autres personnes, chaque cas doit être examiné avec beaucoup de précaution au risque qu'un bas de laine existe et ne soit pas déclaré !
Bonne journée.

Écrit par : velen | 20/10/2008

J'ai quelques remarques à ajouter à celà. Elles concernent principalement les compétences mises en oeuvre dans ces services.

Pour ma part je me demande si il ne faudrait pas de plus en plus impliquer d'autentiques spécialistes en ressources humaines plutôt que de n'engager que des assistants sociaux. Ces deux fonctions sont très différentes. Pour convaincre les entreprises de participer et d'aider des jeunes, il faut des interlocuteurs à l'aise dans ces milieux. Et de vrais caotch plutôt que des oreilles attentives qui ne poussent pas le jeune à s'en sortir. Les parents aussi devraient être plus impliqués dans ce processus et ils devraient opasser à la caisse plus fréquemment, nottament en hébergeant le jeune plutôt que ce soit au frais de l'Etat. Pour ce qui est des jeunes entrant dans l'assistance publique à 18 ans et y restant abonné à vie je n'en connais que trop. Il me semble que c'est une discours politique condescendant, peu orienté vers la responsabilisation des individus, qui permet que trop de jeunes soient mis au placard et installés dans l'assistance à perpet... C'est mon humble avis en tous cas.

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 20/10/2008

En 2002, j'ai eu deux rencontres devant un juge tutélaire , pour essayer de mettre en place une protexction pour mon père, curatelle ou tutelle.
Il avait hérité de sa mère en 1997 et je savais qu'il était possible que des personnes lui tournent autour pour lui demander de l'argent.
Lors de son troisième mariage (je suis sa fille unique du premier et il était veuf du deuxième sans enfants), sa femme, personne innomable lui a fait quitter son travail de fonctionnaire, retirer son deuxièm pilier et après 5 ans, elle l'a quitté en le laidssant sur la paillr.
Lors de son décès, en 2004, il n'avait que l'AVS, et un loyer de 600.-frs.
Lors de l'audience devant ce juge, mon père, "bon vieux genevois bon genre", crânait en disant qu'il s'était toujours très bien occupé de ses affaires...
Or, en 1999, il avait fait un prêt de 118.500.- frs à une personne,"à particule" qui vit littéralemtent sur le dos des autres et doit et tout à l'Etat et autres (si on évalue aussi les prêts particuliers fait par des amis qu'elle a pigeonnés) plus de 300.000 frs.
Si le juge avait bien voulu faire une enquête sérieuse sur l'état des comptes de mon père, qui avait déclaré ce prêt aux impôt, je suppose qu'il aurait pu mettre en route une possibilité de remboursement par cette personne.
J'ai été écoeurée, car je n'habite pas en Suisse, et n'avais aucun contrôle sur cette situation, par la froideur, le manque d'écoute , alors que c'est moi qui avait raison, et je me répète, en parodiant Hamlet qu'il y a quelque chose de pourri dans la république de Genève.
Je suis d'accord qu'il puisse y avoir des abus et des gens qui veulent mettre leur parents ou autres sous tutelle, mais dans ce cas mon père était seul et absolument la proie de gens mal intentionnés.

Écrit par : NATHALIE | 20/10/2008

Bonjour, merci pour vos propos.
J'achète vos dires !
Au Service des tutelles d'adultes, j'ai toujours prôné une super direction dynamique s'occupant de la gestion du paquebot. Chargée d'inssuffler la motivation, le professionnalisme. Un relais entre l'intérieur et l'extérieur.
Vous avez raison au sujet de l'engagement des parents. En définitive, une des meilleures solution est de construire autour de la personne un réseau de professionnel travaillant ensemble, le corollaire serait de remettre sur les rails la personne défaillante.
Enfin je pense que l'OCPA devrait fusionner avec le Service des Tutelles d'Adultes.

Bonne journée

Écrit par : velen | 20/10/2008

Je ne sais pas pourquoi, je me fais difficilement comprendre, François.
Ma question était posée dans le sens de vous dévoiler que l'OCPA n'existe plus depuis un moment et que désormais il faut parler du SPC.

Service des Prestations Complémentaires.

Bien à vous,

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 20/10/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour François,

vous avez bien raison, heureusement qu'il existe des structures pour venir en aide à ceux qui en ont besoin.

Cependant, cela ne doit pas nous faire perdre de vue que ces structures doivent être et rester l'excéption, car nous nous devons de tout faire pour que les "assistés" retrouvent une vie, des projets, et continuent leur chemin par leur propres moyens.

Personne n'est à l'abris, j'en ai fait l'amer expérience il y a quelques années, et je ne dois mon salut qu'au professionnalisme d'une grande dame, Mme J. Haller.

Maintenant, me voilà en politique et trouver des solutions pour satisfaire les besoins, conjuguer ces derniers avec les possibilités, n'est de loin pas facile, mais c'est indispensable pour l'ensemble de nos concitoyens.

Nous devons conjuguer l'assistance et la possibilité de s'en sortir pour nombre d'entre eux.

L'économie et le social sont deux éléments d'une même pièce.

Bien à vous François,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 20/10/2008

Ups ! Autant pour moi. Je ne savais pas que l'OCPA avait été remplacé par le Service complémentaire des prestations. Mais, est ce une substitution de Service ou carrément un remplacement ?

Écrit par : velen | 20/10/2008

C'est ce qu'on appelle un regroupement de services, apparemment, cher François.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 20/10/2008

Les commentaires sont fermés.