• Marc Roger : WANTED ?

    Imprimer
    Marc Roger : WANTED ?

    Bonjour à toutes et à tous,

    Sera-t-il condamné ? Est-ce que les Juges vont rendre justice au Servette FC ?

    Mais qui est en définitive ce Marc Roger dont tout le monde a fait confiance. Il aurait dû être le sauveur du Servette FC. Ce fut le grand fossoyeur.

    Il a falsifié, il a fait de des faux dans les titres, il a détourné, il a creusé un trou financier, il a, il a, il a, il fait beaucoup de chose qui aux yeux de la Justice ne sont pas loyaux.

    Le Servette FC s’est glosé d’avoir Saint-Sauveur !

    Ce qui me laisse pensif dans toute cette affaire comme dans beaucoup d’autres, pourquoi ont-ils laissé le bateau coulé ainsi. A un moment donné ou à un autre, ils doivent bien se rendre compte que quelque chose  ne biche pas. Que la société  périclite. Que les caisses sont vides. Que les écritures ne sont pas le miroir de la réalité.

    Marc Roger est un gros malhonnête, il s’est fichu de tout le monde. Justice doit être rendue.

    Me Assaël, avocat de Marc Roger, a peut être raison en invoquant que son client a hérité d’une « patate Chaude ». Bien, mais pourquoi laisser cette dernière devenir bouillante au point de se brûler.

    Projet crédible ou pas, Marc Roger doit payer de sa personne.

    Au surplus, il n’y a pas, je le pense, que Marc Roger dans cette affaire du Servette FC. D’autres personnes, ont dû mouiller leur maillot pour essayer de redresser ce club de football, en vain. Ont-ils détourné de l’argent, agi contrairement aux bonnes règles, dans ce cas nécessité que la Justice fasse le ménage.

    Une chose est certaine, Marc Roger est devenu quelqu’un d’important médiatiquement. Et ce n’est pas fini. Le bal de la barre du Palais de Justice ne vient que de s’ouvrir. Il faudra attendre mardi ou mercredi pour entendre le verdict. Marc Roger n'a pas fini d'être l'acteur principal de cette pièce de théâtre de mauvais goût.

    Marc Roger WANTED ?

    Je subodore que ça va dans le sens des espérances des plaignants.

    Tout de bon.

    Lien permanent 1 commentaire
  • Spectacles au Stade de la Praille ?

    Imprimer
    Une recette pour le stade de la Praille.

    La Tdg revient ce jour dans ses lignes sur les déboires du stade de la Praille.

    La sonnette d’alarme est tirée. Il faut trouver des solutions quant à l’exploitation de ce magnifique édifice qu’est le Stade de la Praille.

    C’est un gouffre.

    Il coûte cher.

    Sa rentabilité ne couvre par les dettes.

    Ils y croyaient à ce stade. Les politiciens, les sportifs, les entreprises.

    Aujourd’hui, il semblerait que le constat est amer puisque c’est un échec.

    Et les Grenat ne sont pas partie gagnante dans toute cette histoire. Ce ne sont pas des gagnats.

    Bien que ce stade doive être affecté au sport, spécifiquement au football, il pourrait s’offrir à d’autres activités.

    Je me permettrais de dire « merde » c’est un fiasco. De mon expérience juridique, je crois que la justice devra intervenir. D’autre part, des discussions doivent être entreprises avec les créanciers pour essayer de trouver des solutions.

    Celle du monde artistique. C’est peut être une issue qui doit être pensée, réfléchie. Dans toutes les issues pour couvrir les frais d’exploitation il en est une qui pourrait être rentable. Celle de louer le stade pour des spectacles style Johnny Hallyday il y quelques années. D’aucuns me diront, attention il y a un problème pour le passage des camions devant livrer le matériel. Que l’on y remédie !

    Je ne sais si cette solution est rentable, toujours est-il qu’il faut y penser. Des spectacles couvrant l’entier du terrain et des places assises. Est-ce envisageable ? Est rentable ?

    Au monde du sport, pourrions-nous marier le monde du spectacle, de l’émotion culturelle.

    Enfin, dans cette affaire, il faut arrêter de mettre la faute sur l’autre, d’être vindicatif. Nécessité est d’être créatif et de trouver des solutions. Economistes, politiciens, sportifs, qui sais-je encore devraient se mettre autour d’une table est réfléchir tranquillement.

    Je vois d'ici les gens qui vont dire que je suis utopiste. Non, je réfléchis !

    Et j'encourage d'autres à le faire. Notamment nos députés. Pourquoi pas Frédéric Hohl Député et organisateur d'événements culturels.

    Depuis demain, je suis en absent pour 15 jours.

    Tout de bon à vous toutes et à vous tous.

    Lien permanent Catégories : Economie 3 commentaires
  • La sécurité à Genève....

    Imprimer
    Genève, là où il fait bon vivre ?

    Encore un article sur la sécurité « Aux Pâquis, nous ne baissons par les bras ».

    Comme dans toute ville, il y a un quartier un peu « chaud ». Il y a des incivilités, des viols, des vols, des crimes. C'est la jungle !

    Souvent on entend dire que c’est la faute des étrangers. Ce n’est pas vrai. Notamment dans ce quartier, il y réside de tout. La palette des incivilités n'est pas à négliger.

    La sécurité, elle est partout. Il est vrai qu’il y a des endroits plus sensibles que d’autres. Les Pâquis, mais aussi dans tout le canton de Genève, il y a des lézards.

    Et Laurent Moutinot fait ce qu’il peut. Il ne baisse pas les bras, au contraire, il renforce les contrôles, les investigations judiciaires. Su ce dernier point c'est l'affaire des Tribunaux.

    En fait, où sommes-nous vraiment en sécurité. Même pas chez soi puisque des cambriolages, il y en a.

    Je vois à Carouge, rue Vautier le vendredi et le samedi soir, c’est la jungle. Police cantonale, Agents de la sécurité carougeoise, tous se donnent la main pour faire régner l’ordre.

    Je prends l’exemple de Carouge, car à un moment on parlait beaucoup du bruit tard dans la nuit dans les rues. Les contrôles se sont renforcés et il semble que le silence se fait plus sentir.

    Cela dit, que peut faire une patrouille de deux policiers contre des bandes de 10 voir 20 personnes. Surtout si ces dernières sont allumées par l’alcool ou le pétard.

    Ci-dessous, les déclarations de Laurent Moutinot, au cas où vous ne les auriez pas lu. Pour une fois, je suis d'accord avec le Chef des Institutions. Il n'y pas de sécurité risque 0. Il n'y a pas que les étrangers qui apportent leur lot d'insécurité. Les moyens doivent être analysés, discutés et les bonnes solutions, réponses doivent être trouvées. Ce n'est pas simple.

    Cela dit, nos Autorités peuvent se promener sans menace, elles ont tout loisirs d'aller dans les magasins, bref dans des endroits publics. Contrairement à d'autres régions, d'autres villes, Genève est une ville où il fait bon vivre. Avec les Nations Unies, les organisations internationales, les ONG, nous ne vivons pas de grande insécurité notoire à Genève. Il n'y a jamais eu vraiment de gros attentat. Bon il est vrai simples citoyens, nous ne savons pas tout. Et quel intérêt de vouloir savoir. Ce bien être est rassurant pour les grands de ce monde qui se réunissent pour discuter à Genève. Genève vit dans un calme relatif. Je pense que Barack Obama pourrait se promener avec une garde rapprochée sans mobiliser 1000 gendarmes!!! Au contraire, ce serait la fête. Je ne pense pas délirer en disant cela.

     «Aux Pâquis, nous ne baissons pas les bras»

    SÉCURITÉ | 00h03 Laurent Moutinot appelle à un renforcement de la lutte contre la petite et la grande délinquance. Mais il ne croit pas au miracle pour venir à bout de la criminalité des étrangers non résidents.

    Le crime fleurit? Le chef du Département des institutions, Laurent Moutinot, n'y croit pas. Auteur d'une contribution sur l'insécurité pour le Parti socialiste suisse, il souligne le problème posé par la criminalité des étrangers non résidents et revient sur le tour de vis à donner sur les consommateurs de drogue.

    Depuis des semaines, des faits divers se succèdent. Ils ont la violence physique pour point commun. Votre diagnostic?

    Bien que la police soit très présente aux Pâquis, son action n'a pas eu autant d'effets qu'on aurait pu espérer. Maintenant, il faut voir à quoi tiennent les problèmes: à un ou deux immeubles qui, sans être squattés, ont été laissés à l'abandon. Et au déplacement du trafic de drogue, qui s'est recyclé aux Pâquis.

    Certains vous reprochent une gestion «pépère» de ces problèmes...

    La police a augmenté de 50% ces interventions aux Pâquis de janvier à juillet. Nous ne baissons pas les bras. Les citoyens ne se plaignent pas d'être abandonnés. Mais il faut dire que les interventions sont sans effet sur une partie des auteurs des problèmes, en particulier les étrangers non résidents, qui ne sont pas renvoyables.

    Certains ont des solutions. Au niveau suisse, l'UDC et les radicaux plaident en faveur de l'expulsion de certains délinquants étrangers.

    Mais la loi permet déjà de renvoyer des étrangers résidents. Par contre, l'initiative ne change rien pour ceux qui viennent commettre des délits, repartent, reviennent. Même quand des accords de renvoi existent, des obstacles importants subsistent. La Suisse a signé un accord avec l'Algérie depuis deux ans, mais il n'y a eu aucune expulsion.

    Vous avez des solutions?

    Il n'y a pas de solutions simples. Il faut réfléchir sur la punition et la réinsertion des personnes non résidentes. Il existe par exemple une convention qui permet à un détenu de purger sa peine dans son pays d'origine, s'il l'accepte. C'est dans son pays que la réinsertion a un sens. Autre solution: orienter le travail des prisons genevoises vers la préparation au départ et non plus vers la réinsertion locale. Bien des problèmes demandent un cadrage européen. Le durcissement de certaines lois en France peut nous transformer en supermarché régional de la drogue. Face à cela, j'insiste, nous devons pouvoir nous attaquer aux touristes de la drogue et faire en sorte qu'ils purgent leur peine chez eux.

    D'après les statistiques nationales, la criminalité diminue, mais pas le sentiment d'insécurité. Pourquoi?

    Je ne minimise pas du tout le sentiment d'insécurité. A quoi bon être en sécurité si on se sent en danger? Ce sentiment peut venir de partout: de l'insécurité économique, de la dégradation de l'environnement urbain, de la médiatisation de faits divers sordides partout dans le monde. L'exemple de la mendicité est aussi éclairant: les mendiants à Genève n'ont commis pratiquement aucun délit contre l'intégrité corporelle ou la vie, et pourtant leur présence a contribué au sentiment d'insécurité.

    Alors que faire?

    Les autorités doivent dire la vérité des chiffres, positive ou négative. Mais il faut aussi améliorer la lutte contre la délinquance. Quand on se fait voler son vélo, les citoyens estiment que la police ne va pas le retrouver et ils n'ont pas tort. Il faut travailler mieux sur le suivi de ces petites affaires, dont la plupart devraient déboucher non sur des procès, mais sur des médiations. Au sommet, sur le crime organisé ou les grandes affaires, la situation est aussi problématique. On le voit avec Swissair ou la BCGE. Il faut absolument réaffirmer que la lutte contre le crime organisé est une nécessité absolue.

    Lien permanent Catégories : Politique 5 commentaires
  • Genève aura-t-il son "campus" ?

    Imprimer

    Un campus : idée convaincante ?

    Idée intéressante !

    Je ne sais pas si vous trouvez l’idée séduisante. Un CAMPUS à la Praille. Parmi les buldings, le centre commercial, le stade, etc.

    Une Cité de l’intelligence-man. Genève, la Genève internationale, pourrait dans ce projet donner une dimension multiculturelle à la Praille-Acacias-Vernets (PAV). Au centre de ces quartiers osons une dimension futuriste et pharaonique. Dans ce complexe immobilier, osons réunir l’université, les hautes écoles spécialisées, des logements pour étudiants.

    Ce projet est accrocheur. Il est innovateur.

    Je ne le vois pas ailleurs qu’intégré dans le PAV. C’est central, c’est bien desservi par les TPG. Y seront établie une multitude d’entreprises, des logements, le sport.

    Le monde académique réunit sous un même toit. Ne serait-ce pas offrir à Genève un intérêt international. Un caractère cadrant indéniablement dans les structures internationales de Genève.

    Evidemment, que l’idée est porteuse d’une profonde réflexion. Une réflexion que doivent développer les Académiciens, les politiques, les investisseurs, le monde des étudiants. Paris ne s’est pas faite en un jour !

    En effet, ce projet d’envergure et visionnaire n’est pas dénudé de bon sens.

    J’en viens en tant que citoyen  sollicité les Grands de ce canton qu’est Genève à unir leur savoir, leurs expériences, leurs volontés. Ce développement serait un apport pour Genève.  

    Au stade de l’idée, doit naître dès maintenant le projet, puis la concrétisation.

    Lausanne a son EPFL, Paris sa Cité des Science, j’en passe et des meilleurs, pourquoi Genève n'aurait son campus.

    Les dès sont jetés. Cette idée est une chance pour la région genevoise. Il appartient dès aujourd’hui aux politiciens, aux constructeurs de Genève, aux investisseurs de se convaincre, de séduire.

    Le recteur de l'université voit dans ce projet des bonnes fées se pencher sur le monde Académique. En tant que simple citoyen, je dirais humblement qu'il a raison !

    Lien permanent 2 commentaires
  • "anti 4x4" 150'000 signatures !

    Imprimer
    « anti-4x4 » le peuple aura le dernier mot !

    Elle a recueilli 150'000 signatures. Un nouveau record dans la récolte populaire de signatures!

    « Pour des véhicules plus respectueux des personnes ».

    Personnellement, je soutiendrai cette initiative sans frein (!). Avec les restrictions de conduite, les limitations de vitesse, les voiture de « format » standard sont moins polluantes. Les gros engins, parfois pour faire bien vis-à-vis de son voisin, ( !) présentent un danger plus important que la voiture pour les cyclistes les motocyclistes et les piétons. En marge des effets de pollution, les 4 x 4 présentent pas de supers avantages. 

    Les jeunes écologistes on eu le courage politique de lancer cette initiative et nous pouvons que les féliciter. Quant à être pour ou contre, votre esprit décidera.

    Voici les propos que j’ai pu recueillir sur internet à ce sujet :

    « Pour arrêter avec les gros SUV – en route pour une mobilité plus respectueuse de l'être humain

    L'initiative ralentit le réchauffement climatique: En Suisse, presque un tiers des émissions de CO2 proviennent des véhicules privés. L'initiative fixe une limite à ces émissions, adaptable selon les progrès de la technique. Ainsi, les véhicules causant le plus de dommages au climat ne seront plus autorisés à rouler, ce qui représente une contribution importante à la stabilisation du climat.

    L'initiative protège les cyclistes, les piétons et les enfants: La partie frontale, haute et abrupte, de certains tout-terrain ou gros SUV est un danger inutile pour les cyclistes, les piétons et en particulier pour les enfants. Les pare-buffles augmentent encore ce danger. L'initiative vise à retirer du trafic les véhicules démesurément dangereux et agressifs.

    L'initiative réduit la pollution de l'air: En Suisse, environ 1300 personnes meurent chaque année à cause de la pollution de l'air, en grande partie générée par le trafic routier. L'initiative réduit cette pollution en rendant le filtre à particules obligatoire.

    L'initiative fait cesser la course à l'armement routier: Le boume des "gros 4x4" est l'expression d'une spirale d'armement sur la route. En cas de collision avec des véhicules toujours plus massifs et volumineux, les occupants des véhicules normaux meurent deux fois plus souvent. L'initiative dit stop à cette spirale et fixe la limite de 2.2 tonnes pour les véhicules privés.

    L'initiative favorise les véhicules efficients: La voiture à 1 litre aux cent est techniquement réalisable. Mais elle se heurte à un problème de sécurité: la présence de SUV lourds. Au-delà de ça, l'initiative donne un signal clair au constructeurs en faveur des véhicules économes et légers. Cela profitera au climat et à la qualité de l'air.

    L'initiative respecte le principe de proportionnalité: Seuls les véhicules trop polluants et trop dangereux sont touchés par l'initiative. Ceux qui ont été mis en circulation avant l'adoption de l'initiative pourront toujours circuler, mais avec une limite de vitesse de 100 km/h. Les véhicules normaux ne sont pas concernés. En outre, des exeptions sont prévues pour les agriculteurs, forestiers et autres professionnels qui ont réellement besoin de tels véhicules.

    De nombreuses études valident tous ces arguments.

    De plus amples détails sont disponibles sur www.mobilitehumaine.ch.

    Initiative populaire fédérale pour des véhicules plus respectueux des personnes, mars 07 – août 08

    Quel est votre avis à ce sujet ?

    Bon après midi.

    Lien permanent Catégories : Politique 33 commentaires
  • Ca bouge du côté de la 3ème voie !

    Imprimer
    Bonjour à toutes et à tous.

    Enfin la 3ème voie bouge !

    Aux Autorités : ne laissez pas passer cette occasion pour l'avenir.

    Il est temps de se réveiller et de débloquer la situation autoroutière Genève-Lausanne.

    Avec 14250 signatures c’est un signe clair ; il faut bouger les choses et aller rapidement de l’avant.

    Il est vrai que la 3ème voie des CFF Genève-Lausanne est un fiasco. Ménageons pas les efforts pour l’avenir des 6o klm qui sépare Genève de Lausanne.

    Il est temps de se rattraper en traçant une 3ème voie pour les voitures. L’autoroute A1.

    Ca ne peut plus continuer ainsi. Tous les jours, Option musique annonce des bouchons aux entrées de Genève et de Lausanne. Malgré les radars c’est très souvent le « caca ! »

    Les Autorités fédérales mettent à disposition 5,5 milliards pour éliminer ces goulets d’étranglement. Ces derniers ont été légitimement reconnus à Berne.

    La TdG dit ceci dans son article :

    3e voie CFF contre 3e voie autoroutière?
    Les pétitionnaires - milieux économiques et partis de droite -, ne veulent pas jouer la troisième voie autoroutière contre la troisième voie CFF. "Les deux sont nécessaires, car on sait qu´au maximum 7% des usagers se mettent aux transports collectifs" a relevé le député Alain Mondo (PRD).

    La pétition a été remise mardi au président du Grand Conseil vaudois, Jacques Perrin. Elle sera également transmise le 24 septembre aux Chambres fédérales, à Berne.

    Donc il ne s’agit pas de rater la coche. On a tous quelque chose à y gagner. Cette troisième voie c’est l’avenir genève-valdo-français. C’est dégorger toute une région, la région lémanique.

    Le « bébé » est désormais dans le camp des politiciens, charge à eux d’être visionnaire et de tout mettre en œuvre pour faire bouger ce dossier. Attention ne pas attendre une décennie pour que les deux tracés soient réalisés.

    Merci de m’avoir lu.

    Bonne continuation.

    Lien permanent Catégories : Politique 30 commentaires
  • A la découverte de Barack Obama

    Imprimer
    Bonjour à toutes et à tous,

    A force de lire des propos sur le candidat Démocrate, je me suis fait une idée sur cette « bête » de scène. Il a le charisme absolu du candidat qui en veut, qui en jette. On l’aime ou on ne l’aime  pas. Personnellement, je fais une fixette sur lui. Ah si j’étais Américain, je voterait pour lui.

    Que doit-il se passer dans la tête d’un candidat tel que Barack Obama. Peut être le futur Président des Etats-Unis.

    Il est jeune, il y la pugnacité d’un candidat qui veut arriver. Il a une très belle femme. Cette dernière présentera officiellement jeudi son époux à la convention des Démocrates.

    C’est un homme empli de dynamisme d’ouverture.

    Que se passe-t-il dans la tête d’un tel candidat.

    C’est un homme d’un grand humaniste. « la nuit, le jour, l’été, l’hiver, il faut dormir le cœur ouvert » (chanson de vigneault)

    Pourquoi le sourire est-il un signe universel d’accueil et attire-t-il davantage qu’une figure soucieuse aux sourcils foncés, sinon parce qu’il est le signe d’une ouverture ? Une main accueillante est une main tendue et désarmée (certains voient l’origine de la poignée de main dans cet aveu : « je suis sans arme »). Le poing fermé ou brandi signe la colère qui ceinture l’âme. Les bras sont faits pour être ouverts, avant que d’être refermés et parfois d’emprisonner. L’enfant avant un certain âge (aux alentours de sept ou huit ans, chez nous), est spontanément confiant, curieux, en quête, bref ouvert.

    On le voit : la personne humaine est d’emblée ouverte.

    Barack Obama c’est l’homme aux multiples ouvertures. Il est relation avec sa famille, ses proches, les autres.

    Tout ça pour dire que je suis obnubilé  par cet homme.

    Il est ouvert à ce qui est vrai. Aujourd’hui, on parlerait plus volontiers d’ouverture au sens, à la signification. C’est elle qui nous pousse à nous étonner, à poser des questions.

    De jour en jour, nous découvrons barack Obama comme une grande machine politique. A la découverte d’un candidat authentique, vrai, ayant du cœur, sachant accueillir.

    Il est intelligent. Il connaît bien ses dossiers. Il a du répondant.

    Je suis obnubilé par cette homme. Il peut apporter un grand changement aux Etats-Unis. A la découverte d'un nouveau visage qu'est l'Amérique de demain.

    Bon après midi.

    Lien permanent 6 commentaires
  • L'investiture Démocrate aux States

    Imprimer
    Bonjour à toutes et à tous,

    Dans quelques mois nous connaîtrons le nouveau locataire de la Maison Blanche. La course est en pleine effervescence et les campagnes son bien enclenchées. Mon penchant pour Barack Obama est indéniable. C’est la semaine de l’investiture Démocrate. Evidemment qu’il sera désigné sans retenue.

    Personnellement, je compare ce candidat, cet homme, à Kennedy. Il a du charisme, de l’envergure, un regard honnête, il respire la confiance. Excellent orateur, il sait transmettre le message politique. C’est le candidat pour l’avenir « PAX » des States.

    Sur Internet, j’ai lu ce qui suit. C’est un texte écrit il y a un certain temps. Toutefois, il n’a jamais été aussi actif. Jusqu’à aujourd’hui, le pari du candidat est gagné.

    Le candidat Obama

    Il y a toutefois un autre facteur qui anime prématurément l'intérêt de ces présidentielles. Il s'agit de la candidature de Barack Obama, le sénateur de l'Illinois à l'investiture du Parti démocrate. Homme au charisme évident, Obama impose littéralement une nouvelle dynamique. Il manie avec élégance son expérience de la sphère publique et l'espoir qu'il génère auprès de ses concitoyens, tout en étant, et cela est loin d'être négligeable, le premier Noir de l'histoire américaine à pouvoir sincèrement aspirer à occuper le siège de la présidence.

    Depuis l'annonce officielle de sa candidature pour l'investiture démocrate, le 10 février 2007, Obama attire non seulement des foules records - plus de 20 000 personnes tout récemment à Atlanta -, mais l'écart entre lui et Hillary Clinton se rétrécit constamment dans les sondages.

    Il a déjà amassé en trois mois plus de 25 millions de dollars, soit essentiellement le même montant que Mme Clinton. Plus de 100 000 personnes ont fait un don à la caisse de Barack Obama, contre comparativement environ 50 000 personnes pour Mme Clinton. Voilà qui augure bien pour le deuxième trimestre qui se termine en juin. Donc, l'argent et le momentum ne manquent pas à la machine Obama.

    Cela dit, la course ne fait que s'amorcer. Rapidement, les électeurs, et particulièrement les militants, vont scruter de plus près ce jeune sénateur. Il aura beau répéter qu'il est le seul candidat à s'être opposé clairement à la guerre en Irak et que, avoir de l'expérience à Washington (surtout celle du vice-président Dick Cheney et l'ancien secrétaire de la défense, Donald Rumsfeld) a mené de manière irrémédiable à l'impasse irakienne actuelle, les Américains voudront en entendre davantage.

    Natif d'Hawaï, le sénateur Obama a vécu dans plusieurs États américains, en Indonésie et a résidé pour un bref séjour au Kenya. Diplômé des meilleures universités américaines (Colombia et Harvard), Obama fut à la fois professeur, avocat de pratique dans le domaine des droits civiques, et politicien au niveau de l'État de l'Illinois avant son élection au Sénat américain en 2004.

    Il est déjà l'auteur de deux best sellers, Dream of My Father et Audacity of Hope. Ses discours, ses présences à la télé américaine et son allure font que ses détracteurs n'hésitent pas à le qualifier, avec un certain dédain d'ailleurs, de «simple rock star». On semble douter de sa profondeur et de sa rigueur. En politique, toutefois, être sous-estimé est loin d'être un désavantage.

    Pour plusieurs de ses supporteurs, Barack Obama représente surtout l'espoir. Il est en voie de devenir le premier candidat depuis Robert Kennedy à incarner ce genre de changement mobilisateur. Il est presque surréel et irrationnel que sa candidature menace sérieusement celle de la très qualifiée Hillary Clinton. Obama représente le renouveau, ce potentiel de la transformation de la politique américaine telle que pratiquée par le clan Bush et oui, aussi par le clan Clinton. C'est le débat classique entre la politique faite traditionnellement et le vrai changement. La victoire presque «assurée» d'Hillary Clinton à l'investiture démocrate est maintenant chose du passé.

    Kennedy, Winfrey et Woods

    Sénateur depuis 2004, Barak Obama est un phénomène politique rare. Il combine à la fois contenu, charisme, art oratoire et une personnalité d'enfer qui créent un lien émotif naturel et très fort entre lui et l'Américain moyen. On retrouve chez lui l'idéalisme social d'un Bobby Kennedy, la force de la communication d'Oprah Winfrey et la puissance de la personnalité d'un Tiger Woods. Il est une heureuse combinaison de ces trois grands caractères qui ont forgé une part de l'Amérique moderne. Si ce n'était que pour cette raison, la candidature du sénateur Obama doit être prise très au sérieux.

    Pour mieux saisir la portée de la candidature de Barack Obama, il est bon de rappeler celle de Bobby Kennedy en 1968. À cette époque, les Américains vivaient pleinement le traumatisme de la guerre au Vietnam. Les pertes de vie augmentaient au jour le jour, et les divisions au sein de la société américaine s'intensifiaient. Kennedy, ancien supporteur de cette guerre, rompt avec le président Johnson pour s'opposer à cette guerre. Il conteste la présidence de Johnson, ce qui était assez dramatique compte tenu qu'ils étaient du même parti.

    La candidature de Bobby Kennedy était unique en soi, car il inspirait différentes couches de la population - les pauvres, les minorités, la classe moyenne et les jeunes. Chacun pouvait voir en cette candidature l'espoir d'un monde meilleur. Un monde de compassion, de tolérance, de justice, et d'inclusion. La croisade se termina malheureusement par son assassinat dans les cuisines d'un hôtel de Los Angeles, le 6 juin 1968. Mais le rêve et les idéaux qui l'inspiraient demeurent toujours pertinents pour plusieurs composantes de la population américaine. Il y a de plus en plus d'Américains pour qui le sénateur Obama rappelle cette croisade d'espoir.

    Parlons maintenant d'Oprah Winfrey et de Tiger Woods. Ces deux Afro-américains sont considérés comme faisant partie des personnes les plus influentes de la société américaine. Ils sont des icônes et des modèles et sont admirés et respectés bien au-delà de l'Amérique. Barak Obama a ce don de la communication qui a fait d'Oprah Winfrey une femme si influente. Obama soulève les foules et sait combien il importe de communiquer avec simplicité et avec authenticité. Le fait que l'influente Oprah l'appuie sans condition ne lui nuit pas pour atteindre certaines couches importantes de la population aux États-Unis.

    Avec son style flamboyant et athlétique, Obama est de même lignée que Tiger Woods auprès de la jeunesse américaine. D'ailleurs, tout comme Tiger Woods, Barack Obama est issu de parents mixtes (mère blanche et père africain). Il incarne cette nouvelle génération d'Américains, ouverts sur le monde et fiers de leurs origines mixtes. Sa personnalité et son charisme sont une passerelle entre les Blancs, les Afro-américains et les diverses communautés culturelles aux États-Unis.

    Nous voilà donc à peine au début d'une longue campagne qui sera ardue et remplie de surprises. La sénatrice Clinton part avec une longueur d'avance, bien méritée et bien appuyée par l'establishment du Parti démocrate. Son mari est incontestablement l'un des plus grands stratèges et il sera à ses côtés (sans commentaires!). Quant à lui, Obama poursuivra sa campagne envers et contre tous. Le premier candidat sérieux de race noire pour la Maison Blanche, l'homme avec une expérience fort limitée, l'homme qui incarne l'espoir plutôt que des formules de rechange. Il est un homme d'idées qui anime les foules et qui inspire.

    Barak Obama a bien sûr peu d'expérience administrative. On pourrait même concevoir qu'il se porte candidat pour mieux se préparer et bâtir sa notoriété pour les présidentielles de 2012 ou de 2016. Certains voient Obama comme le candidat idéal pour la vice-présidence. En raison de sa relative jeunesse - 45 ans -, on prétend même qu'Obama fait une incursion «prématurée» sur le terrain des présidentielles. Ce serait toutefois une erreur que d'envisager sa candidature de cette façon. Barak Obama a rendez-vous avec l'Amérique en 2008. Avec son style, sa force de caractère et ce besoin réel de recréer l'espoir auprès de la population américaine, tout cela fait que pour Barack Obama, accéder à la présidence, «c'est maintenant ou jamais!»

    John Parisella : Membre associé de l'Observatoire sur les États-Unis, chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques. Coauteur du livre Politics: Made in USA

    Catégorie : Éditorial et opinions

    Lien permanent Catégories : Politique 2 commentaires
  • Mis en faillite pour Frs 4,50

    Imprimer
    Mis en Faillite……

    La justice applique la loi. Un débiteur doit Frs 4,50 à un créancier. Ce dernier  dépose tout d’abord à l’Office des poursuites, ci-après l’OP une réquisition contre X. Le commandement de payer est alors notifié à qui de droit. Ce dernier ne fait pas opposition. Sans suite au bout d’une année, la poursuite s'éteint automatiquement.  Par contre, le créancier, sans nouvelle du débiteur, sollicite de la part de l’OP une réalisation de biens, voire une saisie sur salaire. L'avis de saisie exécutoire, les objets sont saisis puis sur réquisition, vendus lors d’une vente aux enchères publiques. En demeurera un dossier valable 10ans. La saisie de salaire persévère jusqu'à une année maximum.

    Pour une PME, petite et moyenne entreprise, il en va autrement.

    Suite à ce qui vient d’être expliqué, le créancier dépose une commination de mise en faillite.

    Au bout d’un certain temps, les Juges du Tribunal de Première Instance, TPI, rendent un jugement de mise en faillite. Un appel peut être interjeté devant le le TPI et une levée d'opposition déboutée. Le procesus de poursuite continue. Nous tombons alors dans l'escarcelle de la faillite.

    L’OF procède à un inventaire des biens  possédés par le débiteur. Ensuite, il y a l’appel au créancier par le biais de la FAO. En demeure non seulement l’inventaire, mais également un état de collocation (document sur lequel sont inventoriés tous les créanciers et le montant les dettes. Pis, c’est l’Office des faillites qui, lui seul, décide de la vente.

    Evidemment, dans les deux cas de poursuite ou de faillite, je ne suis pas rentré dans les détails juridiques, ma plume  noircirait très vite la page bien blanche.

    Ce qu’il faut retenir demeure dans le principe où le débiteur peut au bas mot, tomber sous le coup de poursuites ou/et de faillite pour n’importe quel montant dû. J’ai entendu a l’époque une personne mise en faillite pour un montant avoisinant Frs 4,50,--. Aussi, un créancier avait payé sa dette, mais pas les intérêts de la dette, partant, le juge a prononcé la mise en faillite juste avant les fêtes de fin d’année ; là où le commerce fait un gros chiffre d’affaire. Des « trucs » comme ça existent.

    C’est totalement vrai que ce fonctionnaire a vu des faillites prononcées pour des sommes dérisoires. Il y a de quoi « tirer la gueule ». En effet, Je connais une personne qui a travaillé à l’Office des poursuites et des faillites jusqu’en 1992 ; les années encore sérieuses si vous voyez ce que je veux dire ! Je peux donc aisément parler ici des problèmes de poursuites et de faillites.

    Heureusement, qu’il existe tout un arsenal de lois qui permette de se racheter une bonne conduite financière. Tout dépend des agissements du failli, des créanciers, des juges, j’en passe et des meilleurs. Avec un bon avocat, dans les délais et en payant de suite la poursuite, la réquisition de faillite ne verra pas le jour.

    Là aussi, c’est rempli de finesses juridiques.

    Justice soit rendue en application des lois en la matière. En cas de faillite, l'OF ne se soucie pas du devenir des employés qui sont licienciés immédiatement pour cause de faillite. Il leur est juste conseiller de s'inscrire au chômage. Les juges font « hara-kiri» sur des personnes des sociétés. Est-ce la bonne méthode de couler une boîte pour des petits montants frôlant Frs 1'00,-- ? N'y aurait-il pas d'arrangement entre le créancier, le débiteur et le juge. Avant de fermer la boîte et apposer les scellés, des moyens peuvent être trouvés.

    En conclusion, mieux vaut payer ses dettes. Mon père me dit toujours «Qui paye ses dettes, s'enrichi ! »

     

    Quel est votre avis sur ce sujet ?

    Bon après midi.

    Lien permanent Catégories : Commerce 2 commentaires
  • Carouge où un projet d'envergure !

    Imprimer

    Bonjour à toutes et à tous,

    Ce dimanche soir, je cherche ce que je pourrais vous dire au sujet de demain. Un lundi ce n'est pas le meilleur jour de la semaine, tout recommence, le week end étant terminé.

    25 août 2008, c'est la grande rentrée, gardez le sourire, on va tous y arriver ! 

    08 00, pour les petits les larmes de crocodiles; quitter sa Maman n'est pas si simple pour certain. A tous les niveaux scolaires, on se revoit après 7 semaines de repos, bien méritées. On se raconte les bons moments des vacances. Que de souvenirs ànarrer à ses copines et ses copains.

    Avec son lot d'élèves qui se font amener à l'école, j'imagine à nouveau que ça va bouchonner ici et ailleurs. Les mamans qui déposent leur marmiton à la crèche, pendant que papa amène son ado au CO, y a des agacements dû au flux de circulation lequel va faire à nouveau vibrer le rayon "agacement".

    Pourtant la route c'est un grand mariage entre piétons, vélos, voitures. L'ensemble de la circulation doit être réguler afin tous soient satisfaits. Tous doivent vivre, doivent communier ensemble.

    C'est ainsi que la circulation et le parking vont donner du fil à retordre chez les nerveux et provoquer du boulot aux agents de la circulation.

    Allez prenons toute cette affaire avec le sourire, en demeurera la bonne humeur et la bonne ambiance.

    Certes, nous sommes tous invités demain à la soupe populaire !

    Me promenant dans Carouge, je me suis imaginé une partie de la Cité Sarde rendue au piéton. Je suis d'avis que le passage des voitures dans le Vieux Carouge n'est pas béni. Voitures places du Marché,  du Temple, d'Arme, rues St-Victor, St Joseph, Vautier, Jacques Dalphin. Je serais d'avis que les voitures pourraient au cas où elles le désirent aborder absolument dans le Vieux-Carouge  se parquer dans les 3 parkings souterrains. Car Carouge bénéficie de 3 grands garages à voiture, à savoir places de Sardaigne, de l'Octroi et du Centre Communal.

    Les magasins n'en souffriront pas. Si je désire me rendre chez mon boucher et pas un autre, je mettrai tout en oeuvre pour y aller.

    Cela dit, pour l'instant laissons à l'impossible ce qui paraît impossible. Que pensez-vous de rendre le Vieux Carouge aux piétons ?! Serait-ce un crime de lèse majesté ?

    Je le sais, c'est un projet complétement allumé. Allumé indubitablement, avec une super couche d'entohousiasme, d'outrecuidance. Se ballader

    Alors comment oeuvrer pour le bien être de Carouge sans voiture. Dans l'immédiat, ne pas les supprimer de suite. Premièrement, créer des spécificités de places de parkings. Je verrais aisément des zones de stationnements bleues, des parkings de déposes, des places blanches, des horodateurs. Bref, le tout pour éviter les voitures vantouses. Ferait partie du palmarès une dissuation entre habitants, commerçants, Autorités et la Police. Puis des rues fermées de l'avenue Vibert, de la place de Sardaigne, enfin la place du Marché. Là une réflexion pourrait être mise à plat sur la table. Puis petit à petit fermeture progressive des rues. Non, je vous le répète, ce n'est pas utopique. Deuxièmement, si un parti politique se révaillait un tantinet et se profilerait politiquement dans ce sens, en présentant le porjet intelligement, organisant une conférence publique avec architectes, ingénieurs, les SIG, la police et les Autorités. Je ne suis pas prophète, électoralement, mais ne serait-ce par que des 10. Oser fermer du jour au lendemain des rues avec une excellente signalisation, pas belle la vie ! Je mais un peu d'humour dans ce blog, il me  tient à coeur.

    Les Autorités devraient avoir le courage politique d'essayer de mettre en valeur ce genre d'idée par des essais. Je pense que l'on n'a pas le droit d'apposer une croix négative sur un projet sans l'avoir testé.

    A Carouge, nécessité est d'essayer. On ne peut se prononcer decemment sans avoir à tout le moins vécu un certain temps avec le projet.

    J'ai pu constater en France nombre de ville dont le centre est totalement fermé. Juste les livreurs ont le droit de faire leur boulot. Tous font bon ménage.

    Bonne reprise de semaine et à tout soudain !

     

     

    Lien permanent Catégories : Carouge 5 commentaires
  • Genève est en reconstruction politique

    Imprimer

    Bonjour à toutes et à tous 

    Toute le monde en parle. Tout le monde veut donner son avis, même moi (!), tout le monde veux apporter son savoir, ses idées, les uns vont au delà de la simple discussion puisqu'ils se présentent à la constituante. Les autres sont en plein boulot pour concocter un programme, un projet. La discussion ne va pas s'arrêter à la simple élection.

    Je me demande si Genève a connu une fois ou une autre 18 listes, 530 candidats pour une élections. J'exclu les élections léglislatives des communes.

    C'est magnifique de constater que tous les milieux, tous les bords s'intéressent à la reconstruction politique de Genève.

    Les gens mesurent l'importance du l'avenir d'une région, partant veulent s'investir.

    Non seulement les partis politiques donneront leurs positions, mais aussi toutes les sociétés civiles s'abandonneront  elles aussi à se prononcer avec des arguments pour ou contre.

    L'échaffaudage de cette reconstuction va bon train. Les listes sont composées, on connaît les postulants, c'est un véritable succès politique pour la République et canton de Genève.

    Quelle joie de constater l'Avivo, Pic-Vert, Halte aux déficits, femmes engagées, et d'autres qui vont s'associer à cette liste.

    L'intérêt est bien là, il demeure dans l'esprit par beaucoup de citoyen. Car il en va de l'avenir de notre Canton, de Geève, la Genève internationale.

    Je me réjouis de voir les programmes liés à toutes ces listes.

    Le coût de ce rafraîchissement, soit Frs 3,5 millions sont justifiés. Ce n'est pas encore un coût trop élevé pour un tel développement.

    En conclusion, je trouve extraordinaire que les langues se délient, que chacune et chacun puisse donner son avis, qu'un programme d'évolution se constitue, que l'on va bientôt voter celles et ceux qui feront partie de la constituante. 

    Ce n'est pas un simple chantier !

     

    Lien permanent Catégories : Genève 2 commentaires
  • La main de Dieu ?

    Imprimer

    IMG.jpg

    J'ai envie d'être pathétique ! 

    Peut-on se passer de religion ?

    Dieu existe-t-il ?

    Les athées sont-ils punissables ?

    Ne pas prier est-ce un manquement à la vie quotidienne ?

    Ces questions je me les pose.

    Atteint d’une infection récurrente attrapée dans une clinique genevoise, je m’aperçois ou plus tôt je me suis aperçu que croire, prier, penser, réfléchir  donne des bonnes armes pour lutter contre la douleur, la maladie.

    Je lisais dans un bouquin écrit par André Comte-Sponville :

    « Aussi est-il urgent de retrouver une spiritualité sans Dieu, sans dogmes, sans Eglise, qui nous prémunisse autant du fanatisme que du nihilisme ».

    Le retour à une religion a du bon, cela nous permet de nous donner des ailes, Ainsi, nous sommes face à une dimension spectaculaires tant la religion est l’infini de la croyance.

    Retour de la spiritualité ? Je pense que les musulmans sont beaucoup plus dogmatiques que les catholiques. Pourtant, nous appartenons tous à une religion : nous sommes tous des Chrétiens. Que ce soit catholique, protestant, juif, musulman, juive ou orthodoxe, nous avons tous une croyance en quelque chose.

    Les athées croient qu’ils croient en rien. C’est faut puisqu’il croie en un vide spirituel.

    Un combat contre la religion ? Ce serait se tromper d’adversaire. Mais pour la tolérance, pour la laïcité, pour la liberté de croyance et d’incroyance. L’esprit n’appartient à personne. La liberté non plus.

    J’ai été élevé dans le christianisme. Ce n’est pas une raison pour avoir le monopole de cette branche des religions.

    Je reviens à l’état d’esprit dans lequel je me trouve. Certes, j’ai une infection sous-jacente, certes j’ai mal, certes je prends une « tonne » de médicaments, mais je crois. Je crois en Dieu. Car Dieu est bon, Dieu est amour. Grâce à sa grandeur je garde l’espoir d’être là et je lui dis merci. Si cette infection s’en prend à mon genou depuis 4 ans, c’est que certainement j’ai les épaules plus larges d’un autre pour supporter.

    Evidemment, par moment j’ai envie de pousser une bonne gueulée. Je pense que ça me rassurera et me donnera du courage.

    Une part essentielle de ce que je suis, ou de ce qu’essaie d’être, se rapporte essentiellement en la croyance en Dieu.

    Dieu nous dépasse sur tous les points. Les religions non. Elles sont humaines – trop humaines diront certains, et comme telles accessible à la connaissance et la critique.

    Dieu, s’il existe est transcendant. Les religions font partie de l’histoire, de la société, du monde (elles sont immanentes).

    Qu’est ce une religion ?

    La notion est tellement vaste, tellement hétérogène, qu’il est difficile d’en donner une définition tout à fait satisfaisante.

    Ma religion c’est le christianisme, car je la pratique, je la vie au quotidien. Aimant Dieu, j’accepte de fait les autres religions. Tout homme, toute femme est rattachée à un dogme, un point d’ancrage. Dieu est amour pour toutes et pour tous.

    Je ne peux que vous conseiller ce livre.

    Lien permanent Catégories : Spiritualité 9 commentaires
  • Je soutiens cette pétition.......

    Imprimer
    Retirer les poubelles ?

    Bonjour toutes et tous,

    Est-ce que l’Etat de Genève veut encourager les promeneurs à devenir sale ?

    J’ai lu dans la TdG de samedi dernier que les « poubelles disparaissent du long des cours d’eau ».

    Cette décision est contraire au code des bonnes manières. En effet, dans la mesure où on demande au Maître de ramasser les crottes de leur chien, par exemple, on invite les gens à jeter n’importe où leur détritus. Enfin, plus tôt on demande au gens d’être plus propre en assumant eux-mêmes le ramassage de leur détritus.

    Je sais de quoi je parle. J’habite dans un parc. Deux endroits pour pique niquer. Une table, deux bancs, un grill, une poubelle. Jusque là rien d’extraordinaire ; les gens jettent leurs chenils dans la poubelle vidée régulièrement par l’efficience du Service travaux voirie de Carouge.

    Je parie que si on enlève les poubelles dans ce magnifique parc, les promeneurs deviendront « bohémien », en jetant n’importe ou leurs déchets.

    Ou alors, de grands panneaux indiquant que chaque promeneurs est responsable de ces déchets, que ces derniers doivent être emporté et jetés dans les containers de l’immeuble où ils habitent.

    Sinon, je ne vois pas comment la propreté va t être assurée. Il en faudra du temps pour que les piques niqueurs s’habituent à prendre leur cornet de poubelle et surtout le ramener chez eux.

    En conclusion, je n’approuve pas l’Etat et je soutiens pleinement les personnes qui lancent une pétition contre le gouvernement qui veut supprimer toutes les poubelles hors de la ville.

    Bonne journée.

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Genève 5 commentaires
  • La mort blanche

    Imprimer
    La mort blanche

    Je rebondis sur l’affaire du Monsieur qui  a assassiné sa femme en l’étouffant avec un cousin. Elle souffrait d’un Alzheimer avancé.

    Je n’aurais pas  le courage de le faire.

    J’ai une connaissance alors pleine de vie, dotée d'un grand humour, qui aimait rire, parler, d’une grande intelligence. Je l’ai côtoyée dernièrement. Mince, le changement de la personne. De l’eau au vin. Sur le moment, je me suis dit qu’elle était fatiguée, que nenni. C’est l’alzheimer qui est là. Mais quelle tristesse, cette femme qui s’est renfermée sur elle-même, au visage durcit, désorientée. Vous savez ces personnes désorientées, qui souffrent notamment d'Elzheimer.

     « Saloprie » de maladie.

    Ma mère a eu cette sale maladie. Elle est nous a quitté en toute quiétude. Son esprit s’est renfermé sur lui-même de jour en jour. Ça a duré environ une dizaine d’année. Je me souviens d’une horreur.

    Dans l’ascenseur de la COOP des Augustins, je lui demandais si elle connaîssait la femme dans le miroir, donc elle-même  Elle me répondit « non qui est-ce ? ». Là j’ai compris que c’était foutu. Maman n’était plus avec Nous. Ce fut terrible de la voir se décrépir ainsi. J’en ai beaucoup souffert. Aujourd’hui, elle laisse des séquelles. Voir la mémoire de sa mère flancher ainsi, à ne plus se souvenir de quoi que ce soit, de devoir tout répéter dix fois, woua, ça fou un choc

    Mon père, toujours en vie, a refusé  cette maladie. Il ne comprenait pas la mort blanche. Il a eu vraiment de la peine. Par moment, il l’engueulait. Fallait-il comprendre que l’on ne comprenne plus.

    Je ne trouve pas les bons mots pour exprimer, 5 ans après son décès, c’était le 31 août 2003, la tristesse que j’ai eu. Je ne le montre pas, mais je puis dire que j’ai été marqué non seulement part le départ de ma Mère, mais surtout de cette maladie ravageuse des neurones.

    Elle s’est donc endormie dans un profond sommeil un dimanche 31 août 2003 à 06 h 00. Fusse une délivrance ? En réfléchissant au fond de moi-même, je dis oui. Elle n’aurait pu vivre encore longtemps et dans quel état. Ce qui m' épata, c’est qu’elle ne soit pas décédée de l’Alzheimer en tant que tel, mais d’une septicémie général, vous savez ces infections qui tuent sans que l’on puisse agir.

    Cela dit, j’ai passé de beaux moments avec ma mère. Très active, elle tricotait, brodait, lisait beaucoup, s’intéressait à la télévision, écoutait des disques ; elle était vive jusqu’au moment où tout a basculer. Elle avait 82 ans. D’aucuns me diront que c’est un âge canonique. Certes, c’est touchant lorsque c’est votre Mère ou un être très proche.

    Pour mon père, la maladie de sa femme, la descente, puis la mort l'a énormément affecté.

    A tout le moins, chaque mort n’est pas marrante. C’est un moment difficile de la vie; la séparation n'est pas évidente Tout d’abord, il a le refus de la mort, puis la dénégation et enfin l’acceptation. Ce n’est pas en un jour que le désordre psychique va se remettre en ordre. Il faut du temps. Le temps appartient au temps.

    Je ne sais pas, bien que je ne sois pas le conjoint, si j’aurais eu le courage d’en finir. De la délivrer elle et moi aussi.  Le Monsieur qui a commis le meurtre sur sa femme atteinte d’alzheimer l’a fait en pensant  à un acte d’amour. Il ne supportait plus de voir souffrir sa femme. Elle n’était déjà plus là. La maladie, la mort blanche, l’avait déjà emportée.

    Il semblerait que ce genre de maladie soit transmissible. Si tel est le cas, j’ai peur d’être atteint. J’ai peur de perdre la mémoire, ne plus avoir le sens de l’orientation.

    Bref, je félicite le Monsieur qui a mis fin par amour les jours à son épouse très très très malade. Incurable faut-il encore préciser.

    Ah elle a la mémoire qui flanche……..

    Bonne journée.

    "La maladie d'Alzheimer

    La maladie doit son nom à celui qui l'a découverte, Aloïs Alzheimer, et fut décrite pour la première fois en 1906. Elle est provoquée par une destruction progressive de cellules du cerveau, ce qui entraîne un lent déclin des facultés mentales. Des pans entiers de cellules nerveuses perdent peu à peu leur capacité de fonctionner et finissent par se nécroser. Parallèlement, les matières vivantes qui permettent l'échange d'informations entre les cellules cérébrales se dégradent. On ne sait encore ni pourquoi ni comment ces changements pathologiques se déclenchent. La dégénérescence se produit dans des zones cérébrales qui contrôlent des fonctions mentales importantes comme la mémoire, le langage, la capacité de planification, la mobilité, ainsi que l'orientation dans l'espace. Plus le temps passe, plus les symptômes de la maladie s'accentuent et de nouveaux symptômes apparaissent. La durée moyenne de la maladie, une fois diagnostiquée, est de 7 à 9 ans. On évalue à 8% le nombre de personnes de 65 ans et plus qui ont la maladie d'Alzheimer ou une autre forme de démence. Plus on vieillit, plus on a de chances d'être atteint, mais elle peut aussi apparaître au début de l'âge adulte. Cette forme précoce de la maladie touche les personnes entre 30 et 50 ans; elle est génétiquement héréditaire et représente environ 10% des cas de maladie d'Alzheimer ou de démence. Il arrive souvent que plusieurs personnes d'une même famille soient atteintes par cette forme précoce". 16.6.2006
    Lien permanent Catégories : Santé 3 commentaires
  • Sont-ils devenus fous ?

    Imprimer
    Mais, sont-ils devenus fous !!!

    Que se passe-t-il ? Un pt’tit vieux étouffe sa femme atteinte à haut degré d’Alzheimer, un pépiniériste est tué à Thônex, un meurtre à Châtelaine, un pilote iranien abattu aux Pâquis, j’en passe et des meilleurs, des gens sont à côté de la plaque.

    En plus, où est la peur du gendarme. De nos jours, celui-ci n’intimide plus. Dernièrement, j’ai vu un fait incroyable : route de Veyrier en face de la piscine de Carouge. Une voiture de police en travers de la route, manifestement entrain de bûcher un cyclomotoriste. Fait anodin, classique. En outre,  ce qui m'a choqué c’est la personne fautive qui rigolait, qui racontait des histoires aux deux gendarmes. A mon humble avis, il n’était nullement incommodé par cet arrêt. Je crois même qu’il aurait encore plus rit s’il était arrêté. Manifestement, la crainte du gendarme s'estompe. Pourquoi ? Sont-ils trop gentil, avenant, mieux instruit psychiquement. La Justice en va de même ?

    En définitive, ce n’est plus l’uniforme qui fait peur, c’est le porte monnaie, car brûler un feu rouge c’est Frs 250,--. Là je ne peux qu’approuver les gendarmes qui non seulement fon leur boulot, mais qui plus est font régner l’ordre dans la ville et la campagne. Il mérite le respect et de la reconnaissance.

    Je me demande comment fonctionne l’esprit de la police. Ca ne doit pas être tous les jours facile, les gens ne leur apportant moins de respect. De plus, ils sont à la merci  de coup, de flingue, d’armes blanches et surtout d'implitesses.

    Bref, c’est incroyable ces incivilités au quotidien.

    Entre les vols à la tire, le de code la route non respecté, des crimes, des meurtres, mais où va-t-on ?

    Fonçe-nous dans le mur ?

    Certes, la vie est belle, il faut se la faire belle, nous vivrons encore mieux. Et soyons respectueux des codes de la vie.

    Lien permanent Catégories : Monde 2 commentaires
  • Réflexion chrétienne

    Imprimer

    Réflexions .

    Bonjour à toutes et tous !

    Le Christ peut-il compter sur vous ? Les vacances touchent à leur fin, pou nous tous. Ela vie ordinaire avec ses tâches et ses responsabilités est à l'horizon. Il 'sagira de témoigner pour le Christ dans le milieu de vie et de travail quotidien; pour ce Christ dont on discute toujours davantage, dont on chante sur les airs de notre temps, alors que des milliers de jeunes deviennent soudain ses adeptes enthousiastes : Jésus superstar ! Est-il seulement un de ces nombreux prophètes auxquels notre génération fait appel ou est-il pour vous le Christ ? "Qui dites-vous que je suis ?".

    Une première fois Pierre a pris la parole pour témoigner, mais à chacun de nous également il est demandé un témoignage à son sujet : sans emphase, mais aussi sans respect humain. L'Eglise se bâtit en partie sur la foi de chaque chrétien : non seulement sur l'enseignement du Pape, de l'évêque ou du prête, mais aussi sur notre parole et sur notre exemple à base de foi.

    Peut-être en vacances une âme en doute ou en détresse vous a interpellé sur la foi au Christ ? Certainement dans la vie courante vous arrivera parfois cet appel. Vous avez une responsabilité petite ou grande dans votre travail, dans votre famille, dans la société : n'est pas une clef pour le Royaume des cieux, où tous sont convoqués ?

    De même quand vous tracez dans votre vie une ligne droite et nette, la ligne de la fidélité aux principes, avec compréhension et indulgence pour la faiblesse humaine : alors le Père qui est au cieux ne pourra que confirmer l'attitude que vous adoptez.

    A chaque reprise le Christ veut compter sur vous : puisse le Père le révéler toujours davantage dans votre vie quoditienne, afin que votre voi ferme et solide deviennent pour tous un LUMINEUX TEMOIGNAGE.

    Lien permanent Catégories : Spiritualité 3 commentaires
  • Mille soleils splendides

    Imprimer

    Bonjour à toutes et à tous,

    Avant d'entrer dans mon propos je voudrais dire : 

    L’entreprise en charge des travaux liés à la construction de la Maternité est sympa.

    Au lendemain de l’incendie, elle a offert une boîte de chocolat aux familles et au personnel de la maternité.

    Le débriefing opéré (ça pourrait être un jeu de mot !) par les HUG était important. Il a permis de se remémorer les bons et les mauvais gestes. Ce genre de séance est important soit-il, a permis à chacune et à chacun de s’imaginer le bon geste du mauvais. Ce fut important de revoir les gestes.

    Très positif ce genre de séance.

    Le processus d’analyses fut donc légitime.

    J'en vien au vif du sujet.

    Mille soleil splendides.

    J'ai lu un livre super intéressant du titre ci-dessus. Il a été écrit par le même auteur que les Cerfs-volants de Kaboul".

    Ce nouveau romand été écrit également par Khaled Hosseini. Sur fond de chaos et de violence dans l'Afghanistant déchiré par cinquante ans de conflits, l'histoire bousversante de deux femmes dont les destins d'entremêlent, un chant d'amour poignant à une terre sacrifiée et à une ville : Kaboul

    Forcée d'épouser un homme de trente ans son aîné, Mariam ne parvient pas à lui donner un fils. après dix-huit années de soumission à cet homme brutal, elle doit endurer une nouvelles épreuve : l'arrivée sous son propre toit de Laila, une petite voisine de quatorze ans. Enceinte, Laila met au monde une fille. D'abord rongée par la jalouise, Mariam va finir par trouvrer une alliée en sa rivale. Toutes deux victimes de la violence et de la misogynie de leur mari, elles vont unir leur courage pour tenter de fuir l'Afghanistan. Mais parviendront-elle jamais à s'arracher à cette terre alfhane sacrifiée, et à leur ville Kaboul, celle qui dissimulait autrefois derrière ses murs "mille soleils spendides "?

    Très beau livre. A avoir des frissons dans le dos.

    Bon après midi.

    Lien permanent Catégories : Culture 3 commentaires
  • Guantanamo un appel à la Suisse !

    Imprimer
    Guantanamo.

    Alors que la Suisse souffre d’un malaise avec la Libye, un ressortissant Libyen reconnu innocent par les Etat-Unis, a déposé une demande d’asile chez Nous.

    Faut-il rire ?!

    En effet, j’ai lu sur le « Matin » que deux détenus de Guatanamo ont déposé une demande d’asile et un troisième devrait bientôt en faire de même.

    Le Libyen est incarcéré depuis 2001, sur l’île Cubaine. « Cette requête sera traitée de la même manière que toutes celles qui proviennent de l’étranger » a indiqué mercredi dernier Jonas Montani, porte-parole de l’ODM, devant les caméras de la télévision alémanique »

    (…) Le problème est que ce requérant ne pourra quitter le camp de détention que si un autre Etat accepte de l’accueillir, a expliqué Denise Graf d’Amnesty International. Et d’ajouter qu’il est impossible pour cet homme de retourner dans son pays car il y serait emprisonné »

    Evidemment, que je suis heureux que justice soit rendue.

    Enfin, des procès de personnes incarcérées à Guantanamo jugées et certainement bien jugées.

    Ce qui m’amuse c’est ce pauvre Libyen qui ne veut pas regagner sa patrie, faute de faire de la prison. La Suisse est présente pour un éventuel accueil. Serait-ce peut être un moyen de négociation avec la Libye. Vous savez ces échanges.

    Personnellement je vois mal la suisse tomber dans l’escarcelle de l’échange de personne au bénéfice d’un accord Suisse-Libyen. Ça entraînerait du folklore.

    Ce qui est agréable à entendre en conclusion ressort du fait que Guantanamo procède à des jugements et libèrent des personnes. Enfin !

    Une deuxième demande devrait être déposée par un algérien et une troisième demande devrait survenir prochainement.

    C'est incroable

    Lien permanent Catégories : Politique 2 commentaires
  • L'insécurité demande trop !

    Imprimer

    J'ai lu avec attention l'article "Les Pâquis ont leur adresse calamiteuse". Il est clair que ce n'est pas la quartier le plus beau de Genève; ce n'est pas Champel.

    C'est un quartier à la limite des restants de la "colère de Dieu". On y voit de tout.

    Entre les incivilités, les gens bizarres, il y a de quoi donner du fil à retordre aux Service sociaux.

    Par exemple, l'une des clientèle les plus servie est celle du Service des Tutelles d'aldultes. Je ne sais le nombre d'assistants sociaux et de gestionnaires se penchant chaque jour sur des dossiers de  personnes logeant aux Pâquis. Ils doivent bien être une centaine.

    Dans ce quartier, que certain trouve spécial pour nombre de causes que vous connaissez, il n'y pas que le social qui est au boulot; la police, les pompiers, les ambulanciers, les soins infirmiers, forment la grande famille se mettant en quatre pour éviter des drames.

    La précarité de certains appartements ressort d'une certaine pauvreté. La pauvreté est de mise. Du matin à pas d'heure ce ne sont pas les loisirs de toutes sortes qui marque le cadrant solaire.

    Ici et là, se balladent des casseurs, des prostituées, des macrocs, toutes sortes de personnes bizarres.

    C'est un quartier qui sollicite bien des moyens, car financièrement, il y en faut de l'argent pour venir en aide, pour nettoyer, pour rénover.

    Bref, ce quartier au rideau de sexe, de drogue, d'illicités est difficilement gérable.

    Enfin, les Pâquis construits d'incivilités notoires pourraient être enveloppé dans un mouchoir se soie. Prêt du lac, prêt de la gare, prêt des grands magasins, les immeubles rénovés, ce coin de Genève pourrait être viable d'une autre manière que celle des jours actuels et à venir.

    Chaque grande ville à son quartier mal famé. A Genève, ce sont les Pâquis.

    Lien permanent Catégories : Genève 11 commentaires
  • Fin de mois difficile !

    Imprimer
    Les difficiles budgets des ménages !

    Bonjour toutes et tous,

    Bien vivre à un coût !

    Le moral des consommateurs n’est pas au beau fixe. Pour preuve, l’indice du climat de consommation est devenu négatif. Il a plongé à -17 points en juillet, contre + 2 points en avril.

    Que voulez-vous, les consommateurs calcul. La fin du mois est vite là. Il faut assumer la vie financière d’une famille.

    Je lisais sur Interne :

    « Les ménages ont aussi jugé moins favorablement l’évolution de leur budget au cours des douze derniers mois, passant de – 4 en avril à – 18 points en juillet. De même, les attentes portant sur le développement futur de ce même budget ont été revues à la baisse à -9 points, contre + 7 en avril.

    Tout augmente de manière drastique, le pain, le beurre, le lait, les produits frais, l’essence, etc.

    Pour une famille de 4 personnes, nécessité est d’avoir un revenu basique de Frs 6'000,-- par mois. Décortiquons : loyer Frs 2'000,--, impôts cantonaux Frs 1'000,-- pm, fédéral Frs 200,-- pm, assurance maladie Frs 1500,--, nourriture Frs 800,--, loisirs Frs 500,--. Solde 0 !.

    Donc le conjoint doit travailler. Salaire Frs 4'000,--.  Aux dépenses se rajoutera le coût de la crèche Frs 800,--, impôts Frs 600,-- pm, l’essence 200,-- pm., les repas de midi quotidiens, Frs 600,--, divers soit loisirs des enfants Frs 1'000,--, téléphone 300,--, SIG 200,--solde pour les vacances Frs 300,--. p.m. (économie) Là je vois large. Je me demande si la véracité des faits est juste.

    Donc pour vivre décemment, nécessité que le conjoint travail.

    Le cas échéant, donner moi la recette pour que la maman puisse élever ses enfants à la maison. Qu'elle assume la charge de mère au foyer. Dans mon esprit, l'idée que la maman ou le papa travail ne me satisfait pas. En effet, je pense que l'enfant s'épanouit se développe mieux sein du nid familiale. Ce qui n'empêche pas une sociabilisation avec des copains, des copines, la famille.

    D’ores et déjà merci de votre suivi.

    Lien permanent Catégories : Economie 6 commentaires