02/09/2008

Il y a les pauvres et les riches !

expophotoweb.jpgLa classe moyenne n’est pas gagnante !

De tout temps les gros portes monnaie ont été avantagé. Pourquoi cela changerait-il ?

Simple, pour que la vie soit équitable. Sur fond rose, sur fond bleu, la scène des inégalités demeure. Il faut dire que rien ne baisse vraiment. Au contraire, les prix ne cessent d’augmenter. Hier c’était le pain, aujourd’hui c’est le beurre, demain ce seront les tomates. Je ne vous parle pas de la poussée du prix de l’essence. Je ne suis pas économiste, ça n'empêche pas de me rendre compte que la vie n'est pas bon marché. Un billet de Frs 100.--, ça ne vaut plus rien.

Inquiétant ? Dans le sens où on évoque une qualité de vie correcte, acceptable, je dirais oui. Il y de quoi de se faire du souci. Si Monsieur Prix ne réagit pas, nous allons droit dans le mur. Une société deux vitesses. Il y a du pain sur la table pour les économistes. Ce ne sont pas ces derniers qui vont manquer de boulot. Ils sont trop pris par les analyses, les recherches économiques pour réguler les différences entre pauvres et riches.

sriimg20021217_1522269_0.jpg

A ce sujet, un article a paru hier sur Internet. Etant court, le voici, évidemment pour celles et ceux qui ne l’auraient pas lu :

Classe moyenne: le directeur de Caritas craint pour son avenir

La classe moyenne helvétique continue de s'appauvrir selon Jürg Krummenacher, directeur sur le départ de Caritas. La mauvaise répartition des richesses risque de faire plonger la Suisse dans un système proche de celui "d'une république bananière."

Publicité

Photo : Keystone

Un porte-monnaie (archives)

Caritas constate l'appauvrissement de la classe moyenne au quotidien. Les magasins permettant aux personnes à faibles revenus de se procurer des aliments à bas prix sont ainsi de plus en plus fréquentés, a expliqué Jürg Krummenacher au "Tages-Anzeiger".

Le nombre de demandes pour des crédits de transition a également augmenté auprès de Caritas. Même si la sensibilité face "aux 'super riches' et à certains grands managers" a évolué ces dernières années, M. Krummenacher regrette que le problème de la pauvreté n'ait jamais été réellement traité par la classe politique.

Pour le directeur de Caritas, de nouveaux investissements dans le domaine de la politique familiale sont nécessaires. Il a également constaté que 40% des enfants entre 7 et 14 ans restent sans surveillance en dehors des heures d'école.

Afin d'éviter une incidence néfaste de ce nouveau phénomène sur la formation et la délinquance des jeunes, de meilleurs arrangements entre vie de famille et vie professionelle doivent être possibles.

(ats)

12:00 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

J'adoooore la classe moyenne:

"Un billet de Frs 100.--, ça ne vaut plus rien."
Mouè mouè, là c'est un discours de riche ... avec 100.- je fais beaucoup de choses, entre autre manger et survivre. Il ne faut pas se lamenter de cette manière, c'est carrément faire preuve de manque d'humilité...

Sérieusement, classe moyenne et pauvres = tous de futurs pauvres.

Vas-y 'classe moyenne'!! défends ton idéal de riche, et surtout, je crois, tais-toi et travaille, car tu as perdu d'avance....

Je crois que le peuple est bien trop bête pour réfléchir, il préfère se croire riche.
Je crache mon désespoir de voir le peuple se redresser, et en attendant (sachant que cela n'arrivera pas), je crache sur la classe moyenne.

Écrit par : Bengali | 02/09/2008

Pourquoi vous ne voulez pas accepter ce fait que l'inegalite c'est un phenomene ordinaire dans les conditions du marche. D'un autre cote je suis completement d'accord avec vous que les prix augmentent chaque jour sans arret et ca marque encore une fois les differences entre les gens.

Écrit par : Jorden - Provillus Review | 21/10/2008

oui, c'est la vie, et c'est pas la plus belle vie... mais je ne pesne pas qu'il y avait du temps quand les gens vivaient de facon admirable! nous toujour sommes mecontants

Écrit par : Asher - Colon Cleanse Products | 10/11/2008

Tous la même classe moyenne - le fondement de la société. Et le plus fort, il est, plus il se sent le pays, de sorte que l'État devrait soutenir vsyacheksi la classe moyenne. Il est de mon avis...

Écrit par : hair drug test | 29/11/2008

Les commentaires sont fermés.