30/09/2008

Retour de la cigarette !

Mort de Rire !

Mon repos ne met pas au repos les Autorités genevoises !

A mourir de rire ou à pleurer. Tout dépend le moment d’émotion.

images.jpg

Par défaut de base légale le Tribunal fédéral vient d’annuler le règlement du Conseil d’Etat, entré en vigueur le 1er juillet dernier, au sujet de l’interdiction de fumer dans les lieux publics.

Incroyable. A quoi ont pensé nos Autorités. A quoi servent les juristes des départements.

Cette erreur pourrait constituer pour de futur examen en droit à l’UNI un cas d’école.

La base légale fait défaut. Ce qui revient à dire pas de loi formelle.

Mais alors, ça va faire le bonheur des fumeurs. Il est vrai qu’allant tranquillement vers l’hiver, fumer à l’intérieur est moins frigorifique que sur le trottoir. Que les cafés-restaurants qui ont acheté des chauffages à gaz, disposés sur le trottoir pour chauffer les petites mains des fumeurs, rangent leurs engins à la cave.

Et bien voilà une nouvelle tâche pour le Grand Conseil à savoir promulguer une loi formelle.

Bravo le Conseil d’Etat. Ce genre de manque de jugeote risque de vous jouer un tour aux prochaines élections !

Oui, oui, qui peut le plus peut le moins. Bon pour cette fois ci on donnera un carton orange aux Autorités et un rouge au juriste

12:01 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

... en espérant que le Grand Conseil aura eu le temps, cette fois, de réfléchir aux conséquences d'une interdiction imbécile et sans nuances.

:o)

Écrit par : Blondesen | 30/09/2008

Berne va dépasser Genève ! Je viens de lire sur la page de garde de la Julie que le Conseil des Etats à Berne étaient entrain d'étudier une loi au sujet de l'interdiction de fumer. Le droit fédéral aura la primeur sur la loi cantonale !

Écrit par : velen | 30/09/2008

Voila ! Justice est faite ! Merci à l'UDC et à son Président, Soli Pardo, un homme soucieux de la Justice !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 30/09/2008

Enfin un peu de répit ..dépenser a nouveau notre argent dans de bons restaurant tout en pouvant fumer une cigarette..je vois d'ici les français voisins se joindrent a nous ..cela fais du bien dans ce monde si dur parfois!!

Écrit par : michel | 30/09/2008

Qu'on le veuille ou non fumer dans les établissements publics demeure illégal parce que contraire à une disposition constitutionnelle dont la validité est incontestée. Le fait qu'il n'existe plus de gendarme pour faire appliquer la loi dès lors qu'il n'existe plus de disposition pénale n'y change rien.

Nous saurons donc confrontés à des valets de l'industrie du tabac baffouant allégrement la Constitution. Cependant s'agissant des tenanciers de bistrots, il devraient être sanctionné en cas de participation active à ladite transgression : par exemple par la mise à disposition de cendriers. Maximun 60'000 francs d'amende administrative (et non pénale).

Écrit par : eric | 30/09/2008

"des valets de l'industrie du tabac".

Et la désinformation ça coùtera combien ?

... voilà à quoi ont servi les millions octroyés au CIPRET: le lavage de cerveau !
Et ça continue !

:o)

Écrit par : Blondesen | 30/09/2008

Aie, je m'exprime peu clairement ! Les valets de l'industrie du tabac sont bien entendu les affidés de Gastrosuisse et non pas les fumeurs. Quant aux "millions octroyés au CIPRET" ils amènent trois questions :

1) Combien de milliards attribués aux fumeurs chaque années par les victimes de prélèvements exhorbitants en faveur du système de santé public et non couvert par l'impôt tabac ?

2) Combien de milliards consacrés à une propagande mensongère subventionnée par l'industrie du tabac ?

3) La désinformation par le CIPRET, quelles fausses informations ?

Écrit par : eric | 30/09/2008

On se croirait revenu au mois de janvier, grande époque de dialogues de sourds entre non-fumeurs et fumeurs.
Les "milliards consacrés à une propagande mensongère subventionnée par l'industrie du tabac", j'aurais bien voulu en voir la couleur pour l'opposer à celle du 1,3 milliard de l'OFSP et des divers CIPRET.
Mais rien, bernique. Les cigarettiers avaient décidé de faire profil bas.
Je n'ai pas envie de revenir à ce triste dialogue de sourds, anyway.
Que les non-fumeurs s'arrangent pour avoir des établissements non-fumeurs, que les fumeurs continuent à fumer librement et avec courtoisie, et - au nom de la liberté - je suis bien content que des politiques nuls et des manipulateurs imbéciles aient ramassé la claque qu'ils méritaient.
Fin du débat en ce qui me concerne, ici et chez hommelibre.

Et merci de votre hospitalité, Monsieur Velen !

;o)

Écrit par : Blondesen | 01/10/2008

Les commentaires sont fermés.