09/08/2008

La Migros prend ses clients pour des imbéciles ?!

La Migros se complique-t-elle la vie !

Pourquoi ?

Je me permets de rebondir sur une note de Swisscom.

Un bip aux caisses Migros signale l’augmentation du prix de vente. Un gadget de plus dans le système de vente.

En fait, il s’agit d’avertir le client que tel ou tel produit coûte plus cher. A la Migros, ce qui fait fois c’est le prix mentionné sur l’emballage du produit. Si l’article porte encore l’ancien prix, c’est celui-ci qui prime et qui doit être payé. Par contre, les baisses de prix, possibles même en période d’inflation, ne sont pas mentionnées. Le client paye automatiquement le prix le plus bas.

Je ne vois  pas bien l'avantage de ce système.  Ce que je comprends, on présente un produit Migros à la caisse, le prix de celui-ci a changé, un bipbip vous annonce cette modification .

On le sait très bien, la vie commerciale se renchéri de jour en jour. Tout augmente.

Pour revenir à ce bip en cas d’augmentation du prix de vente à la Migros, je préfère de loin le système de la COOP, en expérimentation. Il s’agit du boîtier sur lequel vous scannez vous-même l’article. Le prix du produit, et le montant total figure en permanence sur le boîtier. L’avantage est de savoir à n’importe quel moment ce que vous paierez à la caisse. A la COOP aucun signal sonore n’avertit le client d’une hausse ou d’une baisse. Comme les prix sont inscrits sur les rayons et non sur les emballages, les hausses sont instantanément en vigueur.

Entre Migros et COOP c’est à celui qui innove le plus efficacement. C’est la loi de la concurrence. L’un veut toujours être en avance sur l’autre.

J’ai ne de cesse de dire que le client est roi et que ce dernier doit être chouchouté.

De toute manière, nécessité est de passer à la caisse. Généralement les articles mis sur le tapis pour être scannés sont des marchandises indispensables ; ils ne dérogent pas de la  liste des commissions. Qu’ils soient en hausse ou à la baisse, les produits font partie de ce que le client a besoin.

Dans cette mesure est-ce bien utile d’avoir tous ces gadgets. Vendre pour vendre, de toute manière les achats seront payés au prix scannés par la caissière. Indéniablement, ces nouvelles manières font partie du catalogue présentant des redondances.

C’est un peu une ineptie ; le bip sonne, votre esprit réagit à l’augmentation, vous faîtes quoi ? Vous n’achetez pas l’article, le corollaire vous le laissez à la caisse où vous l’achetez malgré ce bipbip ?! Faire des achats devient de plus en plus simple !

11:00 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

N'importe quoi...
Le bip ne sert pas à avertir le client, mais le personnel car un même article peut, pendant une période transitoire, avoir l'ancien et le nouveau prix. Et il faut donc veiller à ce que ce soit bien le prix imprimé sur l'article qui soit facturé et éviter ainsi qu'un client ne paye plus cher que ce qui est écrit sur l'article.

De fait, je ne vois pas comment on peut soutenir le système de la Coop. Disons qu'ils ont 500 articles en stock à 2.20frs. Ils en vendent 100, puis la centrale de la Coop décide d'augmenter le prix de cet article à 2.40frs disons. Les 400 articles restants seront donc vendus 2.40frs. A la Migros, il aurait fallut liquider tout le stock, soit les minimums 500 pièces où l'ancien prix était imprimé, avant de pouvoir facturer l'article au nouveau prix. Réel gain pour le client donc.

Quant au système Coop Passabene, il permet effectivement de constater avant le passage en caisse combien on va payer, mais encore faut-il utiliser l'appareil (ce que visiblement peu de personnes font). Le calcul mental ça fonctionne aussi au passage. Mais une augmentation de prix pourra tout aussi bien passer inaperçu et ça n'empêchera pas la Coop de vendre du stock qui était à 2.20 au nouveau prix de 2.40.

Écrit par : David | 09/08/2008

Juste deux réactions :

La première: Je tiens à informer Monsieur Velen que LE CLIENT N'EST PAS ROI, MAIS PARTENAIRE SOCIAL. Ce qui vous en conviendrez fait toute la différence.
En effet, le Roi peut se permettre de piétiner, faire lapider ou envoyer au cachot n'importe lequel de ses sujets. Le partenaire social lui va faire un échange de service avec un autre partenaire social. Je ne me permettrais jamais de considèrer une vendeuse, une serveuse ou encore une coiffeuse comme un sujet qui se doit de ramper devant mes désirs. Non, nous sommes dans ce cas précis en échange de service, ne pas le considèrer comme tel relève juste du manque de respect.

Deuxièmement : Le système passabene de la coop est très bien pour les gros achats, les courses hebdomadaires, il nous évite effectivement de transferer les paquets lourds (pack d'eau, de lait etc.)à plusieurs reprise et est, par conséquent, bénéfique pour notre dos et celui de nos caissières.
Il nous permet de ne pas faire la queue à la caisse le samedi matin, de ne pas perdre du temps à attendre que quelqu'un aille vite peser le paquets d'abricots de la petite dame qui est devant nous et qui à omis de le faire, de ne pas s'arracher les cheveux parce que le code barre d'un article refuse obstinément de passer au scanner de la caisse...
Oui, il faut admettre que ce système est très bien pour qui veut s'en servir.
Une question essentielle demeure cependant. Si le passabene se généralise dans toutes les coop et qu'il se répend à tous les grand distributeurs. Qu'allons nous faire de nos vendeuses, caissières ? Réponse: lES ENVOYER PUREMENT ET SIMPLEMENT AU CHOMAGE. Le jeu en vaut-il vraiment la peine ???

Bon dimanche à tous.

Écrit par : Patou | 10/08/2008

Les commentaires sont fermés.