05/08/2008

La qualité des resto. peut diverger

IMG.jpgLes restaurants pas toujours au top niveau.

Bien manger est un art !

 

 

C’est incroyable les disparités entre restaurants. Je n’ose plus en recommander un à mes amis. A chaque fois c’est la même combine ; vous vantez les mérites de tel ou tel restau., et paf il n’est pas au top niveau de ce que vous avez goûter il y a quelques jours. Car il n’y a pas de régularité dans les établissements culinaires. Un jour c’est excellent, le lendemain ça l’est moins. Tout dépend en fait de l’humeur du cuisto !

Il semblerait qu’un tiers des intoxications alimentaires sont contractées dans les restaurants.

Ce n’est pas faux. Plusieurs fois, selon la couleur de l’assiette que l’on nous sert, il y a de quoi tomber malade. Des plats, si on peut encore appeler ça des plats, fait à la va-vite, passé au micro-onde

Est-ce que les gens ne seraient plus exigeant avec les restaurateurs. Est-ce que les gens ne savent plus cuisiner à la maison. Est-ce qu’un bon petit plat de derrière les fagots ne fait plus plaisir. Terminées les délicatesses du palais ?

J’ai pu remarquer que les gens veulent manger rapidement, car il y a un rendez-vous à respecter. Le fait d’avoir 1 heure à midi pour manger donne des ailes pour la « bouffe » rapide. Cette nourriture préparée à l'avance, mise sous vide et réchauffée au micro onde. Birk !

Il est vrai que la nourriture, notamment dans les grandes surfaces n’est pas toujours fraîche.

Selon le « Matin », dans un article paru ce matin, quelques 2150 personnes ont été victime d’intoxications alimentaires entre 1994 et 2006, soit 179 par année. C’est énorme.

Où sont les bons rôtis de Grand-mère, les bons légumes du jardin, la bonne viande de bovin nourri par l’herbe des champs, j’en passe et des meilleurs.

Je ne vous parle pas des repas dans les hôpitaux. Notamment la grande différence entre Genève et Lausanne. Le premier « infecte » le second « très bon ». Si il y a déjà des disparités entre canton, je vous laisse imaginer les restaurants !

Je suis étonné à la Coop et la Migros, des disparités du data. Certains aliments sont à la limite de l’acceptable. Evidemment, qu’ils peuvent vendre jusqu’à la date butoir. Dans ce cas là, il faut cuisiner le jour même. Autant attendre le 50 %.

Manger n’est plus une priorité ! Et bien je dis non et non, mon palais aime la bonne "bouffe".

Au moment où se blog est publié, je rentre d'un déjeuner à la Brasserie la Bourse à la place du Marché à Carouge. Excellent plat du jour pour Frs 19,--. A Carouge comme ailleurs, les prix ne sont pas bon marché, toutefois, en général ont mange assez bien.

Bon après midi.

 

13:30 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Il faut quand même noter que les gens sont très rarement malades après un McDo...ce qui n'est pas le cas avec les restos chinois!!!

Écrit par : mauvaisesprit | 05/08/2008

Pizza brésilienne, Servette, 10 francs...
Entrecôte espagnole, Chantepoulet (rien à voir avec les policiers) 25 francs...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 05/08/2008

Les commentaires sont fermés.