• Assurance malaide : De qui se moque-t-on ?

    Imprimer
    De qui se fiche-t-on ?

    Je ne suis pas un spécialiste en matière de primes d’assurances. Toutefois, je suis surpris de l’article paru sur Internet « Assurance maladie : forte hausse des primes, avertit Santésuisse ».

    Il me semble que les assurances se portaient bien lors de la dernière votation et que les primes allaient voir une stabilisation, voire même une baisse.

    Je m’aperçois d’une chose c’est que l’on nous a menti à propos des primes d’assurances ces prochaines années. Elles augmenteront, et Nous serons là pour payer.

    S’est-on moqué de nous simples assurés.

    Alors que tout allait pour le meilleur des mondes jusqu’à présent voilà que l’on nous annonce des hausses des coûts de la santé dans l’assurance de base  de 4, 7 %, contre 2,2, en 2006. Et les chiffres des premiers mois de 2008 laissent présager que la hausse va encore s’accentuer.

    Ils disent que les «primes d’assurance maladie vont de nouveau fortement augmenter ces prochaines années. Cette tendant est due à une importance hausse des coûts de la santé. Puiser dans les réserves ne suffira plus pour juguler les primes ». Là je crois que l’on se moque de Nous.

    Au moment de la votation, le corollaire, la stabilisation des primes d’assurances, elles savaient très bien, les assurances, qu’en 2007, les coûts ont surtout pris l’ascenseur dans les soins hospitaliers ambulatoires (8,8 %), les services de soins à domicile Spitex (7,1%) et les frais de laboratoire (6,9%). L’augmentation a été plus modeste pour les consultations chez le médecine et les soins hospitaliers stationnaires (3,8%).

    Toujours selon les renseignements « Le taux des réserves minimales des grands assureurs doit ainsi être abaissé à 10% et celui des assureurs de taille moyenne à 15%. Certains peuvent donc utiliser provisoirement une partie des réserves pour stabiliser les primes. Mais cette manière de procéder est problématique et ne constitue pas une solution durable, estime santésuisse.

    Les expériences faites entre 1999 et 2001 prouvent que les primes maintenues artificiellement en-deça du niveau des coûts entraînent une augmentation disproportionnée des primes dans les années suivantes. Compte tenu de la nouvelle augmentation des coûts de la santé après une période de relative stabilité, les assureurs tablent donc de nouveau sur d'importantes hausses des primes ».

    Alors de qui se moque-t-on ? C’est tout de même un peu fort de café d’annoncer lors des débats liés à la dernière votation du 1er juin dernier, que les coûts de la santé étaient stabilisés. Ca n’a pas l’aire d’être le cas. Nous sommes à un nouveau carrefour entre les augmentations des coûts de la santé et des primes d’assurances. Les assurés du Groupe Mutuel, par exemple, ont reçu il n’y a pas longtemps un courrier annonçant que les primes d’assurance d’allaient pas augmenter.

    Donc, nous allons recevoir un nouveau courrier à la fin de cette année pour annoncer la sale nouvelle d’une augmentation de primes.

    Ces assurances ça devient n’importe quoi, une fois c’est bonnet blanc, une fois c’est blanc bonnet. Personnellement, je suis abusé.

    Ca ne peut continuer ainsi, il faudra bien trouver une solution.

    Je suis d’accord, il faut savoir ce que l’on veut. Une médecine de pointe laquelle a un coût ou des soins basiques, de bas niveau.

    Une chose est certaine, par exemple,  Genève et Lausanne devraient bien réfléchir à des synergies des soins.

    Je me demande ce qu’en pense les médecins. Notre ami blogueur Bertrand Buchs pourrait nous donner son avis.

    Ce que je comprends c’est qu’une fois encore Nous allons passé à la caisse dès 2010 !

    Lien permanent Catégories : Santé 5 commentaires
  • kadahfi a délivré les 2 otages !

    Imprimer

    Quelle caution ?

    Un règlement de compte ?

    Nos deux compatriotes, prisonniers en Libye, sont enfin libérés.

    Qu’elle fut le prix de ces deux libérations ?

    Pour l’instant la « TdG » ne dit rien, la radio n’en parle pas. J’imagine que ça dû être l’équivalant de la caution versée par le père du fils Kadahfi pour sa libération, c'est-à-dire Frs 500'000,--. Je pense qu’au titre de bonne leçon le montant doit bien être au-delà.

    Nous pouvons dire merci à nos voisins européens la France et l’Italie. Je pensais que de part sa neutralité la Suisse se débrouillerait mieux et surtout sans l’appui de nos sympathiques voisins. Là l'esprit de solidarité a fonctionné au top niveau.

    Bref, je la trouve saumâtre cette simple affaire. Elle a pris une ampleur sans précédent pour la Suisse. C’est un  peu étonnant que la Libye et la Suisse n’aient pas dénoué cette affaire sans se faire remarquer dans le monde entier.

    Le Colonel Kadhafi aura ainsi vengé son fils. Son pauvre fils qui a enfreint  le code pénal Suisse. Quel toupet ce qui c’est passé ensuite. Je n’ai pas aimé le principe de représailles. Dans la cour de l’école enfantine, je te « casse la gueule  à la récré !!! ».

    L’essentiel réside, et c'est le plus important, dans le fait que les otages sont libres, enfin. Faut-il être attentif au prix des deux cautions et vivre le moment du retour en Suisse où réfléchir à ce que Kadhafi a pu solliciter de la part de la Suisse.

    Ils sont libres, toutefois, les discussions avec la Libye continue pour rétablir un esprit de bonne relation. Que la Suisse puissent se rendre en Libye sans problème. Vice et versa. Pour l’instant la délivrance des visas est toujours suspendue. A ce sujet la TdG dit «du fait des mesures arbitraires, du non-respect et de l’humiliation infligés par les autorités suisses aux citoyens arabes et lilyens ». Le Colonel Kadhafi ne reconnaît donc pas le droit helvétique de surcroît le droit international. Son fils a commis une erreur, une grave erreur, il doit payer. C’es simple et ainsi. Manifestement, Papa ne l’a pas vue comme Nous.

    Bravo la justice genevoise ! A ce sujet, le Juge Graber ne regrette rien, en tout cas pas l'application de la loi. Il a fait ce qui devait faire sur la base de déclarations fondées.

    Une chose est certaine je n’irai jamais en Libye tant que le présent régime est en place. Je n’ai pas envie de finir en « taule ».

    Encore une dernière question. Est-ce Madame la gentille, l’humaine, députée Anne-Marie Von-Arx qui va accueillir les deux « rescapés » ?!

    Par contre, la mère du plaignant marocain ne donne pas de signe de vie. A-t-elle été libérée oui ou non ? J’espère qu’elle n’est pas mal traitée.

    Une affaire qui se dénoue qu’à moitié mais dans le bon sens.

    Bonne journée

    Lien permanent Catégories : Politique 2 commentaires
  • Oui à la SECURITE maximale

    Imprimer
    Evidemment la Suisse fait autrement !

    Il y a bien bataille sécuritaire en Europe. Rassurez-vous rien de grave. Une histoire de bistrot !

    Faut-il imposer le gilet fluorescent, la pharmacie, la boîte à ampoules ?

    Je dirais que pour assurer un maximum de sécurité ces « ingrédients sécuritaires » devraient être obligatoire.

    Dernièrement, allant sur Lausanne, une voiture arrêtée sur le bas côté. Tant le chauffeur que le passager était près du triangle de panne  revêtus du « tablier ». J’ai trouvé l’instant sécurisant, partant du principe que manifestement ils étaient en panne et qu’ils attendaient les secours.

    Dans la mesure où la police, les pompiers, les sauveteurs auxiliaires ont un gilet, pourquoi ne pas obligé par mesure de rassurement les personnes hors de l’habitacle de porter le gilet.

    Je pense plus important que le gilet, la pharmacie de secours. Cette boîte de premier soin devrait être obligatoire.

    A propos de la France, j’ai pu lire sur la « TdG » :

    Cette bataille sécuritaire ne s'est d'ailleurs pas faite sans mal. Alors ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy a toujours fait de la diminution des morts sur la route l'un de ses objectifs majeurs (moins de 3000 d'ici à 2012 contre 4620 en 2007). Devenu président, il a convoqué début février sept ministres afin de lancer, en compagnie de Karl Lagerfeld comme icône publicitaire, l'opération «C'est jaune, c'est moche, ça ne va avec rien, mais ça peut sauver la vie». Résultat: 35 millions d'automobilistes se sont rués chez les vendeurs. Conséquence: ruptures de stock et contrefaçons (sans les deux bandes rétroréfléchissantes d'une largeur minimum de 5 cm qui font tout le tour du corps) à prix extravagants sont devenus le lot de nos voisins roulants.

    En Suisse, le triangle est obligatoire depuis des décennies et le gilet, libéré de toute contrainte législative et de pression à la demande, est largement disponible dans les échoppes. On le trouve notamment dans toutes les agences du TCS pour un prix oscillant entre 7 fr. 90 et 9 fr. 90 »

    Je pense que la Suisse devrait légiférer en faveur du gilet de sauvetage. Au moins sur la bande d’arrêt de l’autoroute, par exemple, on voit de suite qu’il s’agit d’une panne, d’un pépin.

    La boîte d’ampoules devrait également être obligatoire. Il n’y pas toujours un garage à 3 mètres. Une ampoule coince, hop la boîte et on change soi même, soi même avec le gilet réfléchissant.

    Harmonisons-nous à la France et que l’Europe s’unifie sur la même ligne.

    Lien permanent Catégories : Général 2 commentaires
  • SOS médecin ou SOS médecin ?!

    Imprimer
    SOS c’est SOS !

    Atteint d’un problème récurent au genou, j’ai souvent à faire à SOS médecin. Je les appelle dans l’heure ils sont là. Je n’ai jamais eu de problème. Avant tout, leurs médecins sont humains.

    Les médecins affiliés à cette lignée de toubibs sont sérieux. Ils diagnostiquent rapidement, ils administrent les bons médicaments. Ce sont des Pro.

    Ils ont le personnel adéquat, des voitures avec des gyrophares ainsi que les sirènes. SOS médecin peut être là en quelques minutes.

    Evidemment, il peut y avoir des complications. Je comprends tout à fait la maman qui a perdu son fils à domicile d’un anévrisme, à qui j’adresse humblement mes condoléances. C’est une erreur grave de ne pas le voir. Cela dit, entre le temps où le médecin a des soupçons, qu’il appelle le 144, que le patient arrive aux urgences des HUG, qu’un scanner soit fait au plus vite, le patient à le temps d’être vraiment mal.

    Il vrai que regardant maintenant dans l’annuaire genevois, page 1263 colonne d’extrême droite  il est annoté « SOS Association des Médecins du Canton de Genève ». Vous tournez la page et vous découvrez à la première colonne un pavé « SOS médecins 022 748 49 50 ».

    Mieux vaut 2 qu'aucune association de médecins ! Je ne crois pas qu’il y est dans cette situation de quoi faire un fromage. Deux urgentistes de bons niveaux à disposition de Genève, c’est magnifique. + la cerise sur le gâteau, le 144. Magnifique la médecine urgentiste.

    Après tout c’est la concurrence, le libre choix du médecin (pour l’instant !).

    Je suis certain que les deux sociétés travaillent à égalité. De toute manière les soins sont les mêmes.

    C’est de l’enfantillage cette affaire qui a pris les ¾ de la page 13 de la TdG du lundi 28 juillet dernier.

    On se croirait à l’école enfantine. C’est toi, c’est pas moi, mon papa est meilleur que le tien. Bouaf tout du périphérique !

    Mais, parce qu'il faut un mais : il y tout de même un « truc » qui me gêne. La centrale téléphonique de SOS médecin est semble-t-il à Paris. Là pour moi le bas blesse. Ca me titille l’esprit de penser que ce n’est pas une société Suisse qui s’occupe de la gestion du téléphone. Mais mon étant pro-européen je ne vais pas crier au scandale.

    Personnellement, je continue d’appeler SOS médecin 022 748 49 50.

    Bonne journée

    Lien permanent Catégories : Santé 1 commentaire
  • G.BUSH autorise la mort d'un militaire !

    Imprimer
    Georges W. Bush déraille !

    Le Président des Etats-Unis a donc autorisé l’exécution d’un soldat. Ce dernier était condamné à mort pour meurtre et viol.

    Selon la dépêche de SWISSCOM, il s’agit d’un cas de figure qui n’est pas arrivé au USA depuis 50 ans.

    Il est vrai que le coupable a été reconnu par la Justice militaire pour quatre meurtres et huit viols.

    « Bien qu’approuver la condamnation à mort d’un membre de l’armée soit une décision sérieuse et difficile pour le commandant en chef, le Président estime que la nature de cette affaire ne laisse aucun doute sur le fait que la condamnation soit juste et méritée » a indiqué un porte-parole de la Maison Blanche, Dana Perino.

    Je suis totalement contre la peine de mort. Encore plus sur le plan militaire.

    Il est vrai que le militaire a commis des actes pas jolis. Toutefois, je préfère l’emprisonnement à vie.

    Je trouve que condamné à mort quelqu’un est un peu facile, partant de l’idée que le calvaire du prévenu s’arrête avec la mort. En prison, il a le temps de réfléchir, de se repentir et de demander pardon.

    Même John F. Kennedy avait dû statuer sur la peine de mort, en 1962 ; il avait préféré commuer la condamnation à mort en peine d’emprisonnement à vie.

    Je me demande ce que ferait les deux candidats à la Maison Blanche.

    J’ai trouvé le texte avec graphique ci-dessous sur le site de Wikipédia. Etant intéressant, j’ai pris la liberté de vous le livrer :

    La peine de mort ou peine capitale est une sentence appliquée par le pouvoir judiciaire consistant à retirer légalement la vie à une personne ayant été reconnue coupable d'un crime tombant sous une qualification pénale passible de cette peine. Un crime punissable de mort est un crime capital et est considéré par la société comme particulièrement grave.

    La peine de mort est un sujet qui depuis l'Antiquité partage les opinions sur son abolition ou son maintien. Bien que le débat soit ancien, les arguments ont peu changé avec le temps. Alors que les uns invoquent l'irréversibilité de la peine, la similitude entre le crime et la sanction, l'importance du pardon et l'alternative de l'emprisonnement à perpétuité sous ses différentes formes, d'autres appellent la protection de la société, au contentement des victimes et à la nécessité de l'exemple pour dissuader les crimes.

    Depuis le milieu du XXe siècle, de nombreux pays ont aboli la peine de mort, certains pour tous les crimes, d'autres pour les crimes de droits communs et réservant la peine capitale en des circonstances exceptionnelles. Plusieurs grandes régions sont totalement abolitionnistes (Europe, Canada, une partie de l'Afrique australe et de l'Océanie) et certaines le revendiquent politiquement comme l'Europe et le Canada. A côté de cela, d'autres pays restent très attachés à la peine de mort et continuent à l'appliquer de manière plus ou moins soutenue selon les États, comme les États-Unis, la Chine (où 80 % des exécutions dans le monde ont lieu[1]) et l'Inde et nombre de pays d'Asie, mais aussi le Moyen-Orient et une partie de l'Afrique du Nord et de l'Est. Bien que la majorité des États soient abolitionnistes, le fait que des États fortement peuplés comme la Chine, l'Inde, les États-Unis ou encore l'Indonésie appliquent la peine de mort fait qu'environ les deux tiers de la population humaine vit dans un pays où des exécutions ont lieu.

    Exécutions en 2006 dans les six principaux pays appliquant la peine de mort. L'Arabie Saoudite n'est pas compté dans ce tableau.

    Bon après midi

    Lien permanent 2 commentaires
  • Initiative contre les 4 x 4 et certaines limousines

    Imprimer
    Les 4 x 4 bientôt bannis.

    Le peuple sera donc appelé à voter sur l’initiative anti 4x4 et la condamnation de 65 modèles de voitures. Ce sont les jeunes verts qui ont lancé cette initiative ; ils ont récolté 147'000 signature. Ce résultat constitue un record dans les récoltes de signatures.

    En Suisse la démocratie ne plombe pas ce genre d’action. Bien au contraire, on peut se réjouir que le peuple puisse s’exprimer sur des sujets qui le concernent directement. La voiture concerne tout le monde, le corollaire, la suppression de certains véhicules doit passer par le peuple.

    Bravo les jeunes verts !

    Où a-t-on besoin  de ces « gros » véhicules 4 x 4. Il en va de même pour les grosses cylindrées.

    En surfant sur Internet, j'ai lu ce qui suit :

    Les Jeunes Verts lancent l'initiative !

    Depuis quelques années déjà, les Jeunes Verts veulent limiter la mobilité des gros 4×4 dans nos villes. A plusieurs reprises, le Conseil fédéral a été interrogé sur cette question par des parlementaires. Invariablement, ce dernier se cache derrière des arguments économiques pour ne pas aborder la question.

    Les gros 4×4 sont les véhicules les plus polluants. Dans un monde où le pétrole se raréfie et où les changements climatiques dus à l’activité de l’homme prennent des proportions inquiétantes et dangereuses. Personne ne semble vouloir se poser la question : à quoi servent ces tanks civiles dans nos villes ? Pour beaucoup, ce sont des instruments de domination et une marque de réussite sociale. Cette vision égoïste de la mobilité doit être combattue.

    Mais les gros 4×4 sont aussi les véhicules les plus dangereux. Une étude de l’Université de Lausanne l’a montré: ces gros véhicules donnent une telle assurance à leur conducteur que celui-ci n’hésite plus à transgresser les règles. Dans le cas de l’étude : à rouler beaucoup de vite que la loi ne l’autorise. Les gros 4×4 sont dangereux pour les autres usagers de la route. Plus haut et plus lourd, ils ne laissent aucune chance aux piéton ou aux cycliste, d’autant plus que la visibilité est moindre de si haut !

    Ces raisons ont poussé les Jeunes Verts à préparer une inititative demandant leur interdiction ou du moins l’interdiction des plus lourds et des plus polluants. Le texte est encore en préparation mais devrait demander l’interdiction des véhicules émettant plus de 250g CO2 / km. Des exceptions pourront être prononcées par l’autorité pour des cas spéciaux : bucherons ou paysans par exemple. Les véhicules ne respectant pas cette norme mais qui sont déjà en circulation seront frappé d’une interdiction de rouler à plus de 80 km/h.

    Egalement sur le « Matin » « l’initiative 4x4 a été vite rebaptisée initiative « Pour des voitures respectueuses de l’homme », car elle ne visait plus uniquement les mastodontes tout terrain. Nombre de sportives, de limousines bien motorisées et de grosse voitures de luxe remplissent aussi les critère d’interdiction, soit : un poids supérieur à 2,2 tonnes, une consommation supérieure à 10,5 litres aux cent et une absence de filtre à particules.

    Au final, les initiants estiment que seuls 13 % d’acheteurs de voitures verront leur désir être limité par l’interdiction : 7 % seront contraints d’acquérir un modèle complètement différent de celui désiré ; 6 % devront se contenter d’une version adaptée aux nouvelles normes.

    Pour le bien du développement durable, pour les biens des générations futures, je souhaite que cette initiative passe. Ce n’est pas sûr, car les Suisses n’aiment pas que l'on touche à la « bagnole ».

    Il est vrai que cette initiative est intransigeante vis-à-vis des défenseurs de la voiture. Toutefois, il est nécessaire de diminuer les émissions de polluants. Commençons par les grosses voitures.

    J’ai pu recueillir aussi sur Internet un « coup de gueule » de Monsieur Charles Fredereci Secrétaire général de l'ACS vaudoise dont voici deux extraits :

    "Lorsque la circulation est dense, des bouchons se créent très rapidement et la vitesse chute, ce qui provoque des accidents en chaîne. En créant une troisième catégorie de véhicules dont la vitesse serait limitée à 100 km/h, les verts savent parfaitement qu'une telle disposition correspondrait dans les faits à une limitation générale de la vitesse à 100 km/h sur les autoroutes, en ignorant les conséquences en matière de sécurité routière.

    « Or, ce que le texte de l'initiative ne dit pas, c'est que l'UE a d'ores et déjà fixé une limite maximale d'émission de CO2 à 120 g par kilomètre dès 2012. Cette limite sera atteinte grâce à l'amélioration de la technique des moteurs, mais aussi par la qualité des carburants et celle des pneumatiques. Connaissant le temps nécessaire pour légiférer dans notre pays, les nouveaux véhicules ne seront pas touchés par ces nouvelles dispositions, à moins que le Conseil fédéral décide de faire cavalier seul et abaisse encore une limite déjà difficile à atteindre ».

    Nous sommes au carrefour du pour ou contre les 4 x 4 et certaines limousines.

    Bonne journée

    Clin d’œil :je ne sais si vous avez remarqué, les propriétaires de grosses voiture sont généralement des petites personnes. Ce n’est pas que j’ai une salve contre les petits, mais je trouve cette situation drôle, car il faudrait presque un treuille pour se hisser dans le 4 x 4.
    Lien permanent Catégories : Société 48 commentaires
  • La peur de voyager !

    Imprimer
    La peur de voyager

    De nature je ne suis pas peureux. Toutefois, si devais voyager j’aurais certaines craintes. Rien de bien grave, à tout le moins un pincement au coeur !

    Je fais suite aux deux attentats à Istanbul.

    17 morts et environ 154 blessés. C’est tout de même terrible. Et quel courage pour se faire exploser avec une bombe placée sur soi. Il doit y avoir un sérieux lavage de cerveau pour se faire exploser la tête, le tronc, bref le corps entier.

    Je suis triste pour les victimes, mais aussi pour les familles.

    Ceux qui font ce genre de manifestation de mauvais goût ont une pierre à la place du cœur.

    Les Catholiques ont eu leurs guerres de religion. Maintenant ce sont les mouvements islamiques qui se déchirent. C’est le grand bouleversement d’idées religieuses. Entre Catholiques et protestants, il y a eu les dilemmes que l’on connaît. Aujourd’hui, ce sont les religieux islamistes mais aussi les gens de congrégations style les auteurs de ce double attentat le PKK Parti des travailleurs du Kurdistan qui déstabilisent des régions, des pays.

    Ca fait depuis 1984 que le PKK se bat pour l’indépendance du Sud-Est anatolien, à la population à majorité Kurde. Le conflit Kurde en Turquie a fait plus de 37'000 morts. Incroyable ce chiffre qui est le mauvais fruit d’une culture qui veut défendre ses racines.

    Ne puissent-ils pas trouver des accords de vie commune, sans se déchirer pour autant. Est-ce que les attentats sont vraiment parlants pour la bonne solution. Au fait quelle est la bonne solution ?

    Revenons aux attentats. Les moindre geste vont être analysés, notamment ceux pris pas les caméras de surveillance.

    Dans le fond le système de sécurité garanti par des caméras est d’un grand intérêt pour les enquêteurs. Chaque image est examinée ; la scène peut être reconstituée.

    Incroyable ! La police a interpellé trois adolescents suspectés d’avoir participé aux attentats. Là aussi ce sont de jeunes gens au cerveau lavé par le mal.

    J’avoue que ça fait un peu peur de voyager à l’étranger. Vous partez en vacances, vous revenez entre 4 planches. Quelle horreur.

    Clin d'oeil : Mais à part ça tout va très bien Madame la Marquise !!!

    Bon après midi.

    Lien permanent 3 commentaires
  • L'économie des USA est dans la TOURMANTE

    Imprimer
    USA : Ils ont approuvé le plan de sauvetage

    Bonjour et bon début de semaine.

    Tant la Chambre des Représentants que le Sénat américain ont adopté un plan visant à sauver la crise de l’immobilier.

    Selon ce que j’ai pu lire sur les dépêches d’internet ce plan est le plus ambitieux en une génération. Il vole au secours tant vers les emprunteurs que les organismes de refinancements hypothécaires qui se sont trouvés dans la tourmente ces derniers temps.

    Il a été adopté par la Chambre des Représentants par 272 voix contre 152. Quant au Sénat il a été voté par 72 voix contre 13.

    Il ne reste plus qu’au Président George W. Busch a signé cet ambitieux document.

    C’est la plus grave crise de l’immobilier depuis la Grande Dépression de 1929. Le plan de sauvetage a été conçu à la base pour aider les emprunteurs étranglés par leurs remboursements mensuels, et ce en relevant des prêts immobiliers pouvant obtenir une garantie publique.

    J’ai pu aussi lire sur Internet que le texte prévoyait tout un volet sur Fannie Mae et Freddie Mac, les deux géants du refinancement hypothécaire, qui ont frôle l’implosion au début du mois et dont la faillite aurait des conséquences incalculables  pour l’économie américaine.

    Au sujet de l’économie américaine voici un propos trouvé sur Internet que je vous livre ci-dessous :

    Economie

    L’économie américaine repose, en premier chef, sur un vaste marché intérieur en constante expansion grâce à l’immigration, une internationalisation très poussée (lourds investissements des multinationales américaines à l’étranger), et une suprématie technologique fondée sur l’importance des crédits consacrés à la RD, ainsi qu’un réseau d’universités et de laboratoires travaillant étroitement avec l’industrie. L’accord de libre-échange nord-américain (ALENA/NAFTA en anglais), entré en vigueur le 1er janvier 1994, a fait tomber les barrières douanières entre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique pour former un marché de près de 440 millions de consommateurs. La conclusion d’autres accords de libre-échange, régionaux ou bilatéraux (zone Amériques, zone APEC...) s’avère plus difficile, comme le démontre le récent rejet par la majorité démocrate du Congrès d’un projet d’accord avec la Colombie.

    L’ampleur du déficit commercial (6 % du PIB) reflète la hausse du coût de l’énergie, mais surtout le déclin de l’industrie traditionnelle (automobile - le Michigan est un Etat sinistré -, métallurgie, sidérurgie...), de nombreux biens d’équipement étant importés. L’emploi industriel, hors technologies de l’information, a fortement régressé (moins de 8 % des emplois contre 11 % en 1996). Ainsi, le textile a perdu le tiers de ses effectifs entre 2001 et 2004. Au final, l’économie américaine est devenue presque exclusivement une économie de services (80% du PIB).

    La première économie mondiale se caractérise également par un niveau élevé d’endettement vis-à-vis de l’étranger. Une dérive des finances fédérales est attendue pour 2008-2009. Le déficit budgétaire s’élevait en 2004, année record à 413 mds$, soit plus de 4% du PIB. Les déficits budgétaire et commercial (764 milliards en 2006) provoquent un besoin de financement extérieur auquel répondent principalement les banques centrales des pays asiatiques (Japon, Chine, Corée du Sud) en acquérant des titres américains (le Japon en détient plus de 800 milliards, la Chine 242 milliards) grâce aux excédents dégagés du commerce avec les Etats-Unis. La dette brute de l’ensemble des administrations publiques des Etats-Unis se rapproche des 70 % du PIB. Un élément-clé de la prospérité américaine est donc la capacité de financement de l’Asie.

    L’endettement des ménages, traditionnellement élevé, s’est aggravé fin 2007 avec le ralentissement du marché de l’immobilier (crise des ‘subprimes’) - ce qui a entraîné une perte de revenu des classe moyenne et influé sur la croissance. Face aux menaces de récession, le président George W. Bush tente de mettre en place un plan de relance chiffré à 140-150 mds$, soit 1% du PIB. La banque centrale américaine a par ailleurs baissé son taux directeur de 0,75 pointle 22 janvier[1]. Le dernier rapport du bureau du budget du Congrès américain (CBO) table sur une croissance de 1,7% en 2008 (contre 2,2% estimés en 2007), et de 2,8% en 2009. L’inflation devrait s’établir à 2,9% en 2008 et 2,3% en 2009, et le chômage augmenter à 5,1% cette année et 5,4% l’an prochain. Pour 2009 en revanche, le CBO a révisé à la baisse sa prévision de déficit, à 198 milliards de dollars au lieu de 215 milliards prévus précédemment.

    L’économie américaine n’est pas au beau fixe. Ça frise l’orage. C'est alarmant. Il va y avoir un incendie si ça continue ainsi. Il appartiendra au futur locataire de la Maison Blanche de reprendre ce brûlant dossier qui est celui de l'économie intérieure

    Espérons que ce vaste plan de sauvetage de l’immobilier soit bénéfique à nos banques Suisses. Le cas échéant nous allons les bénéfices de l’UBS comme ceux du Crédit Suisse vont baisser. L’inflation quant à elle va encore augmenter.

    La Maison Blanche s’opposait à une disposition accordant près de 4 milliards de dollars aux collectivités locales pour racheter des logements saisis. Elle y voyait un cadeau fait aux banques et courtiers hypothécaires. Selon Internet, « Nous pensons que ce n’est pas le moment de s’éterniser dans une bataille autour d’un veto, même si nous sommes sûrs que le Président réussirait à l’imposer », a affirmé la porte-parole de la Maison Blanche Dana Perino.

    Enfin, les « gens » de la finance seront rassurés. Et nombre de petit épargnant devraient être sauvé.

    Avec ce plan, les USA sont à un carrefour d’une meilleure économie.

    Lien permanent Catégories : Economie 6 commentaires
  • Christophe Darbellay au Conseil fédéral ?

    Imprimer
    N’ayant pas grand-chose à faire en ce moment, j'agite ma plume pour écrire un blog.

    Christophe Darbellay un homme loyal.

    Le président du PDC Suisse se veut loyal envers l’affaire de Roland Nef. C'est tout à son honneur.

    Va-t-il un peu fort ? Il critique le Conseiller fédéral sauvé des eaux comme Moïse l’a été ( !) dans la sombre affaire du chef des armées et sollicite la démission de Samuel Schmid.

    Christophe Darbellay a raison de dire que le siège est UDC et qu’il doit revenir à un UDC. Tous sauf Christoph Blocher. Là, il n’y a pas de doute, il serait malheureux pour la politique suisse de revoir le tribun revenir sur le devant la scène politique.

    Le DC pense à juste titre que la cause de l’ancien Conseiller fédéral UDC a été entendue et qu’il n’y a pas à revenir là-dessus.

    Selon le « Matin » les noms comme Peter Spuhler (UDC/TG), Bruno Zuppiger (UDC/ZH) ou encore l’ancien président de l’UDC, le Zurichois Ueli Maurer.

    Et pis, pourrions-nous voir naître une alliance entre le PDC, les Verts libéraux, et le PEV d’un côté, et l’UDC de l’autre, qui concrétiserait une majorité sur des sujets tel que la politique fiscale et familiale.

    Pour conclure ce petit aparté est-ce que Christophe Darbellay ne « piaffrait » pas d’impatience de devenir Conseiller fédéral ? Je subodore qu’il ne serait pas désintéressé si son parti le mettait en avant.

    Le Conseiller national est intelligent, intègre, sérieux, loyal, bon politicien. Il me fait un peu penser, dans un tout autre contexte politique à Barack Obama.

    Il est vrai que s’il pense au Conseil fédéral ce serait en désaccord avec ce qu’il dit à propos de Samuel Schmid (voir ci-dessus).

    Notre Christophe Darbellay a les dents longues. Il a raison, il faut foncer, pour autant que la situation soit loyal. Attention à ne pas rayer le plancher !

    Bref, le remplacement de Samuel Schmid n'est pas à l'ordre du jour, même si le Conseiller fédéral montre des signes de faiblesse. Pour l'instant sa tête est sauvée.

    Bonne soirée.

    Lien permanent 0 commentaire
  • Pendaisons qui troublent.

    Imprimer
    J’en ai froid dans le dos !

     Bonjour chers Amis, chères Amies, 

    Je viens de voir sur Internet une photo de 4 personnes pendues au bout d’une corde. Ca c’est passé en Iran. En tout, ce sont 29 trafiquants, violeurs qui ont trépassé de façon barbare. C'est outrancié !

    Certes, ils ont été jugés pour des actes contraires aux us et coutume de l’Iran.

    Ce que je reproche à cette annonce c’est le fait de mettre une photo. Des pendus au bout d’une corde attachée elle-même à des bras élévateurs. Personnellement, j’en ai froid dans le dos. Ca me donne la nausée.

    C’est clair que dans ces pays où la culture est différente de la nôtre, les exécutions sont différenciées en Europe, notamment. Heureusement ! D’aucuns pensent le contraire. Si ce genre de peine exécutoire se passait en Suisse, je ne sais comment ces personnes percevraient la pendaison. Il est vrai que c'est radical, sans discussion, expédié au ciel.

    Ce m'esst pas bien de publier ce genre de photo. Autant pour les enfants que pour les adultes.

    Bref, tout ça pour dire que cette photo me coupe l’appétit.

    Bonne journée.

    Lien permanent 7 commentaires
  • La Suisse prise pour otage ?!

    Imprimer

    Le Président de la Confédération inquiet.

    Est ce que la Suisse n'a pas les moyens de se débrouiller seule ? Il y  a de quoi être inquiet sur le sort de nos compatriotes. Il y a urgence a réagir, à entrer en discussions  authentiques avec la Libye. La Libye n'a pas le droit d'avoir le dessert et nous petits Suisses les miettes. Si le fils de Kadhafi n'a pas dans son escarcelle de quoi se défendre seul, et bien qu'il mandate de bon avocats. S'il était au moins malin, encore plus grand dans sa tête pour se sortir de cette crise en calmant le jeu par la voie diplomatique. Je croyais à une affaire toute simple, et bien Mesdames et Messieurs, c'est tout le contraire. Cette affaire est bien triste. Dans une société du XXIème siècles, en mutation constante, ce genre d'affaire ne me fait pas rire, car elle est l'image d'un menu frottement entre diplomate, entre gouvernement. Elle va donner du fil à retordre à la diplomatie Suisse. S'il n'y a pas d'issue heureuse, je douterais, et il n'y pas qe moi, de l'efficience de la diplomatique helvétique.

    Je déplore le comportement des Libyens. 

     Ce matin j’évoquais la visite de Barack OBAMA en Europe. A mes propos, je voulais dire oh combien il aurait été agréable que le candidat à la Maison Blanche passe par la Suisse, provoquer les liens tissés avec les USA, lui expliquer comment le fédéralisme fonctionnait ici et évidemment avoir son avis sur la crise Libyenne-Suisse.

    Je pensais que notre pays de par sa neutralité dénouerait bien plus rapidement les divergences nées avec la Libye. Que nenni.

    La crise s’éternisant, je comprends que Pascal Couchepin, en sa qualité de Président de la Confédération Helvétique, se fasse du souci. Je dirais qu'il faut agir intelligeamment, rapidement avec les bonnes "armes" diplomatiques.

    Dans la presse, je n’ai pas vraiment lu d’intervention direct de la Conseillère fédérale Micheline Calmy rey. N’oublions pas de rappeler encore une fois que deux de nos compatriotes sont détenus dans des conditions difficiles. Les relations bilatérales entre la Suisse et la Lybie sont donc en crise. Selon une information trouvée sur Internet, la délégation suisse rentrée de Tripoli ce matin, la situation n'a pas vraiment l'air de s'arranger, Elle a aussitôt informé la cheffe du département du résultat et des contacts. Quant à un éventuel soutien de la part de médiateurs, il a été évoqué l’ancien chef Du DFAE Joseph Deiss (propos radio la 1ère). je dis oui sans hésiter.

    Pour essayer de dénouer cette crise qui dure, qui vient offrir ses services. Par la voie de son Président, la France.

    Au sujet de l’éventuelle intervention diplomatique française, j’ai trouvé ce qui suit. Des propos dans "24heures". Je vous le rapporte, les propos me semblant intéressants.

    La France, dont les «bons offices» ont permis la libération des infirmières bulgares, s’est fendue hier d’une déclaration remarquée, tandis que les médias de l’Hexagone, à l’instar de Libération, commençaient à donner un écho significatif à l’affaire. «Il nous semble important de signaler aux autorités libyennes notre préoccupation» face à une «escalade qui serait préjudiciable pour tout le monde», a déclaré le porte-parole du Ministère des affaires étrangères, Eric Chevallier. Le Quai d’Orsay a confirmé hier à notre rédaction qu’il «suivait l’affaire de près». La diplomatie française est prête à aider la Suisse. Même si pour l’instant, aucune «demande officielle de médiation n’a été reçue», nous explique-t-on au ministère.

    Jean-Philippe Jeannerat, le chef de l’information du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), s’est refusé à donner de plus amples informations sur les échanges entre la Suisse et son grand voisin. «Mais il est vrai que Micheline Calmy-Rey multiplie les contacts avec différentes personnes et des organisations afin de trouver une solution», ajoute Jean-Philippe Jeannerat. Ce dernier a par ailleurs infirmé la supposée implication de l’ex-conseiller fédéral Joseph Deiss dans un processus de médiation. Idem pour l’ambassadeur d’Algérie, «qui n’a pas passé sa journée d’hier dans les bureaux de Micheline Calmy-Rey, contrairement à ce qu’on a pu lire».

    Cahier de doléances

    Après avoir joué sur les mots pendant quarante-huit heures, le DFAE a reconnu toutefois qu’il fallait bien dorénavant parler «de crise dans les relations bilatérales entre la Suisse et la Libye». La délégation diplomatique, emmenée par le No 3 du DFAE, l’ambassadeur Pierre Helg, est rentrée de Tripoli avec un cahier exhaustif des doléances libyennes. Berne refuse d’en donner la teneur exacte, mais on sait que les excuses du Conseil fédéral et sans doute le versement «d’une caution» devrait figurer en bonne place sur cette liste.
    Micheline Calmy-Rey a discuté hier avec ses collègues du Conseil fédéral de l’affaire.

    Les deux Suisses, toujours détenus dans «conditions très éprouvantes» ont pu rencontrer un avocat mandaté par le DFAE.

    Je préférerais que la Suisse se débrouille seule dans le dilemme l'opposant à la Libye.

    Il me semble que nous avons les moyens de lutter seul dans ce marasme politico-diplomatique.

    Si vraiment la Suisse n’est pas assez compétente pour débroussailler seule sur le terrain, alors en effet, nécessité est de faire appel à nos voisins. Je serais déçu de l’efficience du Conseil fédéral. Il me semble que nous avons les moyens d’éviter de  baisser le pantalon.

    Qui aurait pensé que la Suisse pourrait être en crise diplomatique d’une telle virulence. Incroyable mais vrai.

    Tout ce "binz" pour une simple plainte pénale déposée contre le fils du colonel Kadhafi. Ce qui veut dire que ce fils à son âge n’a pas les reins assez solides pour se défendre sans Papa. Ce gentil Papa qui veut faire plier la Suisse dans un giratoire. Il faut cesser de tourner en rond et de se dire que la Suisse mettra tout en œuvre pour retrouver la paix, le calme. Pour cela, nécessité est de dépêcher un médiateur, par exemple l’ancien Conseiller fédéral.

    Joseph Deiss a les moyens intellectuels pour parlementer, négocier et trouver un terrain d’entente entre la Suisse et la Libye.

    Clin d'oeil : et pourquoi ne pas y envoyer Anne-Marie Von Arx-Verdon, la bon samiratain qui a recueilli les deux plaignants. En tant que députée au Grand Conseil, elle devrait s'embarquer pour Tripoli et négocier au nom des Autorités genevoises. Je souris, car au nom de la séparation des pouvoirs c'est juste pas possible.

    Je pense que l’ancien Conseiller fédéral peut et pourra calmer le jeu.

    Quant à moi je vous souhaite un excellent week end.

       
    Lien permanent 8 commentaires
  • Barack OBAMA en Europe

    Imprimer
    Nicolas Sarkozy a reçu Barack Obama

    C’est évident que le candidat Démocrate ne pouvait ne pas s’arrêter à Paris. Après le moyen orient, l’Allemagne, il était de bon augure que l’éventuel locataire de la Maison blanche soit reçu par le Président des Français.

    Barack Obama veut mettre toutes les chances de son côté. C’est pourquoi, il vient entrepreprendre une tournée électorale en Europe.

    Je trouve toutefois un peu léger les propos de Nicolas Sarkozy « Obama ? S’est mon copain ». C’est un peu de l’outrecuidance de parler ainsi d’un homme candidat aux prochaines élections. Je veux bien croire à une entrée en matière politique des deux hommes. Enfin bon…..

    Mon propos est de dire avec conviction que je trouve cette tournée d’une très grande importance. Dans les milieux américains, tant est dit que Barack Obama ne touche pas à la politique extérieure des States. Faux.

    C’est donc dans un esprit d’ouverture que le candidat est venu en futur Père de la Nation auprès de l’europe.

    Ce que j’ai pu recueillir dans la presse française :

    Le constat est partagé par toute la presse française : samedi matin, les principaux journaux ont souligné le "triomphe" remporté en Europe par le candidat démocrate à la présidentielle américaine... tout en observant que la popularité sur le vieux continent ne lui assure pas la victoire sur le nouveau.

    "Son triomphe européen ne fait pas automatiquement de lui le prochain président des Etats-Unis" estime Pierre Rousselin du Figaro qui rappelle qu'il "va devoir veiller à ne pas ajouter son nom à la longue liste des hommes politiques devenus, au fil du temps, plus populaires à l'étranger que dans leur propre pays : Tony Blair, Mikhaïl Gorbatchev, Lech Walesa..." Dans La Voix du Nord, Hervé Favre n'a aucun doute : "si les Européens pouvaient élire le président des Etats-Unis, il n'y aurait guère de suspense sur le nom du prochain locataire de la Maison- Blanche". Dominique Garraud (La Charente Libre) fait chorus : " Si les élections américaines se déroulaient en Europe, Barack Obama serait élu triomphalement par les électeurs de Varsovie à Londres en passant par Paris".

    Obama a-t-il vraiment la fibre pro-européenne ?

    Mais les éditorialistes restent pragmatiques, tel Hervé Cannet (La Nouvelle République du Centre-ouest) qui juge que "ce n'est pas l'Europe qui votera en novembre !" Roger Antech note dans Nice Matin qu'accueilli "en rock star en Allemagne, Obama a ainsi vu que son charme agissait en France". Mais il ajoute : "Al Gore puis Kerry, ce pays mise souvent sur les loosers. Le vote des Français est rarement celui des Américains."

    D'aucuns observent "l'espérance" dont le démocrate est porteur en Europe. Parmi eux Rémi Godeau (L'Est Républicain) pense que "l'Obamania fait des ravages". Lui aussi observe qu'en "une étrange projection, les jeunes du Vieux Continent voient dans la réussite hors norme de ce métis la preuve que tout est possible".

    Pierre Fréhel du Républicain Lorrain juge qu'on "ne peut oublier à Paris que c'est à Berlin (...) que le candidat démocrate à la Maison-Blanche a choisi de prononcer son grand discours européen", et de s'interroger : "l'équipe Obama a-t-elle simplement tiré les conclusions de la prédominance de l'Allemagne sur le Vieux continent et de l'affaiblissement relatif de la France ?" Frank De Bondt va plus loin. Dans Sud-Ouest, il affirme que "la France ferait bien de s'inquiéter de la différence de traitement accordée par l'équipe Obama à Berlin, étape privilégiée du voyage en Europe, et à Paris, où l'impressionnante caravane n'a fait que passer en route pour Londres." Enfin, dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace, Olivier Picard doute qu'Obama, malgré son succès ici, ait la fibre pro-européenne. "Quand il parle enfin aux Européens, c'est pour leur demander leur soutien", regrette-t-il.

    Je crois que la messe est dite !

    Bon samedi

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Le Chef de l'armée jette l'éponge !

    Imprimer
    Le Chef de l’armée jette l’éponge !

    L’incendie est en effet allumé. Il faudra trouver la bonne intervention pour éteindre les flammes.

    Quel « idiot » notre ex-chef des armées. Il s’est vraiment donner le bâton pour se faire battre. Tout ça à cause du SEXE. Encore et toujours le SEXE mis en avant. Ce n'est pas le bon cheval de bataille !!! 

    C’est fait Monsieur Roland Nef démissionne. Combien sont-ils-elles ceux-elles qui voulaient sa tête ?

    Dans le fonds ils y sont arrivés. Il fallait bien une tête, un coupable. Pourquoi ? Parce que cet homme n’est pas net sur le plan jurdiciaire. Il a bien fait de démissionner avant d’être mis à la porte. De toute manière ses jours étaient comptés ; le conseil de quitter ses fonctions mijotait dans les marmites des partis politiques à Berne.

    Il n’a pas de chance Roland Nef. Il lui est tombé dessus l’affaire de Kander, où malheureusement 5 soldats ont perdu la vie. Maintenant sa vie privée est exposée à celle ou celui qui veut y prêter intention.

    Samuel Schmid le pompier de Service est-il actuellement sur un siège éjectable ?

    Est-ce la pointe de l’iceberg. Mon interrogation porte sur le siège de Monsieur Samuel Schmid. Je souhaite de tout cœur que ce dernier ne soit pas inquiété. Je l’aime bien ce Conseiller fédéral. Il est discret, intègre, intelligent. Va-t-il aussi payer, doit-il payer, pour les infractions de son Chef des armées ? C'est clair ses Services ont mal fait le travail lors de la nomination de Roland Nef. Ce sont ces personnes qui doivent être sermonées.

    Même notre bon Pascal Couchepin, Président de la Confédération, s’en est mêlé.

    Nous sommes au croisement de grandes décisions. Qui va remplacer Roland Nef, que va-t-il se passer avec Samuel Schmid

    Dans ces affaires judiciaires, je me pose souvent la question de savoir s’il n’y a pas une enquête sur les personnes, surtout chez les hauts dirigeants, avant d’être engagé. Dans le cas de Monsieur Nef, il y avait une plainte pénale déposée par son ex-compagne « pour contrainte et violences conjugales ». De plus comment le Ministère de l’armée ne savait-il pas que le futur Chef des armées helvétiques harcelait son ex-amie de sms et d’e-mail. Pour cela, il y avait également une plainte pénale. Au moment de sa nomination, le panier judiciaire de Roland Nef était bien rempli.

    C’est vrai que l’attitude du nouvel ancien Chef des armées est chaotique.

    Mesdames et Messieurs si vous désirez faire partie des têtes pensantes de notre bonne vieille Suisse, soyez blanc comme neige. Et lors d'engagement, que les "employeurs" fassent mieux leur boulot  d'enquêteur.

    Ces jours, il s’en passe des drôles d’affaires en Suisse. Les boulettes se suivent. L'été est chaud !

    Celle précitée, l’affaire kadhafi et toutes celles que nous ne savons pas.

    Va-t-il sortir du bois encore beaucoup d’affaires ?! A quand le prochain incendie !!!

    Bonnes vacances Mesdames et Messieurs les Conseillers fédéraux !!!

    Bon week end.

    Lien permanent 0 commentaire
  • Le programme de Barack Obama. Vive ce candidat

    Imprimer

    Le programme de Barack Obama. En "potassant" sur Intenet, j’ai découvert le programme de Barack Obama, version light. Je vous le transmets ci-dessous, afin de mieux se familiariser avec la politique du nouveau « kennedy » des USA. Vous constaterez que ce programme se veut proche de la population de toutes les classes sociales. Comme le disait un "blogueur", c'est le grand carefour des blancs, des noirs et des jaunes. En le lisant, mon vote en faveur du candidat démocrate serait assuré. Il a le charisme, l'allure d'un futur Président. Je soutiens ses dépaclements notamment à Berlin, à Paris. Dommage qu'il ne se soit pas arrêté en Suisse. Il est d'une très grande ouverture pour le devenir des USA. Je serais tenté de dire qu'il peut ramener une paix durable dans les pays du moyen et proche orient. Les américains ont une chance inespérée en cette homme. Faudrait-il qu'il vote pour lui et le mène vers la Maison Blanche. Le concept de programme politique générale de Barack OBAMA peut changer les Etats-Unis. C'est un homme qui rassure, qui réconforte.



    Barack Obama se sent plus proche des classes pauvres. Et il veut être leur porte-voix. Par rapport à Hillary Clinton, il est largement plus à gauche.

     

     

      Redonner une vision aux Etat-Unis en étant un exemple en rétablissant le multilatéralisme car l'union fait la force.
    Être plus interventionniste (Congo, Darfour et Liberia)
    Améliorer la sécurité sanitaire mondiale
    Plan pour arrêter la guerre en Irak.
    Un système de sécurité social plus performant et protecteur
    Combattre la pauvreté en mettant en place des formations pour ceux qui sont sans emploi, assurer la liberté de syndicalisation, aide aux plus pauvres pour trouver des crédits d'investissement dans une entreprise, création d'incubateur d'entreprises
    Création d'un fond visant à aider les prisonnier à se réinsérer.
    Développer le crédit d'impôt sur le revenu pour les plus bas salaires et le crédit d'impôt pour familles nombreuses
    Augmenter le salaire minimum
    Aide aux familles les plus démunies
    Développer les maternelles aussi pour les plus pauvres
    Changer le système d'attribution des professeurs en mettant les meilleurs avec ceux qui en ont le plus besoin.
    Aider les plus pauvres à aller à l'Université
    Améliorer les conditions du logement en créant un fond public et en combattant les fraudes aux hyppothèques et les prêts pourris (enfin la crise des Subprimes)
    Réinvestissement de la ville (les villes américaines étant désertés par les riches, ce sont leurs banlieues...)
    Grands travaux d'infrastructures dans les milieux ruraux
    Reconstruire la Nouvelle-Orléans.
    Suppression de l'impôt sur le revenu pour les seniors touchant moins de 500$
    Faciliter le remplissage de la feuille d'impôt
    Suppression de l'impôt sur la Recherche & Développement
    Aide aux petites entreprises en diminuant l'impôt pour les entreprises d'un salarié, et en supprimant les impôts sur les profits des start-up
    Développement de l'infrastructure pour le téléphone et internet.
     
    Lien permanent Catégories : Politique 3 commentaires
  • La Libye va un peu loin ?

    Imprimer
    La vengeance de Kadhafi

    Personnellement je trouve que Tripoli va un peu loin.

    Si la justice genevoise est intervenue c’est bien que le fils du Colonel Kadhafi était  un suspect lié à la liste des incivilités. S'il a commis une erreur, il devra répondre de ses actes et au mieux être jugé. Est ce que cette façon va à l'encontre des règles de la diplomatique, là je n'en sais rien.

    C’est un droit acquis. Loin de moi de vouloir nager dans la cour des Grands, je donne simplement mon humble avis.

    J’ai le droit de m’exprimer sur une affaire qui touche notre bonne vieille Suisse. Je ne vais pas outrepasser mon droit démocratique, je dis simplement ce que je pense sur une affaire de « cour d’école ».

    C’est incroyable d’être vindicatif au point de créer une « gueguerre » aux verbes forts. Si le Procureur général de Genève a été saisi d’une plainte pénale contre X et bien que X admette qu’il a commis une erreur et que justice soit rendue. Je veux rester basique car cette affaire ne mérite pas plus.  

    Les représailles sont de l’enfantillage. Fermer plusieurs bureaux, détenir deux personnes, fermer le robinet d’or noir, c’est de la petite vengeance d’enfant. Mais enfin, le fils du Chef Libyen a outrepassé l’aptitude politiquement correct, qu’il soit jugé.

    C’est devenue une authentique affaire diplomatique. Enfin un « truc » qui bouge en Suisse. Je croyais que nous étions à l’abri de gesticulation diplomatique.

    Quelle histoire on nous fait là. Même Madame Micheline Calmy-Rey a dû interrompre ses vacances.

    La police a reçu une plainte, elle est intervenue selon les principes de la justice Suisse. A chacun ses pratiques.

    Je pense que la police a été très courtoise, d’autant plus qu’elle arrêtait un homme de très haut niveau dans la hiérarchie Libyenne. Les gants ont dû ajuster les mains des policiers.

    Enfin, cette affaire occupe les médias.

    Comme dirait Oskar Blumenthal « Quelle lutte sur cette terre pour l’honneur et la gloire de paraître ! En cherchant fébrilement de devenir quelqu’un, les sots oublient d’être »

    A mon humble avis cette affaire va, à juste titre, faire l’objet d’un soufflet. D’ici quelques jours on en parlera plus. Le jeu n’en vaut pas la chandelle. Entre femmes et hommes du monde adultes les bonnes solutions doivent se trouver. La crise ne va pas s’éterniser. Je fais confiance à notre ministre des affaires étrangères Madame Micheline Calmy-Rey et de ses Services.

    Bonne journée.

     
    Lien permanent 22 commentaires
  • L'Opus Dei et le Da Vinci Code

    Imprimer
    Bonjour chers Amis,

    Il y a quelque temps déjà, j’évoquais les activités de l’Opus Dei.

    Depuis, j’ai fait des recherches sur le rapport entre l’Opus Dei et le Da Vinci Code.

    J’ai trouvé ce qui suit. C’est un peu long à lire. Pas besoin d’une aspirine ! Comme le livre Da Vinci Code, vous allez être intéressés par les propos ci-dessous. Ils sont à la portée de toutes et de tous. Il n’y pas besoin d’un titre Universitaire pour connaître et découvrir la valeur de ces propos. Ces derniers remettent également dans le juste contexte la réponse de la prélature de l’Opus Dei en France au Da Vinci Code. Certes si l'article date de 2006, il est tourjous d'actualité.

    L’Opus Dei et le Da Vinci Code

    Une réponse de la prélature de l’Opus Dei en France au Da Vinci Code

    Le 29 avril 2006

    Contenu de l’article :

    0. Introduction

    1. L’Opus Dei et les moines

    2. L’Opus Dei et le crime

    3. L’Opus Dei accusé d’être une secte

    4. L’Opus Dei et les femmes

    5. L’Opus Dei et la mortification corporelle

    6. L’Opus Dei et la banque du Vatican

    7. La canonisation du fondateur de l’Opus Dei

    Si vous avez besoin de quelqu’un pour parler de l’Opus Dei à l’occasion d’une conférence, d’une table ronde, etc., nous pouvons vous aider à trouver un intervenant. Vous pouvez contacter Arnaud Gency sur info@opusdei.fr

    0. Introduction

    L’Opus Dei est introduit dès la première page du Da Vinci Code. Le préambule intitulé « Les faits » présente en effet, en parallèle, « la société secrète du Prieuré de Sion » et l’Opus Dei. Contrairement à ce qui est indiqué, le Prieuré de Sion n’a pas été fondé en 1099 : c’est une supercherie forgée de toutes pièces dans le milieu des années 1960 par quelques personnages douteux. En revanche, l’Opus Dei existe bel et bien. Mais la présentation qui en faite dans cette page du roman, et tout au long de l’intrigue, est totalement erronée, tant du point de vue général que dans d’innombrables détails. On peut dire en synthèse que le Da Vinci Code présente de l’Opus Dei une image exactement inversée : inversion du statut de ses membres qui, alors qu’ils sont des fidèles chrétiens courants, sont présentés comme des moines ; inversion des valeurs qui les animent, présentées comme dangereuses, voire criminelles, alors que l’esprit de l’Opus Dei est entièrement conforme à la doctrine et la morale chrétienne ; inversion de l’attitude de l’Opus Dei à l’égard du monde et de l’Église, présentée comme rétrograde, alors que l’Opus Dei a été depuis longtemps reconnu comme un des précurseurs du concile Vatican II.

    Il serait absurde de s’appuyer sur le Da Vinci Code pour se faire une quelconque opinion sur l’Opus Dei. On pourra en revanche se reporter à la présentation de l’Opus Dei authentique donnée dans L’Opus Dei, de Dominique Le Tourneau (PUF, collection Que sais-je ? n° 2207).

    Pour en savoir plus sur le Da Vinci Code et l’Opus Dei, lire l’article ci-dessous, ou consulter les livres ou sites suivants :

    Livres en français

    Amy Welborn, Da Vinci. La grande mystification. Réponse à une imposture ésotérique, Le Forum Diffusion, Perpignan 2004.

    Agnès Jauréguibéhère, Décoder Da Vinci Code, Éditions de l’Homme Nouveau, Paris 2006.

    Sites en français

    www.croire.com (site de Bayard Presse)

    www.davinci-codex.com

    Sites en anglais

    www.jesusdecoded.com (site de la conférence des évêques de Etats-Unis)

    www.davincicode-opusdei.com (blog de Fr John Wauck, prêtre de l’Opus Dei)

    1. L’Opus Dei et les moines

    Tout le long du récit, un membre de l’Opus Dei est présenté comme un moine – ou plus exactement comme une horrible caricature de moine.

    Comme tous les catholiques, les membres de l’Opus Dei ont la plus grande estime pour les moines, mais, en réalité, il n’y a aucun moine dans l’Opus Dei. L’Opus Dei est une institution catholique composée de simples laïcs et de prêtres diocésains. La façon dont l’Opus Dei encourage à vivre la foi consiste à chercher Dieu au milieu des réalités quotidiennes et de l’exercice du travail professionnel, sans se distinguer en rien des autres fidèles chrétiens.

    Les membres ‘numéraires’ de l’Opus Dei – une minorité – choisissent le célibat afin d’être disponibles pour prendre en charge les activités apostoliques de l’Opus Dei. Ils exercent par ailleurs leur activité professionnelle ordinaire, au milieu de leurs concitoyens. Ils ne prononcent pas de vœu, ne portent pas de robe de bure, ne dorment pas sur des paillasses. D’une façon générale, ils ne se comportent en aucune manière comme le Silas du Da Vinci Code.

    Le Da Vinci Code présente en fait une image exactement inversée de l’Opus Dei.

    Pour en savoir plus, voir « L’Opus Dei, est-il hostile au Concile Vatican II et au monde moderne ?» dans cette même section.

    2. L’Opus Dei et le crime

    Le Da Vinci Code prête à des membres de l’Opus Dei des comportements criminels : assassinats, recours à la coercition, détournement de fonds, etc. Tout serait à leurs yeux justifié dès qu’il s’agit des intérêts de Dieu, de l’Église ou de l’Opus Dei. Le Da Vinci Code présente en outre l’Opus Dei comme avide de pouvoir et de richesse.

    En réalité, l’Opus Dei est une institution catholique et adhère à la doctrine catholique qui condamne clairement tout comportement immoral, à commencer par le meurtre, le mensonge, le vol et tout ce qui est susceptible de nuire à autrui. Pour les membres de l’Opus Dei, comme pour tout chrétien, il n’est jamais licite de commettre le mal, même en vue d’une bonne cause. L’Opus Dei insiste en outre sur l’esprit évangélique de pauvreté et d’humilité.

    La mission de l’Opus Dei est d’aider chacun à harmoniser sa vie ordinaire et sa foi, dans la recherche constante de l’union à Dieu. L’assistance spirituelle que l’Opus Dei propose à ses membres les incitent à se comporter toujours dans le plus grand respect de l’éthique. Comme tout le monde, les membres de l’Opus Dei peuvent se tromper ou mal agir, mais on ne peut en aucun cas imputer les erreurs personnelles des membres à un enseignement de la prélature de l’Opus Dei.

    Pour en savoir plus, voir  « L’Opus Dei, les richesses et le pouvoir »

    3. L’Opus Dei décrit comme une secte.

    Dans plusieurs pages du roman l’Opus Dei est dépeint comme une secte, recourant à des méthodes de coercition à l’encontre de ses membres, cultivant le secret, critique envers l’autorité ecclésiastique.

    L’Opus Dei est, en réalité, une institution pleinement insérée dans l’Église catholique, et ne professant d’autre doctrine théologique ou spirituelle que celle de l’Église.

    La finalité de l’Opus Dei est de diffuser le message de l’appel universel à la sainteté et à l’apostolat. Pour ce faire, l’Opus Dei offre à ses membres, et à tous ceux qui veulent bénéficier de son aide pastorale, une formation concrète visant à les aider à harmoniser leur foi avec les activités de leur vie quotidienne. L’idéal proposé par l’Opus Dei consiste à rechercher l’union avec Dieu et le service des autres dans et à travers la vie ordinaire. En tant que prélature personnelle (structure hiérarchique de l’Eglise catholique), l’Opus Dei propose ainsi un prolongement et un complément à la mission pastorale des diocèses et des paroisses.

    L’Opus Dei a été fondé en Espagne en 1928 par un prêtre catholique, saint Josémaria Escriva, et à reçu dès sa fondation le soutien des évêques locaux. Il a reçu une approbation définitive du Saint-Siège en 1950 et s’est alors établi dans plusieurs pays du monde. L’Opus Dei compte maintenant à peu près 83.000 membres laïcs (environ 1.000 en France) et 2.000 prêtres. Plusieurs millions de personnes participent à ses programmes et activités, dans plus de 60 pays.

    Le Da Vinci Code affirme avec une certaine emphase que l’Opus Dei pratique le « lavage de cerveau », la coercition, et pratique un « recrutement agressif », l’assimilant ainsi à un groupe sectaire.

    La vérité est que l’Opus Dei propose à ses membres un chemin de sainteté personnelle au sein de l’Église catholique. L’engagement dans l’Opus Dei ne peut résulter que d’une décision entièrement libre, motivée par la charité : l’amour de Dieu et des autres. Le respect de la personne et de sa liberté est au cœur de l’esprit de l’Opus Dei. Aucune option sociale, philosophique ou politique, n’est imposée aux membres de l’Opus Dei, qui jouissent dans ce domaine de la même liberté que n’importe quel autre catholique.

    La liberté, dans l’Opus Dei, est une valeur si fondamentale qu’un certain nombre de précautions sont prises pour garantir que tout engagement soit pris librement et en pleine connaissance de cause. Ainsi, nul ne peut s’engager définitivement dans l’Opus Dei avant d’avoir essayé, durant un minimum de six ans, d’en vivre généreusement l’esprit de prière et d’apostolat. Aucun engagement temporaire ne peut être pris avant l’âge de 18 ans. Dans la pratique, la grande majorité des membres de l’Opus Dei se sont engagés à un âge plus avancé, et il n’est pas rare que sollicitent l’admission des personnes de 40, 60, voire 80 ans. La maturité personnelle et l’équilibre psychique sont des conditions requises pour être admis dans l’Opus Dei.

    Pour en savoir plus, voir « L’Opus Dei dans l’Église »

    4. L’Opus Dei et les femmes

    Le livre prétend à tort que le siège mondial de l’Opus Dei est à New York, alors qu’il est à Rome. Il dit à propos du siège de l’Opus Dei aux États-Unis : Les hommes entrent par l’entrée principale qui donne sur Lexington Avenue. Les femmes rentrent par une petite rue. C’est inexact. Le bâtiment est divisé en deux zones séparées, l’une abritant une résidence pour femmes célibataires et l’autre une résidence pour hommes célibataires. Mais ces zones ne sont pas exclusivement réservées à l’un ou l’autre sexe. Par ailleurs, c’est la résidence féminine qui a son entrée sur Lexington Avenue. et non celles des hommes, contrairement à ce qui est indiqué dans le livre.

    Le Da Vinci Code suggère aussi que les femmes membres de l’Opus Dei ont un statut inférieur à celui des hommes, et que certaines d’entre elles sont forcées de faire gratuitement le ménage des maisons masculines.

    Tout ceci est gravement erroné. L’Opus Dei affirme, avec toute l’Église, l’égale dignité des hommes et des femmes, et tout ce qui est pratiqué dans l’Opus Dei s’inspire de ce principe. Les femmes de l’Opus Dei exercent toutes sortes de profession : aussi bien celles que la société actuelle considère comme prestigieuses que celles qui tendent à être sous-estimées ou dévaluées. Selon l’esprit de l’Opus Dei, ce n’est pas la valeur socialement reconnue d’un travail qui en fait la grandeur, mais l’amour de Dieu qui préside à son accomplissement.

    Certains femmes numéraires de l’Opus Dei ont librement choisi comme travail professionnel de s’occuper des centres de l’Opus Dei, tant ceux des hommes que ceux des femmes. Elles dirigent aussi des centres de formation où sont organisées des activités culturelles et spirituelles. Ces femmes sont formées professionnellement et rémunérées pour leurs services, comme la décoration intérieure, l’intendance, ainsi que d’autres savoir-faire qui requierent une haute qualification. Les milliers de personnes qui, de par le monde, assistent à des retraites ou d’autres activités de formation spirituelle dans les centres de l’Opus Dei, peuvent attester de leur professionnalisme. Le fait d’insinuer que leur travail reflète un statut inférieur est contraire à la réalité, et témoigne d’un préjugé navrant à l’égard de ces femmes et de toutes celles qui, de par le monde, se consacrent à des métiers de service.

    Pour en savoir plus, voir « l’Opus Dei et les femmes »

    5. L’Opus Dei et la mortification corporelle

    D’après le Da Vinci Code, les membres de l’Opus Dei se livrent à des mortifications sanglantes. En réalité, bien que l’histoire de l’Église montre que certains saints ont parfois vécu des formes extrêmes de pénitence, les membres de l’Opus Dei se tiennent loin de ces pratiques.

    L’Église catholique conseille la pratique de la mortification. Le mystère de la Passion du Christ montre que le sacrifice volontaire a une valeur transcendante, et qu’il procure à d’autres des bienfaits spirituels. Il apporte aussi des bienfaits personnels en permettant de résister à l’inclination au mal. C’est pour ces raisons que l’Église prescrit de jeûner certains jours et recommande aux croyants la pratique d’autres mortifications. La mortification n’est en aucun cas le centre de la vie chrétienne, mais personne ne peut grandir dans l’amour de Dieu sans elle : « Il n’y a pas de sainteté sans renonciation et lutte spirituelle. » (Catéchisme de l’Eglise catholique, n. 2015).

    Dans le domaine de la mortification, l’Opus Dei met l’accent sur les petits sacrifices discrets, conformément à son idéal de sanctification à travers la vie ordinaire. Les mortifications priviliégées par les membres de l’Opus Dei consistent, par exemple, à persévérer dans le travail malgré la fatigue, à affronter avec bonne humeur les contrariétés, à se priver discrètement de certaines satisfactions.

    Certains membres de l’Opus Dei utilisent aussi de façon modérée le cilice et la discipline, genres de mortification qui ont toujours eu cours dans la tradition catholique en raison de leur référence symbolique à la Passion du Christ. La description du cilice et de la discipline dans le Da Vinci Code est totalement extravagante. L’utilisation qui est faite de ces pratiques dans l’Opus Dei ne peut causer aucun dommage à la santé, conformément à ce que recommande l’Église dans ce domaine. En outre, la pénitence est pratiquée par amour de Dieu et désir d’imitation du Christ, et non en vertu d’un sentiment de culpabilité, de haine de soi ou d’auto-punition.

    Pour en savoir, voir « L’Opus Dei et la mortification corporelle »

    6. L’Opus Dei et la banque du Vatican.

    Le Da Vinci Code dit que l’Opus Dei a obtenu son statut de prélature personnelle en échange de sa contribution au « renflouement » des caisses de la banque du Vatican.

    Ni l’Opus Dei, ni aucun de ses membres n’a aidé à renflouer les caisses de la banque du Vatican. Les autorités de l’Église ont érigé l’Opus Dei en prélature personnelle en 1982, parce qu’ils ont reconnu que cette nouvelle figure canonique était parfaitement adaptée à l’esprit et à la mission de l’Opus Dei dans l’Église.

    Le statut de prélature personnelle n’est aucunement un privilège. C’est l’une des nombreuses figures canoniques prévues par l’Église pour organiser les institutions qui ont une activité pastorale spécifique. La notion de « prélature personnelle » a été définie lors du concile Vatican II. Contrairement à ce que le livre insinue, les membres des prélatures personnelles ne relèvent pas directement du pape, et ne sont d’aucune façon soustraits à l’autorité de leur évêque diocésain.

    7. La canonisation du fondateur de l’Opus Dei

    Le Da Vinci Code prétend que l’Église a détourné ses règles de canonisation en mettant le fondateur sur une « voie express » pour qu’il soit déclaré saint plus rapidement.

    La canonisation de saint Josemaria en 2002 est intervenue 27 ans après sa mort (et non pas 20 comme le livre le dit). Ce fut une des premières causes à être instruites selon les nouvelles normes édictées en la matière par l’Église, pour tenir compte à la fois des progrès techniques et de la finalité pastorale des canonisations. Mère Teresa est en voie d’être canonisée encore plus rapidement : elle a été béatifiée exactement 6 ans après sa mort. (Escriva l’a été après 17 ans). Même au temps des anciennes procédures, le procès de canonisation de sainte Thérèse de Lisieux, par exemple, a pris 27 ans, à peu près autant que celui d’Escriva.

    Ces propos proviennent d'Internet. Ils ne sont pas protégés et donc libre d'être repris. 

    Lien permanent Catégories : Spiritualité 5 commentaires
  • Les livres sauvegardés, Ouf !

    Imprimer
    Incendie à l’Université

    Le présent blog a pour but de féliciter les pompiers qui ont sauvé les 70'000 livres en danger lors du dernier incendie à l'université. 

    Bravo les pompiers . Vous êtes des « As » !

    Si la police dit juste,  ceux qui ont bouté le feu à l’université sont des nuls. Si c’est de la vengeance, elle est de mauvais augure. C’est complètement idiot, petit, mesquin, bref du n’importe quoi. Ces criminels voire ces pyromanes doivent être arrêtés et jugés.

    Il s’agirait d’une intervention humaine. Si c’est vrai, je souhaite que la Police mette la main le plus vite possible sur l’auteur et qu’il paie en prison.

    Au nom de quoi de qui peut-on mettre le feu à un puit de science. Car tous les bouquins touchés sont des sources d’histoire de vie, d’histoire, etc.

    Heureusement, dans le cas présent, ce sont environ 70'000 ouvrages qui sont sur le point d’être sauvés.

    Quel magnifique travail la restauration de ces bouquins.

    Je dirais que les quelques 500 ouvrages perdus, constituent un dommage inégal.

    Evidemment, que les assurances doivent couvrir le dommage.

    Selon la « TdG » les assurances prendront en charge les coûts de l’incendie, soit la sauvegarde et la protection des biens ; toutefois aucune estimation n’est pour l’instant possible concernant les frais d’intervention des pompiers et les autres dépenses engendrées par le sinistre. Je ne savais pas que les interventions des pompiers étaient taxées. Dans le fond, c’est un service coûtant, ce n’est pas un service gratuit.

    Qu’ils discutent tous ensemble certes, mais le plus magique c’est encore bien la sauvegarde des bouquins restant. Ces fruits sources de travaux de grand professeur d’élèves, j’en passe et des meilleurs.

    Je serais curieux de connaître le coût de remise à « neuf » les bâtiments, les bouquins, ainsi que toutes les interventions pompiers, polices, experts.

    Bonne journée.

    Lien permanent 0 commentaire
  • Bientôt ce sera Oussama Ben Laden

    Imprimer
    13 ans pour l’attraper !

    Stop-dépêche-stop-dépêche-stop-dépêche-stop-dépêche-stop-dépêche……

    Après 13 ans de cabale, ça y est l’ancien chef politique des Serbes en Bosnie a été arrêté. Je serais tenté de dire que cet homme aux multiples chefs d’inculpation est un malin, un rusé.

    Durant toutes ces années, le despote a roulé tout le monde dans la farine. Il est vrai que l’homme tant recherché était difficilement reconnaissable en raison de son « déguisement physique ».Alors, qu’il se promenait avec de faux papiers, personne n’a prêté attention à cet homme aux cheveux blanc à une  longue barbe, ses lunettes, sa maigreur. Il a eu de la chance de ne jamais passé dans des contrôles de police. Je trouve magnifique cette arrestation sans éclats, sans effluve de sang, tranquille.

    L’homme se déplaçait librement dans la capitale serbe, était vu dans des endroits publics. Se promenait, faisait ses commissions. Il travaillait comme tout le monde. Il a dupé l’ensemble des chercheurs de têtes. Ils ont eu de la chance, car selon le ministre chargé de la coopération avec le Tribunal pénal International l’homme était méconnaissable lors de sa capture. Un coup de bol ?

    Le clou de cette affaire, il exerçait de la médecine alternative dans une clinique privée.

    Maintenant il appartient à la justice, plus spécifiquement au Tribunal Pénal International de le juger. Evidemment l’affaire n’est pas simple. Selon le droit Serbe, l’audition préliminaire est le premier pas dans une procédure le menant vers l’extradition vers le TPI.  La suite, je vous laisse lire la TdG.

    Ce qui me pose problème dans ce contexte, c’est la liberté cachée d’une autre personne recherchée.

    Cet homme se cache comme Karadzic depuis des années, roulant le tout un chacun dans la farine.  Surtout les américains. S’il est aussi changé physiquement et rusé,  rien ne s’opposerait à manger dans un restaurant à ses côtés à Carouge. Je veux parler d’un certain  Oussama Ben Laden relooker. Soi-disant qu’il est introuvable. Avec tous les moyens techniques, les satellites, ils n’arrivent pas à le localiser et à l’arrêter. Celle-là, je la trouve un peu saumâtre.

    Puisque les femmes et les hommes peuvent changer de visage d’un coup de baguette magique, pourquoi pas, l’homme actuellement le plus recherché de la planète. Vous n’allez pas me dire que cet homme est comme un rat végétant dans un labyrinthe, n’en sortant qu’une fois par année.

    Au sujet d’Oussama Ben Laden, je ne serais pas étonné qu’il soit arrêté juste avant les élections américaines. Une telle arrestation donnerait un élan certain de solidarité envers le candidat Républicain Mcain. On en reparlera au mois de novembre.

    Pour l’instant bonne soirée !

    Lien permanent Catégories : Politique 5 commentaires
  • Le fléau de l'absentéisme

    Imprimer
    L’absentéisme à l’Etat

    C’est véridiquement vrai que l’absentéisme est une sorte de fléau. Là où je travaillais avant, dans un Service de l’Etat de Genève, j’étais marqué par le nombre de personne absente. Avec l’infection récurrente qui « chatouille » mon genou depuis 2004, je fais partie des absents, je l’avoue.

    A l’Etat, en marge des grossesses, je pense qu’en effet,  trop de certificats médicaux se baladent dans les dossiers des fonctionnaires. Il me semble que dans le privé il n’en est pas ainsi,

    Je connais une personne qui périodiquement va dans une permanence pour se plaindre d’un « bobo ». Diagnostique établi, le médecin délivre une ordonnance pour une petite pommade et établit un certificat médical pour 3, 4, 5 et plus de jours. Il est vrai qu’il est difficile pour le médecin de prouver la véracité de l’ennui de santé du patient. Que voulez-vous argumenter dans ce cas là. De toute manière, il est plombé par le secret médicale.

    Quant à la FSASD, j’admire les personnes qui y travaillent. Je connais une personne de 84 ans. Elle a toute sa tête, toutefois elle se déplace avec un déambulateur dans son appartement. Tous les jours, il y a soit l’infirmier, soit la personne pour la douche, soit la personne qui fait le ménage, ceci qui fait cela.  J’ai fait un calcul; compte tenu des soins et des repas à domicile + le loyer du patient, et bien de laisser les aînés à la maison coûtent moins cher que d’être dans une Résidence.

    Il est vrai que le personnel FSASD est débordée et je peux comprendre qu’un jour ou l’autre ils« pètent les plombs ». Qui ? les employés qui sont réduits en nombre car beaucoup trop de boulot et trops de personnes en arrêt de maladie.

    Il faut dire que la constituante de la FSASD est composée pratiquement que de femmes. Je ne veux pas dire que la femme ne peut égaler à l’homme, toutefois lorsqu’il faut lever un patient ou d’autres taches lourdes, des hommes sont nécessaires ! Théoriquement l’homme est là pour ça !!!

    Je pense que l’Etat, voire les entreprises privées, doivent prendre en charge rapidement les personnes présentant un mal continu. A l’exemple de l’AI. Mieux vaux prévenir que guérir !

    Nécessité de cibler la maladie authentique de celle qui ne l’est. Le corollaire nous pouvons le penser serait moins d’absence.

    Je trouve l’idée de la démarche pilote de l’Etat est bonne. « officiellement, le gouvernement ne considère pas l’absentéisme comme un « problème alarmant ». Il a toutefois lancé une opération visant à la réduire. « Elle concerne 700 collaborateurs » souligne Grégoire Tavernier, Chef du personnel de l’Etat. En gros il s’agit d’instaurer des mesures de bons sens : à chaque retour de maladie, le fonctionnaire doit être entendu par son chef ; en cas d’absences régulières : cerner le problème sous-jacent et aménager les conditions de travail ; prévoir des entretiens approfondis en faisant intervenir les RH si les absences se poursuivent. « Nous voulons stabiliser le taux d’absence à l’Etat par un suivi précoce, de proximité et plus performant, souligne Grégoire Tarvernier.

    Pour lutter contre le fléau de l’absentéisme la loi devrait changer. Au lieu de solliciter un certificat d’arrêt de travail au bout des trois jours d’absence, il devrait être demandé depuis le deuxième jour. D’aucuns diront que le médecin n’est pas disponible dans l’heure pour remplir un certificat. Et bien il y SOS médecin. D’ailleurs, en 2 heures il est chez le patient.

    Je pense qu’une cellule psychologique serait le bien venu aux personnes atteintes du syndrome de la maladie continue. Ces personnes ont en effet besoin d’un encadrement.

    Bonne journée.

    Lien permanent Catégories : Société 2 commentaires
  • Vive Barack OBAMA !

    Imprimer
    Vive Barack OBAMA

    Comme vous, je le suppose, j’ai lu l’article de la « TdG » « Ces genevois qui militent pour Barack OBAMA ».

    Barack OBAMA c’est à mon humble avis l’homme à l’allure d’un bon Président des USA. Le costune lui va parfaitement bien !L’homme de la situation, celui qui peut apporter beaucoup à sa Mère Patrie. J'ai pu lire dans le "Monde", « C’est un homme d’une intelligence remarquable » ; ce sont des propos de Philippe JOYE, l’ancien Conseiller d’Etat d’une très grande intelligence, avenant, simple. « Babar » comme nous l’appelons, nous l’aimons pour son charisme (clin d'oeil : bonjour Babar !)

    Cette homme je le redit c’est le Kennedy cuvée 2008. Il est jeune, intelligent, un sens aigu de la politique tant intérieur qu’extérieur. C’est fou sur Internet ce que l’on peut lire sur le candidat Démocrate. Il en a fait des choses. J’ai appris qu’il était kényan et qu’il a vécu Indonésie et à Hawaï.

    Le candidat a rencontré les troupes « stockées » en Irak. Il n’a pas peur d’aller de l’avant et de dire à sa manière ce qu’il pense. C’est un candidat qui peut donner l’espoir de faire renaître le pouvoir négocier avec tout le monde. Il faut composer de manière constructive, intelligente avec les ennemis des Etats-Unis. Barack OBAMA peut y arriver, notamment avec l’Iran,

    Le candidat a du charisme, de l’envergure. Il est à l’aise. Il me rappelle Bill Clinton. Quel bon candidat. Ce furent des grands moments de campagne électorale.

    Si j’étais américain, je voterais pour lui et je me mettrais en quatre pour faire campagne pour le Candidat. Côté ludique des élections, je trouve très sympathique de faire campagne pour tel ou tel candidat, voire pour soi-même.

    La « Julie » le dit que c’est la première fois qu’un candidat à la Maison Blanche provoque un tel enthousiasme hors du pays. Est-ce parce qu’il est noir, est-ce que c’est le parti démocrate qui est à la hausse. Je vois plus tôt l’homme médiatique. Car pour être Président des Etats-Unis, il faut être médiatique, avec bon programme court, à la portée de toutes et de tous. Les électrices et les électeurs veulent un candidat de poigne, jeune, sachant s’affirmer, piaffant d’impatiente de ramener la paix là où la guerre sévit.

    Si le candidat reste lui-même, honnête, loyal, il a toutes ses chances. Je ne sais plus qui disais « je vois en lui le catalyseur d’une amitié moderne entre les deux continents ». Barack OBAMA est le candidat à la Présidence des Etats-Unis mais aussi « connu, reconnu » dans le monde.

    Voilà ce qu’il faudrait à Genève pour les prochaines élections cantonales une palette de super candidats. Simple, attrayant, souriant, menant une politique juste, sachant manager, ayant du charisme, une présence sans compter ici et ailleurs. Des hommes-femmes providences. Il y a des hommes et des femmes qui ne sont pas issus de l’université, qui sont de famille modeste et qui dégagent de grandes qualités.

    Voilà mon propos de ce jour : si j’étais américain, je ferais campagne pour Barck Obama, et cerise sur le gâteau je voterais pour lui.

    Bonne journée

    Lien permanent 9 commentaires